AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Appel aux armes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hélèna
Palatin
Palatin


Nombre de messages : 612
Age : 27
Classe : Psioniste
Armada : La Coalition Marchande
Date d'inscription : 23/03/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
6/10  (6/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Vampire

MessageSujet: Appel aux armes   Jeu 11 Fév 2010 - 0:42

Une musique d'ambiance est disponible ici.


-RASSEMBLEMENT!! RASSEMBLEMENT!!
Les officiers commandants les troupes Ald'Rhunaises se pressaient devant les portes de leurs casernements respectifs, exhortant leurs hommes à bondir sur leurs armes. Les exercices d'alerte se faisaient toujours comme cela. Tous se hâtaient vers leur place dans les rangs, mais avec une telle discipline! Pas de bousculade, pas de cris autres que ceux des officiers, une rigueur dans l'équipement des armes et armures...
Sauf qu'il ne s'agissait pas d'un exercice.
Loin de là.

Les choses avaient commencées quelques temps auparavant, déjà. Des incursions de plus en plus profondes en territoire Ald'Rhunais. Quelques escarmouches avec les patrouilles sur les frontières, rien de plus. Mais les choses avaient lentement évoluées: d'escarmouches en fermes ravagées, de fermes en postes-frontières détruits...
Et plus tôt dans la journée, c'était un village alentour, sous protection Ald'Rhunaise, qui avait été attaqué pour une raison inconnue. Immergé dans la forêt bordant la cité, ce village n'avait jusqu'à présent jamais rencontré quoique ce soit qui puisse lui nuire. Jusqu'à aujourd'hui. Le village avait été presque rasé, ses habitants massacrés, si pas atrocement mutilés en sus. Les patrouilles qui avaient essayées de s'interposer entre les villageois et les assaillants n'avaient pu offrir que quelques minutes de répits aux civils. Les rares rescapés de ce massacre avaient été recueillis par les gardes de la ville une heure plus tôt.
Le sergent qui commandait l'effectif à la porte Est avait été submergé de surprise et d'incompréhension lorsqu'il les vit arriver à lui, boitants et saignants. Mais il n'avait pas perdu son sang-froid lorsque celui, chaud, des villageois encore vivants avait coulé sur son uniforme alors qu'il les soutenait en les menant où l'on pourrait leur dispenser quelques soins. Et les informations recueillies de la bouche des civils encore capables de parler avaient été promptement envoyées au Contarque.
Lequel avait vivement réagit: Ald'Rhune contre-attaquerait. Et répondrait à la force par la force. Le seul détail reposant sur le fait que les assaillants s'étaient trouvés être des dragons d'os... Et un nombre relativement important, en sus.

Sur l'ordre du Contarque, l'alerte avait été donnée. La ville avait rapidement résonné des chants des trompes d'appel. L'effroi avait bientôt laissé place à une froide détermination sur les visages des habitants de la cité. Jusqu'à maintenant, jamais les soldats d'Ald'Rhune n'avaient eus à être mobilisés. Et jamais n'avaient sonnées les trompes d'appel.
Les soldats d'Infanterie de Marine se réunissaient aux chantiers naval militaire, les gardes de la cité renforçaient leurs patrouilles sur les murailles, les troupes terrestres se rassemblaient à l'Arsenal aux côtés de la cavalerie. Au total, les 5000 hommes d'Infanterie de Marine, les 2000 des troupes terrestres et les 500 unités de cavalerie achevaient de se mettre en rang un peu partout dans la cité. La puissante force navale d'Ald'Rhune ne pourrait pas l'aider cette fois-ci.

Au Palais, le Contarque et les généraux de l'État-major discouraient sur la meilleure stratégie à adopter pour arrêter définitivement ces incursions meurtrières. Le territoire Ald'Rhunais n'était pas de ceux que l'on peut violer impunément, diable non! Et les agresseurs l'apprendraient à leur dépend au prix fort!
Mais où se trouvaient les forces ennemies? C'était là une question cruciale à laquelle il fallait répondre au plus vite...
L'idée fut soufflée par l'arrivée des deux dragons patriarches sur le parvis du palais. Ils s'y posèrent côte à côte assez difficilement, malgré le large espace dégagé.
Quittant la chambre des cartes, située dans les étages du Palais, le Contarque et une poignée de généraux descendirent en courant -chose inhabituelle pour un général- à leur rencontre, volant au dessus des marches plutôt que les empruntant. Ils atteignirent le parvis pour y rencontrer les deux nobles créatures, membres du Conseil de la cité.
-Vous arrivez à point nommé!
¤La garnison protégeant notre territoire nous a mis au courant de la situation¤
Philémon, le patriarche des dragons d'or pencha la tête au niveau de celle de l'humain, plongeant ses grands yeux dorés dans ceux bleus du chef militaire.
Le patriarche de bronze fut plus direct:
¤On attaque quand?¤
Appuyant ses propos, il lâcha une courte flamme d'à peine 5m de long.
Resté immobile, le Contarque lui répondit:
-On ne peut pas attaquer à l'aveugle, malheureusement.
¤Il faut les frapper vite et fort. Laissez nous les trouver. Nous nous battrons après.¤ Philémon ne perdait pas le nord, tout immobile et couché qu'il soit. Tant que le but final était la destruction inconditionnelle de ses ennemis, il était prêt à faire n'importe quoi pour en hâter l'échéance.
Le Contarque sourit à la réflexion du grand dragon d'or.
-Philémon, nous avons besoin de toi et des tiens pour un projet un peu spécial.
Le dragon cligna de l'oeil.
¤Nous ne combattrons pas?¤
-Si, mais pas tout de suite. Nous avons besoin de vous pour une mission capitale d'abord.

¤Et moi et les miens?¤
Le patriarche de bronze pencha à son tour sa tête pour mieux voir le chef humain.
-Vous avez, toi et les tiens, carte blanche pour trouver nos ennemis. Mais ne les attaquez pas. Trouvez les et avertissez nous. On les affrontera ensemble.
Le dragon de bronze se dressa sur ses deux pattes arrières et poussa un hurlement vengeur à en faire trembler le coeur des statues de pierre des jardin du palais, avant de retomber lourdement sur ses membres avant.
¤J'attend avec impatience ce moment.¤
Revenir en haut Aller en bas
Hélèna
Palatin
Palatin


Nombre de messages : 612
Age : 27
Classe : Psioniste
Armada : La Coalition Marchande
Date d'inscription : 23/03/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
6/10  (6/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Vampire

MessageSujet: Re: Appel aux armes   Jeu 11 Fév 2010 - 0:50

[HRP] Ce RP se fait en partenariat avec Sibyllina. Les troupes énoncées ne seront pas toutes déployées et la bataille ne se déroulera pas autour d'Ald'Rhune ni de ses terres.
Sur les forces énoncées, ne seront mobilisées qu'une partie des troupes d'IM, la totalité des troupes d'infanterie et de cavalerie et peut être quelques Sabres, sait-on jamais... Quant aux dragons, il y aura 30 dragons d'or et 50 dragons de bronze déployés. Ces chiffres étaient ceux d'avant le reboot d'il y a quelques semaines, où je disposais effectivement de ces créatures en de tels effectifs (voir bien plus, mais ne nous excitons pas^^)

L'attaque subie par le cité est à mettre au crédit des dragons d'os envoyés en avant du gros des troupes ennemies. Ils ont donc du faire demi-tour et rejoindre l'armée en mouvement pour en grossir les rangs.

Coordination avec Sibyllina en cours Wink [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Hélèna
Palatin
Palatin


Nombre de messages : 612
Age : 27
Classe : Psioniste
Armada : La Coalition Marchande
Date d'inscription : 23/03/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
6/10  (6/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Vampire

MessageSujet: Re: Appel aux armes   Ven 5 Mar 2010 - 1:44

Les troupes terrestres avaient déjà fait mouvement vers les extrémités Est, Sud-Est du territoire sous protectorat Ald'Rhunais, y rejoignant la cavalerie arrivée un peu plus tôt. La route menant à Ald'Rhune avait été submergée par les rangs ordonnés des soldats marchant au pas cadencé.
Les troupes étaient en marche, mais que cette marche paraissait lente au Contarque qui suivait leur progression sur une carte.
Il ne pouvait pas décemment ordonner la marche forcée de peur de fatiguer inutilement ses hommes, d'une part, et parce qu'il ne connaissait pas l'objectif d'autre part.
Cela faisait désormais quelques heures que le patriarche de bronze et ses dragons s'étaient répartis les zones à reconnaitre et s'étaient dispersés en ce sens. Mais depuis, aucunes nouvelles...

Les heures passaient, inexorablement. Déployer autant d'hommes hors des frontières se révélait ardu au fur et à mesure que la distance entre la base arrière et la tête des troupes croissait. Et encore! Seuls 2500 hommes arpentaient en ce moment la terre Prévèzienne. Une partie des forces d'Infanterie de Marine restait à être déployée... Sur les 5000 hommes que comptaient l'Infanterie de Marine, seuls 2000 pouvaient être effectivement déployés. Les autres restaient en défense, renfort rapidement mobilisable pour les gardes de la cité...

Le Contarque faisait maintenant les cent pas dans la chambre des cartes. Il y était resté seul en attendant anxieusement un signe de vie du patriarche de bronze. Ses troupes avançaient lentement, mais sûrement. Pour l'instant, il était sûr et certain que jamais les forces d'IM (Infanterie de Marine) ne rejoindraient les combats à temps par leurs propres moyens. Il allait falloir trouver une solution. Et justement, le maitre incontesté des forces armées d'Ald'Rhune en avait une dans un coin de la tête. Mais ce serait assez dur à mettre en place...

Les rayons du soleil, profitant de la fenêtre pour s'aventurer dans la pièce, disparurent soudainement, remplacés par une ombre fraiche. Le Contarque tourna la tête en direction de l'ouverture et sursauta: un gros oeil l'observait à travers la vitre. Son sang-froid de retour, l'homme s'approcha de la fenêtre. L'oeil se recula, laissant à la vue de l'humain la tête de la créature.
Le Contarque reconnu instantanément le patriarche de bronze. Un sourire étira ses traits: il allait enfin savoir!
Il s'approcha de la fenêtre et l'ouvrit pour pouvoir être "face à face" avec la grande et puissante créature:
-C'est un plaisir de te revoir! Je commençais à me faire du mauvais sang! Vous les avez repérés?
Le dragon frétilla, comme secoué d'un frisson lui remontant le long de la colonne vertébrale.
¤Oui. Ils sont à l'autre bout de la province. Nous avons repérés deux forces en mouvement. La première venant vers nous. La seconde allant à vive allure vers la première.¤
Le Contarque porta sa main à son menton.
-Ce peut être une partie de l'armée qui rejoint le corps principal...
Le dragon secoua la tête.
¤Non, pas la même couleur. C'est différent.¤
-On peut alors espérer ne pas être seuls à nous battre, alors. Tu as compté le nombre d'ennemis?
¤Non. Il y avait trop de poussière. Mais je dirais presque 10000 individus.¤
Un pli se forma sur le front de l'humain.
-...Je vais faire se mobiliser les troupes d'Infanterie de Marine...

----------------

Un groupe de soldats d'Infanterie de Marine se tenait au dehors des remparts, assis dans l'espace dégagé entre ces derniers et la forêt. Ils avaient reçus l'ordre de se placer à cet endroit à peine une heure plus tôt pour une obscure raison.
Ils n'étaient que 200.
Pour le capitaine, commandant ces hommes, l'ordre qu'il avait reçu ressemblait à une plaisanterie s'il ne venait du Contarque lui même.
Pendant que ses hommes s'étaient assis dans l'herbe verte, lui restait debout, alerte. Il était vrai qu'à proximité de la cité, ils ne risquaient guère une attaque surprise. Et quand bien même ce serait le cas, il leur suffirait de rentrer derrière les hautes murailles blanches pour s'y soustraire.
Mais bien que s'y attendant, il sursauta lorsqu'il vit une grande ombre se rapprocher de leur position.
Levant les yeux au ciel, il vit la large silhouette scintillante d'un dragon d'or en approche.
Étendant ses ailes, la majestueuse créature se ralentit jusqu'à se trouver presque en vol stationnaire. Elle décrivit alors une légère rotation pour se positionner face aux humains.
Ces derniers s'étaient relevés et avaient repris une formation digne d'un groupement militaire. Ils achevaient pour la plupart de remettre sur leurs épaules leur équipement réglementaire, jusque là reposant à leurs côtés dans l'herbe...

La grande créature mis une patte postérieur à terre, puis l'autre. Et dans un ultime battement d'aile, se posa en soulevant force feuilles. Le souffle du dernier battement souffla l'herbe aux pattes du dragon, la plaquant un instant au sol.
Repliant ses ailes contre lui, le dragon posa son regard d'or sur les petits bipèdes lui faisant face. Là où d'habitude il voyait de la crainte, peur saisissant l'entourage, confinant à la panique des plus totales, il ne pouvait déceler qu'admiration. Repérant le chef du groupe, le dragon tendit son cou vers lui. Il l'examina un bon moment. L'humain ne bougea pas d'un cil, soutenant l'intensité du regard de l'imposante et majestueuse créature.
¤Ainsi, c'est toi, le chef de ce groupe?¤
Tremblant un peu sous la puissance dégagée par la parole mentale du dragon, le capitaine répondit:
-...Oui, c'est moi. Capitaine Lorel Assyl, de l'Infanterie de Marine.
¤Capitaine Assyl, vous devez monter sur mon dos¤
L'officier écarquilla les yeux de surprise. Monter sur le dos d'un dragon? Lui?!
-Je...je vous demande pardon?
¤Moi et mes frères allons vous mener au combat. Vous devez monter sur nos dos, vous et vos hommes.¤
L'humain resta bouche-bée. Des soldats portés par des dragons? Le monde ne tournait plus rond, très certainement! Comment diable des dragons pouvaient-ils en être réduits à porter des humains?
Mais le dragon l'interrompit dans le fil de ses pensées:
¤Il faut y aller, capitaine Assyl. Mes frères attendent.¤
Et levant la tête, Assyl vit une trentaine de dragons d'or tournoyer au dessus d'eux, attendant patiemment leur tour pour se poser prendre leurs passagers. Le balais aérien étincelant d'éclats dorés tourbillonnants dans le ciel provoqua un léger frisson qui remonta le long de la colonne vertébrale de l'officier ald'rhunais. Tout son groupe allait prendre les airs pour le champs de bataille, où ils arriveraient sur le dos de ces mythiques créatures. En plus de la joie qu'il éprouvait à y penser, il ressentit une pointe de fierté de participer à cette expérience. Il en aurait des choses à raconter à ses enfants au coin du feu...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Appel aux armes   Aujourd'hui à 7:25

Revenir en haut Aller en bas
 

Appel aux armes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Kalamaï :: Provinces, dépendances et territoires :: Prévèze :: Le Desert Aride :: Ald'Rhune-