AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Devant la Corporation des Combattants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grognar



Nombre de messages : 84
Classe : Barbare
Date d'inscription : 30/04/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Géant

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Combattants   Sam 14 Aoû 2010 - 19:13

Auparavant


Retrouver l’Ardonien n’était pas une tâche insurmontable, même pour Grognar. Avec son habitude de plonger dans les ennuis et de semer les cadavres, il devrait être facile à pister.

Et puis, le géant décida avec bon sens de commencer par le plus évident : aller à la Corporation des Combattants. C’est là qu’il l’avait laissé la dernière fois, et c’est la Corporation qui pourrait lui dire vers quelle sombre affaire il s’était précipité.

Aussi, il avait demandé à son cocher de l’air de le déposer au plus près possible du bâtiment, ce que l’elfe avait pris à la lettre en amorçant sa descente directement devant l’entrée de la grande cour.

Les soldats virent se poser ce curieux attelage devant leurs yeux et après quelques minutes, le temps de s’assurer que sa plante de pied avait retrouvé la merveilleuse stabilité du sol, un géant sortit lentement la tête, regarda autour de lui et déplia sa vaste anatomie pour s’extirper du gigantesque panier.

Il s’avança vers le Poste de Garde, l’air décidé du Grognar qui passera, qu’on lui réponde oui ou oui !

- Messieurs de la "soldatèque", bonjour ! J’ai besoin de l’aide d’un vieux pote qui turbine chez vous… Je vais donc entrer pour savoir où il se trouve !

Estimant avoir fait preuve de suffisamment de politesse, le géant distribua une baffe à chacun, qui les fit tournoyer sur eux-mêmes et s’aplatir au sol, inconscients. A titre préventif ! Parce qu’il avait bien compris qu’on aurait pu lui faire des difficultés.
Revenir en haut Aller en bas
L'Ardonien



Nombre de messages : 146
Date d'inscription : 18/10/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
2/10  (2/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Humain

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Combattants   Sam 14 Aoû 2010 - 21:49

Le début de ce post est là


Alors que L’Ardonien quittait le bâtiment suivi de près par Exhyl, Feldret et Shog, il entendit deux bruits sourds.

Je connais ce bruit.

Bizarrement, cela le fit sourire. Il accéléra le pas et, surgissant au grand jour, il tomba sur deux sentinelles inconscientes et Grognar en plein milieu.

Alors mon gros, encore en train de déclencher des bagarres ?
Revenir en haut Aller en bas
Grognar



Nombre de messages : 84
Classe : Barbare
Date d'inscription : 30/04/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Géant

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Combattants   Sam 14 Aoû 2010 - 22:14

Je venais juste de dégager le passage et j’allais entrer dans la "Coopération" quand j’ai entendu une voix bien connue m’appeler mon Gros. Personne m’appelle mon gros, parce que sinon, j’ai vite fait d’"expiquer" au "mal-au-trou" à coups de taloches que pas du tout, je suis pas gros, c’est les autres qui sont petits.

Mais là, qui je retrouve pile en face de mon pif ? Paf ! "L’Air-de-Rien" !

Y’a des coups du hasard qui valent le coup d’œil. C’est sûr que je pensais avoir des chances de prendre de ses nouvelles ici, c’est bien pour ça que je suis venu. Mais là, le retrouver juste en face de moi en sortant les papattes de mon panier volant, ça m’en coupe la chique.

Il est accompagné d’une drôle d’équipe… Deux bonshommes à tête de vache et un tout petit, vert dégueulis… Bien la peine de s’être foutu de ma gueule parce que je voulais voyager avec Biquette. Tu parles d’animaux de compagnie !

Biquette d’abord, elle est utile, c’est un membre "imminent" de l’équipe. Et pis en plus, Biquette, au moins, elle est mignonne.

Mais bon, venant de "l’Air-de-Rien", y’a pas grand-chose qui m’étonne. Il a pas tellement de goût dans le choix de ses amis…

Histoire de lui faire piger que je suis pas mécontent te tomber sur sa tronche, je lui tapote gentiment l’épaule. Je sais avoir mes moments de douceur, je suis une bonne pâte… Le v’là qui décolle du sol vers la gauche et qu’il va s’écraser l’épaule dans le mur.

- Eh, ben, l’encapé, tu tiens plus sur tes pattes ?
Revenir en haut Aller en bas
L'Ardonien



Nombre de messages : 146
Date d'inscription : 18/10/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
2/10  (2/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Humain

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Combattants   Dim 15 Aoû 2010 - 1:20


L'Ardonien se massa l'épaule par réflexe en souriant. Sacré Grognar! Il lui balança un coup de poing amical dans le bide.

Et toi mon gros, encore en train de chercher ton chemin?

Les deux combattants se regardèrent un moment. Les mines qu'ils affichaient étaient inhabituelles pour qui les connaissaient, bien qu'à la réflexion, peu de monde les connaissaient suffisamment, si ce n'est leur vis-à-vis. Ils étaient simplement contents de se retrouver.

Puis, l'humain vit une nacelle, suivit les cordages et se trouva nez à bec avec trois griffons, avec, sur l'un d'eux, un elfe.


L'affaire qui t'amène doit être bien importante pour que quelqu'un t'ait convaincu de monter là dedans. Tu viens de ta montagne mon ami? Elle se porte bien? Je sais pas pourquoi, je sens que, au final, on va se retrouver à baffer des types et que tu vas avoir le culot de dire que c'est de ma faute.

L'Ardonien allait s'arrêter là,et laisser le gros répondre, quand, après avoir regardé partout:

Tiens, mais, Biquette n'est pas là? Elle n'aime pas faire du griffon où l'un de vous deux s'est rappelé qu'elle était une chèvre?
Revenir en haut Aller en bas
Grognar



Nombre de messages : 84
Classe : Barbare
Date d'inscription : 30/04/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Géant

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Combattants   Dim 15 Aoû 2010 - 2:33

- Biquette ? Nom de Brak de Bordel de Brak, j’ai oublié Biquette ! J’avais un peu mal à la tête d’avoir trouvé un plan et je me suis emballé sans penser à la prendre. Elle a pas fini de me faire la gueule quand je vais rentrer.

Il secouait sa main vivement, en faisant une moue et en émettant un sifflement comme un mari espiègle qui s’attend à se faire gronder par son épouse revêche pour son retour tardif au logis.

- Ma montagne, elle a pas bougé ! Mais la patronne va se coltiner son ancien jules… Tu sais le Magnus que je voulais éparpiller… Avec ses petits bradillons, elle risque d’être un peu courte en "costaucité". Et comme il risque d’y avoir quelques beignes à distribuer, je me suis dit qu’on serait pas trop de deux.

Grognar eut soudain conscience d’être vêtu de ses simples braies et d’une tunique. Dans l’urgence de son départ, il avait laissé derrière lui son impressionnante armure et sa lourde masse. Il eut soudain un sourire gêné qui cachait mal un accès de pudeur.

Se montrer dans cette tenue à son copain ne le gênait pas, ils avaient partagé ensemble une certaine intimité, mais il rosissait comme une jeune fille à l’idée d’être vu sans armure et surtout sans sa baguette à pointe, et donc quasi nu, par les trois inconnus qui marchaient sur les pas de l’Ardonien.

Avec un petit rire bête, il pencha légèrement la tête pour les saluer.

- Messieurs les vaches... Petite chose verte...
Revenir en haut Aller en bas
Exhyl



Nombre de messages : 70
Age : 29
Classe : Paladin
Date d'inscription : 08/05/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
2/10  (2/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Minotaure

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Combattants   Dim 15 Aoû 2010 - 3:34

Précédemment:
 

Exhyl parvint à rattraper ses deux compagnons juste avant qu’ils n’atteignent la sortie. Ils avaient dû l’attendre.

Et, comme les consciences le lui avaient dit, le spectacle qui l’attendait dehors était étonnant. Trois griffons, une nacelle près d’eux et un géant imposant.

Le minotaure regarda d’un air effaré l’Ardonien se faire pousser fermement contre le mur proche. Et, à sa grande surprise, l’humain ne réagit pas mal. Au contraire, cela sembla l’amuser. Peut être qu’il n’était pas aussi sec qu’il le laissait paraître. Ce ne devait être qu’une carapace, une protection pour s’éviter des complications. Exhyl se dit que des efforts pour le comprendre seraient les bienvenus. Mais, ce n’était pas le plus urgent ni à l’ordre du jour.

Les deux amis parlèrent brièvement. Et, comme les deux êtres seulement visibles de lui le lui avaient signalé, le géant paraissait avoir besoin d’aide.

Puis, il les aperçut et les salua. Les salutations ne plurent guère. Le dernier, qui était aussi le premier, à l’avoir traité de vache l’avait regretté amèrement. Il en était mort. Cependant, il avait appris à prendre sur soi, à pardonner et à ignorer. De plus, il sentait que Grognar ne l’avait pas dit avec de mauvaises arrière-pensées.

Shog prit la salutation comme une insulte personnelle. Cela faisait des années qu’il n’avait pas été insulté de la sorte. La faible lueur de folie brillant dans ses yeux s’intensifia et se mua en haine. Mais, Feldret l’avait remarqué et le retint pour l’empêcher de faire une bêtise. D’un signe de tête, il lui signifia qu’il ne devait pas s’emporter ainsi. Corne Brisée n’avait pas été touché par la rudesse de l’accueil du géant. Cela lui était passé au dessus.

Exhyl s’adressa donc au nouveau venu, et réprimant avec peine la pointe de contrariété perçant dans sa voix.


« Bonjour, m’sieur l’géant. J’me présente, j’suis Exhyl. Et, voici Feldret (en désignant le minotaure) et là c’est Shog (en montrant le gobelin). J’ai cru comprendre qu’vous aviez b’soin d’l’aide de l’Ardonien et qu’c’est pour ça vous étiez v’nu. J’me suis dit… »
« C’est nous qui t’avons dicté de venir pour aider. »
« Si, nous té l’avons dit. »
« J’me suis dit qu’j’pourrais p’têt vous aider moi aussi. » reprit-il en tentant d’ignorer l’intervention. « L’Ardonien m’a aidé à protéger mon village et j’me suis dit qu’j’pourrais lui rendre la pareille, et l’aider à mon tour. Enfin, l’aider à aider si j’ai bien compris. »
« Je serais ravi d’apporter mon aide pour une cause juste. » rajouta Feldret.
« Non, mais pourquoi… » baragouina Shog.
« Tu as quelque chose de prévu ? » l’interrompit Corne Brisée en chuchotant.
« Non, mais… »
« Le village est sauf, Exhyl est le chef et on doit lui obéir, et rien d’urgent nous attend. »
« Oui, tu as raison. » convint avec déception le gobelin. « Je suis prêt à aider moi aussi alors. »


Dernière édition par Exhyl le Dim 15 Aoû 2010 - 23:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Grognar



Nombre de messages : 84
Classe : Barbare
Date d'inscription : 30/04/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Géant

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Combattants   Dim 15 Aoû 2010 - 3:59

A sa grande joie, personne ne semblait s’offusquer de son indécence. Il est même possible que personne n’ait réalisé son impudique tenue de pas guerrier.

Un des minotaures dont une corne était bleue s’avança vers lui et fit les présentations. Grognar fut incapable de retenir les noms qu’il cita parce qu’il ne retenait pratiquement jamais aucun nom et qu’en plus, il avait écouté distraitement.

En revanche, il comprit parfaitement la proposition d’aide des trois lurons. Et il fut touché de cet altruisme qui les poussait à se porter volontaires pour une mission dont ils ignoraient tout. Ces gars-là, décréta-t-il, avaient l’air de bons gars.

- Je sais pas quel appareil vous devez lui rendre, mais chapeau ! Des types comme vous qu’hésitent pas à donner un coup de paluche quand y’a besoin, moi, je dis, vous êtes des "Monsieurs" !

Les têtes de bœuf et le gobelin allaient donc faire partie du voyage… Pourquoi pas ? Les deux balèzes avaient l’air balèzes et ils semblaient avoir le potentiel pour exceller dans l’art de la baffe. Même si Grognar ne voyait vraiment pas à quoi le lutin pourrait servir, il finirait bien par lui trouver une utilité, au moins comme projectile.

En revanche, ils ne pourraient pas voyager tous ensemble sur cet attelage, les griffons ne pourraient pas se surcharger du poids supplémentaire de deux minotaures, un humain et un gobelin.

Rapide comme celle d’un général en campagne, la pensée du géant, à sa propre surprise, courait d’une idée à l’autre.

L’Ardonien et le gobelin pourraient chevaucher chacun un griffon mais les minotaures seraient trop lourds pour les flancs des pauvres animaux. Il n’y avait donc pas d’autre choix pour Grognar que d’accepter de partager sa panière dans une promiscuité serrée et de renforcer l’attelage pour qu’il puisse soulever la charge additionnelle.

Sur le ton d’un officier, il s’adressa à l’elfe :

- Toi, tu vas acheter trois autres "chevals" à plume ! Avec leur "narniachement" pour accrocher à la nacelle…

- Avec quel argent ? répondit l’archer.

- Tu leur dis qu’ils les mettent sur le compte de la patronne. Avec ce qu’elle leur a laissé comme pognon, ils vont bien lui faire une petite ardoise. Allez, hop, hop, hop ! Traîne pas , fais fissa !

Pendant que l’Elfe qui avait détaché son griffon s’envolait pour l’Ecurie Impériale, Grognar se tourna vers l’Ardonien d’un air fier, les poings sur les hanches.

- T’as vu ça, "l’Air-de-Rien", ça a de la gueule, hein, quand je donne des ordres ?
Revenir en haut Aller en bas
L'Ardonien



Nombre de messages : 146
Date d'inscription : 18/10/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
2/10  (2/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Humain

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Combattants   Dim 15 Aoû 2010 - 18:19


Je suis épaté, c’est que tu ferais un sacré général ! Je vois ça d’ici : Général Grognar le Géant, bienvenue dans la 3G !

Pour le bien être de leur mission, L’humain choisi de clarifier certaines choses.

Grognar, ces deux types que tu vois sont des minotaures. Ils appartiennent à un peuple de guerriers et il est mal vu de les appelez « vaches » même s’ils en ont certains traits. Quant à Shog, il appartient au peuple gobelin.

L’Ardonien ne préféra pas préciser qu’appeler Shog « petite chose verte » n’était pas très flatteur, même s’il se demandait si ce point était si évident que ça pour Grognar. Au pire, si Shog le prenait mal, il risquait de devenir une petite flaque verte.

Se tournant vers le trio qui le suivait :


Messieurs, voici Grognar, chef de l’Eminence. Il bosse pour une Vampire jeteuse de sorts. Elle a son caractère mais, pour le peu que je l’ai vu, elle est plutôt sympathique. Et si elle a des ennuis, ça doit être qu’elle s’est rendue maitre de la Tour Opaline. Bref, Grognar fut mon compagnon de route lors de ma première mission au sein de la corporation.

Les présentations étant faites…


Le guerrier s’éloigna de quelques pas et s’assit dos contre un mur, hésita à ramener son chapeau sur son nez en attendant le retour de l’elfe, se ravisa, et le posa plutôt au sol. Les autres s’approchèrent, et au final, le groupe fut assis en cercle.
Pour passer le temps, L’Ardonien raconta à Grognar la mission qu’il l’avait occupé depuis leur séparation. Les deux minotaures et Shog précisèrent certains points qui leurs paraissaient importants.

Quand ce fut fait, il n’y avait toujours pas traces de l’elfe. Avant de lancer une expédition à la corporation des arcanes pour voir ce qui le retenait, Grognar raconta avec ses mots à lui la renaissance de l’Opaline et les évènements récents.

Il terminait tout juste quand un battement d’ailes signala l’arrivée du moyen de transport pour la petite troupe.

On ne peut pas dire que l’embarquement fut de tout repos. Grognar monta en premier dans la nacelle avec hardiesse, probablement pour ne pas montrer une quelconque faiblesse devant les autres.
Quand cela fut fait, L’Ardonien dut convenir que réussir à placer dans les trous deux minotaures allaient être une sacrée performance, surtout que lesdits minotaures avaient un peu blanchis. Même les griffons tiraient la gueule. C’était pas con un griffon, et ça devait assez bien estimer le kilogramme de viande risquant de bouger qu’ils auraient à trimballer.
L’Ardonien essaya alors de se la jouer chef de troupe, pour voir si le fait qu’ils soient ses subordonnés lors de leur dernière mission jouait encore.
Il prit son plus bon ton d’adjudant abruti, il le tenait pas trop mal celui-là.


Alors vous deux, qu’est-ce-qui se passe, on roupille ? On embarque messieurs ! C’est bien beau de faire des discours sur l’entraide, mais à un moment, faut mettre le sabot à la nacelle, alors…SAUTEZ MOI LA DEDANS !!!!!!!!!

C’était malin, il avait la gorge qui le piquait à présent. Il but doucement à sa gourde, et, quand il baissa la tête, Grognar avait deux compagnons dans la nacelle. Ça dépassait par endroit, un peu comme quand une femme après l’hiver essaie de remettre ses affaires de l’été précédent. Ça serait pas confortable, et le guerrier espéra que Grognar ne serait pas sensible aux chatouilles des cornes bovines, mais, à bien y regarder, ça devrait tenir. Parfois, l’hiver n’était pas gras.


Alors Grognar, tu as vu, je sais le faire aussi! Fit-il sur le ton de la plaisanterie.

Puis vint le gobelin, qui, histoire de se mettre dans le ton, fit le difficile. Il grimpa néanmoins très vite quand Grognar se proposa de lui filer un coup de main. Shog se doutait-il que pour Grognar, « coup » de main, était à prendre au sens propre ?

Souriant à ce trait d’humour intérieur, il grimpa sur son griffon, complétant ainsi la panoplie de moyens de locomotion qu’il avait utilisé ces derniers temps.

Tout le monde étant en place, le Géant ordonna à l’elfe de mettre le cap sur la Tour Opaline.
Une nouvelle aventure débutait.


Revenir en haut Aller en bas
Exhyl



Nombre de messages : 70
Age : 29
Classe : Paladin
Date d'inscription : 08/05/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
2/10  (2/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Minotaure

MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Combattants   Dim 15 Aoû 2010 - 21:58

Le géant accepta l’aide que le petit groupe avait proposé. Exhyl était content de pouvoir payer la dette qu’il pensait avoir acquise envers l’Ardonien.

Ainsi donc, le mastodonte s’appelait Grognar et travaillait pour une vampire. Le but serait de protéger une tour. Encore quelqu’un dont on voulait détruire le chez-soi. Ce devait être une coutume humaine de vouloir tout détruire et posséder.

Les préparatifs du départ se révélèrent ardus. La nacelle semblait trop petite pour contenir un géant et deux minotaures. Grognar monta sans problème prenant presque toute la place. Mais, l’humain se mit de la partie, et, à force d’ordres hurlés, Exhyl et Feldret parvinrent à s’insérer difficilement dans les espaces relativement vides.

Corne Bleue trouvait l’humain déconcertant. Il passait sans problème d’une attitude affable et amicale à une autre sèche et directive. Les deux attitudes convenaient au minotaure, mais seulement prises séparément. Ce qui le troublait était la coexistence des deux. Il faudrait vraiment qu’il songe à mieux connaître l’Ardonien surtout si celui-ci prenait la tête de la corporation comme il semblait le vouloir.

Le gobelin n’était pas emballé à la perspective de chevaucher un griffon. Non pas parce qu’il s’agissait d’une créature volante, mais surtout à cause de sa taille. Il craignait que l’immense volatile ne tente de le becqueter. Mais, la perspective d’être aidé par le géant le persuada de monter sans rechigner.

Et voilà, tout était prêt. Ne manquait plus que le signal du départ. Que le géant s’empressa de donner à l’elfe.

Les griffons battirent des ailes de manière coordonnée. Au premier coup d’ailes, la nacelle s’ébranla. Exhyl parvint avec difficulté à réprimer un haut-le-cœur. Au deuxième, le panier quitta le sol d’un centimètre et tangua. Au troisième, le moyen de transport décolla, de même que son estomac. Le minotaure en vida le contenu à l’extérieur de la nacelle. Il ne se sentit pas mieux, mais le vol paraissait moins écœurant.

Corne Bleue était resté recroquevillé pendant les premiers instants du voyage, mais la curiosité prit le pas sur son malaise. Il jeta un coup d’œil au paysage et blêmit.


« Si tou tombe, tou t’écraseras comme oune grosse bouse sour lé sol. »
« Ce serait dommageable que tes retrouvailles avec le terrestre se fassent dans de tels conditionnements. »

Exhyl n’apprécia pas du tout le trait d’humour de ses consciences. Mais, il n’avait pas la force de protester et de les envoyer paître.

Shog, le choc initial du décollage passé, apprécia la sensation enivrante du vol. Le vent sifflant dans ses oreilles et fouettant son visage. Le contact des plumes sur son corps était agréable. Il était plus doux et moelleux que celui avec le poil court de sa précédente monture. Il se sentait tellement bien et le mouvement montant puis descendant de sa monture le berçant, il finit par s’endormir.

Feldret eut une moue désapprobatrice lorsque son chef dégobilla. Puis, il oublia le fâcheux évènement pour se concentrer sur ce qui se passait autour de lui.

C’était la première fois qu’il observait le monde d’une telle hauteur. Tout semblait si petit vu d’ici. Le grand fleuve Kalamaï n’était qu’un mince fil bleu. Les champs s’étendaient comme une toile d’araignée autour de la capitale. Un instant, une masse nuageuse bloqua la vue. Il observa donc le vol ordonné de magnifiques aigles, qui paraissaient ridicules comparés aux griffons. Et, enfin, le voile nuageux se dispersa et les contreforts montagneux furent dévoilés. Donc, la destination se situait dans le Nord. Ce Nord mystérieux et énigmatique, source de légendes et histoires toutes plus étranges les unes que les autres. A perte de vue, sous Corne Brisée s’étendaient des monts enneigés.



Suite
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Devant la Corporation des Combattants   Aujourd'hui à 17:10

Revenir en haut Aller en bas
 

Devant la Corporation des Combattants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Kalamaï :: Cité impériale :: Le Quartier des Corporations :: La Caserne de l'Armée impériale-