AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Frontière de guerre à l'Abysse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Erwin Laynn



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 26/05/2009

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Mer 30 Sep 2009 - 1:55

-Parfait, capitaine Rudnik. Les éclaireurs vont déblayer le chemin pour que l'on puisse se mettre en marche.
Erwin contempla un moment le fleuve avant de se tourner vers le lieu présumé du campement et plus loin, de l’Abysse. Telles des oriflammes, les fumées du champ de bataille cinglaient au vent, dévoilant la présence d’une bataille féroce.
-Mon cher Rudnik, la guerre nous appelle. Les colonnes de fumée au loin n’augurent rien de bon. Espérons juste que nous ne soyons pas en retard…
Le Renard du Désert fit un signe à l’un de ses lieutenants, lequel s’approcha et tendit l’oreille. Le général y glissa quelques consignes, que le subalterne partit exécuter au plus vite.
Rapidement, les ordres furent transférés et bientôt, les hommes se préparèrent à partir.

Les forces présentes au sein de la Force Armée Coalisée Maon/Prévèze comptaient certes 6000 hommes, mais répartis de façon bien distincte.
Il y avait bien sur les 3000 archers Amphisois, mais aussi les 3000 soldats de la 1ére Armée Prévézienne, parmi lesquels 200 éclaireurs, 1500 soldats d’infanterie de tout type et 1300 cavaliers et centaures.

L’organisation au sein de la 1ére Armée était simple : elle comprenait sur 3000 hommes, 3 bataillons (1000 soldats) plus ou moins spécialisés. Au sein de ces bataillons, 10 régiments (100 soldats), comprenant chacun 2 Stectes (50 soldats) qui se divisent en 5 groupes (10 soldats). Et enfin, ultime division : les squads de 5 hommes, permettant une meilleure cohésion au cœur d’une bataille. Le combat par petit groupe permet aussi d’avoir un certain esprit d’équipe que l’on perd lors du combat individuel…

Il se posait ainsi un problème : comment intégrer les archers Amphisois dans une stratégie complexe ? Le problème fut résolu assez aisément en fin de compte. Il suffisait de donner aux soldats Amphisois une structure analogue à celle de leurs homologues Prévéziens… Le tout restait affaire d’organisation.

Ainsi, Erwin avait opté pour une structure à 6 bataillons :
-5 bataillons comprenant 500 Archers Amphisois (5 régiments), 200 soldats d’Infanterie Lourde (2 régiments), 100 Soldats d’Infanterie polyvalente (1 régiment) et 200 cavaliers/centaures (2 régiments).
-1 bataillon resterait en arrière, en tant que renfort mobile, comprenant alors 500 archers (5 régiments), 300 cavaliers/centaures (3 régiments) et les 200 éclaireurs (2 régiments) n’ayant pas grand-chose à faire au cœur d’une bataille.

Il est aussi à noter la présence de Forces Spéciales non conventionnelles : Ald’Rhune avait aussi envoyée 10 dragons d’or et deux escouades des Sabres pour les opérations « spéciales ». Ainsi, les escouades Mu et Nu se trouvaient aux côtés de leurs frères d’arme Prévéziens et Amphisois…

Spoiler:
 

Toujours est-il qu’il fut décidé de laisser au campement au bord du fleuve le bataillon de réserve. Non seulement il pourrait rejoindre la bataille rapidement en cas de besoin, mais en plus, il consoliderait à merveille le petit poste avancé sur le fleuve, protégeant ainsi les afflux de matériel et les reflux de blessés.

Les soldats des 5 autres bataillons, enfin prêt, se mirent en marche en direction du campement des troupes impériales. Les uns après les autres, les régiments défilèrent dans un bruit de milliers de bottes raclant le sol, précédés par les dragons d’Ald’Rhune et les Sabres.
Ils atteignirent rapidement le campement, éloigné d’à peine un kilomètre de la rive du fleuve. Le camp n’était pas vide, à l’inverse de ce qu’aurait pu penser Erwin. Plusieurs dizaines de Templiers semblaient être restés à l’écart des combats pour d’obscures raisons...
Les soldats de la Force Coalisée se stationnèrent dans le camp –heureusement suffisamment grand pour les accueillir tous- et entreprirent de mettre en place les défenses standard. Quelques tourelles de tirs de Météores 5 furent installées, des palissades mobiles construites, le tout en toute hâte dans l’attente d’une décision du général…

Erwin contemplait l’Abysse depuis les palissades. A ses côtés, Rudnik s’adonnait au même « loisir ». Il était évident que les forces alliées qui combattaient aux portes de la forteresse de Mogoth seraient heureuses d’avoir des renforts.
Mais, il fallait adopter une stratégie d’abord. Prit d’une inspiration, Erwin descendit de la palissade et vint s’agenouiller au sol. Il se mit alors à dessiner dans la terre sous les yeux ahuris du capitaine Amphisois, une carte schématisée des lieux. Il plaça sommairement les troupes combattantes et entreprit de définir la meilleure approche de ses forces. Rudnik le voyait accroupi sur une espèce d’enchevêtrement de flèche et de traits ne ressemblant à rien. Pourtant, dans l’esprit du général, les traits dans la terre se muaient en régiments, soldats, choc des lames contre les bords de métal des boucliers…

Soudain, il se leva et couru jusqu’à sa tente de commandement – laborieusement montée par son aide de camp- et disparu sous cette dernière. Rudnik le rejoignit en trottinant et le découvrit penché sur la carte, le sourire aux lèvres :
-Mon cher Rudnik, nous allons mobiliser les trois premiers bataillons sur les flancs et le front de l’Abysse. Les deux autres bataillons termineront l’installation du campement et resteront en stand-by. Vous pouvez prendre la tête de l’un de ceux qui partiront, tout comme vous pouvez rester à déterminer notre stratégie. C’est à votre convenance.
-Bien, mon général. Mais, quid des dragons ?
-J’en veux deux en vol constant au dessus du campement avec possibilité de décollage rapide de trois autres en renfort. Trois autres survoleront le champ de bataille en protection des bataillons au combat et les deux derniers se reposeront. Les Sabres vont rester en stand-by. Toutefois, je vous prierais de vous entourer d’une des deux escouades si vous allez au combat.
-Entendu, mon général.
-Enfin, je veux que les bataillons portés au feu soient répartis comme suit : Infanterie Lourde en plan médian, Infanterie polyvalente en avant, archers en arrière. La cavalerie restera en retrait sur les flancs. Il s’agit de faire contact le plus rapidement possible avec nos alliés tout en restant ordonnés. Le général poussa un soupir avant de reprendre :
-Je sais qu’ils sont entrainés à ça et qu’ils le feront bien. Mais pour une majeure partie d’entre eux, cette bataille sera le baptême du feu. Et j’ai horreur de perdre des hommes au combat. Donc, nous allons procéder à quelques tirs de Météores 5 sur l’Abysse, tout en restant économes.
-Des Météores 5 ?
-Oui. Ces engins sont chers et extrêmement rare, mais efficaces...Parfois. Mais à long terme, nous aurons besoin de machines de siège un peu plus lourde et moins…prototypique. Et je ne vous cache pas que je ne suis pas convaincu de leur utilité dans la guerre moderne. C’est peut être intéressant pour la marine, mais pour la guerre terrestre, peuh !
-Hum…bien, mon général. Au combat, alors…
-Je vais revêtir mon armure lourde.
-Je n'ai jamais quitté la mienne, mon général…
Revenir en haut Aller en bas
Babka



Nombre de messages : 1725
Age : 33
Classe : Rodeur
Armada : Coalition Marchande
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Statut Impérial:
6/10  (6/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Mer 30 Sep 2009 - 4:22

Rudnik avait écouté avec attention toutes les explications du général. Bien que quelques peu dépassé par les termes et stratégie militaire, l'Amphisois s'en remettait totalement à Erwin Laynn sur la marche à suivre.

J'irais avec un des bataillons dont je prendrais la tête, vous êtes le stratège et moi je suis combattant. Nous sommes des archers de générations en générations et notre place n'est pas derrière une carte et une table mais bien sur le champs de bataille.

Un seul doute me vient à l'esprit, car avant que je ne rentre dans cette tente, un éclaireur est venu m'informer que le pont de l'Abysse n'est plus présent. Ainsi seul une attaque par la voie des airs ou par l'envoi de projectile est possible à moins de contourner cet enfer et espérer une ouverture à l'arrière. Il serait presque ridicule qu'une telle forteresse ne soit pas pourvu d'évacuation autre en cas de danger. Quand pensez-vous ? À moins que nous ayons une méthode quelconque de passer le ravin une fois que les Météores 5 auront suffisamment endommagé la porte d'acier de l'Abysse.


L'elfe se tenait debout près de la sortie, attendant la réponse du général avant de quitter avec son bataillon. Cette nouvelle information risquant de changer les plans actuellement établis.
Revenir en haut Aller en bas
Dakeyras
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 39
Classe : paladin
Date d'inscription : 16/05/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: homme

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Mer 30 Sep 2009 - 13:14

Dakeyras et ses hommes étaient aux affûts, en attendant la venue des ennemis. Le paladin entendit d'abord d'énormes bruits de pas, et vit surgir avec horreur deux énormes trolls, qui semblait se gêner pour passer. Tout les hommes passèrent à l'attaque, massacrant les trolls qui passaient. C'était plutôt facile, les créatures n'étaient pas bien adroites, et elles se gênaient. Mais les choses se compliquèrent sérieusement avec l'arrivée de gros chiens, certainement les bêtes infernales nommé molosses satanique. Dakeyras et ses hommes essayaient de les contenir dans l'entrée, mais ils furent rapidement débordé, et vint le tour aux ténébreux d'entrer dans la danse. Ils ne purent les contenir et ils étaient maintenant encerclés, et les troupes de Dakeyras diminuaient à vue d’œil. Il n'eut pas le temps de voir où en était les troupes de l'inquisiteur, car il était en proie avec un dangereux ténébreux. Au prix de nombreuses blessures, il en vint à bout, et constata avec horreur qu'il ne lui restait que 8 hommes debout, les autres tous tombés au combat. Il hurla à contre cœur une phrase qu'il n'aurait jamais voulu dire:

- Retraite! Eloignez-vous de cette sortie de malheur!

Le paladin et ses hommes forcèrent le passage, et coururent dans la direction où ils étaient venus. Ce faisant, trois hommes périrent. En regardant derrière lui, il s'aperçut que les immondes bêtes ne le suivaient pas. Au bout d'un petit kilomètre de course, un de ses hommes s'écroula de fatigue. Ils firent tous halte pendant une demi-heure. Un silence pesant régnait sur le camp, chacun pleurant en silence leurs compagnons perdus. Le paladin serra les dents en pensant au cadavres de ses soldats laissés là-bas. Il leur adressa une prière silencieuse en espérant qu'il ne soit pas emmené dans l'antre. Ils repartirent ensuite au campement. Ils avaient mis environ trois heures pour arriver à cette entrée, ils en mirent sept pour rentrer. En arrivant, Dakeyras aperçut au loin une gigantesque armée, mais son esprit était trop embué pour se rendre compte de que cela représentait. Il fut accueilli par son Capitaine:


- Enfin vous revoilà! J'ai failli envoyer un autre groupe de personne venir vous rechercher! Et vos blessures, allez vite vous faire soigner, vous verrez, les moines ont fait des miracles sur mes plaies. J'ai bien cru que...
- Kadoras, j'ai bien besoin d'un peu de solitude. Mène ces hommes aux moines, je me chargerai moi-même de mes blessures. Si quelqu'un me cherche, je suis dans ma tente.

Sans attendre une quelconque protestation de la part de son Capitaine, le paladin partit dans sa tente. Une fois arrivé, il n'eut la force que d'enlever une petite partie de son armure. Il était épuisé physiquement, mais aussi moralement. Quinze de ses hommes avaient péri. Par sa faute, entièrement. Il aurait dû battre en retraite bien avant, ou même partir dés qu'ils avaient découvert l'entrée, pour revenir plus tard. Mais non, il avait foncé dans le tas. Il était venu avec une vingtaine d'hommes, et il en revenait avec cinq. De plus, la majeure partie d'entre eux étaient d'excellents combattants, et des amis. Il essaya de trouver le sommeil, mais les visages de ses soldats l'hantaient sans cesse. Il finit par se résoudre à soigner ses plaies avec sa magie primaire, puis le sommeil vont le prendre soudainement, en lui gravant sa défaite dans son inconscient.
Revenir en haut Aller en bas
Aedric
Palatin
Palatin


Nombre de messages : 513
Age : 23
Classe : Inquisiteur de Brak
Date d'inscription : 24/06/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
7/10  (7/10)
Race: homme

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Mer 30 Sep 2009 - 19:11

Contrairement à ce qu'il avait penser ,ce n'était pas un petit groupe qui sortit du tunnel mais un impressionnant groupe de soldats, Aedric reconnut ce qu'on appelait communément des ténébreux et se jeta sur l'un d'eux il détestait ces non morts vivants d'élites pour en avoir combattus par le passé ... Le ténébreux para son coup mais Aedric redoubla d'effort et fini par l'abattre d'un violent coup à la tête, malgré la satisfaction du travail accompli Aedric compris rapidement que ses hommes et lui même ne survivrait pas à un tel combat ne désirant pas prononcer le mot "retraite" qu'il considérer comme une insulte il fit un signe à ces hommes dont un tiers avait déjà péris et dont les corps servirait de repas aux molosses sataniques c'était la dur loi de la guerre ...
ils profitèrent de l'ouverture crée par les hommes de Dakeyras pour s'échapper
En fuyant Aedric hurla:
Nous reviendrons Mogoth !
L'inquisiteur avait la défaite amère mais cette défaite était aussi une victoire et ses hommes étaient morts pour donner la victoire aux survivants ,Mogoth pouvait apprécier ce moment ,mais c'est par ce tunnel que viendrait sa défaite ...
Les troupes du paladin était devant ,et avait été totalement décimés ,ce fut un groupe totalement exténué qui arriva au campement,Wile et les restes du chapitre des templiers les accueillir ,les blessés furent envoyés à l'hôpital de campagne déjà bondé.
Aedric prit congé ,il se rendit dans sa tente ses blessures le faisant souffrir et ses jambes avait peine à le soutenir,et surtout il avait le gout amer de la défaite en bouche se n'était pas la morts de ses hommes qu'il l'attristait ,c'était le rôle d'un soldat de mourir, non c'était d'avoir du fuir comme ce soir la... Les images lui revinrent en tête ,sa ville en flammes sa mère s'emparant de l'épée de son mari pour combattre ,le cadavre froid de son père,il avait juré de ne plus jamais fuir ...
Il n'avait qu'une envi c'était de dormir mais non ,ce n'était pas le moment , il prit la potion que lui avait préparé son alchimiste royal ,il la but la potion.Il se sentit soudain plus léger ses jambes n'étaient plus aussi lourdes ,mais la blessure de son épaule était toujours ouverte ,un prêtre de Dinas vint panser sa blessure.Il sortit de sa tente,le visage crispé par la douleur de sa blessure.Il aperçu une immense armée.
L'armée coalisée arrivait enfin...
Mais Aedric n'en pouvait plus ,la potion n'était pas assez forte et il était véritablement exténué,il confia à Wile le commandement et s'endormi sous sa tente ...
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Laynn



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 26/05/2009

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Mer 30 Sep 2009 - 20:43

-Mon général, nos alliés ont rompus le combat et se sont repliés!
Le lieutenant Fallon venait de rentrer en courant dans la tente d'Erwin. Ce dernier venait tout juste de revêtir son armure de campagne -armure lourde offrant une protection impressionnante. Le plus impressionnant devait être le nombre d'éraflures sur son plastron, attestant d'un nombre de batailles élevés à l'actif du général-
-Ah. Bien, nous prenons l'initiative, lieutenant. Ordonnez les tirs sur l'Abysse dès maintenant. Et demandez aux gars du Génie de nous préparer des balistes. J'irais rencontrer nos alliés pendant ce temps. Les tirs occuperont bien notre ennemi.
-Oui, mon général.
Le lieutenant reparti aussi prestement de la tente. Laynn était vraisemblablement arrivé un peu tardivement pour l'assaut d'aujourd'hui. Mais qu'importait, la bataille pour l'Abysse ne faisait que débuter. Et tel le début d'une partie d'échec, chacun tâtait l'efficacité des forces en présence. Il va sans dire que les troupes non-mortes du Sanglant avaient l'avantage de la résistance. Mais à cette ignominie, le Renard du Désert comptait bien opposer le savoir faire militaire séculaire, l'efficacité et l'organisation d'une Armée de Prévèze. De plus, l'appui logistique assuré par Maon, Prévèze et les navires d'Ald'Rhune remontant le fleuve permettait un apport conséquent en ressources et ravitaillement en tout genre.
Laynn sorti de sa tente à son tour pour découvrir les impressionnant rayonnage de tentes de campagne impeccablement alignées. Les soldats de la 1ére Armée avaient entreprit de dresser une palissade en rondins de bois précédée d'un fossé parsemé de piques autour des tentes. Des tours avaient été dressées à la hâte pour permettre une vue globale du champ de bataille. A leur côtés, de petits monticules de terre supportaient les affuts mobiles des Météores 5, autour desquels les équipes de trois artilleurs avaient commencés leur ballet.
Les caissons contenant les étonnants projectiles étaient installés sur les affûts, les plaques aux extrémités retirées, en attente des ordres de tir. Le directeur de tir patientait à son tour, achevant de régler ses optiques de visée.

Le lieutenant Fallon revint en courant vers Laynn:
-Mon -pff- géné-pff-ral! Nous sommes -pff- parait au feu.
-Bien, lieutenant. Reposez vous un peu, je vais m'en occuper.
-Merci -pff- mon général.

Laynn s'avança vers l'affût le plus proche de lui. Un soldat portant une épaulette rouge -symbole des chefs de tir- le rejoignit prestement. Laynn sortit une longue-vue portative qu'il déploya et adjoint à son oeil.
-Mon général, nous sommes prêt.
Sans décoller son œil de sa longue-vue:
-Parfait, soldat. Feu.
-Bien mon général.
Le chef de tir se saisit d'un petit sifflet et émit un sifflement aigu. La réponse fut étonnante. Dans un déchirement de feu, les premiers projectiles s'élancèrent vers l'Abysse. Suivant une trajectoire elliptique relativement plate et allongée, les projectiles atteignirent finalement une zone assez large comprenant le pont, la lave et la porte de la forteresse du Sanglant.
-Pas très "carrés", vos tireurs, soldat.
-Le premier tir est toujours un tir d'essai, mon général. Le second sera meilleur, vous verrez. A propos, quelle cible doit-on prendre?
-Concentrez vos efforts sur la porte.
-Bien, mon général. DIRECTEURS DE TIR, NOUVELLE CIBLE DÉSIGNÉE: CONCENTREZ LES TIRS SUR LA PORTE!!
-Affût 1, comprit!
-Affût 2, reçu!
-Affût 3, entendu!
-Affût 4, c'est comme si c'était fait!
Erwin se pencha à l'oreille du chef de tir:
-Ils ont de l'humour, à l'affût 4...
La réflexion du général fut sourire le chef de tir. Le sifflement retentit, indiquant le tir de quatre nouveaux projectiles...

Spoiler:
 

Le bruit du départ des Météores ne passa pas inaperçu: quelques soldats alliés se rapprochèrent de la palissade pour contempler les effets des tirs sur l'enfer privé de Mogoth. Le sable et la terre noire entourant l'Abysse se soulevait comme sous l'action de terribles vents dans un déluge d'explosion. Toutefois, les explosions contre la porte furent moins spectaculaire: si elle était ébranlée par les explosions, il en faudrait plus pour la faire tomber. Les infernaux savaient faire solide lorsqu'ils s'y mettaient...
Les restes du pont achevaient de s'effondrer dans la lave en fusion s'écoulant plus bas, déstabilisés par les explosions des projectiles.
Le Renard du Désert contemplait la scène avec amusement. Autant la portée des Météores rendait toute attaque de la position quasi-infaisable par des moyens conventionnels, autant les dégâts occasionnés ne valaient pas l'envoi de plusieurs quartiers de roche par de puissants trébuchets. Comme il l'avait dit plus tôt, si cela pouvait être intéressant lors d'opérations mer/terre ou contre une ville fortifiée, les dégâts contre une forteresse de pierre étaient pour le moment relativement faible.
Mais l'impact psychologique sur le moral des troupes était bon: les soldats autour des affûts assistant à la scène lançaient des "hourra" à qui mieux-mieux.
Et le sable mêlé à la terre noire continuait son ballet au grès des coups de sifflets et des déchirements de feu...
Revenir en haut Aller en bas
Aedric
Palatin
Palatin


Nombre de messages : 513
Age : 23
Classe : Inquisiteur de Brak
Date d'inscription : 24/06/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
7/10  (7/10)
Race: homme

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Mer 30 Sep 2009 - 22:18

Aedric, fut réveillé par un bruit digne de l’enfer, il était épuisé mais ce boucan l’avait rendu étrangement dynamique, il se leva et sortit de sa tente, un magnifique spectacle s’offrait à ses yeux des traits incandescents volaient dans les cieux et venait s’abattre avec violence sur l’Abysse ,Aedric regardait ces armes mortelles avec des yeux d’enfant,il était bluffé ,de telles armes existaient, il était stupéfait, impressionnant , répétait-il dans sa tête il regarda les fusées s’envolait pendant un petite minute ,puis il revint à ses esprits ,les ingénieurs de Nardogord avait bien du retard …
« Wile, allons rendre visite aux prévéziens, laissez vos hommes ici mais venez avec moi
-Très bien, l’hôpital militaire remplis parfaitement son rôle beau travail commandant
-Vous remercierez les prêtres de Dinas mais allons voir nos nouveaux alliés
-D’après nos informations le commandant de l’armée serait un certain Erwin Laynn
-Hum celui que l’on surnomme le Renard du désert ,sa peut être intéressant... »
Ils sortirent du campement Aedric les yeux toujours levés aux yeux aperçu dans le ciel deux lézards volant qui dansait dans les airs dans un spectacle qui imposait le respect .
« Des dragons Seigneur Aedric, des dragons !
-
Il restait silencieux s’était la première fois qu’il en voyait enfin des vivants et non leurs cadavres animés par les nécromanciens.
Ils arrivèrent enfin devant les lanceurs des fusées ,les autres soldats installait un campement ,dans une discipline superbe .
« Nous souhaiterions parler à celui que l’on surnomme le Renard du Désert »
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Laynn



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 26/05/2009

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Mer 30 Sep 2009 - 22:35

-Nous souhaiterions parler à celui que l'on surnomme le Renard du Désert.
A l'évocation de son nom, Erwin quitta des yeux l'Abysse et se retourna en repliant sa longue-vue.
-Vous l'avez devant vous, monsieur. Général Erwin Laynn, commandant en chef de la 1ére Armée de Prévèze, à votre service. Vous devez être le seigneur Aedric, n'est-ce pas? Si vous voulez bien me laisser quelques instants...
Se tournant vers le chef de tir:
-Maintenez les tirs sur la même cible. Le lieutenant Fallon prend le commandement en mon absence. Je veux être averti au moindre mouvement de l'ennemi.
-Oui, mon général! Répondit le soldat à l'épaulette rouge en exécutant un salut militaire.
Revenant à son homologue et son second:
-Messieurs, que puis-je pour vous?
Revenir en haut Aller en bas
Aedric
Palatin
Palatin


Nombre de messages : 513
Age : 23
Classe : Inquisiteur de Brak
Date d'inscription : 24/06/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
7/10  (7/10)
Race: homme

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Mer 30 Sep 2009 - 22:52

Messieurs, que puis-je pour vous?
Aedric toisa l'homme il n'avait physiquement rien de très impressionnant mais ses yeux reflétait une intelligence bien supérieurs et ces hommes semblait lui voué un profond respect.
Impressionnant ces engins ... comment s'appellent-t-ils ? Euh excusez-moi je suis bien le seigneur Aedric commandant des forces du culte présentes ici. Nous sommes chargés de l'aide aux blessés, voici le capitaine Wile commandant le contingent de templiers venus escortés les prêtres. Nous souhaitions vous rencontrer, enfin tout d'abord de vous remercier, ainsi que de planifier un plan d'attaque. Nous avons localisés une entrée secrète de l'Abysse, aux prix de plusieurs de nos hommes ainsi que quelques coups reçus. Il désigna le bandage sur son épaules.

Mes hommes sont à votre disposition Général, demandez leur n'importe quoi et ils vous montreront comment se battent les guerriers de l'Église.
Une nouvelle fusée fut lancée Aedric ne put s'empêcher de détourné le regard et de la regardait voler dans le ciel ....
Revenir en haut Aller en bas
Dakeyras
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 39
Classe : paladin
Date d'inscription : 16/05/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: homme

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Jeu 1 Oct 2009 - 8:25

Dakeyras dormait depuis une bonne heure déjà. Malgré le fait qu'il ait conservé une partie de son armure, et que le matelas était plutôt dur, il dormait profondément d'un sommeil empli de cauchemars. Un bruit sourd vint le réveiller au sursaut, au désespoir du paladin. Celui-ci commença par marmonner une bordée d'insultes, tout en essayant de se rendormir, mais les explosions se répétèrent. Dakeyras se leva, furibond:

- Où est la bande de sagouins qui s'amuse à faire péter des pétards devant ma tente?!?

En sortant de sa tente, le bruit se répéta, et Dakeyras se rendit compte que ce qu'il pensait être des pétards étaient en fait des sortes d'obus explosant à l'Abysse. Il était encor un peu endormi, et cela avait altéré son ouïe, et il eut honte de son emportement. Il se changea rapidement, et revint assisté au spectacle. Il eut même un mouvement de recul en apercevant d'immenses bêtes dorés dans le ciel. Sûrement des dragons d'or, une des plus puissantes créatures de Kalamai. Il retourna son regard vers l'armée de Preveze. Il vit aussi Aedric et Wile partirent en courant vers eux. Tant mieux, Dakeyras n'aurait pas à se déplacer. Si le général Laynn n'était pas venu le chercher, c'est qu'il n'avait pas besoin de lui. De plus Aedric était déjà à sa rencontre, donc il lui racontera tout ce qu'il savait, y compris l'existence d'une entrée secrète. Il bailla à s'en décrocher la mâchoire, puis retourna dans sa tente piquer un somme. Il enfonça son oreiller sur ses oreilles, et la fatigue eut raison du bruit sourd des explosions à l'Abysse.
Revenir en haut Aller en bas
Mogoth



Nombre de messages : 230
Age : 50
Classe : Démonologiste
Date d'inscription : 21/10/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/10  (0/10)
Statut Rebelle:
9/10  (9/10)
Race: Infernal

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Sam 3 Oct 2009 - 5:59

Savourant tout juste le recul de ses adversaires qui avait réussi à trouver une entrée menant dans les profondeurs de l'Abysse, je fut déranger par un vacarme épouvantable. Je voulais me rendre à la fenêtre pour en connaître l'origine mais je fut envoyé au sol par la déflagration d'un engin explosif inconnu. Je me releva en me tenant éloigné du mur pour me rendre dans la cour pour m'adressa aux troupes :

Ils ont découvert une de nos sorties mais nous les avons repoussé, cependant ils reviendront sûrement avec une armée plus imposante. Quelqu'un peut-il me renseigner sur ce qui éclate à ma porte et qui les utilises ?


J'espérais que les minions des enfers, fraichement revenu de patrouille, saurait m'éclairer car je nage en plein mystère et je n'aime pas ça. Que faire... attendre la venue des renforts et défendre nos portes ou bien prendre d'assaut le champs de bataille par tout les côtés possible au risque de perdre encore plus rapidement... trop de choix, trop de résultats. Tandis que je réfléchissais, mon général vint à nouveau me voir, apportant des informations sur l'ennemi et cette nouvelle puissance de feu.

Il s'agit de projectile qui explose avant impact ou sur impact selon les tirs, comment, nous ne le savons pas. J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle : tout d'abord la porte de l'Abysse semble bien résister pour le moment. Cependant une nouvelle armée est arrivé dans le camp ennemi, ils seraient à l'origine du bombardement actuel et ils sont au moins plus de cinq mille soldats de toute sortes à rejoindre leur rang contre nous.

Le général s'éloigna aussitôt après avoir cité son rapport, une épée pouvait partir vite et lui trancher la tête si le Sanglant devenait de mauvais poil.


QUOI ! Plus de cinq mille ? Il me faut prendre les devant et faire le plus de dégâts possible. Que toutes les unités se préparent aux combats, fait sortir les énormes poutres de remplacement du pont, prévient les troupes des tunnels de foncer vers l'ennemi en groupe serré mais discret. Jouons sur la surprise ! Trois groupes à gauche et trois à droite... nous allons donc arriver par les flancs et éviter l'artillerie. Lâchez les diablotins par la porte, ils feront diversion.

Que tout les minions s'envolent en se divisant pour offrir un soutien aérien aux groupes d'assaut. Une centaine d'archers resteront ici pour tuer tout ce qui entrera pendant notre progression si jamais il nous surpasse sur le champ de bataille. Fait venir les nains et leur poudre dangereuse, je veux qu'il piège la forteresse. Si je dois perdre mon repaire, il sera réduit en poussière et la montagne cachera tout ce qu'il contient.


Les ordres étaient lancé dans un seul flot continu de consigne pour le général qui s'exécuta sans plus attendre. Pendant ce temps, je me dirigea vers ma chambre afin d'avoir une vue plus en hauteur et à l'abri des tirs adverses. Analysant la situation et attendant l'arrivé de mes troupes pour lancer le dernier round dès maintenant.

Pendant que je prenais un minimum de repos, je senti le sol tremblé par le mouvement de l'immense portail de la forteresse, le sort en était joué. Une horde de Diablotins s'engouffra dans l'ouverture et se dirigèrent vers le lieu où était le pont. Leur petits ailes claquant au vent, la majorité d'entre eux réussir à passer le ravin tandis que les autres tombèrent directement dans la lave pour cause de la chaleur intense qui se dégageait ou par l'impact quelques météore 5 sur le flot de bestiole.

Les dés sont jetés, Victoire ou Défaite. Honneur ou Humiliation
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Laynn



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 26/05/2009

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Sam 3 Oct 2009 - 22:19

-MON GÉNÉRAL, MON GÉNÉRAL!!
-Excusez moi, seigneur Aedric... Oui, soldat?
-Il y a du mouvement à la porte de l'Abysse!

Erwin bondit alors sur la palissade, à proximité des affûts à Météores 5. Il déploya d'un geste assuré sa longue-vue et la braqua sur l'Abysse. Une multitude de petites créatures rouge, avec des ailes, ayant une forme vaguement humanoïde...
-Des diablotins...
-Vous pensez que c'est une offensive?
-Oui. Mettez tout le monde en alerte! Lieutenant!!
-Oui, mon général?
-Quel est le statut des trois bataillons de tête?
-Ils étaient en position d'attente, mon général.
-Bien, maintenez l'attente mais placez les en formation de combat. Que les deux bataillons de réserves se mettent en alerte et détachent leurs archers. Cible: les diablotins en approche. Et tout les dragons en l'air. Trois sur la gauche, trois en face et trois sur la droite. Le dernier en réserve au dessus de nous.
-Bien mon général.
-Une dernière chose, alertez le bataillon de renfort près du fleuve, qu'ils se tiennent prêt à nous soutenir.

Le lieutenant parti en courant pour assurer la transmission des ordres aux différents bataillons.
Le chef de tir des Météores -toujours en action- s'approcha du général.
-Pourquoi mettre tout le monde en alerte, mon général?
-Si Mogoth est intelligent, il saura que ses diablotins n'ont ni la puissance, ni le nombre nécessaire contre nous. Ils seront cloués au sol avant d'avoir parcourus les 800m qui nous séparent. Donc, ce ne peut être l'attaque principale, mais une diversion. Maintenant, la question est: contre qui allons nous nous battre? Et d'où viendront-t-ils? Et c'est pour ça que je compte sur les dragons pour assurer le rôle d'éclaireurs avancé. Ils repèreront le mouvement bien mieux que nos hommes.

-Et si c'était bien l'attaque principale?
-Alors nous aurions réagit du mieux possible, à savoir: être prêt à tout. Maintenant soldat, préparez vous au combat. Rien ne se passe comme on l'a prévu en matière de manœuvres et de stratégies militaires.
-Oui, mon général.


Le Renard du désert reprit sa longue-vue et balaya l'horizon. Rien. Pour le moment. Les diablotins continuaient de tomber en nombre à la Porte. Toutefois, un bon nombre d'entre aux s'avançaient, menaçants. La réponse fut assez rapidement (enfin, presque, le temps que les archers se mettent en formation...) donnée à ces créatures infernales: les premières flèches Amphisoises filèrent dans leur direction. Juste un petit millier de flèches tirées par le petit millier d'archers des bataillons IV et V de réserve rapide...
Se tournant vers le seigneur Aedric:
-Monseigneur, il serait judicieux de placer vos hommes en état d'alerte. Il va falloir pas mal d'épées et de boucliers pour vaincre.
Revenir en haut Aller en bas
Dakeyras
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 39
Classe : paladin
Date d'inscription : 16/05/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: homme

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Dim 4 Oct 2009 - 9:30

- Chef, reveillez-vous! Et regardez!

Les mots résonnèrent 10 fois dans sa tête avant qu'il n'en comprenne le sens. Dakeyras se leva avec difficulté, puis s'adressa au soldat:

- Quoi donc?
- Là- bas! lui hurla-t-il dans les oreilles, en pointant l'Abysse.

En effet, il semblait y avoir du mouvement vers les grandes portes. En regardant plus attentivement, le paladin s'aperçut qu'il s'agissait de diablotins, des petites créatures volantes pas très puissante. Il remercia le soldat, et enfila une simple armure de cuir, et il s'empara de sa lage épée. Mogoth retentait le même coup qu'il y peu, c'est à dire envoyer de faibles créatures pour tester les forces présentes. Mais le Sanglant devait avoir autre chose en tête. Dakeyras prévint ses hommes de se préparer au combat, et reflechit à la stratégie du démon. Il devait se douter que ses diablotins ne feraient pas long feu et viendrait d'écraser devant les défenses du campement comme un vague s'écrase sur un rocher. Mais les vils créatures étaient tout de même nombreuses, et leurs petite taille ferait que ses soldats seraient occupés pendant un moment. La solution lui apparut clairement, pour une fois. Il repensa du coup à ses hommes perdus, avec un déchirement au coeur. Il fallait qu'il fasse part de ses doutes à Erwin Laynn. Il demanda son chemin aux soldats présents, et se dirigea vers l'imposante armée de Preveze. Entre temps, les dragons d'or s'envolèrent, et le paladin ne put empêcher un mouvement de recul. Il se retourna brièvemet, et vit les flèches s'abbatre sur les petits démons. Avec un peu de chance, il n'aurait même pas à combattre. Il trouva du regard Aedric, et vit par la même occasion un homme bedonnant, mais à l'oeil vif, qui devait être le fameux Erwin Laynn, le ' Renard du Desert' . Il attendit en retrait qu'ils eut finit leur discussion, puis s'approcha:

- Bien le bonjour, général Laynn, je suppose? Je me présente, Dakeyras, je suis celui qui a demandé votre aide pour cette guerre. Il tendit une main amicale envers l'homme. Je dois vous faire part d'une information importante, auriez-vous du temps à m'accorder?

Le paladin avait repris des couleurs, et les sorts mineurs de régénération qu'il avait utilisé semblait porter leurs fruits. Il salua par l'occasion son acolyte Aedric d'un geste de la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Aedric
Palatin
Palatin


Nombre de messages : 513
Age : 23
Classe : Inquisiteur de Brak
Date d'inscription : 24/06/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
7/10  (7/10)
Race: homme

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Dim 4 Oct 2009 - 12:45

L'ennemi passait à l'attaque les portes de l'abysse s'était ouverte une foule de créature volante en sorti,Aedric connaissais ces créatures des diablotins !Ses petites créatures est frêle et fragile mais leur nombre et leur petite taille pouvait poser un problème.Mais que penser Mogoth ces créatures n'avait strictement aucune chance face aux armée impérial,les archers Amphisois commençait déjà à répliquer.
La bataille finale commençait-elle ?S'est ce que se demander Aedric lorsque le général dit
-Monseigneur, il serait judicieux de placer vos hommes en état d'alerte. Il va falloir pas mal d'épées et de boucliers pour vaincre.
-Bien... si l'ennemi nous attaque c'est notre mission de défendre les prêtres, vous pouvait compter sur la force de frappe de l'armée de l'Église j'ai hâte de voir les templiers charger au milieu des hordes démoniaques.Wile allait chercher vos hommes l'heure de la vengeance à sonné et seller mon cheval nous tirons l'épée cote à cote
-Sa sera fait mon seigneur,nous combattrons
L'excitation montait chez Aedric ,il avait l'air d'un enfant avec un nouveau jouet il voulais faire couler du sang pour laver l'affront qu'il avait subi.C'est a ce moment précis que Dakeyras montra le bout de son nez les elfes noirs n'avait pour le moment pas bougés...
Revenir en haut Aller en bas
Mogoth



Nombre de messages : 230
Age : 50
Classe : Démonologiste
Date d'inscription : 21/10/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/10  (0/10)
Statut Rebelle:
9/10  (9/10)
Race: Infernal

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Jeu 8 Oct 2009 - 4:25

L'ennemi avait réagi aussitôt que la porte avait été ouverte. Une véritable pluie de flèches s'abattit sur les diablotins, mais ceux-ci continuait d'avancer tel une marée vu leur nombre. L'attention étant porté sur eux et tel était mon intention. C'est ainsi qu'au beau milieu du tumulte, les flancs gauche et droite s'obscurcirent par la présence d'un peu plus d'un millier d'unités dans chacun des bataillons formé. Forçant la marche pour arriver le plus vite possible et occasionner un maximum de stupéfaction et de dégâts aux troupes assiégeantes.

Chacun des deux bataillons attaquait de la même manière, vu leur composition identique. Au sol, les créatures du Sanglant progressait à grand pas et l'affrontement se fit dans un vacarme épouvantable de métal et de cris plus ou moins humains. Les 600 molosses sataniques attaquaient tête baissé, fonçant simplement dans la marée humaine pour déstabiliser l'ennemi. Laissant ainsi le temps au 150 trolls de se rapprocher malgré leur légendaire lenteur de mouvement. Heureusement que les 300 traîtres faisaient parti de l'assaut afin de ne pas créer de vide entre les molosses et les trolls.

Tandis que les 60 Ténébreux surveillaient la progression du combat et servaient de renforts, les 50 minions des enfers survolaient les combats dans l'attente d'attaquer les cibles faciles. Mais la présence des dragons de Prévèze heurta violemment le plan initial et un combat aérien eut lieu.

Partout les hommes et les créatures tombaient aux combats, des pluies régulière de flèches provenant des archers de Maon s'abattaient sur les troupes du Sanglant, causant de lourds dégâts de manière expéditive... La victoire du Sanglant n'était pas garanti mais la défaite n'était pas une option. Ce serait le gain ou la mort pour ses armées.
Revenir en haut Aller en bas
Shaka



Nombre de messages : 177
Date d'inscription : 28/01/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Elfe noire

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Jeu 8 Oct 2009 - 17:58

hrp/Je tiens à m'excuser de ma longue absence qui fut involontaire,je reprend mon recit en tenant compte de ce qui à était posté, mais comme Shaka est dans un trou nous dirons qu'elle n'a rien vu si vous étes evidement d'accord./hrp


La matriarche était toujours dans les tranchées depuis la destruction du pont, un sortilége de son mage avait bloqué les entrées, l'elfe se sentait comme prise au piège dans ses grottes.
Tous les soldats étaient entassés dans des salles prevues à cet effet, melant à l'odeur de la terre, celle de la sueur et du sang.

Gamelin vint rejoindre la contesse qui nettoyée et aiguisée sa lame, calmement avec des gestes précis.Il s'inclina devant sa matriarche:

-Dame, quand donneront l'assaut?
-Les troupes attendue sont arrivées, elles sont nombreuse, je le sens. dit elle le regard dans le vide, je dois parler a Mogoth.

Gamelin eut une expression de surprise qu'il tenta de dissimuler.
-Aller voir Mogoth? Seriez vous devenue folle il va vous occire avant même que vous ne l'ayez vu.
Mais la matriarche était determinée, deja elle se dirigait vers un petit dragon qui l'amenerait par dela le pont.
Revenir en haut Aller en bas
Mogoth



Nombre de messages : 230
Age : 50
Classe : Démonologiste
Date d'inscription : 21/10/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/10  (0/10)
Statut Rebelle:
9/10  (9/10)
Race: Infernal

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Dim 11 Oct 2009 - 5:23

D'un haut perchoir, je surveillait la situation, je vis les diablotins être réduit de moitié avant même d'être rendu sur l'adversaire. Au moins l'autre moitié aura donc eu le plaisir de déguster des lames et des flèches par la tête... Heureusement, les deux unités d'assaut venaient d'arriver sur le champs de bataille par les flancs et l'amusement commencerait pour moi.

Tandis que je m'installait confortablement pour admirer l'hécatombe humaine, un petit dragon vint atterrir entre le ravin et la porte ouverte de la forteresse. Sur son dos, une femme, une drow : Shaka ! Elle venait ainsi se jeter dans la gueule du loup .. mais pourquoi ? Mes ordres étant clair depuis longtemps au près de mes hommes, elle devait pouvoir se rendre saine et sauve jusqu'à moi.

Elle descendit de sa monture et au même moment, un troll vint la chercher. Ne disant rien, il fit signe de le suivre d'une main et me pointa de l'autre dans le haut de la forteresse.
Revenir en haut Aller en bas
Shaka



Nombre de messages : 177
Date d'inscription : 28/01/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Elfe noire

MessageSujet: ait   Dim 11 Oct 2009 - 14:49

La matriarche descendit de son dragon, elle rabaissa sa capuche et suivie le troll qui vint la rejoindre, elle suivit du regard là où le troll pointait son enorme doigt, elle devina que Mogoth devait être là haut, ils emprunterent un escalier etroit sous les regards interrogateurs des creatures qui partaient combattre, l' air était empuantit de l'odeur des monstres et de la guerre.

Arrivaient devant une porte, le troll s'arreta et fit un signe impatient à l'elfe, sans aucune parole il designa la porte de bois de sa lourde tête et rebroussa chemin.
Shaka regarda autour d'elle, ici pas de creatures soldats, le brouhaha qui se faisait entendre dans la tour, semblait à cet étage plus lointain.

La matriarche avanca et frappa trois coups à la porte qui s'ouvrit, au fond de la piéce, une silouhette lui tournait le dos, sans hesitation l'elfe entra puis la porte se referma derrière elle.
Elle se trouvait dans une sorte de bureau, quelques armes et parchemins trainait sur le sol dans un coin de la salle, surment des prises de guerre pensa la matriarche,puis quand elle fut assez pret de Mogoth celui ci se retourna et elle lui adressa la parole.

Seigneur Mogoth, j'ai bien recu votre missive, et je viens à vous sans escorte et sans armes comme vous pouvez le voir, je suis toute ouie pour notre...affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Mogoth



Nombre de messages : 230
Age : 50
Classe : Démonologiste
Date d'inscription : 21/10/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/10  (0/10)
Statut Rebelle:
9/10  (9/10)
Race: Infernal

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Lun 12 Oct 2009 - 0:33

Une forme enflammé apparu par la porte de l'Abysse, c'était le Sanglant sous son apparence naturelle. De sa voix il parla :

Armées du Mal, faites mourir les envahisseurs de l'Abysse ! Que le sang coule à flot. Votre mort doit se payer par de nombreuses vies afin de satisfaire le tout puissant Nucter qui réclame des âmes dans l'autre monde. Je pars pour mieux revenir, nul ne saura où je suis mais je serais bien vivant. Battez-vous pour l'Abysse, cette forteresse qui vous protège depuis des lunes. Ne la laissez pas tombez aux mains des pacifistes !

Ces derniers propos s'adressait à mes généraux dont les consignes reçues étaient claires : Vaincre l'adversaire ou détruire la forteresse pour en préserver les secrets sur sa puissance. Partout au coeur de celle-ci, des charges destructives fait par les nains pouvait être allumé à tout moment, réduisant en poussière une grande partie de la montagne et ses mystères. Selon l'estimation naine, le ravin se remplirait de roches, le scellant pour un bon moment.

Une crevasse d'où émane une lueur rouge s'ouvrit dans le sol, à proximité du dragon qui attendait Shaka. La véritable torche humaine s'engouffra dans celle-ci puis l'ouverture se referma. Cependant, un item dorée resta coincé dans le sol, seul quelques pointes dépassaient de ce qui fut le passage. Emprisonner par la force magique de l'Abysse, nul être ne pourrait la reprendre à moins d'être d'une grande puissance ou que le Sanglant lui-même brise son emprise.




[HRP]Bien que partie de l'Abysse, les combats auront lieu jusqu'à la mort des mes créatures. Quiconque passera la porte pour entrer recevra pour accueil une pluie de flèche et déclenchera la destruction des lieux. Bref, vous gagnez une bataille mais pas la guerre. Rendez cette bataille une légende, Hélèna j'ai confiance en toi.[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Laynn



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 26/05/2009

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Dim 8 Nov 2009 - 16:41

-QUE TOUS LES HOMMES SE METTENT EN POSITION DÉFENSIVE !!
Les soldats aguerris de la 1ére Armée de Prévèze agissaient avec calme, discipline et rapidité. Adoptant leur formation de combat avec une aisance trahissant de long mois d’entrainement, chaque homme savait exactement où se positionner dans la formation pour protéger son frère ou sa sœur d’arme. Bien que relativement peu importante pour une force armée dont la vocation est de protéger un territoire aussi vaste que Prévèze, les hommes de la 1ére Armée n’étaient certainement pas des « bleus », malgré le manque de bataille à leur effectif. Il était certain que celle qui allait se dérouler dans les minutes qui suivaient resterait dans les mémoires de tous et toutes.

Grande particularité de l’Armée de Prévèze, les deux genres sont représentés en ses rangs. Aucune discrimination n’est faite au sein de l’Armée, même si la mixité pose de temps à autre quelques menus soucis –heureusement fort rares et extrêmement localisés-.

Les hordes de Mogoth devaient à présent se trouver à courte portée.
Les diablotins qui s’étaient essayés à traverser le champ de bataille sous les tirs des archers de Maon et des Météores 5 des hommes du régiment du génie, avaient pour la plupart succombé d’une mort prématurée. Il faut entendre par là le résultat de l’étonnante efficacité des tirs Maonnais –même contre des cibles dispersées de petite taille-. Les Météores 5 n’avaient pas fait grand-chose de plus, n’étant pas habilités à servir contre des unités mobiles, restant des armes de siège par excellence…
Les quelques survivants ayant réussis à atteindre le campement avaient succombés sous les coups des lames courtes des archers elfiques sans réussir à faire un dommage significatif. Plusieurs blessés étaient dors et déjà à compter parmi les archers, mais aucun suffisamment important pour justifier son retrait de son groupe de combat. Toutefois, par endroit, quelques entailles au travers des armures de cuir laissaient s’échapper un léger filet de sang…

Pour en revenir aux soldats d’infanterie de la Coalition Maon/Prévèze, ces derniers achevaient à peine la mise en formation défensive que déjà de longs hululements emplissaient l’air alentour. Des rugissements, mugissements, bruits de piétinement divers résonnaient autour du campement.
Erwin, solidement campé dans son armure lourde, observait la situation et son déroulement. Entouré d’une escouade de Sabres, il contemplait toujours la carte en attendant un quelconque appel des dragons envoyés en éclaireurs.
Il n’eut pas à attendre bien longtemps: l'un de membres de l'escouade Mu servit de porte-parole à l'un des dragons d'or:
-Monsieur, Nardell vient de me transmettre la position d'une importante formation ennemie.
-Il se trouve où?
-Sur le flanc gauche, il survole la zone devant nos forces.
-Bien, dîtes lui de maintenir sa position à haute altitude. Qu'il se tienne prêt à fondre sur l'ennemi avec ses deux compagnons.
-Reçu, monsieur.
Sous les ordres du Renard du désert, le bataillon du flanc gauche manœuvra pour faire face aux hordes infernales de Mogoth. Le but de la manœuvre était simple: placer l'infanterie lourde équipée principalement de lances longues et de boucliers au centre de la formation pour les faire s'écraser sur un mur de pique. Rajouter à ça l'infanterie polyvalente sur les flancs et la cavalerie qui peut à tout moment attaquer l'ennemi sur ses propres flancs. Et en arrière, les archers peuvent abattre les forces ennemies avant leur arrivée sur les soldats d'infanterie lourde.

L'ordre de bataille sur le flanc gauche aurait pu être optimisé, mais le manque d'informations sur la composition des troupes ennemies ne jouait pas en la faveur des forces coalisées.
Un autre des dragons d'Ald'Rhune, posté sur le flanc droit indiqua une présence similaire à celle du flanc gauche. Ordre fut donné pour se placer à l'instar du bataillon protégeant le flanc gauche.
Les estimations des dragons indiquaient un petit millier d'individus par corps d'armée chez l'adversaire. Autant dire que l'avantage du nombre balançait en faveur des troupes Coalisées. Toutefois, un autre message des dragons d'or laissa échapper un léger grognement au général: les extraordinaires créatures volantes venaient d'indiquer la présence de Minions des enfers en approche de la zone des combats.
-Général, quels sont vos ordres?
-Faites attaquer les dragons. Ils doivent se trouver plus haut que les minions, qu'ils piquent sur eux et les réduisent au silence
-Bien, monsieur.
Et de part et d'autre du champ de bataille, les six dragons piquèrent sur leurs cibles, qui s'éparpillèrent gaiement dans les airs. Le combat aérien s'engageant en faveur dragons d'or: malgré leur vitesse, les minions ne pouvaient réellement faire de mal aux dragons, solidement protégés par leurs écailles. Au moins ménageaient-ils un répit aux forces adverses au sol, lesquels n'allaient plus tarder à attaquer les deux régiments des flancs.

Erwin examinait la carte en répartissant à nouveau les forces en présence.
Il conservait un bataillon opérationnel au centre de sa position et deux en stand-by un peu en retrait. Il se doutait bien que le choc des troupes terrestres serait rude. Ce serait même une évidence. D'après ce qu'avait entendu dire le général, les serviteurs du Sanglant n'étaient pas à proprement parler des modèles de beauté...

Le premier rang du bataillon I, posté à gauche, vit apparaitre une horde de molosses sataniques déboucher du couvert des arbres et leur bondir dessus. Les lanciers maintinrent leur formation tant bien que mal, transportés d'effroi par la vision des créatures maléfiques. Leurs officiers les encouragèrent en débutant un cri de ralliement, rapidement suivi par tous. Les premiers rangs, sur le point de flancher, resserrèrent leur formation. Comme à l'entrainement, leur force viendrait de leur cohésion au premier choc...

Il fut terrible. Les molosses se jetèrent sur les piques, les premiers s'embrochant sur les pointes, rejoints par les suivants. Les grognements atroces des créatures infernales emplirent l'air, assourdissant les soldats engagés dans le combat. La violente charge des molosses enfonça par endroit les lignes Coalisées, nécessitant un renfort des lignes arrières de lanciers.
Mais dans l'ensemble, la charge fut stoppée net, se brisant sur les lances, non sans dégâts de part et d'autre. Les morceaux de hampes et les membres arrachés volaient joyeusement au dessus des combattants. Les molosses essayèrent à plusieurs reprises d'enfoncer ou d'approfondir les enfoncements effectués par des attaques appuyées sur les lignes Coalisées. Mais rien n'y fit. Pour un lancier tombé, deux prenaient sa place, colmatant toute brèche dans le mur de piques.
Certains tentèrent leur chance en contournant la position des lanciers, espérant les prendre à revers. Mais c'était sans compter sur l'infanterie polyvalente, composée d'épéistes aguerris. Leur formation dispersée paru un point faible aux molosses, ce qui s'avéra être l'inverse. L'espace entre les soldats était juste suffisant pour qu'ils puissent utiliser leurs épées le mieux possible sans se gêner les uns les autres. Les quelques molosses s'y essayant y laissèrent leur vie au prix de plusieurs hommes à terre pour les hommes de Prévèze.

Un spectacle similaire eut lieu presque simultanément sur le flanc droit. Les forces du IIIème bataillon réagirent aussi bien que celles du Ier.

Le général Laynn eut rapidement vent du choc sur les bataillons I et III de tête. S’attendant à ce que les molosses ne soient que l'avant-garde, il ordonna à la cavalerie des deux corps d'Armée de quitter leur position respective pour gagner un point plus propice à leur utilisation offensive. Il ordonna également que les archers postés derrière les rangs de l'infanterie lourde lâchent leurs flèches au hasard derrière les molosses sur une zone aussi large que possible, s'attendant à l'arrivée d'une prochaine vague ennemie.

Les dragons, au dessus des combattants, continuaient leurs passes aériennes, multipliant et complexifiant les figures de voltiges en grands acrobates du ciel qu'ils sont. Les minions ne restaient pas en reste, déployant leur maitrise du vol pour échapper à leurs féroces ennemis. De temps à autre, une petite langue de feu touchait l'une ou l'autre des créatures infernales, laquelle s'embrasait ou pas suivant son degré de maitrise aérienne...

Le dragon resté en réserve au dessus du campement aperçut soudain la seconde vague à travers les arbres. Il s'agissait de formes de vie humanoïdes, mais impossible de savoir de quoi il pouvait s'agir exactement. Il transmit ses informations au commandement, où Laynn préparait mentalement de nouvelles stratégies en fonction des nouvelles. Lesquelles n'étaient pas forcément toujours excellentes:
-Mon général, le colonel du bataillon I annonce 150 hommes de tombés!
-Celui du bataillon III en compte 175!
-Nos formations s'essoufflent, monsieur. Il nous faut des renforts pour tenir nos positions actuelles!
-Monsieur, les troupes de cavalerie sont en position et attendent vos ordres!
-Fernn vient nous indiquer la présence des troupes de la seconde vague en approche des zones de combat!
-Qui?
-Fernn est notre dragon de réserve, monsieur.
-Messieurs, je veux que le bataillon de réserve IV engage le combat en se joignant aux troupes du Ier bataillon. Les forces d'infanterie lourde rejoindront les formations existantes pour assurer la cohésion du mur de piques du flanc gauche. L'infanterie polyvalente se maintiendra en réserve derrière leurs homologues du Ier bataillon. Ordre aux archers du IV de tirer sur l'arrière des molosses pour freiner l'avancée de la seconde vague.
Je veux une disposition identique sur le flanc droit avec le régiment V.
-Mais, monsieur, c'est toute notre réserve?!
-Négatif, il reste le bataillon VI qui progresse vers nous et le bataillon III assurant notre protection. Capitaine Rudnik, vous prenez le commandement des unités de cavalerie des bataillons I et IV pour une manœuvre spéciale.
-Oui, mon général.
Les ordres furent une fois de plus transmis et mis en application dès leur réception. Les bataillons IV et V se mirent respectivement en mouvement pour prêter main forte à leurs compagnons des régiments de tête. L'issue de la bataille était encore mitigée, malgré la supériorité numérique des soldats de Prévèze. Mais on ne connaissait pas encore la composition complète des troupes de Mogoth. Et ce dernier devait sûrement avoir prévu des troupes dissimulées...

La seconde vague rejoignit rapidement la zone des combats, poussant encore les molosses rescapés sur les piques Prévézienne. La pression sur les lignes de lanciers s'accrut encore sous la charge des nouveaux venus. Heureusement, les forces du bataillon IV se portèrent au secours des troupes du Ier bataillon, ajoutant ses hommes à ceux déjà engagés...

Dans le ciel, les minions des enfers, de moins en moins nombreux, marquèrent un point en mettant hors de combat l'un des dragons du flanc droit. Se liguant tous contre un des grands reptiles dorés, ils lui labourèrent les ailes à coup de crocs et de griffes, avant d'être définitivement mis hors course par un jet incandescent émanant de l'intéressé. Ce dernier tomba du ciel, se freinant autant que possible pour éviter un choc trop brutal avec le sol. Il s'écrasa un peu à côté des troupes d'infanterie polyvalente du Vème bataillon qui faisaient mouvement pour refermer la seconde vague dans un étau de lances et d'épées.
Et c'est sur ses pattes que le grand reptile doré rejoignit le campement pour s'y faire soigner. L'un des membres de l'escouade Mu, protégeant le général, se porta à sa rencontre pour l'aider du mieux qu'il pouvait à coordonner les soigneurs et le dragon. Les dragons du flanc droit, réduits au nombre de deux, venaient de se débarrasser de ses minions, redevenant opérationnel, ce que ne manqua pas de noter Erwin. Il adjoignit Fernn, le dragon de réserve au flanc droit pour renforcer la défense aérienne et porta son attention sur le déroulement actuel de la bataille.

Quant aux dragons du flanc gauche, ils mirent en pièce leurs minions. Plusieurs entailles sévères furent faites aux ailes des dragons d'or, mais aucune ne fut suffisamment sérieuse pour justifier un repli de l'un d'eux. Les dragons sont des créatures très fières... Plusieurs filets de sang de dragon s'épanchèrent vers le sol, tapissant la cime des arbres présents sur cette partie du champ de bataille.

Le capitaine Rudnik rejoignit le corps de cavalerie du Ier régiment aux côtés de l'escouade Nu et des cavaliers et centaures du IVème. De là où ils se trouvaient, ils pouvaient avoir une vue d'ensemble de la bataille. Apparemment, les forces Coalisées avaient l'avantage. Maintenant que les forces aériennes de Mogoth avaient été décimées, les dragons pouvaient apporter leur soutien aux troupes Prévézienne et Maonnaises.
Toutefois, d'énormes créatures apparurent aux yeux des cavaliers. L'œil perçant du capitaine Rudnik discerna des trolls. Moins de 200 par flancs. Ils auraient bientôt rejoint les premières et secondes lignes adverses. Et la force des trolls déferait sans effort les lignes des lanciers Prévéziens, ce qu'il fallait éviter à tout prix...
-Mon général, le capitaine Rudnik nous fait savoir qu'il a repéré et identifié la troisième vague. Il s'agit de trolls. Un peu moins de 200 d'après ce qu'il a indiqué par signaux.
-Des trolls?! Ça change tout, ça... Bon, ordonnez à nos troupes de laisser un peu de terrain aux forces de l'Abysse. Il faut qu'ils attirent les premières et secondes vagues en territoire découvert et surtout s'éloigner de la forêt!
-Euh?! Bien, monsieur.

Les bataillons engagés reculèrent pas-à-pas en maintenant leur formation, attirant les forces de l'Abysse vers le campement. Le IIIème bataillon prépara ses archers afin "d'arroser" copieusement les forces ennemies de flèches une fois ceux-ci à portée.
La ruse fonctionna sans peine. Laissant tout de même un certain nombre de cadavres aux positions qu'ils avaient campées depuis le début de la bataille, les troupes Coalisées laissèrent les forces infernales avancer vers le campement, leur faisant croire à un début de victoire malgré leur avantage numérique.
Pour les forces de l'Abysse, ce recul était le début d'une vaillante victoire sur des forces de loin supérieure en nombre! Ils allaient montrer que leur pugnacité et leur férocité au combat faisait d'eux de très dangereux ennemis!
Et puis, les trolls arriveraient bientôt à la hauteur de leurs forces et bientôt ils pourraient écraser totalement les impériaux, portant le coup de grâce à ce général de l'ouest et à ses alliés aux oreilles pointues.
Toutefois, ils ne connaissaient pas la suite des directives du Renard du désert.

Les dragons des deux flancs s'éloignèrent des zones de combat en formation serrée avant de revenir à la charge au raz des arbres. De leur gueules béantes, les puissants jets de flammes embrasèrent la partie de la forêt dans lesquels les trolls se trouvaient, coupant par la même occasion la retraite des troupes de l'Abysse combattant les forces impériales. Il ne restait de libre que le centre du champ de bataille, à découvert et jonché des cadavres des diablotins...

Si ces ordres eurent un impact important sur le moral des forces Coalisées, il en fut de même sur les troupes de l'Abysse, lesquelles redoublèrent d'ardeur. Les rapports de l'état des troupes assaillirent Erwin. Ils faisaient état de près de 700 hommes tombés au combat. Les estimations étaient de 500 morts et probablement autant si ce n'est plus de blessés. Sur les 5000 hommes engagés, ça restait assez faible. Mais il fallait tout de même noter que c'était les bataillons I et III qui avaient le plus souffert pour le moment: près de 80% des hommes tombés appartenaient à ces deux bataillons...
La bataille avait basculée en la faveur des impériaux, dorénavant. Toutefois, un nuage de poussière révéla la présence de troupes supplémentaires.

Les unités de cavalerie, sous les ordres de Rudnik, reconnurent des Ténébreux. Une petite centaine, à peine. Des renforts, très certainement. L'escouade Nu transmit par le biais des dragons du flanc gauche la nouvelle au général.

Toujours sur sa carte, Erwin Laynn examinait l'arrivée des nouveaux venus tout en gardant un œil sur les combats opposant les bataillons de tête avec les restes des forces de l'Abysse. Il avait donné l'ordre de repousser ces derniers dans les flammes du brasier qu'était devenue cette partie de la forêt. Il avait bien conscience que cet ordre allait lui valoir les reproches de ses alliés elfiques, mais la guerre ne laissait pas place à ce genre de considération. Pour le Renard du désert, la vie des soldats sous ses ordres valait plus que tout autre chose en ce monde. En agissant ainsi, il avait sauvé de nombreuses vies...
Toujours est-il que Laynn décida d'envoyer les 400 hommes que comptaient les unités de cavalerie de Rudnik sur les Ténébreux. Après tout, ils se trouvaient les mieux placers pour faire ce travail...

Les cavaliers et centaures de Rudnik reçurent les ordres du général et mirent le cap sur les renforts ennemis.

Les premières lignes Coalisées repoussaient les restes des forces du Sanglant vers les brasiers achevant de consumer les carcasses des trolls. Les deux langues de feu des flancs gauche et droit ne se propageaient heureusement pas, ayant tendance à mourir lentement en même temps que les participants de cette joyeuse boucherie qu'était la deuxième bataille pour l'Abysse...

[A vous, les gars. Même si je me réserve les 60 Ténébreux. Conformément à la demande de Babka, Rudnik doit mourir dans l'affrontement. ]
Revenir en haut Aller en bas
Aedric
Palatin
Palatin


Nombre de messages : 513
Age : 23
Classe : Inquisiteur de Brak
Date d'inscription : 24/06/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
7/10  (7/10)
Race: homme

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Dim 8 Nov 2009 - 23:40

Aedric avait sentis l’approche des forces de Mogoth, l’heure était venu une bataille qui allait avoir sa place dans les livres d’histoires espérait il.
D’un geste de la main il fit signe a Wile de préparer les hommes aux combats .Pendant ce temps il regardait d’un regard intéressé les manœuvres de l’armée coalisée
ce « Renard du Désert » était un véritable génie il était véritablement à la hauteur de sa réputation.
Mais l’armée coalisée ne devait pas tout à son général ses soldats était d’une discipline exemplaire et le spectacle des Dragons déchirant et brulant tout sur leur passage
était tout simplement effrayant .

Grace à une habile manœuvre les troupes infernales furent prises au piège entre les armées prévéziennes et un mur de flammes malgré un début difficile les troupes impériales reprenait l’avantage. Les templiers s’étaient mis en ordre de bataille

Aedric s’adressa a eux de cette façon :

"Soldats de l’Eglise, il est tant de montrer a ces horreurs des plans infernales notre sainte colère et le tranchant de nos épées , nous chargerons au milieu de leur rangs impies nous ne pouvons permettre que ces créatures foulent plus longtemps le sol de cette terre n’en laissez aucun debout montrez moi votre force saints guerriers, maintenant par Hassar et Brak écrasons les que votre foi vous guide mes fréres. "

A ses mots montés sur leurs puissants chevaux ils s’élancèrent vers la zone de combat, on souffla dans les cors pour annoncer a tous que les forces de l’Eglise arrivaient. D’une habile manœuvre ils contournèrent les forces coalisées fondant droit sur les renforts qui arrivait de l’Abysse.La cavalerie du capitaine Rudnik allait dans la même direction mais semblait se diriger vers un groupe de Ténébreux, c’est a ce moment qu’un a groupe de molosse infernale leurs fit face ils les pulvérisèrent d'une charge impitoyable cet assaut victorieux ravit les templiers.Poursuivant leur route ils rattrapèrent quelque groupe de fuyard qui furent abattu froidement Aedric jubilait écraser des créatures infernales était vraiment un plaisir.
"Et bien Wile que faisons nous ces bestioles ne sont pas bien solides
-En effet je propose que nous rentrions au campement nous devrions..."
Il fut coupé par le son d'un cor qui devait appartenir aux cavaliers qu'ils avaient vu il y a peu de temps
"mes Freres que pensez vous de montrez à nos alliés comment nous combattons,nous les guerriers de la Sainte corporation?
-Nous vous suivrons." Avait il tous répondu d'une même voix.
Ils avancèrent donc tranquillement, pour reposer leur monture ,vers les cavaliers.
"Faites sonner les cors"
Les cavaliers de la coalition se retournèrent et quand ils reconnurent leurs alliés s'arrêtèrent.

Vous auriez besoin d'aide pour vous occupez de çadit Aedric souriant et pointant du doigt le groupe de Ténébreux qui s'approchait.
Revenir en haut Aller en bas
Mogoth



Nombre de messages : 230
Age : 50
Classe : Démonologiste
Date d'inscription : 21/10/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/10  (0/10)
Statut Rebelle:
9/10  (9/10)
Race: Infernal

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Lun 9 Nov 2009 - 2:10

La bataille faisait rage depuis longtemps déjà, des pertes significatives du côté de l'armée de l'infernal en était le résultat. La coalition avait eu sa part de souffrance mais l'efficacité du Renard du Désert avait permis de ménager bon nombre de ses soldats. Le géant, général de son rang, ayant la charge de mener les vagues d'assaut était ébranlé, il ne restait sur le champs de bataille que la soixantaine de ténébreux qui n'avait pas sonné la charge et tout le reste était réduit à néant. Le feu des dragons avait empêcher la horde de traitres de se replier, leur côté humain leur donnant tendance à détester la chaleur du brasier. Situation qui ne dérange guère les ténébreux sortie des catacombes brulante de l'Abysse.

Son dernier recours était de faire appel aux quelques créatures et aux mages présent dans l'Abysse. Leur nombre était minime mais il fallait tenter le tout pour le tout. Le géant fit de grand signe avec quelques drapeaux puis une lueur apparu à une des fenêtres de la forteresse. Du renfort ! Une mince chance de survie mais le géant, Riabo, n'était pas confiant. Il ne faisait que se donner un délai avant de retourner à l'intérieur de la demeure du Sanglant pour tout y détruire.

Du haut de la montagne, deux dragons d'os sortirent à une vitesse étonnante, portant chacun sur leur dos de puissant mage. Leur but serait de se rendre le plus près possible des armées de la coalition afin de jeter un sorts offensif de masse pour nuire aux combattants : Le brasier d'Imonède. Auraient-ils le temps de le lancer ? Sachant que sa grande puissance nécessite la concentration simultanée des deux mages. L'espoir y est mais quand sera t'il de la réaction de l'adversaire ? Lors de combats aussi violent, une minute, LA minute, nécessaire à l'incantation pourrait sembler une éternité, d'autant plus que la proximité était de mise pour toucher un maximum d'unité ennemi.

Pour protéger ce dernier recours, une centaines de succubes, fraîchement sortie du harems de plaisirs de lucifer fonçant directement sur l'adversaire dont une quinzaine qui s'amusent à agacer les dragons d'or. Ces créatures à la fois volantes et attaquants à distance mais surtout séduisantes, se risquerait aussi à faire tourner les têtes des hommes de la coalition et des templiers pour les déconcentrer. Espérons que le péché est chose possible et que les ténébreux auront plus de possibilité d'assaut.

Les armées du Sanglant était en perte de vitesse flagrante, mais une petite étincelle revigorante venait d'apparaître. Sûrement une des rares fois où il serait possible de voir un géant les yeux fermés et les doigts croisé pour que ce dernier stratège fonctionne. Sans quoi, sa propre lame était prête pour se l'enfoncer en pleine poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Shaka



Nombre de messages : 177
Date d'inscription : 28/01/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Elfe noire

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Lun 9 Nov 2009 - 21:15

La matriarche était monté sur un destrié blanc, un pur sang élévé dans les montagnes, la bête n'obeissait qu'à sa maitresse et lorsqu'elle le montait elle devenait le prolongement de son corps.
un infernal ou quoi que ce soit était devant elle, seul. Elle mit pied à terre et se dirigea vers lui, sans armes,sans armure, le vent passa dans ses cheveux, l'air avait l'odeur de la mort, un jour sombre ou un jour de gloire selon de quel côté de la ligne ont se trouve.
Elle vint se placer à côté de l'infernal, à leur pieds le champs de bataille où s'agitaient comme des insectes les soldats, les morts étaient nombreux, les blessés egalement, on pouvait voir des hommes ou etait ce des monstres devoraient par les flammes, se roulant à terre pour tenter d'y échapper.
Spectacle pitoyable que la guerre.
La matriarche sourit cependant car au milieu de ce carnage il n'y avait aucuns soldats de Trimaya, elle avait preservé ses hommes de cette folies.

Sans detourner son regard du spectacle sanglant l'elfe noire prit la parole, d'une voix calme et presque amicale.

Tu ne m'as pas donné ma couronne alors qu'elle me revenait, mais qu'importe, je ne viens pas reclamer.
Comme tu peux le voir il n'y a aucun de mes soldats là bas, apres reflexion je me suis dis que cela n'en vallait pas la peine pour nous.Cette terre n'est pas vraiment la notre.
Ce fut pour moi un honneur de te combattre quand la balance penchait en ta faveur.
Si tu veux venir à Trimaya avec moi, viens. Notre citée est imprenable et quasiment en bordure du territoire du royaume.
Je te le demande pas en tant que chef mais plutot en tant qu'alliée.
Je quitte le champs ce soir, j'espere te revoir avant.Tu diras ca à ton maitre si il ne m'entend pas à travers toi.

Puis elle fit demi tour est enfourcha son cheval, sans un mot la bête la ramena au campement elfe.
Revenir en haut Aller en bas
Dakeyras
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 39
Classe : paladin
Date d'inscription : 16/05/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: homme

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Mer 11 Nov 2009 - 11:57

La bataille était engagé, tout se jouait maintenant. Les forces impressionnantes de Preveze faisait du bon boulot, et le général avait mis en place une stratégie infaillible. Dakeyras avait presque honte, lui qui n'avait pu venir qu'avec 500 hommes. D'y tenant plus, il s'accompagna de quelques hommes pour participer à ce conflit épique. Tailladant les simples diablotins ayant résisté aux flèches des redoutables elfes, il progressa sur le champ de bataille. Au loin, une forêt brûlait, et des formes familières apparurent. Des ténébreux. Le paladin eut envie d'aller à leur rencontre, et de leur faire payer le meurtre de ses camarades, mais un danger plus immédiat surgit devant lui. Des créatures au courbe féminine, un sentiment d'horreur l'envahit, remplacé par un étrange apaisement. Séduit par la magie perverse des succubes, il laissa tomber sa longue épée, et la cinquantaine de soldats se trouvant à ses côtés restèrent eux aussi pantois devant tant de séductions. Un pieu vint sortir Dakeyras de sa torpeur. Il considéra avec horreur la pointe qui s'était enfoncé dans son ventre. Les soldats n'eurent aucune réaction, ce qui terrifia le paladin. Il lui fallait agir. Il connaissait un sort capable de contrer cette basse magie séductrice, mais c'était un des sorts qui consommait beaucoup d'énergie. Si le jeteur de sort n'arrêta pas le sort à temps, son énergie serait entièrement consommé et il mourrait. Dakeyras sourit à cette possibilité. Il était déjà engagé dans un compte à rebours mortel avec Nucter. Dans peu de temps, il aurait perdu trop de sang et mourrait. On lui avait dit que les sorts d'un paladin n'était jamais aussi puissant que lorsqu'il était à l'article de la mort. Dakeyras allait vérifier ça. Il commença à prononcer l'incantation de la résistance d'Obode, qui protégerait d'abord ses hommes, puis peut-être toute l'armée présente à l'Abysse contre les sorts des succubes. Entre temps, les succubes s'étaient dangereusement approché, comme pour mieux nargué les hommes présent, mais elles sentirent le sort du paladin faire effet. Quelques soldats sortirent de leur état comateux, considèrent la scène avec horreur, puis écartèrent, giflèrent leurs compagnons ensorcelés. Ils vengèrent ensuite leur chef contre les succubes qui l'avait tué. Dakeyras était étendu sur le dos, continuant à psalmodier l'incantation. Son énergie le quittait peu à peu, il se sentait partir vers le royaume de Nucter. Les succubes poussèrent de pitoyables cris d'agonie, une partie d'entre elles prirent la fuite. D'autres succubes étaient présentes, et il espérait que son sort avait permis à de nombreuses personnes de ne pas céder à la tentation. Il lutta de longs instants pour étendre un maximum son sort, mais ce en fut trop, et il relâcha tout. Autour de lui, les soldats s'affairaient pour tenter de sauver leur chef, mais il était trop tard. Dans un dernier râle d'agonie, Dakeyras vit tout les soldats morts sous ses ordres lui tendrent les bras. Le paladin leur sourit, et quitta définitivement la bataille sanglante de l'Abysse.

Ainsi mourut Dakeyras, le sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Tanguy



Nombre de messages : 28
Classe : Prêtre de Velsfer
Armada : Légion de Natémia
Date d'inscription : 12/10/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Elfe Noir

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Mer 11 Nov 2009 - 17:42

Au Nord d'Igoumen, une forte caravane militaire appartenant au Prêtre Aedric-le-Rouge avait eu une escarmouche avec des soldats d'Exalon pour une affaire de péage. L'escarmouche dégénéra et les soldats du cortège se retranchèrent contre les patrouilles qui venait réclamer le dû. Au final c'était des centaines d'humains qui vinrent accompagné de quelques Arrachnias. Les Golems et les moines du Prêtre Rouge se défendirent avec acharnement. Tous moururent pourtant. Les religieux comme les enfants, tout ceux qui faisait partit de cette caravane en direction de l'Abysse, que ce soit pour le commerce ou pour la guerre. Mais ce massacre eu un coût, et non des moindres. Sur les deux cents humains au blason rouge et noir, seuls deux purent survivre, dont un qui fut amputé d'un bras par une hache d'un bûcheron. Les Arachnias avait, elle, tout détruit sur le passage et parfois même des soldats d'Igoumen.
Les troupes énervés d'Exalon réclamèrent vengeance. Une troupe partit pour l'Abysse demander justice au Seigneur Aedric, composé d'humains, traître renégat ou vils brigands, d'Orcs et de Gnolls sans parler des Gobelins et Hobgobelins ayant pour responsabilité de tenir les deux trolls,
C'est ainsi que cette petite armée forte de 375 créatures arriva sur le champ d'honneur décharné. Le Capitaine Barnabèu, l'un des deux humains survivants de la mésaventure avec la caravane (qu'elle soit maudite !), se tenait sur son cheval. Sa cape d'un rouge profond, sa cotte de mailles et son casque normand, sa posture droite, faisant de lui paraître l'âme d'un meneur, d'un chevalier. Quel figure faisait-il à l'avant de cette armée hétéroclite où l'on voyait se rencontrer des ivrognes de taverne à côté d'Orcs qui, eux, étaient entraîné aux batailles rangées. C'était une armée de volontaire, qui se savait allé droit à la mort, dans quel but ? Dans l'unique objectif de laver l'affront, de sauver l'honneur de l'Armée d'Exalon. Jamais Sa Majesté Impériale n'aurait autorisé le carnage qui allait se produire. Barnabèu l'entendait déjà dire "A quoi bon sacrifié tant d'âmes de bonne volonté au nom de l'honneur ?". Aussi c'est pour cela qu'il avait demandé droit à la Main de l'Impératrice, Son Excellence Tanguy de Nothaume.
La troupe ne levait aucune flamme, aucune bannière. Cela permit de traverser le camp de siège sans être gêné. Un officier vînt à demander, une fois, de quel armée ils faisaient partit. "Nous venons renforcer les troupes de Mon Seigneur Aedric" répondit Barnabèu à l'officier, qui légèrement étonné finit par s'en retourner.

Arrivé à la lisière du combat contre les forces infernales du Seigneur Mogoth, qui était désormais un allié, Barnabèu leva son cor de bouc d'Argostole. Il se retourna pour regarder ceux qui serraient ces derniers hommes de mains, enfin il soupira. Le son singulier de son fidèle cor serrait son dernier ordre. Son inspiration fût savourée longuement puis le bruit vibrant résonna devant sa bouche. Soudain des étendards rouges et noirs se levèrent au sein du régiment composite. Pour Natémia ! hurla le Capitaine. De sa main gauche il tînt les rênes et de l'autre, il sortit sa lame. Le contact de sa main avec les lanières de cuir, le poids de la garde et de sa lame, firent naître en lui ce besoin de combat. Il chargea, suivit par les fantassins, contre les écuyers des cavaliers du Prêtre Rouge. Ceux-là, ne pensant pas être mêlé au combat furent des plus surpris. Certains eurent le temps de mener main à la garde mais ce fut d'autres lames qui les tailladait. Les cavaliers de l'Inquisiteur n'était plus très loin. Son Excellence Tanguy avait confesser à Barnabèu sa haine contre cet humain qui osait combattre à l'Abysse, au nom de l'Eglise. Le Patriarche lui avait glissé le fait que cette guerre n'était que l'une des bavures du règne de l'Usurpateur que chanteraient les bardes en ce moquant du passé.
Occupé avec un cavalier issu des rangs inquisitorial, Barnabèu vit de chaque côté les lances orcs venir désarçonner les cavaliers. Puis un grondement sourd et violent lui avoua la libération des deux trolls par les gobelinoïdes. Le combat était férocement engagé et les combattants de Nargodord restaient sous le choc qu'on puisse les prendre à revers alors que le victoire contre les créatures Abyssiales était proche. Des soldats d'autres royaume donnaient parfois des coups d'estoc mais ce n'était qu'à Aedric que Barnabèu en voulait. Dans un moment de répit, le Capitaine lanca un appel de ralliement. Natémia, à moi ! Exalon, à moi !
Revenir en haut Aller en bas
Aedric
Palatin
Palatin


Nombre de messages : 513
Age : 23
Classe : Inquisiteur de Brak
Date d'inscription : 24/06/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
7/10  (7/10)
Race: homme

MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Mer 11 Nov 2009 - 21:48

Lorsqu’il aperçut les troupes arborant la bannière rouge et noir du royaume d’Exalon ,Aedric ne comprit pas tout de suite puis il compris, il avait demandé à Nardogord de lui envoyé les derniers prototypes de golems à fin de les testé sur le champs de bataille, de plus ayant entendu des rumeurs les plus étranges sur l ancien pontife Tanguy de Nothaume il avait chargé un groupe d’espion d en savoir plus à son sujet la situation avait du dégénérait .Il s’était fait un ennemi de marque .Tant mieux ça lui manquait.

Il fit un signe a Rudnik de s’occuper des Ténébreux ,ces hommes pouvaient s’occuper du ramassis d’ivrognes qu’était cette armée. Pris par surprise ses forces n’eurent pas le temps de chargé, un soldat eu un moment d’hésitation et commença reculer avant qu’Aedric eut le temps de réagir Wile l’abbatit d’un coup d’épée

« Nous sommes Les templiers,les soldats de l’église nous ne fuyons pas nous mourrons, maintenant montrez leur la puissance de votre foi »
En reponse à son lieutenant Aedric sortit son marteau …

Le combat dégénéra en corps à corps violent As'elarith tournoya dans une danse mortel ,les templiers inférieurs en nombre montrait leurs impressionnantes capacités martiales galvanisés par le discours de leur capitaine malgré sa les pertes était lourdes ,il fallait agir Aedric sortit sa chaine où était attaché l’œil de Brak , l’inquisiteur concentra son énergie magique dans la pierre, il n’avait rien d’un mage capable de décimer une armée dans un torrent ardent mais son lien avec Brak lui permettait sans problème de lancer quelque sort défensif et celui qu’il avait choisis était son préféré : « la Force d’Adrinor » ce sort n’augmentait que la force brut, un sort qu’il considérait comme le seul digne d un disciple de Brak.D’un seul coup la pierre émit une lumière rouge, un rouge sang, et les muscles des troupes inquisitoriale augmentèrent de façon drastique.Ceux d’Aedric par la même occasion…Le combat suivit son cours lorsque le capitaine ennemie hurla à ces troupes


Natémia, à moi ! Exalon, à moi !


Instinctivement alors que les troupes de Tanguy se regroupaient les Templiers firent de même, il y eut alors un instant de calme bien étrange sur un champ de bataille, Aedric s’avança et dit d’un ton de défi :

« Soldat d’Exalon vous êtes venus ici pour moi et votre honneur n’est-ce pas ?Que votre chef s’avance je le défie en combat singulier puis désignant ces hommes ces troupes sont des hommes de l’église pas les miens je refuse de les voir mourir par ma faute,si c’est l honneur que vous êtes venus récupéré venez le cherchez »en disant ses mots il se désigna du doigt en souriant d’une façon arrogante
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frontière de guerre à l'Abysse   Aujourd'hui à 16:26

Revenir en haut Aller en bas
 

Frontière de guerre à l'Abysse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Kalamaï :: Provinces, dépendances et territoires :: Naxopole :: Les Terres de l'Est-