AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Galerie Publique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathaniel



Nombre de messages : 419
Age : 30
Classe : Mercenaire Légendaire
Armada : Les Mercenaires de Légendes
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
10/10  (10/10)
Race: Humain

MessageSujet: Galerie Publique   Ven 2 Mai 2008 - 2:44

Comme suggéré, voici une section pour lancer tout vos:

-Poèmes
-Textes Philosophiques
-Argumentations
-Histoires
-Etc

Maintenant, Veuillez utilisez le cadre suivants ( Exactement le même!) pour toutes vos oeuvres, sinon elles seront supprimés:

Citation :
Auteur(s)

Type de texte

Commentaires: MP ou Public ( Tout les commentaires non autorisés seront supprimées s'ils sont reliés à une oeuvre vérouillé MP)

Titre

Exemple :

Nathaniel, Anonymes

Poèmes Anglophones

Commentaires: Public

Poèmes


The Ransom

Cry, I left the ransom
Torn in a world that despite you
Never able to get though

See,I left the ransom
Unpredictable guiltyness awaits you
As terror and pain suround you

Somehow, I left the ransom
I seek in your heart an escape way to go
All I see is shadow of sorrow

Hate me, but I left the ransom
Escape the fate, never a path to death
Its not that great, but no need for regret

Smile, because I left the ransom
A new life await you, forget the past
Don’t look behind you, as I fade too fast.


Dawn of reality

We are nothing today, Im sick of yesterday
I can’t face tomorrow, The reality is just too low
Its the the dawn of Reality

Knock to the door, they dont answer
Call up to the phone,they dont answer
Meet them and ask « why? », theyll never answer
Its the dawn of reality

Everyday is just the same, sometimes I don’t make sense
Escape the fatality and try to be free
Its the dawn of reality

Don’t throw the cards, Ill know Ill lose
Don’t throw me your problems,one of your favorite tools
A finger in your eye, thats what am I
And I feel Its the dawn of reality…my reality



It


Every day it is there…
A symphony of broken bones- Yell of a corpse
Close me it is- I can feel his breath
I can feel his breath



The Skate

And here he comes to me ,
He’s young, he’s so young
And here he comes to me
He is telling me
How can you be safe riding a skateboard?


Silk

She’s all silk.She’s fine, she’s close
She’s a dream- a far away dream
She’s what I wanted, what I still want,
She’s all silk, she’s all I could never afford


A waterfall

Another one threw at me
A waterfall a sinking rock a slippery lie a cruel mentality a psycopath a bullet
A waterfall
Me?


The pawn

The king has been so laughing…-He never stopped
He’s with the queen- He is so laughing
He’s with the knight – He looks at you
He’s with the important people- He’s not with you


So am I

Let the judgement begin!
Let the storm unveil all treachery
And justice for all

Let there be peace!
Let there be a tomorrow!
And blessings for all

Let it rain
Let it love
Let it die
And life for all

Let reality be real
Let reality successful
Let reality fail
And a clear mind for all

Let me feel the pain
Let me despair in darkness
Let me live


Referee

Id need a referee
Id need somebody
So that the tears dry quickly

And it goes goes goes
Referee where are you
I can’t believe it’s true

But it’s all about you.



Soul perfected

And then he looked at the perfect person and said : How perfect is your soul? The man answered « Perfectly perfect ». And he said, angrily : How do you know?



To the richest

I don’t wan’t your gold
But I want something shiny
I don’t want your sword
But I want something sharp
I don’t want your armor
But I want something to protect me
I don’t want your heart
There is nothing that could save me.



A plan

Is there a plan?
Is there a path beyond?
Is there a planned plan?
Is it a project?

With important people and tables
Martini and luxurious chairs
Titles and secrets
So much secrets

Is there a plan?


Growling

I heard it
It’s a silent noise
Silent in my room, in heart,in my head
It’s a call to arms, it ‘s for me
There is only me to answer
There is only me to be


Thrill

Have you ever felt the danger
The sillyness or the anger of an idea

Have you ever felt the crash
Like you knew it happenned

Have you ever felt the fatality
A strong wind in your back

Have you ever felt the thrill
What have you felt?




Gang

What is a gang
A regroupment of ideas
A meeting of mind
Similar souls

How foolish.


Desertion

I would like to go somewhere
Somewhere, well
Somewhere else, to start
Somewhere where I belong
Where I can find what I want
Where there is no human-emotions
Where there is no human at all.


End Words

A note book with a written notes
A drop in the ocean
It’s not much, you could have fun like usually
Burn it
Rip it
Tear it
After all, it’s only some words
Attached with other words
Though it’s all he wrote
Before he made the last jump


Rain

Look outside(Or aside)
It’s so dark ( mark my words)
It seems so sad ( Where am I)
Wet everywhere ( No comments)
Id like it to be shiny ( So do I)



Commentaires:J'ai pris des poèmes plutôt spéciaux pour ouvrir les discussions. J'ai écrit certains d'entre eux ; Lesquels? À vous de voir....
Revenir en haut Aller en bas
Ardent



Nombre de messages : 1034
Classe : Chevalier
Date d'inscription : 26/03/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
4/10  (4/10)
Statut Rebelle:
4/10  (4/10)
Race: Homme

MessageSujet: Re: Galerie Publique   Ven 2 Mai 2008 - 2:49

Vraiment très bons... j'avoue que plusieurs avaient un sens caché que l'on ne pouvait voir sans réflechir..

mais je trouve que tu en as un peu trop mis d'un coup... ceux qui ont de la difficulté en anglais ne pourront pas aprécier la moitier... de plus, je trouve dificile de commenter si on a 36 millions de sujets..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Galerie Publique   Ven 2 Mai 2008 - 13:56

J'aime beaucoup quoi que desertion est un peut trop tristounet à mon goût !
Revenir en haut Aller en bas
Ardent



Nombre de messages : 1034
Classe : Chevalier
Date d'inscription : 26/03/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
4/10  (4/10)
Statut Rebelle:
4/10  (4/10)
Race: Homme

MessageSujet: Re: Galerie Publique   Jeu 8 Mai 2008 - 5:55

Auteur(s) Yurai (moi)

Type de texte Poémes

Commentaires: Public

Fin

ensemble
pureté
infini

demain
déchirure
désespoir

question
malheur
mort

Soufrance

Tant de souffrances
Tant de larmes
Amour, Amitié
Disparus...
A jamais

Sans toi

larmes effacées
amour impossible, orphelin
amitié brisé
douleur

Retour

Le vent souffle sur la cote
En m'y engageant je m'attendais a d'autres
Depuis de je l'ai vue sans sourire
Je sais qu'il ne peut m'arriver pire

Cela fait cinq ans que je suis parti
Et autant de temps que je voudrais qu'elle m'oublie
Dans les ténèbres entourant ces lieux
Je sais que mon royaume tombe peu a peu

Le vent souffle sur la cote
En y retournant je m'attendais a d'autres


Voici quelques uns des miens. je les ai pas tous mis par souci d'espace.
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel



Nombre de messages : 419
Age : 30
Classe : Mercenaire Légendaire
Armada : Les Mercenaires de Légendes
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
10/10  (10/10)
Race: Humain

MessageSujet: Re: Galerie Publique   Jeu 8 Mai 2008 - 6:30

Nathaniel, Anonyme

Poèmes Francophones,anglophones

Public

Brûlure

Silence d’acier
Mur de pensées

Paroles de vengeances
Meurtres d’amour

Temps de Guerre
Paix de sang

Brûlure de Ciel
Soleil de givre.



Maybe

You look old
You look sad
One means the other
Right means wrong
Or Wrong means you

He looks means
Or your’e mean
Who is mean
Both , or neither

Who I am
Who are you
Who are we
I am you
Your not me
Or not



Back at me

All goes by a sight
But it caught my eye
There was no ideas in my head
It just went back at me

You swing all the way
Cross the floor
Your steps seems a life to me
Life that I so needed
It just went back at me
All I want to do
Is to be more like me
And less like you
But more with you
It just went back at me

A talk
A sentance
A word
I could see it all
And it would get back at me

Once in my life.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Galerie Publique   Jeu 8 Mai 2008 - 13:52

Brûlure n'est pas mon style, mais je trouve maybe très bon !
Quand au dernier je trouve son sens un peut trop bizarre, mais ceci reste mes humbles impressions.
Revenir en haut Aller en bas
Uzul
Altesse
Altesse


Nombre de messages : 1309
Age : 24
Classe : Célestial
Armada : La ligue Scitopolienne
Date d'inscription : 27/10/2007

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Célestial

MessageSujet: Re: Galerie Publique   Sam 17 Mai 2008 - 20:20

J'ai un peu le même point de vue que simuel, mybe est super mais les autres ne sont pas trop mon truc xD
Revenir en haut Aller en bas
http://[img]http://img217.imageshack.us/img217/2291/uzulqi0.jpg[
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Galerie Publique   Dim 18 Mai 2008 - 14:20

Vous ne nous proposez que ces textes ci ou il y en aura d'autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Ardent



Nombre de messages : 1034
Classe : Chevalier
Date d'inscription : 26/03/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
4/10  (4/10)
Statut Rebelle:
4/10  (4/10)
Race: Homme

MessageSujet: Re: Galerie Publique   Dim 18 Mai 2008 - 21:47

Il y en aura d'autres.... je suis juste trop lache pour taper mes textes pour le moment...

Je crois que Nathaniel en a encore lui aussi... mais il serait plaisant que d'autres en mettent...
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel



Nombre de messages : 419
Age : 30
Classe : Mercenaire Légendaire
Armada : Les Mercenaires de Légendes
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
10/10  (10/10)
Race: Humain

MessageSujet: Re: Galerie Publique   Lun 19 Mai 2008 - 0:57

Nathaniel, Anonyme

Poèmes Anglophones

Public

Life Kind

Popular, or simple
You let them go, or you go with them
Your looking at her, or your holding her hand?


Rejoice

Enjoy
Feel it in your body
Laugh or talk
While im not here.


The important.

Go down the hill, and feel the wind in your back. Follow the voice of the snow, deep dive in the thoughts of the wave, and then crash and break yourself, just so you’ll have something to tell your friends.


Consuming

Its comes from the inside
I tried to kept it in
But it just didn’t matter

It grows like an animal
Someday it will ask me to set it free
It’s no use negotiating
Someday my dreams will have to come true.



En passant, moi j'ai environ 56 pages de poèmes... J'évite juste de tout poster d'un coup hein...
Revenir en haut Aller en bas
Sirias
Palatin
Palatin


Nombre de messages : 979
Armada : La Ligue Scitopolienne
Date d'inscription : 21/12/2006

Feuille de personnage
Statut Impérial:
8/10  (8/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Homme

MessageSujet: Re: Galerie Publique   Lun 19 Mai 2008 - 1:23

Pitié, pas juste en anglais :(

_________________
Palatin intérimaire en Scitopole
Héros de l'Empire

[ADMINISTRATEUR FORUM]
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel



Nombre de messages : 419
Age : 30
Classe : Mercenaire Légendaire
Armada : Les Mercenaires de Légendes
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
10/10  (10/10)
Race: Humain

MessageSujet: Re: Galerie Publique   Lun 19 Mai 2008 - 1:27

Ce sera donc un bon exercise pour toi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Galerie Publique   Lun 19 Mai 2008 - 13:28

Paul Eluard

Dit

Public


Dit de la Force et de l'Amour

Entre tous mes tourments entre la mort et moi
Entre mon désespoir et la raison de vivre
Il y a l'injustice et ce malheur des hommes
Que je ne peux admettre il y a ma colère

Il y a les maquis couleur de sang d'Espagne
Il y a les maquis couleur du ciel de Grèce
Le pain le sang le ciel et le droit à l'espoir
Pour tous les innocents qui haïssent le mal
La lumière toujours est tout près de s'éteindre
La vie toujours s'apprête à devenir fumier
Mais le printemps renaît qui n'en a pas fini
Un bourgeon sort du noir et la chaleur s'installe
Et la chaleur aura raison des égoïstes
Leurs sens atrophiés n'y résisteront pas
J'entends le feu parler en riant de tiédeur
J'entends un homme dire qu'il n'a pas souffert

Toi qui fus de ma chair la conscience sensible
Toi que j'aime à jamais toi qui m'as inventé
Tu ne supportais pas l'oppression ni l'injure
Tu chantais en rêvant le bonheur sur la terre
Tu rêvais d'être libre et je te continue.
Revenir en haut Aller en bas
Sirias
Palatin
Palatin


Nombre de messages : 979
Armada : La Ligue Scitopolienne
Date d'inscription : 21/12/2006

Feuille de personnage
Statut Impérial:
8/10  (8/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Homme

MessageSujet: Re: Galerie Publique   Lun 19 Mai 2008 - 16:46

Nathaniel a écrit:
Ce sera donc un bon exercise pour toi ^^

Non pas que je comprend mal ou pas l'anglais. C'est que j'aimerais du français aussi^^

Beau poème Belthil! Je crois que je vais m'y mettre aussi :)

_________________
Palatin intérimaire en Scitopole
Héros de l'Empire

[ADMINISTRATEUR FORUM]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Galerie Publique   Mar 20 Mai 2008 - 10:52

Vive la poésie !

T'es poèmes sont très agréables Nathaniel.
Revenir en haut Aller en bas
Selsynn



Nombre de messages : 27
Classe : assassin
Date d'inscription : 12/07/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Vampire

MessageSujet: Re: Galerie Publique   Lun 13 Juil 2009 - 18:00

Selsynn
Poèmes
Commentaires : public

Amitié
Ailes sombres de fatigues
Ailes sombres aux yeux abîmés
Ailes claires de ton sourire
Ailes claires qui s'envolent

Au loin de la soif et la misère
Au loin de la mort et la terre

Souvenirs volants et atrophiés
Souvenirs anciens de jours révolus
Souvenirs volants de rêves en écriture
Souvenirs anciens d'amour et de haine

Au loin du présent et de l'asphyxie
Au loin du présent et des maladresse

Éclats de voix de ta part
Éclats de vie dans ces images
Éclats de voix hispanique
Éclats de vie colorés

Loin de la grisaille de l'hiver
Loin de la grisaille française

Rencontre
Yeux jaunes dans la nuit,
Qui brillent au loin,
Comme les étoiles au firmament
Dans ce cœur brûlé,
Une ombre l'a survolé et dérobé
Au soleil ardent...
Il a pu donc admirer
Pendant quelques instants
La pureté d'un ciel étoilé

Destin
Je me sens écrasé
Écrasé par ce destin,
Je n'ai rien demandé
Mais tu es venu...
Contre toi, je n'ai pas d'armes.
J'ai accepté ta victoire dès
Que je t'ai connu.
Mais toi, tu ne l'as pas remarqué
Et maintenant que tu vas mal
Je ne me sens pas bien

Si tu n'es pas là, je ne veux pas venir
Je préfère vivre en me souvenant
De la dernière fois où tu n'as parlé
Qu'à moi, où le monde extérieur
A été effacé de ma mémoire
Mais ce jour a passé et jamais
Il n'est revenu
J'ai besoin de me sentir
De nouveau seule avec toi
Et que tu me témoignes de l'intérêt

L'ombre qui était sur mon cœur,
Commence à partir.
Elle n'était pas pressée
Après m'avoir pompé toute mon énergie
Elle me laisse enfin tranquille
Alors que je ne sais pas si je vais te revoir
Avant longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
http://do-roleplay.bbfr.net/les-personnages-f69/selsynn-t1836.ht
Ardent



Nombre de messages : 1034
Classe : Chevalier
Date d'inscription : 26/03/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
4/10  (4/10)
Statut Rebelle:
4/10  (4/10)
Race: Homme

MessageSujet: Re: Galerie Publique   Mer 15 Juil 2009 - 10:09

HISTO D'UNE LAME SANGLANTE
(Personnage d'une partie de loup-garou)

D’où je suis, je peux voir ma lune et les étoiles. Pourquoi je sens qu’elles ne veulent pas me regarder, elles?

Je suis ce que j’ai été destiné à devenir. Comme le dis ce si légendaire auteur anglo-saxon : Tout est écrit. Je laisse un sourire transparaître sur mon visage habituellement sérieux en pensant aux réactions des gens si ils apprenaient que cet homme était comme moi. Mais, puisque des siècles me sépare de cet homme que son destin à poussé à devenir le plus grand écrivain et dramaturge anglophone, les sentiments d’horreur et de peur de gens ‘’normaux’’ ne m’égaieront jamais. La seule chose que je sais, c’est que le trois quart des histoires qu’il a écrites sont des histoires vraies, des histoires qui ont eu lieu parmi notre peuple, une famille qui étrangement ne s’étend pas beaucoup par rapport à nos cousins.

Je m’appuie sur mon sabre, et d’un mouvement vif je me redresse, scrutant les environs. Nul ne doit savoir que je suis ici. Surtout pas celui que je m’apprête à tuer. Je sens la sensation de joie qui m’envahit, comme à chaque fois que je sens que mon meilleur ami va boire. Je réprime cette sensation, et je me concentre sur ce que je vais accomplir. Je commence par me concentrer sur ma respiration, qui s’était affolée sans que je m’en aperçoive. Ensuite, je me tourne vers mon esprit. Je réprime toutes les images et fantasmes que mon imagination m’envoie sur ce que je vais faire. J’oppose les images sanglantes de souffrances et de torture à mon mantra : Je ne suis pas un tueur, il l’a cherché, et il est chez moi. Tranquillement, un calme s’installe et je me sens en parfait contrôle de mon esprit et de mon corps. Je teste une dernière fois si la poignée de mon arme glisse bien dans le fourreau de cuir renforcé de métal suspendu à mon épaule gauche, sans pour autant qu’il s’échappe au moindre mouvement. Ensuite je me mets à courir, et au dernier moment je m’élance dans le vide.

J’atterris un mètre plus bas, sur le toit d’une habitation adjacente et j’amorti ma chute par une roulade, et je continue ma course jusqu'à ce que l’habitation touche à sa fin. Plus que deux blocs, et j’atteindrai mon but. Malheureusement pour moi, une tuile se détache sous mon pied et m’envoie valser dans l’interstice entre les deux bâtiments. J’essaie de ralentir ma chute, mais la seule chose que mes doigts rencontre est la surface lisse des pierres bien solidifiée par du mortier. J’essaye d’amortir le choc de la même manière que lors de mon dernier saut, mais le temps me manque, et je réussis qu’à fléchir le genou gauche d’une manière trop prononcée et j’encaisse douloureusement le choc sur mon épaule gauche, tout en sentant un craquement dans tout mon corps. Je me donne une minute pour laisser mon corps récupérer du choc, puis je m’assis pour examiner si je n’ai rien de cassé. Mon épaule est disloquée, mais je la replace d’un coup sec qui aurait pétrifié d’horreur tout bon chiropraticien, surtout de sang froid comme je viens de le faire. Je me concentre pour rester de marbre. Mes tendons me lancent terriblement, mais je résiste à la douleur en poussant un faible grognement.

Je me redresse, puis j’observe les alentours. Pas de témoin, chose étrange dans ces quartiers à cette heure, mais la chance tourne enfin de mon coté. Une brume légère se répand dans l’air humide en s’épaississant de minute en minute. Cet événement va me permettre de sortir dans la rue sans que mes vêtements renforcés de cuir ou la poignée de mon sabre soit visibles et soient une source d’attention qui attirerait sûrement les policiers. Je ne voulais pas qu’ils se mêlent à mon histoire, car il est plus difficile de faire disparaître quelqu’un qui n’est pas sensé exister qu’un policier payé par l’état. J’approche de mon but, et je progresse lentement vers la mort. J’arrive à la ruelle dans laquelle mon ennemi se trouve, et un regard me prouve qu’il n’a rien changé à ses habitudes, et qu’il se trouve dans la ruelle en compagnie de son meilleur ami, qui se trouve être son associé et son garde du corps. Rien ne dérange leur routine. Si je ne fais rien, ils finiront leur café, puis ils continueront leur chemin, pour ensuite aller collecter leur argent aux trafiquants de drogues locaux.

Le seul hic, c’est que la semaine dernière, une de leurs petites marionnettes leur a demandé si il pouvait leur emprunter l’argent qu’il leur devait parce que sa fille est tombée malade, un cancer au cerveau je crois, et qu’il avait besoin de cet argent pour l’opération. Le résultat, il se trouve au fond de la Tamise et il nourrit les poissons avec son ventre troué de balles. Malheureusement des yeux les ont observés lors de leur petite altercation. Des yeux de loup.

Le temps pour agir S’impose plutôt qu’il se présente, car l’un d’entre eux vient de jeter les gobelets de papier contenant naguère du café, signifiant qu’ils allaient bientôt partir. Je m’approche deux, et je leur dit demande tout en sortant une cigarette et en me grattant l’épaule gauche:

Hé les gars, avez-vous du feu?

Ils échangent un regard, puis le plus musclé des deux, le garde du corps, s’avance en fouillant de sa main gigantesque ressemblant plus à une pelle qu’à un membre dans la poche de son manteau long. Il allume une petite flamme de son Zippo, et d’un mouvement vif, ma main part de mon épaule et fait un arc de cercle vers la droite. L’expression sur le visage de l’homme ne changea pas, bien que son Zippo se soit éteint lors de mon mouvement, et sa tête tomba en même temps que le reste de son corps. Contrairement à ce que tous pensent, il n’y eut pas de jets de sang venant de la gorge, seulement un déversement léger de sang, car les connections avec le cœur se coupèrent en même temps que la tête sans bavures. L’autre homme qui me regardait prit soudain peur, et fouilla par la fenêtre de la voiture le coffre à gants du véhicule, cherchant son arme. À ce moment, je commençai à m’avancer vers lui, tandis que le sang qui avait été répandu sur ma lame se faisait absorber, laissant l’acier d’un éclat rouge sombre. Ses mouvements se pressèrent, jusqu’au moment où mon bras prolongé du sabre soit assez près pour trancher le bras du dealer. Il n’eut pas le loisir d’hurler, car un second mouvement me permit de lui trancher la carotide. Je me collai à lui, et, tout en le soutenant, je lui chuchotai à l’oreille :

Maintenant, as-tu peur? Peur comme Jimmy lorsque vous l’avez mitraillé? Hé bien, vas lui dire bonjour de ma part.

J’enfonçai mon sabre dans son cœur.

Je profitai ensuite de la brume pour découper les corps avec précision, de manière à ne pas laisser de morceaux trop gros, et en écrasant leurs têtes sur le rebord du trottoir, puis je jeta le tout dans le même fleuve comportant les restes de Jimmy le dealer qui aimait trop sa famille pour mourir. Lorsque j’eus fini mes multiples allées et retours entre l’étendue d’eau et la ruelle, le soleil menaçait de sortir, donc je me dépêcha d’aller ouvrir les canalisations d’eau des pompiers sur cette rue, et l’eau effaça toutes les traces de sang et les déchets humains que j’avais laissé. Lorsque enfin j’eus la porte de la voiture et en fermant les fenêtre, je quittai enfin les lieux du crime pour me rendre dans mon dojo, heureux d’avoir annulé les cours hier pour profiter d’un repos réparateur après ma longue nuit.

**********************************************************************************
Le lendemain, la famille du Dealer malchanceux reçut une volumineuse enveloppe anonyme. Dès que la veuve éplorée l’eut ouvert, elle fondit en larme. À l’intérieur se trouvait deux milliers de livres anglaises, ainsi qu’un court texte dactylographié.

Chère madame,

J’ai entendu parler du décès de votre mari. Je l’avais entendu parler de la maladie de votre fille donc j’espère que ce montant vous servira pour le futur.

Un ami

******************************************************************

Un nouvel après midi ou je donne mes cours passe lentement, trop lentement même. Cette fois, j’ai demandé à deux de mes élèves les plus expérimentés de venir tester leurs connaissances l’un contre l’autre. Le combat devrait être intéressant, mais je connais déjà le résultat final. Celui de gauche à forcé son entraînement sur la vitesse en en endurance, tandis que l’autre s’est spécialisé en courts assauts précis et assez perturbants pour me forcer à me concentrer pour dévier ses attaques, chose qui n’arrive pas souvent. Celui qui est le plus endurant va gagner,car, il tournera autour de sa proie, en attendant qu’elle se vide lentement de ses forces,pour finalement l’achever d’un coup qu’il ne verra même pas venir. Bien sur, les règles dans mon dojo ne sont pas les même que lors d’un duel d’escrime traditionnel, car j’apprend à mes élèves à se défendre avant de leur inculquer les règles lors des combats officiels. Plusieurs d’entre eux arrêtent seulement après la première partie, mais je traque et j’empêche généralement à ceux-ci de cause des problèmes.

L’attaque que j’attendais vient de mettre fin à la séance d’aujourd’hui. Le bâton d’entraînement fendit l’air, puis s’écrasa sur l’estomac de son adversaire, qui se plia en deux sous la force de l’impact. Si l’arme utilisée aurait été tranchante, j’aurais eu deux parties d’être humain sur le sol. Le gagnant aida le perdant à se relever,puis passa le bras de celui-ci alentours de son épaule pour le faire avancer jusqu'à moi qui est assis les jambes croisées au milieu de la salle, bien adossé au mur. J’examinai la blessure, et voyant qu’il n’y a pas plus de mal qu’une contusion qui s’agrandira avec le temps sans toutefois être sérieuse, puis je les renvoyai chez eux en leur disant qu’ils se sont bien entraînés, puis je me lève pour barrer la porte et fermer les rideau du dojo. J’ai le loisir de les entendre dire qu’ils vont prendre une bonne choppe de bière ensemble, ce qui me rassure, car le duel n’a pas crée un lien de vengeance ou de rivalité, seulement la franche camaraderie du guerrier.


Une fois assuré que personne ne peut me regarder, j’ouvre un coffre contenant la dernière relique de mon passé : le sabre de mon père. Malgré le temps, le bois du fourreau qui entoure le métal contenant l’arme ne s’est pas écaillé, la couleur de l’ébène le composant à gardé toutes ses teintes. D’un geste rapide, je fais chuinter l’acier sur l’acier et je garde la pose que l’on m’a enseignée lorsqu’un combattant sort son arme. Toujours sans regarder la lame, je fais tournoyer le sabre à une vitesse folle, mettant mes muscles à dure épreuve. J’enchaîna plusieurs bottes, jusqu'à ce qu’une soif de sang tente de m’aveugler, force dont je me mit aussitôt à essayer de combattre en me concentrant sur les mouvements du tranchant du sabre. Tranquillement, je sentis l’emprise sur moi diminuer, jusqu'à ce que je reprenne le contrôle.

Ces pertes de contrôle arrivent de plus en plus souvent, mais au moins je sais pourquoi elles m’arrivent. C’est le résultat d’une vie comprenant plus que son compte de haine et de colère, de torture et d’horreur. Certes, j’ai déjà connu le bonheur, mais ce fut hélas une partie beaucoup trop courte de ma vie. La plupart des gens de ma race sont moins âgés que moi, car nous mourrons prématurément. Je ne dut ma survie qu’a une seule chose : le don que j’ai hérité de mon père, celui de tuer
Revenir en haut Aller en bas
Hélèna
Palatin
Palatin


Nombre de messages : 612
Age : 27
Classe : Psioniste
Armada : La Coalition Marchande
Date d'inscription : 23/03/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
6/10  (6/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Vampire

MessageSujet: Re: Galerie Publique   Jeu 16 Juil 2009 - 1:08

Bon, ben je vais essayer de livrer un RP inédit venant tout droit de mon ancien jeu. Je ne l'ai jamais posté nulle part auparavant. Il s'agit d'un test effectué dans le but de savoir si je réussirais à maintenir une certaine "pression" et un certain rythme tout le long du récit... Je préviens de suite, c'est long et c'est de la science-fiction "à ma sauce", donc, accrochez vos ceintures^^

Commentaires mp pour pas trop surcharger ce topic fort intéressant^^

Explications:

Essara: Il s'agissait de ma planète mère. A la base d'une grande civilisation qui dirigea durant un temps la galaxie dans laquelle elle vit le jour, Essara demeura longtemps un des principaux centre d'influence diplomatique et économique galactique. A la tête d'un gigantesque empire composé de 250 planètes habitées, Essara se fit connaitre quasi universellement par sa culture très riche et diversifiée et les énormes talents de ses marchands et de ses diplomates. Comptant presque 3000 milliards d'habitants à son apogée, l'empire connut son crépuscule lors de l'Exode Spatial orchestré par son dirigeant pour sa propre survie dans une galaxie en proie au chaos. Ce sont pas loin de 2500 milliards de personnes qui quittèrent l'univers connu pour l'aventure et la possibilité de rebâtir une civilisation en paix loin des affres de la guerre. L'Exode Spatial est considéré comme le plus titanesque projet conçu par les Essarans. Il s'agit de la construction en plus grand nombre des plus grands vaisseaux-dortoirs que l'univers n'eut jamais connu...

Thenat: race intelligente ayant une apparence très proche de celle des félins, avec qui elle partage quelques origines. Bipèdes, dotés de griffes rétractiles et d'une force sans comparaison humaine, les Thenats sont d'incontestables chasseurs et de redoutables guerriers. Leur habileté aux armes en fait des soldats d'élite, sans compter sur leur sens stratégique et leur maîtrise incontestable de l'art de la guerre et du combat sous toutes ses formes.
Doués d'une loyauté sans failles et d'un courage d'acier, ils n'hésiteront certainement pas à se sacrifier pour sauver une personne qui leur est chère.
Les squads des unités de la Garde, ainsi que ceux des Commando sont souvent composés de Thenats alliés à des humains ou des Adosiens, ce qui en font des unités hautement polyvalentes, compétentes et précieuses.
On a pour habitude de dire qu'un Thenat vaut vingt soldats humains.
Rapidité, force, agilité et souplesse en font des alliés puissants et d'implacables ennemis...

Il était une fois à l'ombre d'Essara:

Sur la gauche, une fenêtre ouverte...
Rien...
Le silence se faisait pesant.
Seul le bruit du vent qui faisant voler la poussière perçait ce néant sonore.

Le dos au mur, Neil vérifia le nombre de cartouches restant dans son chargeur. Anathéo, son partenaire Thenat, le couvrit en pointant le canon de son arme en direction du bout de la ruelle.
Une rapide vérification de son équipement prouva à Neil que tout allait bien.
Blindage exo-dermique à 100% d'intégrité, niveau de munitions acceptable, chargeur plein et engagé, arme de poing chargée et armée, veste de combat chargée et connectée à ses senseurs...

D'un signe de la main, Neil indiqua à son camarade son état.
Anathéo lui répondit d'un signe de la main en direction du bout de la ruelle.
Il fallait avancer...

Un point rouge s'alluma furtivement sur l'écran optronique d'Anathéo.
Quelque chose se déplaçait devant, à deux mètres d'altitude par rapport à eux deux.
Anathéo fit un signe à Neil, lui demandant s'il a repéré quoique ce soit.
La réponse fut négative: RAS pour lui.

Les deux hommes continuèrent d'avancer, progressant de façon tactique, épiant les moindre interstices où le canon d'une arme pourrait de faufiler.
Rapidement, ils atteignirent une intersection.
Utilisant une sorte de périscope, Neil regarda ce qui l'attend de l'autre côté de l'angle du mur.
Rien.
La ruelle paraissait vide.
Après avoir fait la même chose de son côté, Anathéo constata que sa situation était identique à celle de son camarade humain.
Les deux hommes s'engagèrent donc dans l'intersection.

C'est alors qu'un coup de tonnerre retentit et résonna entre les murs de l'étroite ruelle.
Un coup de feu!
La balle ricocha contre le mur derrière lequel Neil s'était mit à couvert.
Anathéo scanna la ruelle, dans le but de trouver d'où venait le tir.
Il n'y avait rien, pourtant!

Une structure se dessina soudain sur son écran optronique.
Un robot automatique. Armé d'une arme de moyen calibre. Probablement un éclaireur lourd...
Le Thenat envoya les informations à son ami, toujours caché derrière son pan de mur. Neil accusa réception des informations d'un signe de la tête.

Il engagea une grenade dans le lance-grenade situé sous le canon de son fusil d'assaut.
D'un bon, il se releva et tira la "dragée" en direction du robot.

Le projectile de 20mm vint s'écraser sur la carcasse de matériaux composites du drone flottant, faisant voler en éclat ses composants électroniques carbonisés dans un spectacle de feu et d'explosions. Un second scan d'Anathéo confirma la disparition de la menace.
Toutefois, ses senseurs longue portée indiquèrent la progression rapide d'une force armée dans leur direction. Neil aussi vit les résultats de ses propres senseurs. D'un signe de la main, les deux hommes se levèrent de concert et s'engagèrent à bonne allure dans la ruelle leur faisant face.
Des bruits de pas résonnèrent autour d'eux. Apparemment, ils avaient une chance de se glisser entre les mailles du filet.

Soudain, au détour d'un angle, la ruelle déboucha sur une grande route. Laquelle semblait donner sur une vaste place bordée d'immeubles de quelques étages à peine.
Neil regarda Anathéo. Leurs regards se croisèrent.
Ils se mirent à progresser lentement contre le mur le plus proche d'eux en direction de la place.
Anathéo murmura à sa radio quelques mots durant leur progression
-Ici squad I3, demande évacuation sur coordonnées 4-32-21. Notre position est relayée par le satellite. Attendons confirmation pour action.
-Tu crois qu'ils vont risquer un anti-grav' dans ce dédale? Demanda Neil, tout en continuant d'avancer l'arme haute.
-Je ne sais pas. C'est toi qui les paye, non? Ils pourraient au moins faire ça...
-Mouais...

L'homme et le Thenat arrivèrent au bout de la rue. La place paraissait calme. Pas de mouvements, pas de bruits.
Un vieux journal en papier glisse au sol au grès du vent, accompagné de poussière...
Sous le couvert d'un balcon de pierre, les deux hommes, les fusils d'assaut épaulés, scrutèrent les toits, en quête d'un signe dévoilant la position d'un sniper.
Rien...

Le silence était toujours omniprésent.
Il fut soudain rompu par un contact radio du contrôleur des opérations:
-Ici contrôle 632, un TTA901 est en route, indicatif Echo 8-17, il sera sur site dans environ...
-Contrôle 632, nous ne vous recevons plus!
-Putain, on a perdu le satellite! On passe en émetteur de secours. L'anti-grav' est en route, on doit pouvoir le contacter...
-Ouais, mais il va falloir baliser notre ZA, ou il risque de passer au dessus de nous sans nous voir...

Les deux essarans se mirent donc en mouvement, longeant les murs, à couvert sous les tonnelles bordant les maisons.
Anathéo afficha les données géographiques relatives à la zone, dans l'espoir de définir un point d'extraction protégé.
-Qu'est-ce que tu pense du centre de la place, Neil? Demanda-t-il en pointant la zone dégagée et protégée par de petits murets.
-C'est pas...
Neil n'eut pas le temps de terminer sa phrase: une rafale venant de l'autre bout de la place éclate. Les impacts se firent tout autour des deux hommes.
La riposte ne se fit pas attendre: comme un seul homme, les deux camarades ouvrirent le feu à leur tour avec une précision impressionnante. Deux des assaillants tombèrent sous les balles des essarans.
Malheureusement pour eux, des renforts ennemis arrivèrent de partout, sortant par les ruelles que les deux hommes venaient de quitter.
Rapidement acculés contre les piliers d'une des tonnelles, Anathéo et Neil se retrouvèrent débordés par le nombre, malgré l'efficacité de leurs tirs et les quelques grenades envoyées.

Les balles ricochèrent contre les piliers et les murs, déchirant les plantes et explosant leurs pots de terre.
Les étuis vides sortaient à une cadence effrénée de la chambre de tir des fusils essarans. L'odeur de la poudre se répandit autour des deux camarades, qui tiraient par très courtes rafales pour économiser leurs munitions.
Chaque balles firent s'écrouler un adversaire leur faisant face.

Un bruit de culasse suivi d'un cliquetis retentit à l'oreille de Neil.
Chargeur vide.
Vite...
Il dégagea le chargeur devenu obsolète, le laissant tomber à ses pieds et en prit un plein dans sa veste de combat.
Il l'engagea dans son fusil d'assaut à structure bullpup et bascula le petit levier de la culasse. Cette dernière claqua, engageant une nouvelle cartouche dans la chambre de tir.
Neil ré-épaula son arme et se pencha sur le côté, pour reprendre le combat.
Anathéo changea aussi de chargeur, et prépara une grenade. Le projectile de 20mm vient s'écraser avec une explosion derrière l'un des murets. Et le petit groupe d'ennemis caché à couvert derrière lui vola littéralement avant de découvrir les joies de la pesanteur en retombant lourdement dans la poussière.

-On pourra pas tenir éternellement: mes munitions s'épuisent! Hurla Anathéo à Neil pour couvrir le bruit provoqué par les détonations.
-Idem pour moi...La maison, derrière nous! Est-ce que le toit peut accueillir le TTA?
Anathéo repassa les photos satellite prise avant la perte de ce dernier.
-Oui, le toit est plat et suffisamment grand! Essaye de le contacter, il devrait plus être loin de nous, maintenant!
-Ok!

1/2


Dernière édition par Hélèna le Jeu 16 Juil 2009 - 1:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hélèna
Palatin
Palatin


Nombre de messages : 612
Age : 27
Classe : Psioniste
Armada : La Coalition Marchande
Date d'inscription : 23/03/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
6/10  (6/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Vampire

MessageSujet: Re: Galerie Publique   Jeu 16 Juil 2009 - 1:09

Neil actionna son émetteur à onde courte pour contacter le TTA901 sensé les extraire du bourbier dans lequel ils se trouvaient.
-Ici squad I3, Echo 8-17, me recevez-vous?
-...
-Je répète, ici squad I3, Echo 8-17, où êtes-vous?
-...Ici...o 8-17, nous...point...données 4-32-21...situation?
-Ici Jors, je vous reçois mal, passez sur canal 11.25 pour meilleur réception.
-Ici Echo 8-17, me recevez-vous, squad I3?
-Oui, bien mieux.
-Quelle est votre situation?
-Très mauvaise! On est sous les tirs ennemis dans l'un des coins de la place!
-Avez-vous balisé une ZA potentielle?
-Négatif, mais nous allons le faire sous peu! On en a repéré une au sommet du bâtiment à l'est de notre position actuelle, aux coordonnées 4-33-25! Nous la baliserons avec un fumigène bleu!
-Coordonnées 4-33-25, fumigène bleu, bien comprit, on y sera dans une poignée de minutes. Echo 8-17, terminé.
Neil soupira légèrement. Ce serait bientôt fini.

Il tourna la tête en direction d'Anathéo occupé à abattre un soldat adverse plus stupide que les autres, et lui cria:
-Ils arrivent!! On monte!!
-Je te couvre, vas-y!!
Neil lâcha une rafale de couverture qui ne fit absolument rien d'efficace. Il se leva précipitamment et couru se mettre derrière un pilier plus proche de la porte d'entrée du hall de l'immeuble.
Il se remit en position et ouvrit le feu pour permettre à Anathéo de se replier à son tour.
Ce dernier atteignit le dernier pilier de la rangée. Le dernier avant la porte.

Toujours sous le feu de l'ennemi, Neil se releva et couru en direction de la porte.
Il arrivait sur le pas de la porte lorsqu'il reçu deux balles dans le corps, de façon quasi-simultanée. La première toucha le flanc gauche de l'essaran, la deuxième sa jambe gauche.
Neil fut poussé contre la porte sous le coup des deux impacts.
Il lâcha son fusil d'assaut, qui retomba à ses côtés, porté par sa sangle, pour ouvrir avec difficultés la porte et entrer dans le bâtiment.

Anathéo, trop occupé à vider son chargeur, ne vit pas les deux impacts sur son camarade. Par contre, l'état de Neil s'afficha sur son écran optronique, indiquant les deux impacts sur son blindage exo-dermique.
Toutefois, des tirs d'arme automatique provenant de l'immeuble le rassurèrent: il pouvait encore tenir une arme et s'en servir.
Il se rua vers la porte, esquivant de justesse une volée de balles qui claquèrent contre le mur derrière lui. Il pénétra dans l'immeuble à son tour.

Neil se tenait là, la main au côté, et fusil dans l'autre. Du canon encore chaud s'échappait un petit filet de fumée et des douilles dorées se trouvait à ses pieds.
Il ne tenait debout qu'en faisant porter son poids sur son autre jambe.
-On reste pas là! On monte!
-Tu croit que l'ascenseur fonctionne toujours?
-Tu rêve! Je vais t'aider à monter!

Une rafale de balles traversa le hall après avoir traversé la porte de bois. Les deux frères d'armes commencèrent à monter l'escalier, Anathéo portant Neil par l'épaule droite de sa main gauche.
Neil avait sortit son arme de poing, la pointant en direction du bas de l'escalier.
Ils atteignirent difficilement le second étage. Il en restait encore un avant d'atteindre le toit.

Un léger sifflement suivit d'un bourdonnement, bruit caractéristique d'une turbine et d'un générateur anti-gravité, se fit entendre. Le TTA901 n'était plus très loin. Il devait cercler au dessus de la place, en attente de récupérer les deux essarans.
Malheureusement, ce n'est pas le seul bruit que les deux hommes entendirent.
Leurs poursuivants les suivaient, à entendre les multiples bruits de pas pressés dans l'escalier.
Anathéo et Neil pressèrent eux aussi le pas.

Ils atteignirent le pallier du 3éme étage au moment où leurs assaillants atteignaient le second.
Plus qu'une porte à franchir et ils seraient sur le toit.
Anathéo mit sa main sur la poignée, et tenta d'ouvrir la porte.
Fermée à clef. Ils étaient piégés.

Derrière eux, dans l'escalier, les pas continuaient de résonner.
Une seule solution: faire sauter la porte.
Anathéo déposa Neil et s'attela à placer des charges explosives sur l'encadrement de la porte récalcitrante.
Neil, de son côté, se saisit de son fusil d'assaut et descendit quiconque sortirait le bout de son nez.
Trois ennemis se présentèrent devant le canon de son arme et par trois fois, Neil tira.
Les prochains seraient sans doute plus prudents.
Quelques rafales fusèrent en sa direction, mais sans réellement le menacer. Le toucher
aurait été difficile, au vu de sa position.

Son camarade revint vers lui et lui tapota l'épaule, lui signifiant ainsi qu'il allait mettre « le feu aux poudres ».
Le doigt d'Anathéo pressa le bouton du petit boîtier-télécommande du détonateur.
La porte vola instantanément en éclat, se transformant en une infinité de cure-dents, provoquant un raz-de-marée de poussière et de gravats divers.
L'explosion ébranla toutes les fenêtres de l'immeuble.

La voie était désormais libre.

Neil glissa une grenade fumigène bleue dans son lance-grenade et pointa le centre du toit, à travers la porte éventrée. Il pressa sur la détente, expédiant le projectile sur leur ZA.
La fumée bleue commença à se répandre, s'élevant en une colonne bleutée montant à la rencontre des nuages.
Anathéo, lui, lança une autre grenade fumigène, blanche celle-ci, dans l'escalier, pour couvrir leur fuite.

Anathéo et Neil reprirent leur course vers le toit. Ils trouvèrent une cheminée fort agréable. Anathéo y déposa Neil, et retourna prendre position plus près de la porte.
Neil appela l'anti-gravité pour leur indiquer leur situation:
-Echo 8-17 pour squad I3, on est sur la ZA! Vous devriez voir la fumée! Nos poursuivants sont sur nos talons!
-Squad I3 à Echo 8-17, on vous a vu, on arrive, terminé.

Neil leva la tête vers Anathéo et lui hurla:
-Ils arrivent!
Ce dernier lui répondit d'un bref hochement de tête, avant de lever son arme en direction de la porte qu'ils venaient de franchir.
Leurs poursuivants déboulèrent par la porte, non sans quelques tirs de couverture sur les positions des deux essarans.
La réponse fut prompte.
Un déluge de feu fusa en direction de la porte. Les cartouches quittaient les unes après les autres les chargeurs des fusils essarans, à la rencontre des poitrines adverses, via la chambre de tir et le canon. Les détonations rapprochées formaient une sorte de vague sonore d'une intensité impressionnante. Des deux côtés, les chargeurs s'enchaînèrent les uns après les autres à une cadence folle.

Les réserves de munitions des deux essarans, déjà fortement réduite par leur affrontement sur la place, tombèrent à zéro au bout d'une poignée de minutes, les obligeant à se servir de leurs armes de poing. Là aussi, les munitions ne tarderaient pas à faire défaut.
Au moment où les essarans allaient être submergés, le TTA901 se posa derrière Neil.
Les quelques soldats présents à bord de l'anti-gravité allèrent chercher Neil, blessé, tout en tirant par rafales en direction de la porte.
Rapidement, l'essaran fut amené à bord, sous le couvert des soldats du Echo 8-17.
Anathéo vida son chargeur et se rua vers l'appareil à la planète ailée (symbole d'Essara: une planète encadrée par deux ailes).

Le camarade Thenat de Neil prit pied à bord de l'appareil au moment où celui-ci décolla. L'appareil quitta le toit sous un tir nourri, non sans répliquer.
Le squad I3 était sauvé.

Soudain, une succession de sifflement déchirèrent l'atmosphère. Des centaines de traits de feu tombant depuis l'espace zébrèrent le ciel.
Des capsules de débarquement. Une véritable nuée.
L’entrainement au débarquement des soldats de la 3éme Flotte venait de débuter. Celui de Neil et Anathéo s’achevait. Les androïdes de combat AR21 qui avaient été leurs adversaires allaient avoir bien du mal contre l’envoi de régiments entiers.

Pour un entrainement à balles réelles, le résultat dépassait leur espérances : Anathéo et Neil avaient pulvérisés les records du terrain d’entrainement tout en remplissant tout les objectifs qui leurs étaient assignés.
Quant aux impacts sur les blindages exo-dermiques, ils restaient non létales et faisait aussi partie de l'entrainement des forces au sol de la 3éme Flotte. Savoir comment réagirait son partenaire en plein combat était primordial pour un squad. Et les réactions du squad I3 étaient parfaites. Solidarité, synchronisation dans les actions de chacun, esprit d'équipe...
Dommage que Neil n'ait suivi cet entrainement que par curiosité. Mais sa haute fonction de Dirigeant d'Essara ne pouvait lui permettre de devenir simple soldat. Il était trop précieux aux yeux de tous pour que l'on puisse l'envoyer en première ligne...
Mais si un jour la guerre venait à atteindre Essara, Neil ne resterait pas les bras croisés. Son fusil d'assaut reprendrais du service aux côtés de ses soldats...

2/2

Revenir en haut Aller en bas
Selsynn



Nombre de messages : 27
Classe : assassin
Date d'inscription : 12/07/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Vampire

MessageSujet: Re: Galerie Publique   Ven 17 Juil 2009 - 12:31

Selsynn
Nouvelles

Commentaires : public ou mp (comme vous préférez ^^)

Destins Croisés

[center]L'animal était en train de partir. Devant moi. Sur le chemin qui se dressait devant nous.
J'avais eu beaucoup de mal à accepter qu'il dut partir, en contrepartie, j'avais mis tellement de temps à accepter sa présence. Il était resté longtemps avec la Tribu. Si longtemps qu'il était devenu habituel pour moi de le voir déambuler à ma suite, jamais au moment qu'il fallait,
toujours au pire. Je pense qu'il avait un don. Il y eut des fois où je maudissais la Mère de l'avoir adopté. Ah oui, elle l'avait adopté, comme un petit être. Elle lui offrait tout ce dont il pouvait avoir besoin. La Mère... Toujours le cœur a porté des pauvres et des sans-Tribu. J'en perdrais un jour mon rôle. L'animal s'est encore un peu plus éloigné. Il se retourne. Comme il est touchant. La Mère se rirait de moi si elle savait mes pensées... Moi qui ait voulu la faire
revenir à la raison, sachant que l'animal partirait, retournerait à sa sauvagerie naturelle. C'était elle qui avait gagné. Elle a réussit.
Aujourd'hui c'est toute la Tribu qui a l'impression d'avoir perdu un membre. Alors qu'il n'était qu'un animal. Comble de notre déchéance, voyez comme elle est grande, nous l'avons baptisé ! De quel nom ?
"Rossignol Babillant". Pourquoi ? Pour la raison de tout le bruit qu'il faisait sans cesse, à la manière d'un Rossignol. Voilà, il s'est totalement détourné de moi, de la tribu, il s'est mis à courir vers le nid qu'on fait ses parents.
J'ai jamais compris pourquoi il restait juste sur ses deux pattes avant... On va tellement plus vite sur quatre... Ça y est, les larmes montent à mes yeux jaunes. Il est temps pour moi de mener la Chasse. Cet intervalle de temps où j'ai laissé un peu la tribu se diriger toute seule est terminé. Moi, Alpha, vais diriger ma Tribu hors des Sentiers de faim et de guerre.
Mmmhh, je sens que la traque va bientôt commencer, cette biche m'a l'air si appétissante.



L'étranger avait dit
L'Etranger l'avait dit. La petite tribu s'enfuyait de la plaine vers les montagnes au Sud. Pas vers celles du Nord. C'était très important, ça. La tribu fuyait, les enfants trop petits pour savoir marcher portés par leurs mères, les possessions de la tribus portés par les hommes.
Bientôt le fleuve de flamme viendra du Nord. Il leur faudra avoir déjà avoir atteint leur refuge.
Tout cela, ce ne sont pas les Dieux qui le leur avaient expliqué, mais un homme, l'Etranger. Peut-être expliqueront-ils, si un quelque membre survit. Peut-être donneront-ils la raison de ces évènements. Pourquoi seulement l'Etranger savait.
L'Etranger... Un homme seul, qui avait soumis à sa volonté l'une des créatures de la liberté. Il appelait cela un "Cheumal" ou quelque chose qui y ressemblait. Il disait aussi qu'il venait d'une très grande tribu à l'est. Il n'était pas le seul à dominer les créatures de la liberté. Encore une chose à demander aux Dieux. Que devait être notre attitude face à ces étrangers dominateurs.

Fatigue. Chaleur. Soif. Fatigue. Soif. Chaleur.
Ces maux tournent autour de la tribu tels les vautours autour d'un condamné. Mais elle leur résiste et continue à avancer, un homme derrière l'autre. Une femme derrière un enfant, lui insufflant du courage. Avançant doucement mais toujours avançant.

Les montagnes devinrent beaucoup plus proches. La chaleur s'accentua aussi.
Un bruit sourd se fit entendre. Les enfants se retournèrent et crièrent affolés. Une sorte de vague géante arrivait droit sur la tribu. Une vague de rouge et d'orange. Une vague de chaleur aussi.
Les femmes se tournèrent aussi et virent la même chose. Elles prirent les enfants plus grands contre elles, dans l'espoir de les calmer. Les hommes regardèrent aussi la vague de feu descendre du Nord. « Ainsi l'Etranger avait dit vrai. »
Nul ne comprit pourquoi ils furent épargnés. La volonté des Dieux ? La sagesse de l'Etranger ? Le courage des hommes de la Tribu ? Mais, quoi qu'il en soit, car les hommes sont ainsi, la
Tribu survécut sans trop de pertes. La vague, puis le fleuve de feu se cantonna à rester dans la vallée. Ils découvrirent dans les hauteurs leurs frères animaux qui avaient trouvés refuges ici aussi.
La vie continua, et continuera car les Dieux sont là, que les Hommes sont sages et courageux
Revenir en haut Aller en bas
http://do-roleplay.bbfr.net/les-personnages-f69/selsynn-t1836.ht
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Galerie Publique   Aujourd'hui à 2:57

Revenir en haut Aller en bas
 

Galerie Publique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Kalamaï :: Hors Roleplay :: Discussions-