AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Devant la Corporation des Arcanes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Xanis
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 780
Age : 26
Classe : Sorcier
Date d'inscription : 28/04/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/10  (0/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe noir

MessageSujet: Devant la Corporation des Arcanes   Mar 27 Avr 2010 - 20:04

Xanis franchit les murs d'enceinte de la cour par la porte qu'empruntaient les visiteurs ou les personnes souhaitant s'inscrire au corpus. Il avait décidé de prier ses compagnons de le rejoindre ici, préférant profiter quelques instants du temps radieux et de la douce chaleur de l'astre solaire sur sa peau.
Il espéra que le soleil n'indisposerait pas trop la jeune novice qu'il avait priée de se joindre au voyage avant de se dire que le soleil allait bientôt se coucher de toute manière. Une longue route les attendait et il avait bien l'intention d'être à l'heure à son rendez-vous du lendemain soir.

Il avait prié la comtesse Lulyane de le rejoindre à l'extérieur des murs d'enceinte alors qu'elle quittait la bibliothèque et avait envoyé un serviteur chercher Xéénothée, lui donnant rendez-vous au même endroit.
Il ne restait plus qu'à attendre Aquilodon, espérant qu'il les accompagnerait, bien que le moyen de transport qu'il avait prévu risquait de ne pas trop apprécier la carrure du géant. Il avait demandé quelques... montures supplémentaires au cas où dans une ordonnance qu'il avait fait parvenir à Orchomène et aux Écuries Impériales dès sa sortie de la villa du Gouverneur.
Il avait envie de garder le secret quant à son accession au rang de Thaumaturge et sur sa place de Palatin. Qu'on lui fasse des ronds jambes ne l'intéressait guère et il voulait surtout que les jeunes gens qui allaient faire route avec lui soient efficaces.

Jetant un œil à la clepsydre fixée au mur, il fit quelques pas, attendant que ses compagnons arrivent.

*
Pourvu que je ne les précipite pas vers un danger trop grand pour eux. *
Revenir en haut Aller en bas
Aquilodon
Pontife-palatin
Pontife-palatin


Nombre de messages : 910
Classe : Prophète et Pontife
Date d'inscription : 16/10/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
7/10  (7/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Géant

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Mar 27 Avr 2010 - 20:26

Aquilodon, suivi d'Ukrimos, arriva devant l'entrée de la Corporation des Arcanes. Xanis les y attendait, et un sourire apparut sous son capuchon quand il les aperçut. Le géant ne manqua pas de manifester son étonnement.

- Palatin Xanis ? N'étiez vous pas reparti pour Draziva ? Se pourrait-il que ce soit vous, le Thaumaturge qui m'a fait quérir ? Depuis quand êtes-vous à ce poste, l'Empereur lui-même n'en avait connaissance. Il vous félicite pour votre travail avec Son Eminence. Eh bien, que me vouliez-vous ?

Alors qu'Aquilodon finissait sa tirade, l'image de Jagdal l'attendant devant le Sénat s'imposa à son esprit. Le Célestial était intelligent, il aurait la présence d'esprit de rentrer en Zakinthe, après avoir réglé les derniers détails administratifs de la Corporation du Culte. Hufat devait être arrêté et exécuté avant de pouvoir s'enfuir, apprenant la nouvelle. Le vieux gobelin, aussi détestable et cruel soit-il, devait être vengé, et la tête du Lieutenant tranchée. Il faudrait aussi remettre Grodor au poste, car, en fin de compte, ce géant parmi les géants était un officier compétent, malgré son erreur lors de l'assaut sur Nardogord. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas reçu de rapport de Kintar et Targaf, aussi. Il espérait que rien ne leur était arrivé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Mar 27 Avr 2010 - 21:00

Dans un son de tissu froissé provenant de sa cape, l'Etranger sortit en trombe de la Corporation des Arcanes. Le Thaumaturge Xanis avait déjà engagé la conversation avec un géant vêtu d'une toge, aux longs cheveux dénoués, qui portait une épée quasiment aussi grande que le drow au côté, et qui s'appuyait sur un beau bâton noueux. Derrière lui se trouvait une des créatures préférées de Xéénothée : un Basilic. Et pas des moindres ! Celui-ci faisait au moins deux mètres au garrot, une taille qui stupéfia le Vert, car ce genre de créature n'était habituellement jamais plus grande qu'un palefroi. A la grande déception du seigneur d'Omorphékoorèh, la bête avait les yeux crevés. En revanche, une chose intrigua l'homme blanc : une grande quantité de mana semblait entourer le reptile. Et du mana comme il n'en avait jamais senti : brut, sanguinaire, aussi étrange que cela puisse paraître, et pieux. Pieux ? Voilà qui était fort étrange pour un animal, même aussi intelligent qu'un Basilic. Comment cette chose pouvait-elle ressentir le besoin de servir une autorité supérieure ? Puis Xéénothée comprit que cette piété était la seule chose qui empêchait la bête d'arracher la tête au premier passant venu. Et cette servitude divine était dirigée vers le géant à la voix grave, qui continuait d'abreuver Xanis de ses questions. Soudain, tirant le Vert de sa réflexion, le grand homme s'adressa à lui.

- Et vous ? Qui êtes-vous donc ? Pardonnez-moi, je ne me suis pas présenté à vous. Je suis le seigneur Aquilodon, Prophète de l'Equilibre, de la Sainte Eglise Kalamaïenne, et Palatin de Zakinthe. Votre attirail me dit quelque chose, et je suis sûr d'avoir déjà vu ce bâton. Mais vous, je ne vous connais pas.

Il y avait de la méfiance dans la voix du colosse. Ainsi, ce géant était le célèbre Aquilodon de Ménéxène, celui même que Mogoth avait voulu mettre à l'épreuve ? Presque sans s'en apercevoir, Xéénothée songea que ce Palatin serait un adversaire de taille pour le Sanglant. En effet, le mana, en certes faible quantité, mais dans une harmonie comme peu de mages arrivaient à en créer, créait une aura merveilleuse autour de lui, et la force physique du "Prophète" devait au moins égaler celle de cinq boeufs, vu sa musculature, visible même sous l'armure de cuir dont ses bras et ses jambes étaient recouverts. Oui, cet Aquilodon devait vraiment être un adversaire redoutable. De plus, il était un des êtres les moins stupides qu'ait rencontré jusque là Xéénothée, car il avait immédiatement manifesté sa méfiance à son égard. Faisant bonne mesure, le nouveau Novice lui répondit.

- Je suis le manieur des Arcanes Xéénothée, que l'on appelle également l'Etranger, ou le Vert. Je suis ici parce que le seigneur Thaumaturge Xanis m'a appelé. Quand à mes vêtements et mon bâton, cela m'étonnerait franchement que vous ayez déjà eu l'occasion de les voir. A moins que vous ne connaissiez le seigneur Han d'Enithar, à qui ce bâton appartenait, avant que Nucter l'emporte.
Revenir en haut Aller en bas
Xanis
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 780
Age : 26
Classe : Sorcier
Date d'inscription : 28/04/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/10  (0/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe noir

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Mar 27 Avr 2010 - 22:30

Le seigneur Aquilodon arriva près de Xanis qui l'accueillit avec toute la chaleur qu'il lui était possible de montrer et, comme chaque début de conversation avec le géant fallait-il croire, une véritable logorrhée jaillit de ses lèvres. Une fois encore, le Patriarche dû retenir un éclat de rire face à ce torrent de questions... Était-ce caractéristique de cette race de poster toutes les questions possibles au début d'un dialogue afin d'en avoir fini avec ces formalités ?
Il n'eut pas le temps de répondre que l'Étranger sortit de l'enceinte de la Corporation et ils échangèrent les présentations de façon sommaire.


" Excusez-moi de vous couper dans votre échange de bon procédé messieurs. J'ai été nommé Thaumaturge il y a quelques heures à peine mon bon Aquilodon, alors que je passais à la Corporation récupérer mes affaires pour faire route vers Mésomnon.
J'ai prié Xéénothée de m'accompagner ainsi que deux autres personnes, la première ne devrait pas tarder à nous rejoindre tandis que l'autre nous retrouvera à la première étape du périple que je prévois.

J'ai en effet une mission de prévue à laquelle j'ai convié plusieurs membres ou postulants à la Corporation des Arcanes, et face à une soif d'apprendre visible de votre part, Prophète, je souhaitais vous proposer de nous accompagner...
Toutefois, au cas où notre jeune amie nous rejoindrait pendant votre réponse, je vous prierai de ne lui dévoiler de moi que mon nom. Il n'est pas encore l'heure qu'elle sache que je suis le Palatin de Mésomnon ou Thaumaturge de ce corpus... nommez moi donc Xanis, tout simplement et faites fi du protocole quelques temps.
Si toutefois vous souhaitez nous accompagner, diacre.
"
Revenir en haut Aller en bas
Lulyane



Nombre de messages : 292
Age : 104
Classe : Sorcier
Date d'inscription : 22/04/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
2/10  (2/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Vampire

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Mar 27 Avr 2010 - 23:07

A l'extérieur des murs de la Corporation lui avait dit l'inconnu. Elle quitta donc le cocon moelleux qu'elle venait juste de se découvrir et traversa la grande cour.

Elle ne put s'empêcher de repenser à ce que lui avait dit Xanis, et se retourna pour jeter un oeil aux gargouilles qui garnissaient l'imposante façade. Elle n'avait jamais pensé à les détailler avant, mais il est vrai qu'elles arboraient des faces empreintes de gravité.

Étaient-elles plus particulièrement de mauvaise humeur aujourd'hui qu'un autre jour ? Était-il possible du reste qu'elles changent de visage selon leur humeur ? Non, tout cela n'était probablement qu'une blague.

La bise légère caressait sa peau et la douce chaleur du soleil l'inondait. Le couchant approchait. Depuis qu'elle était devenue vampire, elle n'avait jamais craint la morsure du soleil. Il glissait sur sa peau comme une douce ondée, sans lui infliger les tourments qu'endurent nombre de ses congénères.

Pourquoi ?

Est-ce qu'un humain se demande pourquoi il est blond ou brun ? Pourquoi il est grand ou petit ? Pourquoi il est intelligent ou stupide ? Les capacités de chacun varient et il y avait certainement autant de sortes de vampires qu'il y avait de sortes d'humains. Elle avait même entendu dire que certains pouvaient voler, se transformer en chauve-souris... Elle ne s'était jamais transformée en chauve-souris, ni en doryphore, ni en quoi que ce soit.

Le seul effet qu'avait le soleil sur elle, apparemment, était de l'affaiblir. Ou plus exactement, c'est la nuit qui décuplait ses talents. C'est dans l'obscurité, sous l'éclat de la lune, qu'elle se sentait plus animale, qu'elle se laissait guider plus volontiers par son instinct, celui d'une chasseuse, d'un prédateur impitoyable.

La nuit, elle entendait mieux, elle sentait mieux, elle voyait parfaitement même dans le noir le plus total. La nuit, ses gestes s'accéléraient, sa force augmentait. Son créateur lui avait dit: " Je t'offre le don de la nuit !" Et en effet, c'est dès la tombée du jour qu'elle devenait vraiment vampire.

Du lever du soleil jusqu'au crépuscule, ses capacités étaient amoindries, pas au point d'en faire une humaine quelconque, mais suffisamment pour qu'elle soit plus vulnérable. Et elle savait que c'était dans ces moments qu'il lui fallait redoubler de prudence, que d'éventuels ennemis pourraient plus facilement l'atteindre.

Ce n'était pas anodin qu'elle pense à tout cela. Elle sentait confusément que l'aventure dans laquelle elle s'embarquait ne serait pas sans danger. Elle cherchait à rassembler ses esprits. Il allait être temps d'être lucide et aux aguets.

Elle passa le porche et aperçut immédiatement ses prochains compagnons de voyage. Elle ne pouvait pas se tromper, Xanis était avec eux. Il avait rabattu sur son visage sa capuche mais elle reconnut le rouge éclatant de sa cape avec certitude.

- Tiens, pensa-t-elle. Notre ami a revêtu sa carapace. Il n'est plus aussi transparent que tout-à-l'heure.

A ses côtés se tenait un homme de taille immense, un géant revêtu d'une armure de cuir, et armé, ou paré, d'un très haut bâton noueux. Il était accompagné d'une bête cauchemardesque. Un gigantesque lézard aux yeux crevés qui semblait domestiqué. Décidément, pensa-t-elle, il y a encore bien des choses qu'elle n'a pas découvertes sur ce vaste monde... Ce voyage s'annonçait réellement éducatif et profitable.

Un troisième comparse était en leur compagnie. Un homme au torse nu et à la peau grise, lui aussi encapuchonné, mais dans une cape verte.

- C'est un club ? s'amusa-t-elle. Une secte d'adorateurs de la capuche ? Le géant n'a pas trouvé assez de tissu pour s'en faire confectionner une ?

Elle ignorait combien de compagnons devaient encore les rejoindre mais si elle n'était peut-être pas la dernière, elle était au moins certaine de ne pas être la première.

Une assez désagréable manière de se faire remarquer, et cela la froissa un peu. C'est donc en arborant une mine légèrement boudeuse qu'elle rejoignit le groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Aquilodon
Pontife-palatin
Pontife-palatin


Nombre de messages : 910
Classe : Prophète et Pontife
Date d'inscription : 16/10/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
7/10  (7/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Géant

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Mer 28 Avr 2010 - 13:18

Oui, le géant avait connu Han d'Enithar. Quel vénopolien cherchant un refuge ne l'avait pas connu, du temps de son règne. Han l'avait accueilli, lui, Kintar, Grodor et une dizaine d'autres lorsque Ménéxène avait été massacrée par les peuples nains. La "jeune amie" de Xanis les rejoignit, tirant le Prophète de ses réflexions, avant que le géant ait pu répondre au drow, comme ce dernier l'avait prévu. Elle était d'une beauté éblouissante, mais elle fit la moue en se voyant arriver la dernière, moue qui n'enlaidit pas le moins du monde ses magnifiques traits. Loin d'être sous son charme cependant, car quelque chose de malsain s'en dégageait, sans qu'il sache dire quoi, Aquilodon, après avoir examiné la jeune femme de la tête aux pieds, se tourna de nouveau vers Xanis et lui répondit.

- Je marche, Xanis. Voilà plusieurs mois que je n'ai pas quitté mes fonctions d'administrateur, et je ne vise pas à devenir un bureaucrate. Un peu d'aventure ne me fera pas de mal. Et, puis, je vois que je ne suis pas accompagné par n'importe quels imbéciles.

Closant ainsi la conversation avec l'elfe noir, le géant, souhaita enfin, un sourire sincère sur les lèvres car, bien que cette femme dégageât une impression désagréable, elle équilibrait à merveille le groupe, par cette aura, son silence et son austérité apparente, la bienvenue à Lulyane.

- Bonjour à vous, gente dame. Je suis Aquilodon de Ménéxène, Palatin de Zakinthe, province du sud de l'Empire. J'ai vu votre regard pour Ukrimos, le Basilic. Je vous en parlerai si vous le souhaitez, mais plus tard. Mon ami Xanis ici présent m'a convié à ce... voyage. Vous semblez avoir besoin d'un protecteur physique, je me trompe ? Bref, aurais-je l'honneur de connaître votre nom ?

Aquilodon nota le sourire de Xanis, come si celui-ci trouvait drôle que le géant parle avec une telle abondance. Le géant regarda une nouvelle fois le groupe. Il se méfiait profondément de l'homme vert et silencieux, le détenteur du bâton du généreux Han. Comment s'était-il procuré cet artefact ? De plus, qui se sentait obligé de se masquer le regard n'était pas digne de confiance, de l'avis du Prophète. Et cet energumène semblait véritablement dangereux, en plus de l'impossibilité évidente de se fier à lui. Un allié qui pourrait se retourner contre eux, et qui avait la possibilité de les vaincre, du moins la femme et Xanis, car Aquilodon avait foi en ses compétences. Non, ce Xéénothée n'aurait pas la confiance du géant tant qu'il n'aurait pas fait la preuve de sa fidélité à la Corporation arcanique, en sauvant la vie de son Thaumaturge, par exemple.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Xanis
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 780
Age : 26
Classe : Sorcier
Date d'inscription : 28/04/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/10  (0/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe noir

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Mer 28 Avr 2010 - 14:23

" Veuillez excuser ma distraction, je manque à tous mes devoirs de ce qu'on pourrait appeler un hôte de voyage.
Cette jeune dame, la comtesse Lulyane, est membre de la Corporation des Arcanes.
Cet... homme, nommé Xéénothée, postule également au corpus. Il sera décidé, au terme de notre voyage, de son intégration ou non.
Et Aquilodon s'est présenté par lui-même.
Le dernier membre de notre groupe nous rejoindra en Mésolongion.
Si vous voulez bien continuer cette conversation pendant que nous marchons, prenons la direction des portes sud de la cité. Nos montures nous attendent aux abords de la cité.
"

Bien qu'étant encore en territoire allié, Xanis laissa ses mains disparaitre sous sa cape, à l'abri des regards, et vérifia une fois de plus la présence de sa pochette à réactifs ainsi que celle de son sceptre.
Habilement, il retira le cordon qui maintenait la pochette fermée et tria machinalement, de l'index et du majeur, les différents minerais et autres artefacts utiles au lancement des sorts qui y étaient rangés avec soin.

La mine renfrognée de sa nouvelle protégée l'amusa.
Il espérait la dérider avec les moyens de transports qui étaient prévus pour se rendre en Mésomnon. Afin de laisser planer le mystère, il lâcha nonchalamment :


" J'espère que certains d'entre vous ont déjà une petite expérience du vol... les autres auront l'occasion aujourd'hui de s'essayer à une expérience nouvelle... oui oui, même vous, mon cher Aquilodon. "
Revenir en haut Aller en bas
Aquilodon
Pontife-palatin
Pontife-palatin


Nombre de messages : 910
Classe : Prophète et Pontife
Date d'inscription : 16/10/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
7/10  (7/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Géant

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Mer 28 Avr 2010 - 16:34

Le vol ? Xanis avait-il perdu l'esprit ? S'il comptait transporter Aquilodon par la voie des airs, il lui faudrait un dragon. Un dragon ! Nar'Kaïn n'avait vu qu'une seule fois une telle bête. Et cette unique fois lui avait largement suffi, car il avait failli mourir dans l'estomac du gigantesque être ailé. Il n'avait aucune envie de monter sur un des congénères de ce monstre. Il fit part de ses inquiétudes à Xanis, tandis que le groupe suivait le drow vers une destination inconnue.

- Hum... Xanis, je suis inquiet. Vous n'allez tout de même pas nous faire monter sur un de ces lézards géants, là, ces dragons ?! Ils sont indomptables, immortels, invicibles ! En plus, ils sont intelligents, cruels...

Le Prophète fut interrompu par l'éclat de rire du seigneur tout de vert vêtu. Celui-ci se ressaisit bien vite, et ne cacha pas qu'il considéra Aquilodon comme un imbécile, sur ce point tout du moins.

- On voit, seigneur Aquilodon, que vous n'avez pas passé des semaines en compagnie de ces "lézards géants", comme vous les appelez. Les dragons sont des animaux plus puissants physiquement, intellectuellement et psychiquement que n'importe quelle autre espèce intelligente de ce plan. S'il n'y avait de dieux, ici, vous vénéreriez ces choses, Prophète. Et avec peut-être plus de dévotion que vous ne vénérez votre "Equilibre" en ce moment.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lulyane



Nombre de messages : 292
Age : 104
Classe : Sorcier
Date d'inscription : 22/04/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
2/10  (2/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Vampire

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Mer 28 Avr 2010 - 17:17

Jusqu’à ce qu'elle arrive près d’eux, le géant ne cessa pas de la détailler.

Son regard la balaya de la pointe de ses cheveux à l’extrémité de ses orteils, en passant par tout son corps couvert d’une robe fourreau de lin claire qui collait à ses formes, au décolleté plongeant et qui, à l’exception de deux fines bretelles, lui laissait les épaules nues.

Elle devinait dans ses grands yeux qu’elle ne le charmait pas complètement. Elle était habile, à force d’expérience, dans l’art de deviner ces choses. Et bien que cela aurait dû la satisfaire, elle qui se lassait d’être regardée comme un objet désirable, elle en conçut une légère contrariété.

Ainsi sont les femmes !

De plus, elle serait obligée de lever la tête chaque fois qu’elle voudrait s’adresser à lui, et ça finirait bien par lui déclencher un torticolis.

Quant à l’autre, là, le vert et gris, il ne disait pas un mot, se tenait bras croisés, on ne voyait pas son visage. Charmante compagnie ! Son humeur ne s’améliorait pas.

Heureusement, il y avait Xanis, toujours courtois, qui ne lui laissa pas le temps de répondre à l’homme immense et qui fit les présentations à sa place. Une intervention bienvenue car si Lulyane avait ouvert la bouche, il n’est pas impossible qu’elle se soit montrée désagréable.

Le cortège se mit en route, pour suivre le manteau rouge de l’initiateur de cette escapade.

" J'espère que certains d'entre vous ont déjà une petite expérience du vol... les autres
auront l'occasion aujourd'hui de s'essayer à une expérience nouvelle... oui oui, même vous, mon cher Aquilodon.
"

Voler ? Que voulait-il dire ? Avait-il imaginé une machine qui puisse voler, et emporter plusieurs passagers ? Ou bien, il avait charmé quelques volatiles, auxquels il avait accroché une nacelle ? Un engin magique certainement s’il avait la puissance de soulever leur poids à tous, y compris celui du géant et du Basilic.

Son intérêt s’éveilla et il lui revint que sa motivation première à ce voyage était d’acquérir une expérience magique. Cela semblait plutôt bien commencer.

Le géant avait pressé légèrement le pas pour revenir à la hauteur de Xanis. Elle l'entendit murmurer:

- Hum... Xanis, je suis inquiet. Vous n'allez tout de même pas nous faire monter sur un de ces lézards géants, là, ces dragons ?! Ils sont indomptables, immortels, invincibles ! En plus, ils sont intelligents, cruels...


Elle se réjouit d'entendre la masse impressionnante d'Aquilodon dévoiler une faiblesse, tout autant que d'entendre le rire de Xéénothée, ce qui le rendait un peu plus... normal. Elle se mit à rire avec lui.

- Allons, mon cher ami, vous avez peur de quelques lézards ? Un grand garçon comme vous ? Ne soyez pas là cette nuit quand je me transformerai en loup-garou ! N'est-ce pas vous qui parliez tout-à-l'heure de me protéger ?

Des dragons ! Pourquoi n'y avait-elle pas pensé ? Oui, c'était ça ! C'était certainement ça ! Mage depuis ce matin et la voilà déjà qui chevaucherait des dragons, comme les plus grands enchanteurs des légendes.

Son visage s'illumina à nouveau et elle se sentit tout excitée et impatiente de voir si le géant avait eu raison.
Revenir en haut Aller en bas
Xanis
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 780
Age : 26
Classe : Sorcier
Date d'inscription : 28/04/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/10  (0/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe noir

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Mer 28 Avr 2010 - 18:20

Aquilodon avait une manière de penser très similaire à celle de Xanis. En effet, s'il savait que Melfort avait vaincu les vers, il aurait sans doute demandé aux Intendants d'Orchomène de lui faire parvenir quelques dragons noirs.
Ces dragons, parmi les plus impressionnants, étaient extrêmement rapides et dotés d'une très grande résistance. Leur carrure et leur envergure colossales étaient à faire frémir et le Patriarche était ravi de savoir que, tout géant qu'il était, ces créatures légendaires inquiétaient le Prophète.


" Au risque de vous décevoir, mes jeunes amis, ce ne sont pas tout à fait des dragons qui nous permettront de faire ce voyage...
Nos montures seront un peu plus petites, et il est certain que dans tout autre endroit de l'Empire, elle ne pourraient vous soutenir pour un si long voyage, cher Palatin. Toutefois, gardez une chose à l'esprit : là où nous allons, ce qui est vrai partout ailleurs peut ne pas l'être.
Nous allons au cœur même de la région de Mésolongion et la magie qui y œuvre aidera les petites bêtes qui vont nous transporter à arriver à bon port.
"

Arrivés à ce point de la conversation, ils passaient le corps de garde sud de la cité.
A peine les herses extérieures franchit, un rugissement guttural et profond parvint de leur droite, sitôt accompagné d'un second. Un étrange bruissement, grave et résonnant comme un jet de flamme retentit.
C'est cet instant que choisirent plusieurs automates pour apparaitre, sortant d'une poterne menant à l'entrepôt des Écuries Impériales et chargés de lourdes selles, dont trois étaient adaptées à la taille du géant au cas où il s'avèrerait tout de même nécessaire de laisser sa monture se reposer.

Les créatures mécaniques, serviteurs des gnomes qui devaient s'occuper de la commande du Patriarche disparurent en tournant à un coin de la muraille, suivis des quatre voyageurs.
Six Iltarns, seigneurs des cieux après les dragons, créatures parmi les plus puissantes de toutes les éthérées étaient parqués contre la muraille.


" Chers amis, laissez-moi vous présenter nos poneys de fortune.
Là où nous allons, elles pourront exploiter tout leur potentiel...
"
Revenir en haut Aller en bas
Lulyane



Nombre de messages : 292
Age : 104
Classe : Sorcier
Date d'inscription : 22/04/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
2/10  (2/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Vampire

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Mer 28 Avr 2010 - 18:34

- Qu'est-ce que c'est que ces trucs ? pensa-t-elle.

Elle eut du mal à cacher sa déception puis se ravisa. Après tout, elle était novice. Pour une débutante, des tout petits dragons seraient bien suffisants.

Elle allait voler, connaître le plaisir de voguer parmi les nuages, de sentir l'air rare et froid lui mordre les joues.

- Ne faisons pas la difficile. Tout ce qui m'arrive est déjà incroyable et inespéré.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Mer 28 Avr 2010 - 20:16

Spoiler:
 
Spoiler:
 

Des Iltarns. Xéénothée n'aimait pas ces bêtes. A leur approche, il sentait que son pouvoir était en quelque sorte drainé par ces créatures magiques. De plus, l'Etranger n'aimait guère voler en chevauchant quelque monture autre que Komeluazzo, le dragon spectral du seigneur Han. Il préférait de loin contracter lui-même ses muscles puissants, et se projeter à une vitesse prodigieuse dans les airs, rivalisant à la course avec les grands phénix. Mais il était réduit à enfourcher un ridicule Iltarn, et à se sentir mal pendant tout le voyage, quelle dérision ! Il ne cacha pas son mépris pour les créatures lorsqu'il s'adressa à Xanis.

- Et bien, seigneur, nous voilà donc réduits à voler sur le dos de ce bétail ? Ces bestioles sont faiblardes, et elles drainent le mana de leur cavalier pour se maintenir dans les airs. Elles ne valent pas mieux que des sangsues, à mes yeux.

Apercevant le regard déçu de Lulyane, puis légèrement inquiet lorsqu'il énonça les capacités de drainage des "rois des cieux", Xéénothée se sentit attendri. Cette jeune personne ne connaissait encore rien à la vie, et était même moins savante que l'Etranger sur son propre Empire. Elle ne devait pas venir d'une catégorie sociale où l'éducation approfondie était de mise. L'Etranger se promit de l'initier à ce qu'elle demanderait, tant que ces choses ne rentraient pas dans le domaine des secrets de sa race, si semblable à celle des infernaux de ce monde, et pourtant si différente. Devançant ses compagnons, se résignant à en finir au plus vite, le Vert enfourcha sa monture et saisit les rênes que lui tendait le palefrenier mécanique, après avoir détâché le Iltarn. Immédiatement, la bête tenta de prendre son contrôle, sentant qu'un mage particulièrement sensible au mana ambiant était monté sur son dos. Elle essaya de forcer ses défenses mentales, qu'il savait, à force de centaines d'années d'entraînement, erriger à grande vitesse et avec une puissance formidable. Heureusement que les barrières mentales ne nécessitaient pas l'usage de mana, se réjouit Xéénothée, car il aurait été considérablement affaibli en ce monde où ses pouvoirs ne semblaient pas vouloir revenir. Devenant docile après avoir constaté que ses assauts psychiques ne menaient à rien, l'Iltarn décolla lorsque Xéénothée tira légèrement sur les rênes. Le Vert se tourna vers ses compagnons, maintenant légèrement en contrebas, et leur dit, un sourire narquois aux lèvres :

- Faites attention, mes seigneurs et dame, ils sont rebelles !
Revenir en haut Aller en bas
Xanis
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 780
Age : 26
Classe : Sorcier
Date d'inscription : 28/04/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/10  (0/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe noir

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Mer 28 Avr 2010 - 20:39

Le Thaumaturge rit sous cape.
Appeler les Iltarns "bétail" ou les qualifier de "faiblards" était de la folie. Ces majestueuses créatures étaient de puissants alliés. Il jeta un coup d'oeil à Aquilodon et à Lulyane avant de s'approcher de la bête qui avait poussé le premier rugissement qu'ils avaient entendu.
Fougueux, le monstre se démenait pour échapper à l'entrave magique qui le maintenait au sol et, d'un puissant coup de queue, il réduit un automate qui passait derrière lui à l'état de pièces détachées.
Xanis s'en approcha à pas lents, cherchant à capter l'attention de sa monture. Une fois arrivé juste devant, il leva la main et la posa sur son museau comme l'Iltarn baissait la tête. Le sorcier laissa couler sa mana hors de son corps, la laissa ruisseler sur sa peau et tout autour de lui, ouvrant l'essence même de son pouvoir à son nouvel ami. Dans sa cape, son sceptre chauffait légèrement, excité par la montée de puissance de son possesseur.

Le lézard éthéré, moitié fait de feu, moitié de chair et d'os contracta ses muscles, gonfla ses poumons et rétracta son cou... Le bâtard lui même se demanda l'espace d'un instant s'il n'allait pas finir gobé.
Mais l'Iltarn se contenta de pousser un rugissement à glacer le sang vers le ciel. Le Cavalier, si bien nommé en cette circonstance, ne faisait plus qu'un avec son destrier, d'une certaine manière. Il se hissa sur son dos et s'adressa aux jeunes gens restés à terre :


" Je vous proposerais bien mon aide pour monter en selle, comtesse, toutefois ils risqueraient de prendre cela pour une faiblesse et, comme la souligné Xéénothée, ils ont une légère tendance à dominer dans un premier temps.
Approchez-vous de votre monture et laissez là interagir avec vous. C'est ainsi que vous la rendrez réellement plus forte et que vous ne ferez qu'unité.

Vous remarquerez, Prophète, que nous avons une demie-douzaine d'Iltarns, deux nous accompagneront sans cavalier afin de vous permettre de changer de monture si la nécessité s'en fait sentir.
Bien qu'une fois la frontière de Mésomon passée, ils seront bien plus forts qu'actuellement.

Je doute, cher Etranger, que nous soyons à même de tenir palabre pendant ce voyage finalement... nous devrons remettre à plus tard le récit de votre vie.
"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lulyane



Nombre de messages : 292
Age : 104
Classe : Sorcier
Date d'inscription : 22/04/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
2/10  (2/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Vampire

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Mer 28 Avr 2010 - 23:33

« Des tout petits dragons », qu’elle disait. Tu parles ! Des bêtes de belle taille et fortement impressionnantes, oui ! Des animaux de feu aux rugissements terrifiants.

Lulyane ne se sentait pas fière en cet instant. Elle avait vu comment Xanis avait dompté l’un de ces étranges bestiaux et elle n’était vraiment pas certaine d’être à la hauteur. En plus, le demi-elfe lui avait clairement signifié qu’il lui fallait se débrouiller toute seule.

C’était ça ou être mangée et cette perspective n’était même pas envisageable !

Lentement, elle s’approcha de l’un des Iltarns, en lui faisant bien face, pour qu’il ne se sente surtout pas surpris.

- Gentil ! Gentille petite bêbête ! murmura-t-elle un peu ridiculement.

L’animal la regardait approcher sans broncher puis, quand elle fut tout près, il leva la tête pour l’observer. Sa gueule flamboyante était à quelques centimètres du visage de Lulyane. Elle pouvait sentir son souffle dans ses narines comme une intense senteur de soufre. Elle pouvait sentir la chaleur intenable que dégageait sa peau ardente.

Tout autour, le silence se faisait étouffant. Les deux créatures se dévisageaient, comme si elles cherchaient à se reconnaître, leurs faces se touchaient presque. On aurait pu croire, de loin, que Lulyane embrassait l’Iltarn.

Loin d’elle cette pensée ! Elle ne s’y serait pas risquée. A vrai dire, elle essayait surtout de garder son calme, de ne pas montrer sa peur et d’avoir l’air à la fois amicale et supérieure.

Ces animaux cherchent d’abord à dominer, lui avait précisé Xanis. Elle tenait donc à lui montrer que c’était elle le maître, mais son regard disait à la fois qu’elle était bienveillante.

L’animal en était-il convaincu ? Toujours est-il qu’il ne protesta pas quand elle posa sa main sur son museau. De ses naseaux sortait une haleine brûlante, une légère fumée qui roulait lentement sur les doigts, la main et le poignet de la vampire.

Elle ressentait une douleur violente mais se gardait de le montrer, par fierté vis-à-vis de son assistance et aussi par méfiance envers le lézard crépitant. Elle sentait soudain sa vitalité diminuée tandis que l’Iltarn se mettait à luire un peu plus fort. Elle avait l’impression que son énergie intérieure était aspirée sans comprendre pourquoi, et ses jambes la soutenaient difficilement.

Il lui fallut un effort de concentration immense pour ne pas défaillir, s’écrouler là, à la merci de l’appétit vorace d’une créature sauvage. Elle se sentait vidée, comme le soir où elle avait senti tout son sang, et par là même sa vie, quitter lentement son corps, goutte par goutte, litre par litre. Oui, c’était la même impression ! Et pourtant, elle comprenait que ce n’était pas sa vie qui fuyait par tous les pores de sa peau.

- La mana ! réalisa-t-elle. Elle avale mon énergie magique ! Ce ne peut être que ça !

Paisiblement, sa monture posa sa tête sur le sol, semblant signifier qu’elle acceptait d’être enfourchée. Est-ce que Lulyane interprétait bien sa volonté ? Pas d’autre moyen de le savoir que d’essayer.

Epuisée, avec des gestes lourds et patauds qui lui étaient inhabituels, elle escalada la bestiole et s’installa sur sa selle.

Le Iltarn acceptait son hôte ! Il flamboya une dernière fois avant de redevenir tout à fait apaisé.

Lulyane jeta un rapide coup d’œil à ses compagnons. Elle se redressa un peu, et crânement, comme souvent, elle regarda Xanis, le pouce levé vers le ciel et lui adressant un clin d’œil.

- Je crois qu’il a compris qui est la patronne !
Revenir en haut Aller en bas
Aquilodon
Pontife-palatin
Pontife-palatin


Nombre de messages : 910
Classe : Prophète et Pontife
Date d'inscription : 16/10/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
7/10  (7/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Géant

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Dim 2 Mai 2010 - 21:16

Des Iltarns. Aquilodon n'aurait pas pu prévoir pire. Non seulement ces bêtes étaient rebelles, et tentaient de vous envoyer dans les airs à la moindre occasion, mais en plus, elles ne pourraient pas transporter facilement Ukrimos. Epineux problème, de l'avis du géant. Il pouvait toujours tenter d'attacher le Basilic à deux des créatures magiques, mais le reptile serait certainement réticent. Cependant, le Prophète ne voyait guère d'autres solutions, car laisser là son compagnon était tout bonnement impensable. Il appela donc un palefrenier mécanique.

- Toi, apporte moi une solide corde, d'une bonne dizaine de mètres.

Le serviteur s'en alla vers la poterne dont il était sorti, tandis que le géant s'accroupissait près du Basilic allongé sur les dalles. Il pressa aux endroits faibles de l'anatomie du grand lézard, qui feula et cracha sur le géant, sans toutefois l'attaquer. Aquilodon devait lui prouver une nouvelle fois qui était le plus fort, avant de pouvoir exiger de lui sa soumission totale. Le gigantesque animal se dressa soudain, rugissant balayant l'air de sa queue. Aquilodon se releva vivement, et dégaina sa lame, faisant signe de l'autre main à ses compagnons de ne pas agir. Le reptile fit claquer ses mâchoires en direction du ventre de son maître, mais celui-ci ne broncha pas. Au contraire, il assena un coup de pommeau sur le crâne du reptile qui recula légèrement, sonné. Puis la Claymore fendit l'air et son plat frappa de plein fouet la mâchoire inférieure d'Ukrimos, qui gémit. Il se recroquevilla sur le sol, vaincu, au moment ou l'automate revint. Le Basilic se laissa docilement attacher aux Iltarns, après qu'Aquilodon leur eut montré qui était le chef. Ensuite, le géant accrocha les deux bêtes magiques au col de sa propre monture, qu'il enfourcha enfin. Le géant attendit qu'elle lui draine son pouvoir, ou qu'elle résiste, mais elle ne tenta rien. Ou peut-être le tenta-t-elle, mais Aquilodon n'en eut pas conscience. Assurément, l'Equilibre le protégerait dans sa quête. Voyant que Xanis et Lulyane rejoignaient le dénommé Xéénothée, Aquilodon décida qu'il était temps de les suivre. Il fit déployer ses ailes à sa monture qui le mettait mal à l'aise, et s'efforça de ne pas regarder en bas, alors que le sol s'éloignait de lui.

Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Grognar



Nombre de messages : 84
Classe : Barbare
Date d'inscription : 30/04/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Géant

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Lun 3 Mai 2010 - 23:45

Le géant regardait face à lui l’immense bâtiment ponctué de quatre hautes tours.

Un long périple dans les plaines du nord, du pied des montagnes jusqu’à la capitale, l’avait mené jusqu’ici. Et un périple, qui lui avait paru plus long encore, dans les rues de la grande cité.

Se mêler à la foule n’était décidément pas à son goût. La seule consolation qu’il avait trouvée à son aversion de la multitude, c’était de passer ici totalement inaperçu.

Kalamaï était un creuset où se mélangeaient toutes les races, tous les sexes, toutes les classes sociales. Il n’était qu’un géant parmi d’autres, et plus même : qu’une créature parmi d’autres.

Il comprit pourquoi Lulyane avait choisie de se réfugier ici. Où se cacher mieux que sous les regards indifférents des habitants de la mégapole ? Où être un individu plus invisible que dans les rues grouillantes de milliers d’autres individus ? Mais il comprit en même temps que, pour les mêmes raisons, il ne lui serait pas facile de mettre la main sur la jeune femme. Pour l’instant, cet endroit était sa seule piste, il devait la suivre jusqu’au bout.

A ses côtés, Elune paraissait médusée par la splendeur et la magnificence de ce véritable palais. De longues ailes se déployaient entre les tours, de vastes corps de logis dont on devinait qu’ils abritaient nombre d’appartements. Et sur la façade finement décorée, des gargouilles aux masques grimaçants, veillaient de loin en loin, scrutant les abords de leurs yeux granitiques dans un silence de pierre.

- C’est là ? dit le géant. La coopération des Arcanes ?

- La Corporation ! le reprit Elune. Oui, Grognar, c’est ici ! C’est cet endroit que Lulyane avait pour objectif quand elle m’a quittée. Je ne sais pas si elle y est encore, ni même si elle y est venue, mais c’est là qu’elle m’a dit vouloir se rendre.

- Bon ! Assez perdu de temps ! Si elle est là, on l’embarque ! Si elle y est pas, on va nous dire où elle est ! Par où on entre ?

- On n’entre pas, Grognar ! A moins d’être un membre de la Corporation, ou de souhaiter en devenir un. Tu souhaites devenir membre, Grognar ?

Le colosse grogna à voix basse :

- Membre ? Membre de rien du tout ! Des membres, j’en ai quatre, deux bras, deux jambes… Et ils m’ont toujours suffi pour mettre des raclées aux contrariants.

Il fit un pas en avant, un seul pas, qui lui suffit pourtant pour franchir la distance qui le séparait du porche qui ouvrait sur la Grande cour.

- M’est avis que ça, c’est une entrée ! Et une entrée ouverte ! Si c’est ouvert…

Il ne termina pas sa phrase, qu’il prononçait tout en s’engouffrant sous le porche. Elune courut après lui et le saisit par un doigt, à défaut de pouvoir enserrer son avant-bras.

- Ne fais pas un pas de plus, Grognar ! La statue…

- Quoi, la statue ?

- Elle a bougé !

Le géant considéra sa camarade avec une légère pointe de commisération. Il toucha sa joue du bout d’un index qui se voulait cajolant et doux. Elle fut rejetée légèrement en arrière.

- Allons, Elune, une statue, ça bouge pas ! C’est même comme ça qu’on les reconnaît !

- Je t’assure, Grognar, que la statue là, celle de la gargouille… Au fur et à mesure que tu avançais… Elle bougeait…

Grognar haussa les épaules avec indulgence et reprit sa marche sous le porche. Néanmoins, il avait vu tellement de choses extraordinaires aux côtés de son maître, il avait si souvent constaté à quel point l’incroyable était possible, qu’il garda les yeux rivés sur la chimère minérale qu’Elune lui avait désignée.

A chacun de ses pas, la sculpture semblait effectivement s’animer un peu plus. Un pas, sa tête tournait légèrement pour continuer de le viser du regard. Un deuxième pas, elle s’avançait imperceptiblement, se décollait du mur. Un troisième, ses ailes commençaient de se déployer. Encore un et les effigies voisines s’agitaient à leur tour.

Il était maintenant à l’orée de la cour et le doute n’était plus permis. Toutes les hideuses figures le fixaient, leurs globes oculaires rocheux se posaient sur lui, leurs dents acérées de basalte lui adressaient un sourire menaçant.

Grognar n’était pas un poltron, loin s’en faut ! Mais seul contre une armée de pierre, volante et magique, il ne se sentait pas de taille. Quelle ironie ! Lui, le titan, le colosse barbare pour une fois ne se sentait pas… de taille !

Il recula ! Les créatures demeuraient aux aguets ! Il fit alors franchement demi-tour et quitta l’abri ombragé du porche pour regagner l’esplanade. Et quand il se retourna, les statues avaient repris leur place, adossées aux fines colonnades, se faisant socle des élégants fûts qui s’élevaient en torsades vers le ciel.

Il eut un soupir et regarda Elune, incrédule encore devant ce qu’il venait de voir.

- J’ai pas rêvé ? Dis-moi que tu les as vues aussi !

- Non, Grognar, tu n’as pas rêvé ! Et je pense que tu as pris la bonne décision ! Entrer ici n’est pas une bonne idée. Nous allons devoir trouver un autre moyen de nous renseigner auprès des membres de la corporation.

Grognar afficha soudain sa tête des mauvais jours. Une perte de temps encore. Et du temps, il ne savait pas combien il en disposait avant que la Tour Opaline ne s’écroule, ne s’abîme définitivement sur son promontoire, s’affaissant en un tas de ruines qui viendraient augmenter la hauteur de la masse rocheuse sur laquelle elle reposait, disparaissant du monde, briques mêlées aux cailloux, pierres enchevêtrées dans les ronces, blocs engloutis sous le lichen…

Sous son sourcil froncé de contrariété, il aperçut là-bas au loin, en direction du sud, d’étranges animaux qui prenaient leur envol. Il les voyait à une distance respectable, mais il lui sembla que c’était des dragons, ou quelque chose du genre, bien que d’ici, ils paraissent minuscules. Et sur les dos de plusieurs d’entre eux, il distingua avec certitude des formes humaines. Oui, ces drôles d’oiseaux avaient des cavaliers et s’éloignaient dans l’horizon.

Vraiment, les gens de Kalamaï avaient des coutumes étranges, et le géant se sentit envahit d’un sentiment de nostalgie pour son tas de cailloux dans les montagnes, pour sa contrée aride et désertique de Roc-Pointe.

Spoiler:
 


Dernière édition par Grognar le Mar 25 Mai 2010 - 16:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Grognar



Nombre de messages : 84
Classe : Barbare
Date d'inscription : 30/04/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Géant

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Mer 5 Mai 2010 - 16:53

D’un bon pas, Grognar rejoignait la petite esplanade, en sirotant tranquillement le fond de son fût de bière. Le liquide jaune et moussu coulait lentement le long des commissures de ses lèvres et tombait goutte à goutte sur l’épaulière de son armure en produisant de petits «plocs» métalliques.

Il souhaitait en finir au plus vite avec cette histoire !

D’une part, son vampire ne lui avait pas clairement signifié de combien de temps il disposait avant que la Tour ne sombre dans l’abîme...

Sans doute parce qu’il ne le savait pas lui-même… Un peu comme lorsqu’on essaye de conserver trop longtemps une viande non séchée : on sait d’avance qu’elle va pourrir, qu’elle deviendra immangeable puis verdâtre de moisissure mais on ne sait jamais à quel moment précis la transformation va survenir. Même en l’observant, en ne la quittant pas des yeux pendant des jours, on ne perçoit pas le moment qui la fait passer d’une denrée consommable à un dangereux poison pour les intestins.

C’est un processus lent et c’était sûrement cela qui attendait la Tour : une désagrégation diffuse, une usure progressive, invisible à l’œil nu et qui patiemment jetterait à bas ce fabuleux édifice.

D’autre part, même s’il n’en laissait rien paraître, il s’inquiétait un peu pour sa petite tribu. Il les savait suffisamment incompétents pour redouter de les laisser seuls trop longtemps.

Parvenu devant la façade de la Corporation, il déposa à ses pieds son tonneau et sa massue et se planta, jambes écartées, juste en face du porche d’entrée. Il releva la tête, plaça ses mains en porte-voix et se mit à hurler :

- LULYANE! LUUUUUUUU…LYANE !

Sa voix puissante emplissait tout l’espace, résonnait contre les murs qui se la renvoyaient en écho. On aurait pu croire au rugissement d’une bête immense. Profonde et grave, la clameur s’élevait loin autour de lui. On devait l’entendre dans une grande partie de la cité ce cri rauque comme un roulement titanesque, comme un grondement herculéen...

Grognar appuya ses poings sur ses hanches, visiblement satisfait de son petit effet. Autour de lui, les promeneurs qui baguenaudaient, les badauds, ceux qui se rendaient au travail ou qui en revenaient, tous se bouchaient les oreilles et courbaient l’échine avec une grimace.

- Foutre Brak ! Si elle là d’dans, je vois pas comment elle pourrait me rater !

A nouveau, il posa ses mains en couronne autour de sa bouche, et reprit son hurlement :

- LULYANE ! LULYANE !


Dernière édition par Grognar le Sam 8 Mai 2010 - 17:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mage
Archimage
Archimage


Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 03/10/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
5/10  (5/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race:

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Jeu 6 Mai 2010 - 5:38

Alors que le mage s'occupait à faire le tri dans ses livres et préparer le bureau pour le nouveau Thaumaturge, il entendit crier :

- LULYANE! LUUUUUUUU…LYANE !

Cela semblait venir de l'extérieur du bâtiment, mais qui pouvait bien parler aussi fort et ce sans usage de magie puisque le vieil homme n'entendait pas le bruit spécifique de l'utilisation de la mana. Alors que le mage réfléchissait, le cri se fit entendre de nouveau.

- LULYANE ! LULYANE !

Quelqu'un cherchait la comtesse, la nouvelle recrue des arcanes. Le Gris sortit du bâtiment et constata la présence d'un géant, la source de ce vacarme. Il s'avança jusqu'à lui et parla d'une voix forte pour biens se faire entendre.

Bonjour à vous tout la haut, à qui ai-je l'honneur ou plutôt qui demande à voir celle que vous appeler ? Sans vouloir vous vexer, je déteste annoncer quelqu'un dont je n'ai pas le nom et surtout sans savoir les intentions du demandeur. J'ai une corporation et des membres à protéger.
Revenir en haut Aller en bas
Grognar



Nombre de messages : 84
Classe : Barbare
Date d'inscription : 30/04/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Géant

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Jeu 6 Mai 2010 - 16:41

En voyant sortir le vieil homme qui s’avançait dans sa direction, Grognar eut un large sourire de satisfaction. Son plan avait fonctionné ! Quelqu’un accourait pour mettre fin à son tintamarre…

En levant la tête bien haut, l’homme à la barbe et aux cheveux blancs poussa sa voix pour qu’elle parvienne aux oreilles du géant.

- Ça va ! grommela Grognar. J’suis pas sourd !

Il se ravisa. Depuis quelques jours qu’il traînait avec Elune, il avait pris conscience des vertus de la diplomatie, qui jusqu’à présent lui était totalement étrangère. Ce n’était pas le moment de braquer ce bon vieillard au risque de le voir rester muet.

Il essaya d’afficher son plus doux sourire et de prendre sa plus douce voix…Ce qui rendait très relative la définition du mot doux !
Il tortillait ses doigts comme un enfant pris à faire une bêtise et fixait le sol avec une timidité feinte mais avec une volonté sincère de bien se tenir.

- Bien le bonjour, mon p’tit monsieur ! Pardonnez mon outrecuquidance, il est possible que j’aie fait un peu de bruit… C’est que voyez-vous, je cherche une amie à moi… Que je ne connais pas… Enfin, je la connais mais je ne l’ai jamais vue… Mais c’est une amie quand même… Enfin, disons que je ne lui veux pas de mal… Je ne sais pas où elle est… Mais je viens la chercher ici dans votre coopération

Il s’interrompit soudain, conscient d’être pour le moins confus dans ses explications.

Grognar n’était pas un orateur, loin de là. Il ne maîtrisait qu’un vocabulaire de base, surtout les jurons, écorchait fréquemment les mots trop compliqués, et surtout n’avait aucun goût pour la parlote. Pour lui, la discussion n’était qu’une perte de temps et en toutes choses, il essayait d’être rapide et efficace.

Aussi, il décida d’être un peu plus direct. Il s’agenouilla pour regarder son interlocuteur en face -et encore eut-il besoin pourtant de baisser les yeux-, et parla d’un ton clair et ferme :

- Je suis Grognar, du mont Roc-Pointe ! C’est là qu’est construite la Tour Opaline et j’en suis le Gardien. Il s’agit du domaine de Lulyane. Autrement dit, je suis le protecteur de cette jeune femme. Or, sa Tour est en train de s’écrouler et je dois absolument l’y conduire. Voilà !

Après un tel discours, interminable pour lui qui n’en faisait jamais, Grognar sentit sa gorge sèche et sa langue pâteuse. Il attrapa son tonneau et engloutit une large rasade de bière. Après quoi, il leva les yeux vers le ciel et, comme pour une prière toute personnelle, il laissa échapper un renvoi sonore qui emporta le remugle de son gosier vers les nuages.

- Pardon, mon p’tit monsieur ! Mais il faut bien reconnaître que cette bière-là, c’est quand même pas la sœur à dégueulasse, bordel de Brak !


Dernière édition par Grognar le Sam 8 Mai 2010 - 18:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ethosem l'Enchanteur



Nombre de messages : 54
Classe : Enchanteur
Date d'inscription : 10/12/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
5/10  (5/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Ancien

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Jeu 6 Mai 2010 - 18:55

Refermant le lourd ouvrage, Ethosem repris son souffle. Il en avait assez lu. La connaissance sans la pratique était infertile il le savait. Il se devait de retourner auprès des siens pour reprendre une pratique magique là où le mana était intense, dans la forêt. L’ancien étira ses muscles endoloris par l’inactivité. Son corps plus grand et plus massif que la moyenne, était à la fois un atout et un désavantage pour l’enchanteur. Il devait en prendre soin, d’autant plus que l’arcanisme laissait trop souvent des traces physiques irréversibles sur le corps. Ethosem en avait fait l’expérience lors de son exil.
Se dirigeant vers la sortie du bâtiment, Ethosem mit un point d’honneur à informer le mage qui l’avait accueilli de son départ. Il ne le trouva pas dans la bibliotheque ni dans son bureau ce qui était fort surprenant. Il s’apprêtait à demander à un archiviste lorsqu’il reconnu la voix du vieux mage provenant du dehors. L’ancien sortit, intrigué, et se retrouva juste derrière le mage. Ce dernier semblait être en conversation avec un individu d’une taille impressionnante. En y songeant, Ethosem ne se souvenait pas que des bipèdes puissent atteindre une telle taille. Il avait l’air d’un nain, lui qui pourtant avait la taille d’un humain adulte moyen. Ne voulant pas s’immiscer dans des affaires ne le concernant pas Ethosem se contenta de glisser quelques paroles au mage.
Merci de votre aide précieuse aide mon ami. Il est temps pour moi de rejoindre les miens si vous n’avez pas besoin de mes services. Je reviendrais sans doute et j’espère pouvoir écrire un ouvrage sur l’Enchantement pour élargir votre corpus. Mes respects à Xanis, cela doit être un grand honneur pour lui d’accéder à de telles fonctions.
L’ancien fit un bref signe de la tête.
Alors bonne chance à vous et à bientôt. La route jusqu’à Etimnon promet d’être longue. J’espère qu’aucun trouble n’adviendra.
Les yeux dorés de l’Enchanteur fixait le vieil homme d’un regard bon. Il s’apprêtait désormais à le quitter.
Revenir en haut Aller en bas
Mage
Archimage
Archimage


Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 03/10/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
5/10  (5/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race:

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Sam 8 Mai 2010 - 22:09

Le vieil homme écouta avec attention le géant qui tâchait, tant bien que mal, d'expliquer la raison de sa présence et du vacarme qu'il avait occasionné. Le Gris allait répondre à cet homme d'imposante stature, mais Ethosem arriva, annonçant son départ. Le mage se permit alors de répondre à ce dernier d'abord.

Bonne route à vous Ethosem, je serais heureux de lire cet ouvrage que vous me promettez lorsqu'il sera achevé, comme vous le dites, l'enchantement est une chose peu connu en ce monde. Vous êtes un des rares que nous ayons connaissance qui pratique cet art. Au plaisir de vous revoir.

L'enchanteur quitta les lieux suite à ces mots, il avait sûrement maintes choses à faire et du temps à rattraper. Voilà longtemps qu'il était dans la bibliothèque à étudier les divers aspect de la magie. Le Gris se leva ensuite la tête vers le géant pour lui répondre.

Veuillez pardonnez cette interruption. Bien que maladroitement expliqué j'ai compris de quoi il en retourne entre vous et la comtesse. Je me dois toutefois de vous indiquez qu'elle n'est pas ici. Auriez-vous un message à lui transmettre ? Je ne sais pas où elle se trouve puisque je ne suis pas le dernier à l'avoir vu. Cependant, en tant que mage de mon rang, je peux essayer la télépathie pour l'informer de ce que vous me direz en espérant qu'elle ou quelqu'un avec elle sera en mesure d'en faire tout autant pour me répondre. Cela n'est sûrement pas un moyen commun pour vous mais c'est ce qu'il y a de plus efficace puisqu'il n'est pas nécessaire d'attendre l'aller et le retour d'un volatile, surtout lorsque la destination est inconnue.

Le vieil homme avait parlé, regardant quelques fois vers le haut afin de voir les yeux du géant, mais la plupart du temps, il devait se contenter de lui regarder le torse pour ne pas avoir des douleurs au cou. L'âge n'aidant en rien la qualité de ses articulations.
Revenir en haut Aller en bas
Grognar



Nombre de messages : 84
Classe : Barbare
Date d'inscription : 30/04/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Géant

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Dim 9 Mai 2010 - 18:50

Grognar écarquilla les yeux !

- La télépartie ? Mon maître m’a déjà parlé de ça ! C’est le truc de dans la tête ?

Il secoua la tête en faisant une moue ! Encore de la magie ! Brrrrrrrrrrr ! Il détestait ça, surtout parce qu’il n’y comprenait rien.

C’est vrai qu’il avait entendu parler de cet étrange pouvoir, et il avait toujours été sceptique. Envoyer des images et des sons à distance… Comme si cela pouvait exister !

Néanmoins, le vieil homme avait gentiment répondu à ses questions et se montrait de bonne volonté. Et comme Lulyane n’était pas là et se montrait encore une fois insaisissable, il n’avait guère d’autre choix que de faire confiance au Mage.

- Soit ! Je veux bien, mon p’tit monsieur ! Mais comment est-ce qu’on procède ?

Il se courba bien bas pour approcher sa bouche de l’oreille du vieillard.

- Je parle là-dedans ?

En se disant que le pauvre petit homme devait être bien fragile, il redoubla de précaution et murmura pour ne pas léser son tympan.

- Lulyane ? Tu me reçois ? Alors, voilà, je suis avec ta sœur et il faut absolument que tu nous rejoignes. Ta Tour est en danger !

Il se redressa, fier de lui, persuadé que le message était « parti » et qu’il n’avait plus qu’à attendre la réponse.

Avec une logique imparable, il colla donc son oreille contre la bouche de l’ancêtre et écouta attentivement.
Revenir en haut Aller en bas
Mage
Archimage
Archimage


Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 03/10/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
5/10  (5/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race:

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Dim 9 Mai 2010 - 19:43

Le mage resta surpris de la méthode utilisé par le géant pour transmettre son message, visiblement il n'était pas très au courant de ce procédé de communication. Le Gris laissa donc murmurer Grognar dans son oreille mais tandis qu'il attendait la réponse, le vieil homme se recula.

Ma voix porte bien assez à ce que j'ai pu voir, vous pouvez cessez de vous courber le dos, vous vous éviterez quelques douleurs. Laisser-moi quelques instants de concentration et je transmet votre message.

Fermant les yeux, le mage marmonna le texte du géant puis ouvrit de nouveau les yeux.

Ainsi donc, notre nouvelle disciple a une soeur, est-elle aussi adepte de magie ? Et si je puis être curieux, de quel tour parlez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Grognar



Nombre de messages : 84
Classe : Barbare
Date d'inscription : 30/04/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Géant

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Dim 9 Mai 2010 - 20:32

Grognar n’en revenait pas ! Il avait pourtant été clair. En tous cas, il le croyait !

- Je sais pas si il communique à distance, le pépé ! Mais à mon avis, il est plutôt bouché ! J’viens de lui dire y a pas deux secondes ! pensa-t-il.

Comme il lui fallait attendre la transmission, il accepta de faire un peu de conversation avec ce vieux monsieur. Las de se tenir à genoux, le géant s’assit à même le pavé, au milieu de la place.

- Elune ? Non, je ne crois pas qu’elle pratique la magie. En tout cas, depuis que nous traînons tous les deux, je l’ai pas vu l’utiliser ! Quant à la Tour, c’est une bien longue histoire, mon p’tit monsieur. Je passe sur comment j’y suis arrivé, ça nous prendrait la soirée. C’était le domaine de mon patron, un suceur de sang ! Enfin, un repenti ! Un qui préférait la solitude en grignotant des marmottes. Il m’a confié la surveillance de sa Tour. Et oui, tel que vous me voyez, c’est moi que je suis la Gardien de la Tour Opaline ! J’ai jamais su comment il l’a construite, ni en quoi elle est faite… Elle éblouit quand on la voit, elle brille comme la nacre d’une huître… Au coucher de soleil, ça en jette ! Vous verriez ça… Ca a de la gueule… Et je suis pas peu fier d’être le concierge !

Grognar était emporté par son récit et devint soudain bavard comme il l’était rarement. Il fit une courte pause, le temps de prendre son tonneau en main et d’avaler une gorgée.

- Il paraît que cette Tour est magique ! Qu’elle contient plein de magie ! Comme une citerne ou un truc comme ça… Mon vampire m’a expliqué le truc mais j’ai pas trop bien compris… Elle est reliée à lui… Enfin, elle était… Parce que mon patron, aujourd’hui…

Il plongea sa main dans une besace qu’il portait au côté et en sortit un objet soigneusement emballé dans une étoffe. Il le tenait dans la main, dressé devant le visage du Mage, et déplia doucement le morceau de tissu. La tête tranchée du vampire apparut, toujours parfaitement conservée, sans aucune marque de pourrissement.

- Parce que mon patron, aujourd’hui, le voilà ! Alors, forcément, il réfléchit moins bien ! Et sa Tour, elle est en train de s’écrouler, en train de crever comme lui… Sauf si je retrouve Lulyane. Je sais pas trop ce qu’il faut qu’elle fasse mais… Y faut qu’elle le fasse !

Se souvenant soudain qu’il avait gardé le message de son maître, il fouilla à nouveau dans sa besace et en extirpa un morceau de papier tout froissé qu’il tendit au Mage.

- C’est tout expliqué là-dedans ! Vous comprendrez sûrement mieux que moi… C’est pas trop que vous avez l’air plus intelligent… Mais c’est parce que j’ai une autre façon de réfléchir…

Spoiler:
 

Comme le Mage ne le quittait pas du regard, il se sentit soudain impoli. Avec un sourire, il tendit le fût vers lui :

- Une p’tite goutte ?
Revenir en haut Aller en bas
Mage
Archimage
Archimage


Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 03/10/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
5/10  (5/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race:

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Mar 11 Mai 2010 - 6:26

Le géant était soudainement bien bavard, ces créatures solitaires ne parlait que très peu en temps normal mais certains sujets les portait à être plus social. Il offrit même une gorgé de son tonneau.

Non merci, je ne supporte que très mal l'alcool et la vue d'une tête sans son corps n'est pas ce qu'il y a de plus appétissant, je n'ai ainsi aucune envie de boire ou manger pour le moment.


J'avais réussi à envoyer le message à Lulyane, mais je ne savais si elle l'avait bien compris, une sensation étrange me disait qu'elle n'avait pas les idées claires pour le moment. Je réessayerai un peu plus tard.

Ce que vous me dites sur cette tour, et ce que ce parchemin décrit est incroyable. Cette méthode légendaire de protection de la tour d'un mage n'est pas chose courante. Je suis heureux de voir que cela existe encore, j'offrirai même mes services à votre amie pour permettre de revitaliser l'Opaline. Ce bel enfant débute dans l'art de la magie, j'espère qu'elle se développera rapidement pour permettre de sauver le bâtiment, sans quoi c'est sa vie à elle qui risque d'y passer si je comprend bien ce parchemin et le souhait de votre défunt maître.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Arcanes   Aujourd'hui à 6:47

Revenir en haut Aller en bas
 

Devant la Corporation des Arcanes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Kalamaï :: Cité impériale :: Le Quartier des Corporations :: La Guilde des Arcanes-