AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ouverture de routes marchandes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Xanis
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 780
Age : 26
Classe : Sorcier
Date d'inscription : 28/04/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/10  (0/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe noir

MessageSujet: Ouverture de routes marchandes   Mer 10 Juin 2009 - 14:43

Le Général Delhorn était débout sur la rive ouest de l'île d'Etimnon.
La proximité de cette rive avec les falaises de Mésolongion avait fait que le sable ne s'y était pas entassé contrairement au côté opposé de la province. Ce qui allait sans doute poser problèmes lors de la fortification de la place.
Judith glissa une main sous son épaisse chevelure châtain clair et passa ses doigts entre les mèches des doux cheveux.

La fortification de l'île n'était pas encore un problème. Son esprit était à ce jour occupé par l'ouverture de routes commerciales avec Mésolongion. Les falaises face à elle où se brisaient les lames étincelantes forçaient les navires à descendre plus au sud pour accoster le continent.
Un stratège Etimnoen avait la veille retenu son attention en parlant de la mise en place d'un point aérien afin d'éviter aux marchands des contrées du nord d'avoir à se diriger vers le sud pour remonter par voie maritime. Elle allait faire assigner les cockatrices à la marine marchande du port en restauration, les supprimant de l'inventaire des forcées armées draziviennes.

Se retournant, elle fit une moue sceptique et prit la route de la Chambre de la Construction et de l'Urbanisme. Une fois entrée dans le haut bâtiment, elle fut une nouvelle fois choquée par l'ambiance électrique qui régnait dans les lieux. Criant et jurant, les employés courraient en tous sens pour consulter tel ou tel dossier, suivre telle ou telle archive.
La Chambre recensait en effet tous les architectes, les maçons, les zingueurs et autres métiers de la construction. Leur dossier contenait leur statut, d'apprenti à maître et c'est ainsi que les membres de la Chambre formaient les groupes de travail et les répartissait sur les différents chantier afin de permettre aux apprentis d'acquérir un maximum d'expérience avec les meilleurs de chaque domaine.

Avisant un homme rougeaud, elle le héla.


"Je voudrais une équipe de construction et un ingénieur si possible."
"Pour quel dossier ma Dame ?"
"Une nouvelle annexe au dossier 2CB-3 Commercial."

Les bras de l'homme lui tombèrent le long du corps.
Ils avaient bien trop de projets et pas assez de bras pour tous les réaliser. Mais il fallait absolument ouvrir les routes commerciales avec Mésolongion car la population utilisait actuellement les ressources alimentaires amenées par l'armée en cas de siège, et elles ne dureraient pas bien longtemps...


"Je... ne suis pas sûr que ce soit réalisable à l'heure actuelle..."
"Pouvez-vous m'indiquer le chantier au plus près de se terminer et dont les ouvriers seront libres après ?"
"De tête, non. Je vous proposerai humblement de repasser demain matin, je chargerai quelqu'un de faire les recherches."

Après un hochement de tête pensif Judith tourna les talons et repassa la porte dans l'autre sens.
Les incessants
Missi traversant Etimnon et Mésolongion en tous sens afin de porter des messages entre les Chambres et les Intendants et Conseillers draziviens lui avaient raconté qu'un épais brouillard siégeait en les terres de Kalamaï mais l'île, balayée par les vents marins, n'était pas incommodée de ce caprice du temps.

Un
Eggelos Arriva à sa hauteur et lui remit un pli, la suivant gentillement en attendant les ordres. Le Conseiller au Commerce de Draziva l'avertissait de l'imminence de l'ouverture de routes commerciales avec un peuple nain. Lui remettant la lettre, Judith l'envoya à la Chambre de Moeurs pour voir ce qu'elle pouvait en faire.
Les messagers utilisés par Draziva étaient de deux sortes : les
Missi qui portaient des plis politiques ou personnels et les Eggelos qui transmettaient les messages de l'armée ou classés secrets.

Après s'être frotté les yeux et avoir poussé un profond soupir, l'administratrice actuelle d'Etimnon prit le chemin du port pour voir où en étaient les travaux.


Dernière édition par Xanis le Ven 5 Mar 2010 - 2:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Xanis
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 780
Age : 26
Classe : Sorcier
Date d'inscription : 28/04/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/10  (0/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe noir

MessageSujet: Re: Ouverture de routes marchandes   Mar 30 Juin 2009 - 17:59

Le pas puissant des troupes draziviennes frappait le sol en rythme.
Quatre commandos de dix hommes étaient arrivés de Draziva pour qu'Etimnon soit parée à toutes les éventualités. Les deux premiers étaient détachés de la phalange Béhémoth et les deux autres de la phalange Phoenix, toutes deux étant surentrainées et disposant non seulement des meilleurs soldats, mais aussi des meilleurs officiers et des plus fins stratèges.

Le premier des deux groupes n'était pas connu pour faire dans la dentelle. Lourdement armés et utilisant des techniques qui ne privilégient pas forcément la vélocité mais leur force physique, leur endurance et l'épaisseur de leurs plastrons et de leurs boucliers.
Ils étaient à l'entrainement dans une zone au sol tapissé d'herbe, à l'ouest de l'île.
Judith les rejoignit sans se presser, profitant des rayons du soleil chauffant doucement sa peau et de la tendre caresse d'une légère brise marine. Elle se permettait de prendre son temps, le reste de sa journée étant chargée à bloc.

Arrivant sur la place, la jeune femme reconnut le Lieutenant Zalteran de la Phalange Béhémoth. Il était le plus gradé de cette partie de l'armée qui était dans les terres de la Couronne sous le commandement de la Phalange de la Couronne, mais qui était autonome en territoire neutre ou ennemi.

Les soldats de l'armée régulière étaient en entrainement au combat et un soldat était actuellement entrain de combattre contre Zalteran. Tous deux étaient torse nu et pieds nus. Ils avaient chacun un bâton en bois cylindrique de deux mètres de long.
L'officier était accroupi, l'arme fermement tenue par le milieu. Il évita l'attaque portée par son adversaire et, se redressant, fit mine de porter un coup au visage, au moment où sa cible allait parer, le Lieutenant fit un rapide tour sur lui même et porta un violent coup à l'arrière des genoux. Profitant de sa chute, il le désarma d'un coup de pied.

Le combat était terminé. Les muscles saillant et fort bien dessinés, Zalteran se redressa et, croisant le regard de Judith, il se dirigea vers elle. Il s'arrêta face à elle, il avait récupéré un tissu et frottait ses cheveux humides de transpiration pour les sécher un peu.


"Hé bien capitaine, on ne salue plus ses supérieurs ?"
"Sachez, lieutenant, que j'ai été promue Général de Campagne."
"J'en ai été avisé en effet. Et je respecte profondément le choix de notre Patriarche, toutefois il me semble que la Campagne d'Etimnon est achevée non ?"

Delhorn fut prise de court et la répartie lui manqua.

"C'est aussi ce que je pensais..."
"Je délaisserai mon poste d'administratrice d'Etimnon lorsque le Patriarche me le demandera et pas avant, d'ici je juge que ma place est ici et vous êtes donc placés, vous et vos homme sous mes ordres ! Est-ce clair lieutenant ?"

La seule chose qui fut aussi grande que les talents de combattant et de stratège de l'homme était son ego. D'une incroyable arrogance, il lui fit un sourire narquois et, après lui avoir répondu d'un hochement de tête, il tourna les talons et repartit vers ses hommes.

L'administratrice prit le chemin du port.
Les phoenix patrouillaient dans la ville. Ils n'étaient que quatre groupes de cinq, mais elle les vit plusieurs fois car par s'entrainer ils allaient au pas de gymnastique, paquetage et armes sur le dos. Bien que moins épais que les Béhémoth, ils étaient impressionnants et étaient réputés pour être les meilleurs épéistes de Draziva.
Bien moins arrogants que leurs confrères, à chaque fois qu'ils la croisaient, ils s'arrêtaient, formaient les rangs et se frappaient deux fois la poitrine sur le coeur avec le poing droit avant de repartir.

Deux des quais du port étaient remis en état. Trois autres étaient prévus pour le commerce, mais ceux-là allaient devoir être construits et nécessitaient que le terrain soit remblayé, ce qui ne pouvait être fait avec du sable, faute de quoi les fonds seront trop hauts pour accueillir les plus gros navires. Les ingénieurs et architectes de la Chambre des Constructions avaient planché dur sur le sujet et pensaient avoir trouvé une solution...

Les Intendants draziviens avaient reçu dans ses rapports quotidiens une missive à ce sujet.
Un
Missi avait été envoyé à Orchomène afin de demander à ce qu'une parcelle de terre de Mésolongion soit cédée à Etimnon jusqu'à l'annexion. Ce terrain, situé en regard de l'île, sur les falaises du littoral mésolongien portait une bâtisse de quelques étages et d'assez grande superficie, entourée d'un parc encadré de murets et contenant des outils de bois et de cordes.
L'ensemble de cette propriété servait à harnacher et charger les créatures volantes de la flotte marchante que Draziva avait cédées à Etimnon et qui assuraient la liaison entre les caravanes terrestres et la province en elle-même, qui ne pouvait être rejointe par voie maritime durant les travaux sur les places portuaires.

Des soldats en armes convergeaient des quatre coins de la Corne d'Ivoire et de Samos et se regroupaient à l'ouest pour être transportées sur le continent. De là elles rejoindraient à pieds leur famille en Draziva durant le mois que durerait leur permission.
La force en mouvement était assez nombreuse pour dissuader les pays traversés de tenter de l'arrêter.

Une réponse des Conseillers aux emplois de la Couronne était expressément attendue.
Judith se frotta les yeux de fatigue et s'étira lentement de sa démarche féline. Elle prit le chemin des Samos pour continuer les affaires de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Xanis
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 780
Age : 26
Classe : Sorcier
Date d'inscription : 28/04/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/10  (0/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe noir

MessageSujet: Re: Ouverture de routes marchandes   Lun 1 Mar 2010 - 14:13

Comme Judith l'avait craint, les badauds s'entassaient derrière les cordons de militaires.
Il était heureux que les soldats de la cohorte Béhémoth soient présents, ils formaient un rempart efficace empêchant la place du port d'être envahie par la population qui se bousculait pour observer le spectacle.
Force était de constater que la vie sur l'île était d'une habituelle morosité, les évènements se répétaient inlassablement de jour en jour et les habitants entraient peu à peu dans une sorte de torpeur de laquelle il était bon de les extraire avant que cela ne dégénère.

A ce sujet, Judith avait reçu l'aval du Patriarche lui donnant la permission de contacter un ancien vivant dans un royaume sylvestre à quelques lieues de Samos dans le but de lui laisser la gouvernance régionale d'Etimnon. Malheureusement, aucune réponse de l'enchanteur pour l'heure.

On tapota sur l'épaule du général, la ramenant à la réalité en un éclair.


Nous sommes prêts à commencer, mon général.

Bien, commencez dans ce cas. Par lots de deux paniers.

L'officier s'éloigna en acquiesçant.
La place était couverte de créatures toutes plus étranges et effrayantes les unes que les autres. Des méphites virevoltaient dans les ars, accompagnées de vitalisatrices rayonnantes. Des chimères rugissaient et étiraient leurs longues ailes au sol et des femmes des enfers de dandinaient de long en large, bien près de la foule, cherchant des yeux un malheureux pécheur auquel elles auraient fait expier bien des maux. Afin d'éviter cela, des liches gardaient une orbite -faute d'oeil- sur ces dernières, prêtes à intervenir en cas de dérapage.

Un objet masqua le soleil quelques secondes. Tout le monde leva les yeux au ciel et vit une nuée de cockatrices arnachées qui transportaient ce qui ressemblait à un gigantesque panier d'osier.
C'était en réalité un panier de bois autour duquel on avait tressé de l'osier afin de répartir équitablement la charge qui allait être contenue.
La masse volant se dirigea vers un point bien précis dans la rade et y déposa son panier. Sitôt que ce fut fait, d'autres dizaines de créatures s'élancèrent des côtes de Mésolongion, transportant des pierres -certaines tellement grosses et lourdes que plusieurs créatures devaient y être attachées pour les déplacer- et se dirigèrent vers le panier que les cockatrices maintenaient exactement là où elles l'avaient déposé.
Au fur et à mesure que les roches s'y entassaient, le panier sombrait jusqu'à toucher le fond, ne dépassant plus à la surface que de quelques pieds. Il en restait plusieurs centaines à installer pour former la digue artificielle qui allait protéger le port d'Etimnon.

Et bien que tous les paniers soient déjà finis, il allait falloir trouver des pierres supplémentaires et surtout le temps de toutes les entasser dans la structure de bois afin de la couler à l'endroit voulu. Une fois ceci terminé, un pont serait installé pour courir sur l'ensemble excepté à l'espace laissé vide afin de permettre le transit des navires entre l'espace protégé et la haute mer.
Il allait d'ailleurs falloir songer sérieusement à la sécurité d'un tel équipement...
Revenir en haut Aller en bas
Xanis
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 780
Age : 26
Classe : Sorcier
Date d'inscription : 28/04/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/10  (0/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe noir

MessageSujet: Re: Ouverture de routes marchandes   Ven 5 Mar 2010 - 2:43

Une dizaine de paniers délimitaient grossièrement la forme qu'aurait le port d'Etimnon une fois achevé. Les créatures constituant les corps armés aériens de Mésomnon faisaient un travail remarquable, avec une minutie qu'on ne leur imaginerait pas forcément.
Judith était debout face à la rade, adossée au mur d'un petit entrepôt bâti en pierre et qui servait à entreposer du bois utile à la fabrication de barques.

Le soleil qui se couchait au dessus de l'océan l'inondait une très belle couleur ambrée agitée de remous au gré des vaguelettes.
Cela faisait longtemps que le Général n'avait pas vu sa famille. Ses frères d'armes avec lesquels elle avait servi jusqu'à sa promotion lui manquaient et elle avait envie de revoir Draziva.

Elle avait reçu pour mission de contacter l'enchanteur Ethosem qui vivait dans une forêt du nord de la région, elle y avait dépêché un messager mais ce-dernier n'était pas encore reparut. Elle ne doutait pas de son retour, les Egelos étaient parmi les meilleurs soldats de l'armée, mais plus vite l'Ancien répondrait, plus rapidement elle pourrait espérer avoir une permission.
L'armée drazivienne avait quitté ses quartiers sur l'île deux semaines auparavant, cédant la place aux troupes fraîches recrutées sur place et à celles assignées ici et ayant signé en Mésolongion. La population avait accueillie avec plaisir la nouvelle, elle qui voyait tous ces soldats défilant au pas et affichant un blason étranger comme une troupe d'occupation.

Malheureusement les choses ne s'étaient pas aussi bien déroulées pour elle.
Un détachement de la Cohorte Béhémoth avait été assignée à une caserne du nord de Samos, et bien que Zalteran ait quitté les lieux, son remplaçant ne s'était guère montré plus compréhensif avec elle, lui faisant ouvertement et publiquement comprendre qu'elle ne représentait pour lui rien de plus qu'un petit capitaine promu par le caprice de leur Patriarche et qu'à ses yeux, elle n'était pas plus sa supérieure que ne l'aurait été sa femme de ménage.
Ayant vécu toute sa vie dans l'armée, elle était habituée à la discrimination et au machisme, mais en tant qu'administratrice provisoire de cette région, elle devait absolument montrer à ces brutes qu'elle était leur chef, et ce quoi qu'ils en pensent.

Elle laissa doucement glisser ses jolis yeux bleus vers le sol.
Le soleil venait de disparaitre et elle regardait la poussière virevolter sur les pavés, s'enrouler autour de ses jambes puis se déposer paresseusement sur ses bottes de cuir usées. Elle sourit gentiment en songeant que voilà un bon indicateur de tout ce qu'elle avait accompli ces derniers temps.

S'humectant les lèvres, elle leva les yeux au ciel pour y trouver la première étoile du soir. Elle ne connaissait pas son nom et cela ne l'intéressait guère, mais ce soir elle la trouvait d'une beauté à la fois brute et subtile, toute féminine et sensuelle.
Ce petit point lumineux qui montait en première ligne faire face à l'obscurité s'avançant inexorablement depuis des temps immémoriaux dans la voute céleste, chaque soir. Et chaque soir la petite étoile finissait pas se retrouvée seule, perdue dans cet océan de jais jusqu'à ce que ses amis la rejoignent. Cela ne l'empêchait pas de reprendre la lutte au crépuscule suivant, fière et déterminée, semblant inciter les hommes ici bas à ne jamais perdre espoir.

Deux puissants rugissements lui parvinrent des rives de Mésolongion sur sa droite.
La veille des créatures gigantesques, à la silhouette à la taille semblable à celles des dragons étaient apparus dans le ciel. Tout le monde s'était affolé, militaires y comprit, ne sachant comment réagir si ces puissantes bêtes étaient prise de l'envie de les dévorer.
Quel incommensurable soulagement avait-elle éprouvé en voyant le capitaine Melfort de Draziva chevauchant le premier de ces monstres. Il avait réussit à poser le colosse en douceur entre les bâtiments sur la place du marché vide ce jour là et avait annoncé aux officiers rassemblés ici que le Patriarche leur faisait parvenir un moyen de terminer plus rapidement les travaux du port.
Les Iltarns abattaient un travail phénoménal avec leur musculature très développée et leurs grandes ailes qui battaient puissamment dans les airs. Ils déplaçaient les roches avec plus de rapidité et d'aisance que n'importe quelle créature présente dans les environs.


" Qui va là ?! "

La jeune femme aurait juré avoir entendu un bruissement derrière le mur contre lequel elle était appuyée, mais aucune réponse ne lui parvint.
Une ombre grandit, allongée vers la mer à l'ombre des réverbères allumés dans la Tour par les préfets et Judith sortit silencieusement sa dague de son fourreau, prête à se défendre qui que soit l'intrus qui cherchait à la prendre par surprise.

Une tête décomposée tourna au coin du bâtiment et elle ne put réprimer un cri.
La liche qui patrouillait dans les environs avait senti sa présence et était venu vérifier qu'elle avait le droit de se trouver ici et ne faisait aucune action interdite. Ces choses éthérées faisaient se hérisser les poils des plus vaillants soldats et un frisson remonta le long du dos de la jeune femme alors que ce squelette drapé d'une lourde cape noire la dévisageait de ses orbites vides, sondant le plus profond de son être, à la recherche de l'essence même de sa personne.
Une fois qu'elle l'eut reconnue, la liche fit volteface et disparut dans la pénombre grandissante.

Vraiment, il était difficile de concevoir que Xanis aimait tant s'entourer de ces monstres effrayants.


Dernière édition par Xanis le Ven 5 Mar 2010 - 3:08, édité 1 fois (Raison : Un post pas vraiment utile mais je m'ennuyais un peu.)
Revenir en haut Aller en bas
Korannos



Nombre de messages : 12
Age : 23
Classe : Démonologiste
Armada : Libre
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/0  (0/0)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Infernal

MessageSujet: Re: Ouverture de routes marchandes   Ven 1 Avr 2011 - 13:03

Voyageant dans l'empire pour en connaître ses usages , Koranos arriva en Mésommon et observa ces étranges humains appelés marchands qui bien que sans pouvoirs étaient extrêmement influents sans doute grâce à ces petits bouts de métal nommés argent que ces marchands semblaient posséder en quantité !
Il se dit que l'argent pouvait servir sa grande quête et en particulier les routes marchandes qui semblaient en rapporter beaucoup . N'y connaissant rien en finances il se dit qu'il pourrait bien être pillard une sorte de marchand illégal selon lui mais pour cela il devait trouver des serviteurs pour s'en prendre aux caravanes car son hôte était encore trop faible pour s'en prendre aux caravanes seul surtout si ce Xanis qui semblait être puissant ce mettait en travers de son chemin , il se mit donc à la recherche d'hommes aux bas instincts qui pourraient lui convenir tout en surveillant les caravanes au départ...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ouverture de routes marchandes   Aujourd'hui à 10:44

Revenir en haut Aller en bas
 

Ouverture de routes marchandes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Kalamaï :: Provinces, dépendances et territoires :: Mésomnon :: l'Isle-