AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un nouveau départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Badgit



Nombre de messages : 24
Age : 25
Date d'inscription : 17/01/2013

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
2/10  (2/10)
Race: Skaven

MessageSujet: Un nouveau départ    Ven 18 Jan 2013 - 13:25

Badgit n'avait connu depuis qu'il était née que les vastes étendues des plaines desertiques des terres inexplorées. Aussi il fut extremement surpris lors de son arrivée en naxopole par le climat chaud et agréable, et également par le nombre de petites villes et bourgades qui peuplaient ces terres. il n'eu donc pas trop de difficultés a voler un peu de nouriture durant la nuit. Le fruit de ses rapines se constituait en un peu de viande séchée et quelques morceaux de pain, bien que constituant un bien maigre butin cela lui suffirait largement pour au moins trois jours de voyage supplémentaires. Car bien que la survie soit possible pour lui dans les environs il y avait bien trop de patrouilles de soldats dans les parages pour ésperer rester. De plus il avait entendu au détour d'une rue quelques badauds parler.

Y paraîtrais que toute une caravane a disparu aux environs des marais, les gardes ont retrouvés que quelques carcasses de chevaux, y étaient a moitié bouffés ! Non mais vous vous rendez comptes ?. Avait dit l'un d'eux.
L'autre lui avait alors répondu.
Ouais j'ai appris la nouvelle ce matin au marché. fais pas bon circuler dans ce coin si vous voulez mon avis. En plus c'est un coup a ce choper le mal ça grouille de vermines.

Badgit ne savait pas ce qui avait déclenché cette attaque mais il savait une chose, ces humains a l'accent paysans si prononcé l'exaspérait au plus haut point. Il était grand temps de mettre les voiles vers un autre cap (comme lui aurait dit son ancêtre skritt le rat des mers). Il rassembla donc ses quelques effets personnels, il mis sa maigre pitance dans un baluchon et il partit d'un pas peu assuré en direction des marais.
Revenir en haut Aller en bas
Un PNJ
PNJ


Nombre de messages : 357
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Un nouveau départ    Lun 28 Jan 2013 - 13:39

Le meneur de la caravane était nerveux. Il n'aimait pas trop passer au bord des marécages, mais les éviter entrainait un retard d'au moins une journée sur la livraison, et vu l'état de ses finances, il ne pouvait pas se le permettre d'autant qu'on ne plaisante pas avec les délais dans le monde du marché noir. Il avait entendu des histoires sur d'autres marchands dont les convois auraient étés attaqués aux abords des zones marécageuses. On racontait que les hommes et les chevaux avaient été retrouvés déchiquetés sans que l'on puisse déterminer la créature qui les avait pris pour cible. Peu importait a Redgar. Il avait payé généreusement un groupe de mercenaire pour lui servir d'escorte, et même si la créature des marais était immense, les puissantes arbalètes de ses hommes était capable d'abattre les créatures les plus massives.

Ils passaient près d'un bras d'eau boueuse lorsqu'un cri strident retentit. La caravane stoppa immédiatement sa progression et les mercenaires se mirent en formation défensive tandis que Redgar dégainait une épée d'acier. Il n'avait pas de formation militaire, mais le contact du cuir tiède le rassurait. Après quelques seconde, une créature bondit hors des marécages et se stoppa devant la caravane. Les mercenaires éclatèrent de rire; il ne s'agissait que d'un rat, certes très gros, mais un seul carreau suffirait à l'occire.

Le chef de l'escorte pointa son arbalète sur l'énorme rongeur et pressa la détente. Le rat s'effondra, le trait ayant traversé sa tête de part en part. L'homme descendit de son cheval et se pencha pour récupérer son projectile. À cet instant, une vingtaine de rats identiques à celui qu'il venait de tuer surgirent des marais en sifflant et se mirent à attaquer la caravane. Les mercenaires ne purent réagir à temps et les quelques uns qui étaient à cheval furent bientôt mis à terre. Les carreaux volèrent, mais chacun d'eux ne put faire plus d'une ou deux victimes et les rats n'en firent pas cas. Redgar put en tuer un avant de se faire happer par la marée de crocs et de griffes qui étouffa bientôt ses gémissement. Peu à peu pourtant, les mercenaires se rassemblèrent autour du chariot. Ils tenaient à présent la dizaine de rats encore en vie à distance respectable grâce à leurs longues épées effilées. Sur les quatre mercenaires encore debout, deux étaient salement blessés à la jambe et un autre saignait abondamment de la tête. Mais ils étaient parvenus à récupérer une arbalète, et ils finiraient par tuer tous les rats qui hésitaient à approcher, de peur de prendre un coup d'épée.

« Eh les gars... z'avez vu ça? Ils ont les yeux qui brillent. Ils sont tout verts...
- On s'en fout, Burt. On les bute et on verra ça après! »
Revenir en haut Aller en bas
Badgit



Nombre de messages : 24
Age : 25
Date d'inscription : 17/01/2013

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
2/10  (2/10)
Race: Skaven

MessageSujet: Re: Un nouveau départ    Lun 28 Jan 2013 - 19:26

Badgit venait d'assister a toute la scène, il était tapi depuis la veille dans un petit bosquet des marais et il avait profité de cette cachette pour se reposer de son long voyage. Cela faisait littéralement des jours qu'il marchait dans les marais et la réserve de nourriture dont il s'était munie s'était tarie, depuis déjà une journée. Et c est alors qu'il se disait qu'il n y avait vraiment personne dans les environs, qu'il vit arriver au loin une caravane, voyant le nombre de gardes qui la protégeait il sentit la peur monter en lui. Il savait que si les humains le trouvait il le mettrait surement en pièce. Il était sur le point de partir quand il vit quelques ombres se glisser furtivement de part et d'autre de la route.

Il assista a tout. A partir du premier instant ou le l'un des homme-rat se mit en travers de la route, jusqu'au moment ou les gardes se retrouvaient acculés mais prêt a défendre chèrement leurs vies. Badgit n'avait que trop bien connaissance des talents de bretteurs du skavens moyen. Et il savait aussi que si ils avaient réussis a tuer tant de ces mercenaires c’était grâce a l'effet de surprise. Mais si ils menaient un assaut frontal s'en était fait d'eux. Le techno mage bien qu'absorbé par la violence du combat n'avait pas put s’empêcher de remarquer qu'une aura étrange se dégageait des assaillants. Une aura qui n'était pas excessivement forte mais extrêmement envoûtante, il ne lui fallut pas plus de deux minutes pour comprendre qu'elle était l'origine de cette essence délicieuse ... de la malpierre ! cela ne pouvait être autre chose.

Soudain Badgit perçut le désastre. Ces skavens étaient une occasion inespérée de retrouver de ces précieux minerais, une occasion qui ne se représenterais surement pas. Et ils allaient bientôt se faire tuer. Il ne pouvait pas laisser faire ça.

Guidé autant par son instinct de survie que part son expérience de stratège, il réunit à une vitesse incroyable toutes les données du problème et fit défiler devant ses yeux des dizaines de plans hypothétiques. Jusqu’à ce qu'il réussisse a trouver celui dont les taux d'échecs était le plus petit, mais dont les risques étaient paradoxalement les plus élevés.

Les skavens pendant se temps se rapprochaient petit a petit des mercenaires, les hommes rats étaient bien maigres et c'était sans doute la faim qui les poussait a prendre autant de risques.

La tension montait également au sein des mercenaires mais ceux ci commençaient a reprendre confiance voyant que le nombre de leurs adversaires avait largement diminué et étant en position défensive au coudes à coudes. Klaus l'un des mercenaires se mit a gueuler:

"Aller les gars ! c'est que des putains de rats ! On tiens bon et on les auras !


Il se tenait sur le chariot défiant de sa claymore les rats qui se rapprochait peu a peu. Un carreau fusa au dessus de sa tête et se ficha dans le ventre de l'un des rats les plus proches, exposant alors a l'air libre ses tripes. Certains se mirent a couiner devant ce spectacle mais ils continuèrent d'avancer. Trois d'entres eux se jetèrent brutalement sur l'arbalétrier et réussirent a l'achever, cependant ils furent sauvagement repoussés a coups de masse et deux d 'entres succombèrent. ils n'étaient plus que sept rats lorsque Klaus contre chargea fauchant dans un même mouvement une paire de skavens de sa gigantesque claymore.

La situation ne pouvait pas être plus désespéré, Badgit jugea que maintenant que les humains recommençaient a avoir des excès de confiance il était temps de frapper. il sortit de sa cachette et marcha sur la route. Les humains parurent surpris de voir cet homme rat enveloppé de robes amples d'un vert maladif, et ils le furent encore plus lorsque celui ci s'approchant d'un cadavre de skaven plongea sa tête dans la dépouille. Ils assistèrent, humains comme skavens, à ce spectacle particulièrement répugnant jusqu'a ce que le nouveau venu émerge le visage couvert de sang. Une sorte de vapeur verte sortait du corps et s'enroulait autour de l'étrange homme rat. puis la brume se dirigea vers les mercenaires, lentement d'abord puis elle gagna en vitesse. arrivée a mis course elle changea radicalement de direction et de forme. La fumée s'était densifiée et formait maintenant une sorte de stalactite verte qui se dirigeait droit sur l'un des skavens, elle se planta en plein coeur de la pauvre bête, mais sans la moindre gerbe de sang, puis elle sembla disparaître dans le corps du rat. Badgit assistant impuissant à l'échec de son sort s'effondra au sol, il s'était vidé de toute l'énergie qui lui restait dan l'espoir de tuer le plus belliqueux des mercenaires et il avait échoué.

Les mercenaires tout comme les skavens restant ne comprenait pas ce qui se passait, et ils comprirent encore moins ce qui advint. Le rat qui venait de se faire frapper par ce sort tomba au sol et fut pris de violentes convulsions, des bruits écoeurants d'os brisées et de tissus vivants déchirés se firent entendre. A ce spectacle l'un des mercenaires ne put s’empêcher de vomir, le corps du pauvre petit réceptacle semblait déchiré de l’intérieur par un pouvoir étrange. Une fumée verte commença a l'enveloppée et très vite cette fumée entoura tous les opposants.

"bordel de merde qu'est ce que c'est que ce foutoir"
jura Wilfried, tout en se signant frénétiquement.

Klaus ordonna qu'ils reforment les rangs et alors qu'il se dirigeait lui même vers ses amis, une main griffue émergea du nuage, se saisit de son crane, la pression qu'elle exerçait était monstrueuse, bien trop grande pour une tête humaine. Elle explosa répandent une gerbe d'esquille d'os et de fluide divers. Un gigantesque rat sortit de ce nuage nauséabond, il se tenait légèrement voûté debout sur ses deux pattes arrière. Cette créature semblait toute faite de muscles et de cruauté, toute forme de réflexion semblait l'avoir abandonné seul subsistait l’instinct. Et son inctinct lui disait de se nourrir.

Elle avança d'un pas lourd vers les derniers survivants l'un d'eux tira un dernier carreau, celui ci se ficha dans le torse sans plus d'effet que le rendre un peu plus furieux. En quelques secondes tout fut finis et la fumée se dissipa.

L'énorme rat se repaissait des cadavres. Voyant qu'il n'en avait apparemment pas après eux les quatre survivants skavens approchèrent pour eux aussi se nourrir. La gigantesque bête leurs concéda deux cadavres, mais elle ne les laissait pas approcher du reste de ses proies sans grogner et retrousser ses babines découvrant sa monstrueuse mâchoire. Une fois repue elle abandonna le tas de cadavre et se dirigea doucement vers Badgit, elle lui donna quelques coups de museaux répétés voyant qu'il ne se réveillait pas elle saisit ses robes entre ses crocs et le transporta ainsi jusqu'a la petite troupe. Une fois que tous les skavens eurent pris tout ce qui les intéressait dans la cariole ils partirent. Et la créature, toujours chargé de son fardeau, entreprit de les suivre consciencieusement jusqu'a leur antre. Aucun des skavens n'osa l'en empêcher.
Revenir en haut Aller en bas
Badgit



Nombre de messages : 24
Age : 25
Date d'inscription : 17/01/2013

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
2/10  (2/10)
Race: Skaven

MessageSujet: Re: Un nouveau départ    Jeu 7 Fév 2013 - 12:11

Badgit volait haut dans le ciel, des immenses ailes de feu le portait, il 'avait qu'a se pencher légèrement sur la gauche pour virer et partir dans une vrille flamboyante et magnifique. Le sol était loin sous ses pattes et il pouvait sentir les courants ascendants qui en venaient le porter vers le firmament. Il décida de piquer vers le sol, il chut tel un ange de feu qui descendrait sur terre a toute vitesse et au moment de freiner sa course il ne put rien faire ses ailes se changèrent en fumée et il continua sa chute jusqu'au sol. Il sentit le choc se répercuter dans sa mâchoire et les plaines magnifiques qu'il avait survolées s'étaient transformées en un océan d'eau croupie dans lequel il se noyait.

C'est alors qu'il se réveillât trempé de sueur, son coeur battait la chamade et son museau était plongé dans une flaque d'eau croupie. Il se releva avec peine et regarda autour de lui, il se trouvait dans une sorte de petite pièce éclairée par une veille lampe a huile posée sur ce qui semblait être une sorte de petite table. En se retournant il avait vu un lit, avec un matelas fait de paille et des draps qui semblaient avoir été taillées a la hâte dans de la toile de tente. C’était surement de se même lit qu'il était tombé. Badgit avait passé assez de temps dans sa vie à arpenter des tunnels pour se rendre compte qu'il se trouvait sous terre, mais il ne lui semblait pas que cette pièce aie pour but de constituer une prison puisque la porte était ouverte. Il était sur le point de partir lorsqu'il vit devant la porte un petit plateau avec posé dessus un bol contenant une sorte de bouillie de blé et une timbale remplie d'eau qu'il jugea peu saumâtre comparée a ce qu'il avait but les jours précédent. Il était affamé aussi se rua t'il avidement sur la nourriture, il engloutit le tout en a peine deux minutes. Ayant finit son plat il ouvrit la porte en prenant garde a ne pas faire de bruit, et il sortit de la pièce a pas de loup.

C'est alors qu'une ombre écrasante l’enveloppa, une créature de plus de deux fois sa taille se dressait derrière lui. Elle était toute faite de muscle, recouverte d'une épaisse fourrure et sa gueule était garnie de crocs gigantesque. Badgit se courba et commença a reculer tout doucement en laissant échapper un petit couinement de panique. La bête, qui l'observait, tomba lourdement sur ses pattes avant et avança vers le techno-mage effrayé. Même une fois a quatre pattes elle restait énorme. Badgit se retrouva le dos collé au mur et rien ne le séparait de cette terrifiante créature, alors qu'il était sur le point de s'évanouir de peur le rat géant approcha sa tête de celle de Badgit et la frotta contre les pattes de se dernier. Badgit sentait sous ses doigts frémir le pelage de cette créature, et il se surprit a entendre le battement du coeur de la bête. Il était fort, régulier et rassurant. Le petit rat lui caressa le museau et s'adressa a lui pour la première fois.

-tu sais que tu m'as fait très peur toi ? dis moi mon ami ou sommes nous ?

Le rat géant renâcla et s'assit sur son séant.

-tu me comprend n'est ce pas ?

en toute réponse la créature frotta son museau contre Badgit, puis il se leva et repartit dans la chambre.

-ou vas tu ? ... ne me laisse pas ! couina Badgit, qui de nouveau se retrouvait seul en milieux hostile.

a peine une minute plus tard le nouvel ami du techno mage lui ramenait son bâton et son petit baluchon.

-je te remercie dit Badgit reconnaissant. ou allons nous maintenant ? amène moi a ceux qui m'ont emmené ici.

Le grand rat se dressa sur ses pattes arrières et huma l'air. Une fois retourné au sol il avança doucement vers l'un des couloirs de gauche. Au bout de quelques minutes a déambuler dans les couloirs ils atteignirent un couloir un peu plus grand vers lequel convergeait des couloirs de plus petites tailles. ils virent quelques fois des ombres glisser furtivement dans les couloirs, mais Badgit semblait assez rassuré car il avait avec lui un atout de taille de plus il avait put récupérer dans sa sacoche sa petite dague.

Quelques minutes plus tard ils arrivèrent devant une grande porte de bois, le grand rat poussa le lourd battant et ils arrivèrent tout deux dans une salle au proportion gigantesque. Certes cette grotte était plus petite que celle de la grande Skarogne mais elle n'en restait pas moins impressionnante. Sa voûte culminait a une bonne cinquantaine de mètres de hauteurs. Et de long en large la caverne devait bien faire dans les mille deux cents mètres. En son centre se dressait une vielle tour délabrée et un ensemble de hutte disposée en cercle autour de la tour. Badgit voyait au loin des formes se déplacer furtivement prés de la tour.

Il s'approcha doucement, rassemblant tous son courage pour sembler plus sur de lui qu'il ne l'était réellement. "c'est comme pour le conseil" se disait "il faut que je sois sur de moi" se répétât il. Il modifia sa posture se tenant droit portant haut son bâton, accélérant le pas et balançant la queue de gauche et de droite dans des gestes amples et sec. Il se devait de ne pas leur donner l'impression d'être effrayé.

Arrivé au centre du petit village il fut effrayé d'une toute autre manière, autour de lui il y avait des dizaines de Skavens qui s'était rassemblés devant leurs huttes respectives et tous étaient maigres, Badgit avait souvent travaillé avec des esclaves, mais seuls les plus mal traités d'entre eux semblait aussi mal nourris que les Skavens qui l'entourait. Il vit a l’intérieure d'une cabane une Skaven nourrir ses petits, elle était pâle comme la mort ses poils étaient devenus ternes sans le moindre reflet et ses bébés avait l'air si faible qu'on aurait put croire qu'il n en avait plus que pour quelques minutes. C'est cela qui l'effraya le plus.

Tous les Skavens le regardaient, ils étaient curieux et ils sentaient tous la peur, surement dut au fait qu'un rat gigantesque suivait un inconnu et qu'il se déplaçait a quelques mètres d'eux. Un vieux rat au pelage gris sortit de la tour, il était entouré de quatre rats que Badgit reconnu pour être ceux qui avaient tentés d'attaquer la caravane, tous les quatre revêtaient des armures d'acier bien trop grande pour eux ainsi qu'un armement assez hétéroclite et qui ne semblait pas adaptés pour des Skavens. Le vieux pris la parole.

"les jeunes te doivent la vie pour ce que tu as fait, et grâce a la nourriture qu'ils ont apportés nous avons tous gagné un sursis. Nous te remercions étranger."

Cette déclaration fut la chose la plus choquante que n'ai jamais entendue Badgit. Il n'y avait pas eu de menace, le ton qu'avait employé le vieux n'était pas celui du Skaven soupçonneux et pire que tout le techno mage ne ressentait dans aucun des Skavens présent cette petite étincelle de violence et de méchanceté qui habite tout Skavens de Skarogne.
pris par surprise Badgit ne sut que dire et se contenta de bredouiller.

"je vous remercie également de m'avoir ramené ici et de m'avoir nourri"

"nous te devions bien ça"

"pourquoi étais je placé si loin du village dans les grottes ?"

"nous voulions que tu ai le choix de partir ou de venir a notre rencontre. Et il semblerait que le rat cornu ai guidé ton choix, peut être veut il que tu nous sauves."

" Je ne vous comprend pas" dit Badgit confus.

"tu l'auras surement remarqué en arrivant, notre village se meurt, les guerriers que nous avons envoyés sont certes revenus vers nous avec des vivres mais ils ne sont pas tous revenus. Et les humains ne sont pas dupes ils finiront par ne plus passer sur ces routes ou bien a défendre d'avantages leurs caravanes. Nous avons besoin d'aide"

Le vieux descendit quelques marches, s'approcha de Badgit et lui prit la patte.
"Accepte tu de nous aider ?" demanda t'il dans un murmure.

Le Skaven n'avait dans son ancienne vie jamais été confronté a une telle situation, et jamais non plus il n'avait ressenti une émotion telle que la tristesse. Il connaissait l'amertume, la rancoeur, la rage et l'avarice mais ce sentiment était nouveau.
"J'accepte de vous aider, mais cela ne seras pas chose aisée que d'améliorer votre condition, et peut être y aura t il besoin de plus de sacrifices." avertit Badgit.

"Nous n'avons plus grand chose mais nous pouvons toujours consentir a faire quelques sacrifices. Si cela augmente les chances de survie de notre clan."

"quel est son nom ?"

à cette question le vieux redressa la tête et Badgit perçut une lueur au fond des yeux, une lueur qu'il avait déja vu dans les yeux de certains esclaves, lorsque peu de temps avant d'être exécuté ils relevaient la tête, débarrassé de toutes peur et qu'il lançaient un dernier défit a la vie.
"nous sommes les tamrius" déclara -t - il fièrement.
Revenir en haut Aller en bas
Badgit



Nombre de messages : 24
Age : 25
Date d'inscription : 17/01/2013

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
2/10  (2/10)
Race: Skaven

MessageSujet: Re: Un nouveau départ    Mer 13 Fév 2013 - 17:19

Cela faisait plus de deux semaines maintenant que Badgit avait choisi d'endosser la responsabilité de "sauveur". La première demande qu'il avait formulé n'aurait pas put être plus simple, il voulait qu'on le laisse. ces dernières semaines avaient été très dures pour lui et il avait besoin de repos. De plus il avait besoin de comprendre comment fonctionnait cette étrange tribut. Tout ici étais si différent de ce qu'il avait connu, pas de manœuvre politique, pas d'avarice exacerbé et le concept d'oppression semblait avoir totalement échappé au skavens de cette grotte. Pire que ça, il avait même vu des skavens partager volontairement le peu de ressources qu'ils avaient, avec ceux qui en avait le plus besoin.

Les étranges hommes-rats offrirent a Badgit d'établir sa demeure dans la tour qui appartenait au chaman de la tribut. La tour n'était pas bien grande, mais elle contenait encore un peu de mobilier, une table pour y manger quelques chaises a dossier d'osier et un petit scriban qui servirait a l'étude de Badgit. De plus il y avait un vieux lit a baldaquin dans la chambre, les draps était bouffé par les mites et le matelas sentait le moisi, cependant c'était un luxe qu'il était le seul a avoir, aussi en profit a t il d autant plus.

Ainsi donc après avoir d'abord bien observé la tribut, il alla voir le chaman et il passa des jours entiers en sa compagnie, il voulait tout apprendre de sa tribut et de son histoire passée. Il apprit qu'elle était installé dans ces marais depuis seulement 6 ans, et qu'avant cela ils avaient été chassés des montagnes plus au nord par des clans rivaux et plus hargneux, durant leur voyage jusqu'ici ils avaient perdus de nombreux membres de leur clan et confrontés a une situation ardue, ils avaient du changer de mode de fonctionnement. Ils ne pouvaient plus continuer a essayé de se trahir et se tuer pour le pouvoir, sans quoi il n y aurait plus personne a contrôler. Et c'est cela qui leurs avaient permis de survivre jusque la.

Badgit avait mis beaucoup de temps a comprendre, que la constante violence et les menaces perpétuelles n'étaient pas plus efficaces que l'envie de protéger son clan, pour motiver un skaven. Mais il fut forcer de se faire a cette idée en voyant a quelle point la vie était dure pour ces pauvres créatures, et comme chaque jours ou le clan survivait était une véritable victoire sur le destin. La nourriture manquait, Badgit avait recenser que tamrius comptait dans ses rangs quatre-vingt-deux skavens, et cela faisait beaucoup de bouches a nourrir, certes quelques skavens habiles arrivaient parfois a attraper quelques gros poissons dans le fleuve qui se trouvait a quelques centaines de mètres de la grotte, et d'autres encore plus doué parvenait même a chaparder de la nourriture dans les villages voisins ou a attraper quelques charognard qui survolaient souvent le marais. Mais c'était a peine suffisant pour faire survivre le clan.

Le techno mage n'avait pas non plus oublié ce qui l'avait en tout premier lieu appelé a aider les skavens en péril, la malpierre. Il l'avait sentie et il savait qu'il y en avait pas loin. Lorsqu'il évoqua ce point avec le chaman ce dernier fut surpris de la demande de Badgit, car pour lui ce minerai n'avait rien d'extraordinaire, il y en avait dans de nombreuses parois de la grotte et c'etait cette même roche qui diffusait une lumière verte tamisé dans la caverne. Elle n’apparaissait certes pas a même la roche mais sa lumière filtrait a travers la pierre. Les skavens devraient déjà reprendre des forces avant de commencer les travaux d'extractions.

Il en arriva donc a se dire que la tribut avait besoin de lui et lui d'elle. Aussi allait il essayer pour la première fois de sa vie de jouer selon cette fameuse règle de la "coopération".

C'est donc au bout d'une semaine complète qu'il commença a donné ses premiers ordres. Il convoqua les personnes qui étaient les plus respectés au sein de la tribut, parmi ceux appelés se tenaient le vieux chaman, le plus doué des chasseurs, l'un des skavens qui avait attaqué la caravane et qui était reconnu comme étant le meilleur combattant, le forgeron ainsi que la matriarche. Ils étaient tous assis en cercle au sommet de la tour, tandis que vorace (c'est ainsi que badgit avait décidé de nommé son compagnon au vue de ce que la bête était capable de manger en une bouchée) était couché sur le sol, un oeil ouvert surveillant son maître. Le chaman fut le premier a prendre la parole.

-"tu voulais que nous venions, et nous sommes venus. Que veut tu de nous verminarque ?"

Badgit se leva, il alla caresser vorace et se pencha légèrement au dessus des créneaux de la tour. Devant lui s'étalait son nouveau domaine, un terrain vaste sur lequel sillonnait une petite rivière souterraine, un terrain plein de potentiel mais inexploité. Il se retourna vers ses semblables et leur dit.

-"Je vous ai réunis ici car vous êtes appelés a devenir mes lieutenants, dans les jours a venir vous serez appelés a exécuter ma volonté pour le bien du clan et a tacher a ce que celle ci soit appliqué a la lettre parmi ceux que vous guiderez." En même temps qu'il disait cela il distribua a chacun de ses lieutenants un petit bout de parchemin.

-"chef qu'est ce que c est ?" demanda le guerrier

-"ces parchemins, mon cher Rikiit, sont vos nouveaux ordres de missions. Vous y trouverez les noms de ceux qui sont sous votre responsabilité ainsi que ce que vous devrez faire durant les prochaines semaines." déclara le techno mage. Il reprit la parole. "maintenant je vais vous laisser prendre connaissances de ces textes tranquillement et aller voir vos rats respectifs pour leurs expliquer leurs futures taches."

ils quittèrent tous le toit, le nez plongés dans leurs parchemins, prenant conscience de la somme de travail qui leur était demandé et des nouvelles responsabilités qui leurs incombaient.

Pour commencer le chaman Grum aurait sous ses ordres tout les vieux skavens qui ne pouvaient plus se rendre utiles grâce a leurs seules forces, ceux ci auraient pour rôles de s'occuper de la formation des plus jeunes, du stockage des ressources et de la gestion des stocks du clan (incluant nourriture, armes et également skavens eux mêmes), il héritait donc d'une vingtaine de skavens sous ses ordres.

Le chasseur Vornar quand à lui avait le devoir d'emmener son équipe de douze skavens dans les villages voisins, ils profiteraient du fait qu'ils savaient se rendre discret pour repérer les lieux, écouter les dires des villageois et marchand et également chaparder si il le pouvait un peu de nourriture.

Rikiit en tant que chef des guerriers avait sous sa coupe treize skavens, leur rôle serait durant les prochains jours la capture de bétail dans les fermes voisines. Badgit insistait dans ses ordres de missions pour que le bétail lui soit ramené sain et sauf. En priorité il lui faudrait des porcs, car ils pouvaient se nourrir de tout et il serait donc plus simple de s en occupé.

Le forgeron Kiven aurait pour rôle de prendre la tête de tous les artisans, qui n'étaient qu'au nombre de quatre, et de produire du matériel de mineur, ainsi que des socs pour le labour des fourches et des pelles.

C'est la matriarche Koumiss qui eut a charge la plus grande partie de la population, un peu plus d'une trentaine d'habitants, et également de la tache la plus importante pour l'avenir du village. Elle était en charge de la production de nourriture. Badgit avait dans son plan mentionné les fourmis qui faisait poussé des champignons dont elles se nourrissaient dans leurs cavernes, et la façon dont elle ramassait des feuilles pour les broyés et en faire une sorte de terreau qui permettait au champignons de pousser plus vite. La rate avait donc pour mission de partir avec de nombreux skavens ramasser des végétaux en masses et de revenir pour les broyer et les mélangés avec un mélange produit par Badgit, dans lequel il insérait des spores de champignons qu'il serait allé ramasser. Apres quoi ses rats devraient répandre cette mixture dans des sillons creusés dans la terre.

Badgit avait d'ailleurs pour cette tache fait faire un harnais sur mesure pour vorace, il aurait la dure tache de tirer le soc dans le champs pour retourner la terre. Et malgré sa masse musculaire on pouvait voir qu'il peinait a retourner ce volume considérable, cependant il le fit avec une docilité remarquable.

Une semaine après avoir donné ses ordres de missions les premiers rapport était revenus, un cinquième des champs avait déjà été ensemencé, les artisans avait pris l'initiative de fabriquer un large creuset, qui mut par une petite roue a aube prés de la rivière, pouvait moudre les végétaux apportés par les récolteurs. Badgit ne manqua pas de féliciter Kiven pour cette bonne idée. Quand au guerrier ils avaient rapporté quelques porcs, mais l un deux avait reçut un coup de fourche d'un fermier pendant l'opération, et il devrait passé plusieurs jours entre les mains du chaman le temps de guérir. Pour ce qui était de Vornar il avait eut vent de la venue d'une caravane marchande sur une route bien plus au sud. Il ne savait pas ce qu'elle transportait mais elle était, semblait t'il, assez importante. Le techno mage se dit alors que cela apporterait surement un petit coup de pouce supplémentaire au clan si il pouvaient capturer la marchandise. Il prit la décision d'y aller avec les quelques guerriers qui lui restait et bien sur avec l'aide de vorace.
Revenir en haut Aller en bas
Badgit



Nombre de messages : 24
Age : 25
Date d'inscription : 17/01/2013

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
2/10  (2/10)
Race: Skaven

MessageSujet: Re: Un nouveau départ    Lun 7 Oct 2013 - 17:50

Le jour J etait enfin arrivé, le convoi approchait lentement le long de l ancienne route. Comme Vornar lui en avait fait part lorsque lui et ses rats lui avait fait son rapport. Il s'agissait la d'une caravane marchande bien protégée. En effet pas moins de dix hommes avaient été détachés à la protection des trois chariots, en plus il y avait les conducteur et apparement quelques personnes qui devaient profiter d'un voyage sécurisé.

C'était sans compter sur Badgit et son groupe de skavens. En effet le tout nouveau verminaque du clan Tamrius avait planifié l'attaque conjointement avec ses lieutenants Rikiit et Vornar et avec l aide de Kiven qui lui avait faconné quelque chose de special pour l'occasion.

Le troncon de route ou devait se dérouler l'embuscade se trouvait dans une des rares portions de foret se trouvant sur l'itineraire des marchands. Et bien que la plupart des mercenaires qui l'accompagnaient n'en fussent pas a leurs premiere sortie le calme de leur voyage les avaient jusqu'a présent bien engourdis.

Joshua qui se trouvait être justement le maître de caravane tenait les rênes d'une main distraite et se concentrait d'avantage sur les cheveux bouclés de Catherine (qui penchée en avant tachait de mettre un peu d'ordre dans le chariot) que sur la route. Le repas que les mercenaires avaient fait etait bien loin d'être frugal et la digestion ainsi que le doux roulis du chariot avait tendance a les endormir doucement. Et c'est bien parce qu’ils tombaient doucement dans les bras de morphé qu'ils n'entendirent pas les pattes des skavens se poser doucement sur le toit fait de toile tendue du chariot.

En effet Vornar, qui avait ordonné a chacun de ses rôdeurs d'entourer ses pattes dans du tissu, venait de descendre furtivement depuis la frondaison grâce a une corde accroché dans les branches. A sa suite venait quatre autres skavens, ainsi qu'encore cinq pour chaque chariots. Il fit signe a ses compagnons de tirer leurs armes et de se tenir prêt. Le signal n'allait pas tarder.

Rikiit se tenait avec ses guerriers caché sous d'épais tapis de feuilles et des nattes de joncs tressés. Lui aussi guettait le signal. Ce fameux signal qui avait été convenu comme etant brutal et rapide. Ce signal prit la forme d'un leger grincement puis d'un gand appel d'air et enfin d'un bruit sourd mêlé a des hennissements effrayé des cheveaux. Rikiit se leva prestement et hurla le nom de son clan en guise de cri de guerre.
"TAMRIUUUUUS" cria t'il suivit par vingt autres voix.
Il se jeta a l'avant de la caravane avec le gros de ses troupes et fut témoin du second passage du gigantesque tronc d'arbre qui se balançait a grande vitesse au bout de deux grandes cordes. L'avant du tronc avait été enflammé et dessus se tenait Badgit qui exhortait ses troupes. Le cadavre de joshua s'était littéralement envolé lorsque l'arbre l'avait percuté de plein fouet arrachant au passage quelques planches du chariot.  Les hommes sortirent en trombe des  chariots et certains d'entres eu dans leurs précipitation ne virent pas les collets s’enrouler prestement autour de leurs fragiles petits cous. Les rôdeurs positionnés sur les toits tirèrent aussi fort qu'ils le pouvaient sur les cordes une fois leurs proies ferrées et les étranglèrent rapidement alors que les cordes sciaient la peu et compressait les artères. Les guerriers qui ne s'était pas fait prendre furent vite acculé par la masse grouillante des skavens qui se ruaient sur eux certains réussirent a tuer quelques hommes rats avant de mourir, mais certains skavens de la même trempe que Vorace ou Rikiit réussirent à tuer un voir deux humains sans en souffrir. Au bout de quelques minutes tout fut finis, les soldats avait été tué et les humains qui s'était rendu furent constitué prisonniers.

Badgit qui avait réussis a descendre du tronc était ravi du déroulement de cette opération, a part quelques uns de ses poils qui avaient roussis, deux pertes et trois skavens grièvement blessé la mission avait été un succès. Il ordonna sans plus tardé que l'on ramasse le matériel qui avait été nécessaire pour tendre l'embuscade et ce jusqu'au moindres petits cailloux de balisages utilisés pour le déclenchement du tronc. Il ne voulait pas qu'il reste un signe de ce qu'il s'était passé ici.
Et il mit en marche sa petite troupe a destination de leur nid.
Lorsque Badgit jeta un œil a leur butin il fut sur d'une chose, ce soir personne dans sa tribut n'aurais faim.
Revenir en haut Aller en bas
Badgit



Nombre de messages : 24
Age : 25
Date d'inscription : 17/01/2013

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
2/10  (2/10)
Race: Skaven

MessageSujet: Re: Un nouveau départ    Mar 8 Oct 2013 - 13:11



Les Skavens entamèrent leur retour vers la relative sécurité de leur terrier. Malgré la victoire il n'y eut pas de bruit montant des rangs, en effet la plupart d entres eux souffraient encore de la faim, et la bataille qu ils venaient de livrer avait achevé de vider l’énergie qu ils avaient en réserve. De plus Badgit avait demandé a ce que les skavens demeurent tant que possible silencieux. Les quelques humains qui avaient été constitués prisonnier avançaient a la file indienne, rien de leur sourire pre-assault n'avait survécut et ils recevaient de la part des skavens les entourant des regards pleins de haine.

Ce fut notamment le conducteur du deuxième chariot, un certain Samuel clay qui s'attira a lui le plus de regards haineux. Samuel clay était un homme assez petit et bien en chair, il portait des vêtements de bonne facture et embaumait l'air d'une odeur d'eau de Cologne. Il suait a grosse goutte alors qu'il peinait a avancer au rythme du skaven auquel il était attaché. Derrière lui avançaient péniblement deux femmes de son convoi ainsi qu'un mercenaire qui avait apparemment été blessé à la tête. Mais Samuel ne se préoccupait pas d'eux, d'une manière générale Samuel ne se préoccupait jamais de personne hormis de lui et de son commerce. Alors que le souffle commençait a lui manquer il décida de rassembler son courage et de s'adresser a ses tortionnaires.

"je vous en prie qui que vous soyez relâchez moi, je vous payerais le prix qu'il faut" supplia t'il

Pour toutes réponses il sentit la corde autour de ses poignets le tirer en avant alors que Rikiit la tirait violemment. Le marchand bedonnant s’effondra lamentablement au sol et senti le gout amer de la vase rentrer dans sa bouche. Il se releva difficilement et s’entêta a supplier de nouveau.

"pitié laissez moi en paix, relâchez moi et je serais votre débiteur a jamais je vous en supplie"

Cette fois ci avant que le skaven en armure au regard carnassier ne puisse de nouveau tirer sur la corde pour regarder ce pathétique humain choir a nouveau il vit une hombre s'approcher par derrière.

"si tu parle de nouveau humain ce n'est pas a la boue que tu goutteras mais a la saveur de ton propre sang quand tu mangeras ta langue"
l'avertissement de Badgit résonna a ses oreilles comme un glas. Et il finit de perdre toute volonté de parler d nouveau lorsqu'il aperçût le gigantesque rat derrière lui qui mâchonnait distraitement un des mercenaires qu'il avait tué durant l'attaque. Le reste du voyage se passa sans accroche, et le convoi fut vite arriver au terrier. A peine rentré au cloaque skaven la matriarche prit en charge le reste de l'opération. Koumiss fit escorter les quelques blessés auprès du chaman et des vieux skavens qui devaient s occuper des blessés de la mission. Les autres villageois skavens distribuèrent des boissons et un peu de nourriture au guerrier fourbu par leur voyage. Les cadavres des skavens rapportés furent amenés prés de la tour, et les prisonnier enfermés dans une salle se trouvant en sous sol de la bâtisse. Les vieux skavens se mirent alors avec l'aide des plus jeunes a décharger les chariots et à répertoriés le butin de leur clan.
Un chariot était rempli presque entièrement de viande séché de graines et d'outils agricoles il trouvèrent également un grand caisson renfermant tout un matériel d entretien des outils, a savoir des pierres a affûté de l'huile et différents types de graisses pour s assurer que rien ne rouille ainsi q'un grand barrique d'alcool et une dizaine de poule dans le deuxième chariot qui étaient transportées dans de petites cages.
Le dernier chariot qui avait appartenu au marchand Samuel contenait des biens plus précieux, mais pourtant pour la plupart moins utiles aux yeux des skavens. Il y avait la quelques rouleaux de soie et de laine en provenance de la lointaine scitopole ainsi qu'une grosse caisse d'un demi quintal de minerai de fer non raffiné.
Les anciens emmenèrent, apres ce dépouillement, les cheveux vers les champs et donnèrent à Kiven les armes qu'ils avaient put glaner sur les soldats morts, en tout une quinzaine d'armes, allant de la simple dague a l'arc, en passant par la hache a double tête et quelques pièces d'armures faites de cuir bouilli, ainsi qu'une côte de maille et deux gambisons sentant encore la veille transpiration.

Le soir même Badgit fit se réunir tout le clan en bas de la tour et demanda à ses lieutenants de se tenir a ses côtés. Les skavens se réunirent donc le soir venu et attendirent impatiemment leur verminarque.
Badgit perché en haut de sa tour s’avança et monta sur le créneau, les vivats résonnèrent dans l'assistance et une fois qu'ils se turent le verminarque prit la parole.

"Mes skavens ! Je suis ravi car en ce jour nous avons remporté notre première victoire !"
les acclamations résonnèrent de nouveau contre les parois de la caverne le techno mage les laissa s’amplifier puis fit signe a la foule de se calmer.
"trois des nôtres sont mort aujourd'hui et le jeune Nistik est entre la vie et la mort a l'heure qu'il est. Il nous ont quittés mais avant de partir nous ont aidés a obtenir l'avenir de notre clan. Grace au grain et au fer nous batirons un avenir meilleur. A vrai dire nous avons déjà commencé a le bâtir, mais nous devons nous assurer de ne pas relâcher nos efforts. Puis je comptez sur vous mes skavens ?"
les skavens s mirent alors a scander le nom de tamrius encore et encore alors que Badgit descendait de sa tour pour venir se mêler a la foule. Jamais de sa vie il n'avait ressentit cela et il souhaitait que ce sentiment d’appartenance, cet envie de voir les autres s'épanouir ce désir ardent de les porter au nues ne s'éteigne jamais. Il ferait tout pour !
Revenir en haut Aller en bas
Badgit



Nombre de messages : 24
Age : 25
Date d'inscription : 17/01/2013

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
2/10  (2/10)
Race: Skaven

MessageSujet: Re: Un nouveau départ    Jeu 10 Oct 2013 - 17:35

"Gardez votre calme bordel ! " Hurla Segovax
"Gader mon calme... garder mon calme !!!! Comment voulez vous que je garde mon putain de calme ?!" vocifera le marchand bedonnant.
"On est enfermé dans une cellule miteuse, et je suis loin d'être entouré par l'élite de l'armée impériale je vous ferais dire !" rajouta t il.
En effet, Samuel se trouvait littéralement six pieds sous terre, avec a ses côtés une femme prostrée dans un coin dont les cheveux blond était couvert de plaques de boue et dont le teint était plus qu pâle. Le jeune homme qui avait également été capturé tentait vainement de lui parler et de la réconforter mais on voyait a la l’absence de lueur dans ses yeux que lui même ne croyait pas s en sortir. Quand au vieux mercenaire, il passait le temps a hurler contre le marchand et a maugréer dans sa barbe dans le but d'oublier la douleur cuisante que lui causait sa blessure à la tête.
Aucun d'eux ne savaient exactement depuis combien de temps ils pourrissaient dans cette cellule miteuse, la lumière du jour n'y filtrant pas il ne pouvait se fier qu'a la vitesse de la fonte de la maigre bougie qui éclairait la pièce d'une lueur maladive.

A vrai dire cela ne faisait que trois jours que les quatre prisonniers n'avaient pas ressenti la caresse du soleil sur leurs peaux. Badgit les avaient volontairement fait "patienter" dans cette geôle le temps d'organiser son plan. Cela faisait déjà quelques nuits que Badgit n'avait pu dormir et pour cause, comme a chaque fois q'un plan germait dans sa tête le sommeil le fuyait. Et ce plan était proprement diabolique, mais il faudrait milles précautions pur qu'il se déroule sans accroche.
Ainsi au matin du quatrième jour peut de temps après que de la nourriture ait été jetée aux prisonniers la porte s'ouvrit. Les prisonniers se recroquevillèrent alors que la lumière crue inondait la pièce et blessait leurs yeux.

La silhouette d'un grand homme rat était projetée sr le sol. Le skaven pénétra dans la pièce et saisit le marchand par le bras et entreprit, sans plus de cérémonie, de le tirer hors de la cellule. Alors que le grassouillet marchand couinait tel un pourceau, le petit garçon en profita pour se faufiler entre l'homme-rat et la porte. Il déboucha dans un grand tunnel et courut a toutes jambes. Il ne fit pas vingt mètres, un soldat posté au carrefour de deux tunnels l'aperçut et jeta sa lance en direction de l'enfant. Le pauvre reçut la hallebarde du skaven en pleine cuisse et il s'écroula de tout son long. Skriit qui tirait le gros marchand hors de la cellule pu voir cette scène tout comme son prisonnier. Et alors que les couinements doublaient d'intensité le skaven laissa s'échapper un simple commentaire.
"stupide bébé humain ..."
Et sur ces mots il referma la porte et alla récupérer l'enfant qu'il traîna lui aussi vers l'endroit ou il devait mener Samuel.
Apres ce qu il sembla être une éternité passée a errer sans but dans les couloirs le marchand fut jeté devant une grande porte de bois au fond d un couloir au mur de grès.
"ouvre !" ordonna Rikiit en jetant sur le coté l'enfant qui agonisait.
"y a quoi derrière cette porte ? Vous allez me tuer c est ca hein ?! Comme vous avez tuer le gosse !"
il déglutit et s'effondra à genoux " laissez moi je vous en prie !" supplia t il a nouveau.
"ta gueule et ouvre cette foutue porte !" sur ces mots le guerrier sorti une grande épée à la lame dentelée noire comme la nuit de son fourreaux. "ouvre ou bien c est moi qui t ouvre !"
Samuel se releva en tremblant, et saisit un des lourd battant de bois de ces deux petites mais potelées, il tira vers lui la grande porte qui s'ouvrit lentement.
Un courant d'air chaud apporta alors à lui une odeur nauséabonde, il sentit un reflux de bile monter mais le réprima. L'épée de Rikiit lui piqua alors le postérieur pour lui faire signe d 'avancer, et la pièce s'illumina alors qu'il posait un pied a l’intérieur. Il découvrit alors un spectacle édifiant, prés de treize corps étaient suspendus au plafond de la pièce par de grands crochets de fer, ou parfois même suspendus par une simple corde passé sous leurs bras. Il reconnut alors tout les membres du convoi, ils étaient en train de sécher et il voyait dans le fond une table sur laquelle était disposé un cadavre fraîchement débité. C'est la vue du seau de tripes a côté de la table qui le fit finalement craqué, il s’effondra de nouveau a genoux et perdit conscience alors même qu il commençait a vomir.
Lorsqu'il fut réveillé par son tortionnaire en armure il vit face a lui avancer un rat un peu plus petit que celui qui l'avait traîné jusque ici. Cependant il fut surpris de voir le grand rat en armure courber l'échine face au nouveau venu. Celui ci était habillé de robe déchirée d'un blanc crasseux et s'appuyait sur un grand bâton tordu fait apparemment d'un mélange de bois flotté couleur ébène et de métal argenté veiné de vert. Il avançait lentement vers lui et vint passer un long doigt osseux en dessous de la chair flasque pendant a son menton. Ce contact lui sembla insupportable et il fut bientôt mis debout par l'homme rat qui lui arrivait a peu prés au niveau du haut de son torse.
"dis moi humain, as tu peur de la mort ? "
le gros marchand ne dit rien, il était bien trop occupé a regarder les veinures de vert sur le bâton onduler paresseusement dans le métal.
"tu vas m'écouter, et tu va faire tout c que je te dirais." susurra le technomage alors que les éclairs vert se mettait a palpiter lentement.
"je sais ce que tu est, tu est l'un de ces humains si cupide qu'il laisserait crever ses semblables si il pouvait acquérir un peu plus de richesse en échange. J'ai un marché a te proposer, tu vas continuer a  vivre dans l'opulence et à faire ce que tu sais le mieux faire mais tu le feras pour moi, tu vivras des miettes que je te laisserait ou bien tu mourras. Accepte mon marché et tu ne vivra plus que pour me servir... refuse et meurt !" le skaven relâcha l'emprise de son sort quelques instants pour permettre a sa victime de retrouver son libre arbitre
"accepte tu ?" répéta le rat.
"oui ... j'accepte mais ne me faites plus de mal ... pitié" répondit le captif alors que de petites étincelles vertes dansaient encore au fond de ces pupilles.
"Demain je t’enverrais avec une escorte jusqu'aux limites des marais, tu auras avec toi un chariot et quelques ressources, ainsi qu'un ordre de mission ou tout te seras expliqué. " expliqua le mage exsangue.
Le marchand soulagé fut raccompagné en dehors de la pièce et croisa alors le regard carnassier du grand skaven.
"l'échec a cette mission ne seras pas toléré, si tu échoues alors tu souffriras milles morts et tu rejoindras tes camarades en haut d un grand crochet." siffla ce dernier en scrutant les petites pupilles, encore dilaté, de son prisonnier de ses petits yeux verts.

En même temps dans la pièce charnier Badgit s'en allât persuader que son plan fonctionnerait, le gros humain était si effrayé que le manipuler grâce à la magie et avec l'aide de la malpierre avait été un jeux d'enfant, cela dit son utilisation rendait Badgit très faible et il lui faudrait quelques jours pour s'en remettre. Derrière lui les skavens se remettait au travail en débitant les humains en morceaux qu'ils pourraient faire sécher et saler pour pouvoir les consommer ultérieurement.
L'enfant quand à lui fut soigné sommairement par une subordonnée de Koumiss grâce a un cataplasmes fait de boue et d'une plante qui poussait dans la caverne. Il survivrait surement  mais boiterait certainement pour le reste de sa vie.

Rikiit après avoir ramené le marchand dans sa cellule fit signe au vieux mercenaire de l'accompagner, ce dernier savait qu il ne servirait a rien de tenter quoi que ce soit et le suivit donc docilement. Le rat en armure amena cet humain vers une partie de la grotte principale qui avait été aménagée spécialement. Une sorte de palissade assez haute et très épaisse entourait une section assez importante de la caverne, à l’intérieur de cet endroit était aligner les râteliers d'armes les mannequins d’entraînements et également une grande piste de course qui avait été fraîchement aménagée.
Le vétéran reconnut instantanément cet endroit pour ce qu'il était: un camp d'entrainement. Une fois que le skaven l'eut conduit vers une hutte trônant au centre du camp il prit pour la première fois la parole.
"Humain tu te trouve maintenant chez moi, tu peut t asseoir si tu veut" dit posément le rat en s'asseyant sur un beau trône fait de jeunes pousses d'ormes, dont le dossier avait été façonné de manière a représenté un bouclier, que kiven avait lui même fabriqué à l’attention de son homologue lieutenant.
Le vétéran s'assit sur une chaise toute simple qui se trouvait en face du trône.
"Que me voulez vous ?" demanda l'ancien soldat.
"J'ai reçut des ordres, je dois entraîner des soldats pour protéger notre foyer. Et je sais reconnaître un soldat quand j'en voit un qu'il soit skaven ou humain. Vous avez l'expérience d'années de combats a en juger par le nombre de cicatrices sur votre visage et par la manière dont vous vous êtes battus lors de l'escarmouche." déclara le lieutenant en se servant a boire dans un pichet d'eau?
"Ouais j'ai vu pas mal de guerre et il y a quelques jours j ai tué deux d'entre vous. Donnez moi une arme et je recommencerais jusqu’à ce que vous réussissiez a m’assommer de nouveau ou que vous vus décidiez a me tuer. " dit l'humain sur un ton de défi.
Le skaven se leva lentement de son trône et s'approcha de l'humain. Il versa de l'eau du pichet qu'il tenait dans un verre qu'il déposa en face de son invité.
"Ne vous faites pas plus bête que vous ne l'êtes on ne devient pas vétéran sans un bon sens de l'observation. Vous n'êtes pas en position de force et si vous tentiez quoi que ce soit nous vous turions mais vous emporteriez avec vous les deux autres humains que nous avons capturés et vous ne voulez pas avoir la mort de l'enfant sur les bras... J'ai besoin de vous pour former mes troupes a l'utilisation d'arbalètes et à l'enseignement de tactiques humaines pour mieux vous comprendre. Si vous faites du bon travail je vous récompenserais de plus de confiance d'une liberté accrue et pourquoi pas d'un peu d'argent pour lorsque nous vous libérerons dans un an, montrez vous retord et vous ne récolterez que de la souffrance, vous et vos camarades humains."
Le soldat ne répondit rien, il était acculé et sa gorge se nouait devant l'horrible perspective de rester un an enfermé ici.
"allons vous êtes un mercenaire en quoi cela est il différent d un contrat ? Votre temps contre de l'argent et la certitude de ne pas perdre la vie si vous remplissez bien les termes de votre mission... Je vous laisse réfléchir un de mes hommes va vous accompagner dans vos nouveaux appartements."
Segovax fut raccompagné jusqu'en dehors de la tente par Rikiit en personne puis un skaven d'un jeune âge habillé d'une simple tunique grise le raccompagna jusqu’à une hutte en bordure du terrain d'entrainement. Cette dernière était gardé par deux skavens au pelage noir vêtus d'armures d acier.  La hutte était assez spacieuse et contrairement à leur cellule bien éclairée. Une paillasse avec une couverture en laine était installé dans un coin, l'enfant était installé dans un lit a part fait de natte de jonc et une skaven lui appliquait un baume sur la jambe pendant que la jeune femme murmurait a l'oreille du petit blessé. Segovax ne se demanda pas ou étais passé le marchand supposant qu il avait été tué car inutile. Il s'installa dans la litière de fortune et entreprit de réfléchir a différentes options. Demain matin il devra donner sa réponse et de celle ci dépendait la vie des deux otages.
Revenir en haut Aller en bas
Badgit



Nombre de messages : 24
Age : 25
Date d'inscription : 17/01/2013

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
2/10  (2/10)
Race: Skaven

MessageSujet: Re: Un nouveau départ    Mar 15 Oct 2013 - 18:03

Les roues du chariot crissaient sur les cailloux de la route tandis que les derniers rayons du soleil disparaissaient, happés par l'horizon. Les chevaux tiraient péniblement la lourde cargaison tandis que Samuel relisait pour la troisième fois le parchemin qu'on lui avait remis. Son escorte ayant depuis longtemps disparue il avait eu tout le temps de parcourir le manuscrit à la faible lumière de la bougie qui était posé a ses cotées. Et alors que ses yeux se posaient a nouveau sur l'écriture serrée et torturée de Badgit, il sentit les larmes lui monté aux yeux. Il n'arrivait pas a croire qu'il était de nouveau libre, qu'il avait finalement survécut a ce cauchemar. Il fit stopper le chariot et serra sa tête dans ses mains alors que les larmes coulaient a flots ininterrompues.

Au bout de quelques minutes il se ressaisit, renifla un grand coups et se leva pesamment. Il sauta a terre décrocha la petite lanterne de son support et tout en relisant le parchemin se dirigea vers l'arrière du chariot.
"vous trouverez dans le chariot divers matériaux dont nous n'avons pas besoin, vous les vendrez et en tirerez le meilleur prix, de même pour les chevaux et le chariot une fois parvenu dans la ville. L'argent vous servira pour créer votre nouvelle entreprise. Pour en revenir a la cargaison que je vous alloue vous trouverez une caisse de plomb, ne l'ouvrez pas sans avoir revêtu une tenue de mailles et restez exposé le moins possible a son contenu, il s'agit d'une pierre spéciale réduite à l'état de petits cristaux par mes soins. Ils sont très précieux et ils vous seront fort utile."

Le marchand releva les yeux du parchemin et écarta le tissu qui cachait la cargaison. Derrière la toile tendue gisait de grands rouleaux de soie et de l'alcool conservé dans deux grands fut de chêne. Derrière les barils il y avait une grosse caisse grossièrement ouvragée, le marchand la soupesa en soulevant une des poignées pendant sur ses cotées, mais il ne put la soulever que de peu, tant la caisse était lourde. Il l'observa d'un peu plus prés et vit sur le couvercle le symbole de la roue crantée cornue qu'il avait déjà vue déjà vue de nombreuses fois sur les armures ou sur les amulettes des guerriers qui l avaient accompagnés. Samuel en tant que marchand s'était toujours préoccupé de la qualité de sa marchandise, car une grande qualité impliquait un bon bénéfice aussi s devait il d’observer quel produit recelait cette lourde caisse. Il prit la clée que lui avait remise le grand homme rat qui l'avait traîné en premier lieu vers son chef, et l’engouffra dans la serrure du coffre. Il tourna et sans le moindre effort fit pivoter le lourd battant sur ses gonds. Le contenu du coffre était d'une beauté incroyable et il fut pris d'une envie irrésistible d'y toucher. Les cristaux verts semblaient briller d'une lumière interne, et leurs lueurs semblaient pulser au rythme des battements du cœur du gros marchand. Alors que sa main avançait vers les petits cristaux vert il entendit une voix crier dans sa tête, cette voix lui appartenait, il avait lu les dangers de ce matériau dans le parchemin et du fournir un effort herculéen pour refermer le couvercle. Il relut fébrilement les consignes qu il avait reçut.
"Les cristaux qui se trouvent dans le coffre sont comme je vous l'ai expliqué précédemment très précieux. Vous allez vous rendre a samothrace, comme vous l'a expliqué mon lieutenant et vous allez, grâce a l'argent que vous aurez gagné des ventes de ce que je vous ai fournis, achetez un endroit ou vous pourrez créer une boutique un peu spéciale. À l’intérieur vous vendrez aux humains de cette ville les petits cristaux que je vous ai fournis, vous les couperez a l'aide de feuilles de tabac et vous les ferez fumer a vos clients. Il s'agit la d'une drogue puissante qui rendra vite les humains accro. Je vous laisse les soins de trouver la clientèle et de la conserver, les doses supportées par un humain sont de deux a trois cristaux au maximum par jour et en au moins deux prises. "

Samuel s'étant ressaisit de cette poussée de folie s'éloigna du coffret avec une crainte mêlée de respect alors qu'il comprenait enfin pleinement l'étendue du plan du skaven en robe de bure. Il reprit sa lanterne remonta a la place du cocher et le chariot se remit en branle lentement. Alors que les chevaux recommençaient lentement a avancer une ombre se glissa a ses côtés. Le marchand sursauta et se décala jusqu’à l autre bout de la banquette.

"encore vous ?! Je savais que c était trop simple !

Un skaven au pelage noir comme la nuit se tenait debout sur la place à sa droite. L'homme rat était enveloppé d'une grande cape noire, et elle laissait entrapercevoir le pommeau d'une dague ornée de la fameuse roue dentée cornue que Samuel avait vu sur la caisse. L'homme rat s'assit et reprit les reines qu'avait lâché le marchand dans sa panique.

"fermez la et écoutez !" dit Vornar calmement.

"vous trouvez la mission que le verminarque vous a confié facile ? Pourtant vous avez faillit échouer il y a quelques minutes, lorsque vous avez ouvert la caisse. " ajouta t il

"non je savais trés bien ce qu je"

"qu est ce que je viens de dire il y a une minute ?!" le coupa sèchement le skaven de sa voie sifflante

"de me taire et d'écouter ...."

"vous les humains ne savez même pas faire cela ... c'est pourquoi je suis la.J'ai été mandaté pour toujours garder un oeil sur vous, si vous tentez de nous doubler je vous tuerais, alors même que vous vous sentirez le plus en sécurité" alors même que le skaven prononçait ces vœux le marchand senti une lame se glisser sous son cou. Pourtant le chasseur skaven n'avait pas bougé de la ou il était assis mais sa queue était passé sinueusement de l'autre côté du marchand et s'était glissé sous son cou. Le bout de la queue de Vornar était terminé par une fine lame, ouvragée, suintante et terriblement mortelle. Un cadeau de Kiven.

"Et si vous parlez de nous a qui que ce soit alors vous envierez la mort que je viens de vous promettre ! " sur ces paroles il sauta souplement à terre et disparut dans la nuit, laissant le marchand en sueur gémir doucement.

La nuit se passa lentement, peuplée de bruit de chouettes, de bruissements suspect dans les buissons et remplie de terreur. C'est a l'aube que le marchand arriva à samothrace. La ville ne lui avait jamais semblé si belle et enfin il se sentit un peu plus en sécurité en voyant la foule de ses semblable se masser devant les portes de la ville dans l attente d'inonder les marchés de leur nombre. Il lut alors la dernière partie de son contrat qu'il avait passé avec celui qui se faisait appelé le verminarque.
"Vous devrez renvoyer systématiquement soixante-dix pour cent de toutes vos recettes hebdomadaires ou selon les ordres que je vous aurais fait parvenir dépenser cet argent pour acheter des biens que vous m’expédierez dans un lieu que j indiquerais. Vous réinvestirez également la moitié de ce qu'il restera dans cette entreprise pour lui faire gagner en ampleur, si la drogue vient a manquer je vous en fournirais d'avantage. Pour finir vous pourrez garder le reste car je sais que vous humains avez besoin d'assouvir votre cupidité sans quoi vous devenez instables. Avant de pénétrer dans la ville vous brûlerez ce document. Je vous souhaite de réussir, autant pour mes affaires que si vous tenez a la vie."
Le marchand fit brûler le document au feu de sa petite lanterne, puis se remit à avancer lentement vers samothrace.  Se prenant a rêver a la richesse qu'il pourrait tirer de se produit pour le moins plein de potentiel.
Revenir en haut Aller en bas
Badgit



Nombre de messages : 24
Age : 25
Date d'inscription : 17/01/2013

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
2/10  (2/10)
Race: Skaven

MessageSujet: Re: Un nouveau départ    Mer 30 Oct 2013 - 19:11

Karl Segovax avait commencé son nouveau travail le jour ou le marchand avait quitté le terrier. Sa première instruction avait été que l'on rassemble tout ceux qu il devrait entraîner sur le terre-plein principal. À peine dix minutes plus tard il vit se rassembler devant lui 40 hommes rats dans un semblant d'ordre, leurs chefs Vornar et Rikiit essayait des les ordonner en rangs et Segovax ria intérieurement en voyant de jeunes guerriers sans aucune rigueur. Leur armement était terriblement hétéroclite de même en ce qui concernait leurs armures. Il distingua deux types de guerriers, ceux du chef qu il avait rencontré qui étaient le plus souvent équipés d'armures, de côte de maille, de hallebardes ou de grandes épées, à la différence des hommes de ce Vornar qui avait sous ordres seulement une quinzaine de guerriers tous vêtus de tuniques noires et équipés d'épée courtes ou de dagues.

Il passa devant le rang de soldats et les toisa un a un de son regard dur. Lorsqu'il eu finis son tour d'inspection il alla prendre ne chaise dans la tente d'a côté il la posa devant ce petit contingent et monta dessus. Bien sur il n'avait pas besoin de cette chaise pour dominer les skavens de sa taille puisque la plupart faisait une tête de moins que lui, à part Rikiit qui le dépassait de peu. L'instructeur attendit quelques secondes pour être sur qu'il avait l'attention de tous, mais le silence s'était fait depuis longtemps. Il s'éclaircit la voie et prit la parole.

"Je vais tâcher d'être le plus clair possible. Je ne suis pas votre ami je suis votre instructeur. D'ici la fin de la semaine je suis persuadé que vous me détesterez tous, et vous savez quoi ?! Moi je vous hait déjà donc disons que j'ai une longueur d'avance sur vous. Si vous voulez des références pour savoir si je suis assez qualifiés et bien ... vous pouvez allez vous faire foutre ! Vos chefs m'ont confiés cette mission alors croyez moi je vais pas les décevoir, je vais transformer la bande de clébards galeux que vous êtes en vrais guerriers. Tous le monde survivras pas et moi je me suis fait à l'idée assez vite alors vous feriez bien de vous y préparer aussi."
Son auditoire le regardait avec de grands yeux et certains parmi les guerriers retroussait les babines dévoilant des rangées de crocs acérés.

"ah oui j'allais oublié rajout a t il" il tira de son fourreau la rapière qu'on lui avait rendue " si quelqu'un a un problème avec ma manière d'enseigner il viendra dans le cercle de lutte et on oublieras les grades le temps d un combat"

Il descendit de la chaise et demanda aux lieutenants de le rejoindre. Le grand rat en armure s'appuya nonchalamment sur sa hallebarde.
"vous vous êtes fait quelques ennemis aujourd'hui, mais tout le monde sait que vous avez des couilles maintenant."
"je me ferais bien plus d'ennemis d'ici la fin de la semaine"
"que voulez vous ?" demanda Vornar qui écoutait les guerrier parler.
"juste vous donner quelques instructions, vous allez séparer ces soixante hommes en quatre groupes de quinze à partir de maintenant ils seront adversaires, cela devrait les forcer a se dépasser."
"très bien nous ferons comme vous dites" déclara le lieutenant habillé tout de noir.

La semaine s'écoula particulièrement vite pour les soldats, le lundi ils durent passer la journée a labourer les champs et porter de lourds seaux d'eau vers les champs pour tout irriguer. Le lendemain fut concentré au travail dans les mines, il y eut une compétition a qui extrairait le plus de minerai, le gagnant eut droit a deux heures de repos et a une double ration. Les jours suivants furent consacrés alternativement à l'entraînement armé, a main nue ou encore a l'arme de jet. Durant le dernier jour les skavens durent creuser de grandes tranchés dans les tunnels pour fortifier les galeries et parer a toutes attaques.

Le reste de la colonie profitait de cet entraînement pour donner les taches les plus physiques aux guerriers, ainsi les villageois purent voir les plantations avancer bien plus vite de même pour l'exploitation minière, ce qui fit le bonheur de Kiven qui put ainsi produire de nouveaux outils en acier et même quelques armes et armures.
Badgit était également bien occupé, il venait de découvrir de nouvelles propriétés a la malpierre, mélangée a de la nourriture selon une certaine posologie elle pouvait augmenter la fertilité des femmes skavens et permettre une croissance accélérée pour les jeunes skavens permettant ainsi d'obtenir un Homme-rat adulte au bout de seulement deux ans. Et grâce a Koumiss il put très vite mettre son plan en branle, de nombreuses femelles éteint sur le point d'accoucher.
Le vieux Grum avait également beaucoup a faire, il était chargé des stocks et dressait les listes de ce dont la colonie avait besoin pour croître décement et envoyait une liste toute les semaines a Samuel clay qui se chargeait d'acheter les fournitures mentionnées et se débrouillait pour les envoyer a proximité des marécages ou les vieux et les jeunes sous la responsabilité du chaman allaient tout récupérer escorté par un petit contingent de guerriers. Et apparemment le marchand faisait un bon travail puisqu il demandait toujours plus de malpierre pour son commerce et il générait des bénéfices substantiels.

Au bout de trois semaines à ce rythme la les guerriers entraînés par Segovax avait tous gagnés en carrure, les petits rats maigres et hésitant étaient morts à la place de forts skavens agressifs et compétents étaient apparus. Compétents mais pas invincible, Karl n'avait eu de cesse de montrer par de rudes leçons a quel point ils n'étaient pas pret a se froter à un régiment impérial. Il avait par exemple demandé l'équipe de Rikiit de se battre contre une autre équipe jusqu'a ce que les deux soient épuisés, a ce moment la il remplaçait les adversaires de Rikiit par une autre équipe fraîche et il continuait ce roulement infernal jusqu'à la fin de la journée. Aucune équipe n'avait tenu plus de trois heure. Après cette journée éprouvante ou toutes les équipes avaient été testées il avait déclaré.
" Et vous vous pensiez prêt a partir a l'assaut de villes ? Vous ne tiendrez même pas une journée ! Quand je pense que je me suis battu pendant des jours lors du siège de Sterok et que je vois a quel point vous êtes faibles... et bien figurez vous que cela me réconforte. Jamais vous n'aurez la force de raser l'empire."

il fallut deux semaines de plus pour qu'un régiment arrive enfin a tenir plus de six heures. Rikiit était perplexe, car il savait trés bien que le meilleur moyen de forcer quelqu'un a se dépasser était de piquer a vif son amour propre, peut être qu'au fond de lui l'humain voulais vraiment voir les skavens triompher. De nombreuses fois il avait fait de l'excès de zèle en montrant ses bottes de combat personnelles ou des techniques d'organisation de patrouille ou de gestion de siège.
Le temps montrerait bientôt aux Skavens si leurs entraînement avait été si utile.
Revenir en haut Aller en bas
Badgit



Nombre de messages : 24
Age : 25
Date d'inscription : 17/01/2013

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
2/10  (2/10)
Race: Skaven

MessageSujet: Re: Un nouveau départ    Mar 5 Nov 2013 - 16:56

L'entraînement avait porté ses fruits cela faisait maintenant dix semaines qu’il avait débuté, tout les skavens étaient maintenant plus endurant au combat et bien mieux organisés. Segovax avait eu l’idée d’organiser un tournoi auquel il participait et il eut la surprise de n’arriver que troisième, juste derrière les deux lieutenants qui avaient fait des progrés fulgurants. En effet les skavens s’étaient montrés très attentifs a ces leçons et avaient beaucoup progressé au combat. Karl ressentait également une certaine fierté le matin lorsqu’il sonnait le clairon il pouvait voir se former les colonnes du contingent dans un ordre parfait. Il avait vu des progrès encore plus intense après la venue de celui qu’ils appelaient Verminarque. Ce dernier était venu un petit matin sur le champ d'entraînement, accompagné de son mastodonte de garde du corps,  et avait ordonné le rassemblement de ses troupes. il avait alors levé son bâton et y avais décroché une lourde bourse, de celle ci il en retira une petite pillule verte qu’il montra a tous.

“ceci mes chers amis est l’avenir e notre clan ! Cette chose est ce qui a put transformer mon ami ci présent” il désigna son garde du corps  “en ce qu’il est maintenant. Si je tachais de vous rendre comme lui beaucoup d’entre vous mouraient, cependant je peut faire de vous de plus puissant guerrier grâce a cela. Cette chose vous en prendrez une fois par semaine, elle augmentera en canalisant la malpierre déjà présente dans vos organismes, votre concentration puisque agissant comme un opiacé. Elle augmentera également la vitesse a laquelle vos corps évolueront en fonction des exercices physique que vous vous imposerez.” Il était alors passé dans les rangs et avait donné a chacun une pilule et récité quelques mantras dans une langue depuis longtemps perdue des hommes, arrivé a Vornar et Rikiit ses lieutenants il leur en donna deux et murmura quelque chose a leurs oreilles:

“Si vous prenez les deux vous souffrirez beaucoup cette nuit et demain vous en voudrez encore. Ces deux jours seront difficiles mais j ai confiance en vous pour endurer au mieux ce qui vous rendra de meilleurs lieutenants. Faites votre choix mes amis.”
Les deux lieutenants se regardèrent et s'adressèrent un petit sourire.
“Pour Tamrius !” dirent ils tout les deux avant d’avaler tout les deux la pilule.
Badgit les félicitas pour leur courage. Puis il repartit vers sa tour.

Le soir même beaucoup de soldats se plaignirent de leurs crampes d’estomacs et de leurs mal de crâne. Les lieutenants quand a eux restaient dans la tente de commandement, depuis laquelle on entendait quelques fois quelques gémissements de douleur. Ont ne les vit pas le lendemain a l'entraînement et les gémissements se muèrent en cris, beaucoup de soldats durent rester toute la journée dans leurs baraquements. Les cris continuèrent toute la nuit et le lendemain lorsque le clairon sonna ils étaient en rangs devant leurs unités respectives. Badgit revint pour passer ses troupes en revues et il les vit en bonne forme. Ses soldats avaient pour la plupart gagnés un ou deux centimètres et semblaient un peu plus musclés, mais c’est chez ses lieutenants que le changement avait été fulgurant. Vornar et Rikiit avaient tout deux gagnés quinze bons centimètres et leurs épines dorsales étaient désormais hérissées de piques, leurs crocs avaient aussi grandis, mais la ou les griffes de Rikiit avaient juste grandis démesurément celle de Vornar étaient désormais rétractiles.

En tout cas ils s’étaient remis de ces pilules plus vite que ne l’avait fait Badgit, en effet le technomage avait d’abord testé ces pilules sur lui et il avait le plus grand mal a cacher sa nouvelle musculature sous ses grandes robes, de plus ses nouvelles capacités de concentrations s’avéraient être une malédiction pour lui puisque cette capacité se traduisait par un besoin irrépressible d'ingurgiter toujours plus de connaissances et il était à court de livre depuis longtemps.

Son esprit s'était alors mis a cogiter et un plan salvateu pour sa race lui était venu à l’esprit. Et ses troupes étaient enfin prêtes pour le mettre en oeuvre. Depuis le jour ou il avait distribué les pilules il s’était passé deux semaines. Il avait demandé a Kiven de construire un dispositif important, dans une salle cachée, pour mettre son plan en oeuvre et ce dispositif allait enfin être prêt puisque les matériaux demandés a Samuel Clay venaient d’arriver et ne demandaient plus qu’à être assemblés.

Le tournoi venait de se finir la veille, aussi le verminarque décida t’il de congédier l’instructeur dans sa maison et lui accorda trois jours de repos, aujourd’hui il devait s’adresser à ses troupes. Soixante-deux paires d’yeux le fixait alors qu’il passait en revue ses troupes fier de leurs progrès. Les pillules avaient fait des miracles tout les skavens avaient des griffes terriblement tranchantes et étaient maintenant dans une forme olympique. Segovax avait fait du bon travail car la veille Badgit avait été impressionné de voir ses soldats se battre avec tant de technique et pourtant toute l’agressivité inhérente a leur race. les lourdes hallebardes semblaient être devenues de simples rapières entre les mains de ses soldats et les éclaireurs de Vornar se battaient avec des armes de mêlées très courtes ou de dagues de lancer enduite de poison. C'était Kiven qui avec l’aide de grum et de son savoir des plantes du coin avait produit un poison fulgurant.
“Mes chers Skavens dans deux jours nous attaquerons les humains pour redresser notre clan de tout les affronts passés. Le petit village de Helmut a une journée a pied d’ici seras notre cible. Mes sources m’ont indiqués que ce village était fier d’une centaine d’habitants et que seulement une dizaine de gardes armés patrouillaient dans les environs. Nous l'attaquerons et chacun de vous s'occupera de capturer un maximum de prisonniers notamment parmi les femmes et les jeunes hommes vous tuerez les vieillards et les enfants. Puis je compter sur vous pour rétablir le nom de votre clan ?”
“TAMRIUUUUUUUS, TAMRIUS, TAMRIUS” scandèrent tout les Skavens en choeur.

Le lendemain ils furent prêt à partir dés l’aube. Un chariot remplis de vivre était tiré par Vorace ainsi qu’une dizaine de guerrier qui se relayaient pour le tirer. Kiven avait également fourni à chacun des guerriers de vornar une paire de Bolas pour qu’ils puissent capturer le plus de personnes.
Tous observaient le plus grand silence et écoutaient les deux lieutenants et leur seigneur discuter du plan de bataille.
“je propose une attaque de nuit “ dit Vornar
“je m’attendais a ce que vous disiez cela mon cher lieutenant” dit badgit
“oui je serais plutôt d’accord avec toi Vornar, mais la notre mission n’est pas de juste tuer un maximum d’humain. Si on attaque de nuit on seras certainement plus efficace au combat mais on perdras trop facilement la trace des humains qui s'enfuiront.”
“tu plaisante Rikiit ?! comment tu veut attaquer un village humain en plein jour”
“hé j ai jamais dit que ce serais simple, juste que c est ce que l’on devrait faire. Je confiance en mes hommes pour ouvrir chacun de leurs gardes, et au tiens pour que rien ne leur échappe lorsque le soleil éclairera le village. ”
“on serra repéré des qu'on arrivera à moins de trois lieu et la tu verras si ils ont pas le temps de fuir” renchérit Vornar.
“j’ai une idée, nous n’avons qu’a nous enterrer !”
“pardon Verminarque ? “ demanda Vornar
“nous arriverons en plein milieu de la nuit et à à peine une demie lieu du village nous creuserons une large fosse ou nous nous cacherons et nous attendrons que le soleil soit haut pour en sortir et fondre sur le village. “
les deux lieutenants s’échangèrent un regard hagard et s’inclinèrent devant leur chef. La question était réglée.

La colonne de Skavens arriva dans la ville durant la nuit, Une lune gibbeuse éclairait la petite colonne, le chariot avançait sans bruit, ses roues avaient été soigneusement empaquetées dans du tissu pour étouffer le bruit du métal contre les cailloux et les essieux avaient été graissés. Les armures et armes avaient été passées au dessus d’un feu pour tout les teinter de noir. Ainsi dans la discrétion la plus totale le groupe avançait. Ils trouvèrent a cent mètre de la première maison du village un gros rocher, Rikiit fit signe a ses troupes de commencer a creuser, Vorace se joignit au sapeurs et retira d’énorme mottes de terre a mains nues, les hommes de Vornar partirent chercher des plantes et grandes branches pour camoufler le trou pendant, ce temps Badgit et une poignée de skavens démontaient le chariot. Deux heures avant l’aube tout fut finis. Un trou de vingt mètres de long sur cinq de large contenait les soixante-quatre Skavens.

La matinée se passa calmement, si calmement que certains Skavens réussirent a s’endormir. Ils étaient serrés les uns contre les autres et Vorace qui dormait émettait un petit ronflement mais personne n’osait le réveiller. Alors que la matinée touchait a la fin des enfants s’approchèrent d’un peu trop prêt.
“Suis moi Timothé ! ils nous trouverons jamais ici.” sur ces mots l’enfant contourna le rocher et tomba dans la fausse tout droit au milieu des guerriers. Il poussa un cri de surprise qui se mua en cri d’horreur lorsqu’il vit le fond de la fosse. A peine eut il poussé son cri que Rikiit lui planta sa hallebarde en plein dans la trachée coupant ses petites cordes vocales.
“John t est ou ? “ Timothé se pencha prudemment au dessus du trou laissé dans le camouflage.
“t’est tombé dans l’...” Il ne put finir sa phrase Vornar venait d’enrouler son fouet autour de son maigre petit cou et le tira droit vers la foret de hallebarde qui tapissait le fond du trou.
l’enfant fut prestement embroché sur trois hallebardes différentes et il mourut sans un son.
“Bon tout le monde sait ce qu’on a a faire ? “ Badgit reçut un acquiescement général. Il reprit:
“Bon alors sortez du trou en bon ordre et souvenez vous que dans la panique de la bataille c’est votre sang froid et discipline qui vous apporterons la victoire.”

Le groupe monta prudemment hors du trou, d’autres humains arrivaient. Un enfant vit un des skavens et partit en criant vers le village.
Vornar vit une opportunité d”embuscade et mena rapidement vingt guerriers avec lui  en direction du village. Arrivée prêt de la première maison il fit signe a ses troupes de se plaquer contre la façade faisant face au rocher. A peine quelques minutes plus tard un enfant revint tirant par la main un garde.
“monsieur y a un monstre derriere le rocher la bas” dit l enfant en pleurs.
“mais oui mon garcon, et moi et mes amis ont va le chasser avec nos lances magiques”
déclara un des gardes. ils laissèrent l’enfant derrière eux et avancèrent vers le rocher.
“tu pense que c est quoi ?”
“oh sûrement un mendiant ou au pire un lion des marais”
sur ces mots les trois gardes dépassèrent par la gauche la maison derrière laquelle était caché les skavens. Vornar désigna quatre de ses guerriers deux par gardes et il se chargerait du troisième. Alors qu’ils approchaient vers les gardes l’enfant les aperçut et cria. L’instant un des skavens contre la maison décocha un carreau dans l’oeil de l’enfant. Les gardes se retournèrent mais s’était trop tard les skavens se jetèrent sur eux et percèrent a de nombreux endroits leurs côtes de mailles de leurs dagues affûtées.

L’instant d’après l’assaut général fut donné, dix skavens armés d’arcs et d'arbalètes se déployèrent en périphérie du village pour capturer ou tuer les fuyards. Le gros des troupes se répandit comme la peste dans le village visitant chaque maisons par groupe de trois tandis que Rikiit Badgit Vorace et une dizaine de guerriers avaient pour mission de traquer et détruire les poches de résistances. Il fallut quelques minutes pour que les gardes réagissent et se dirigent vers les intrus, au bout de ce peu de temps prêt de sept maisons avaient été passées au crible. A peine les gardes furent ils arrivés dans le coeur du village que plusieurs Skavens qui les avaient repérés alertèrent leurs chefs de leurs présence, après quoi ils retournèrent a leurs tâche ne se souciant que de la mission qui leurs incombaient.

Léandre Rosten était arrivé dans ce village il y a de cela six ans, il était capitaine de la garde dans ce petit village et c’était un poste tranquille, c’est d’ailleurs pour y écouler ses dernières années de service dans l’armée impériale qu’il avait été envoyé ici. On appelait ce genre de poste des mouroirs, la ou on envoyait de bons soldats trop têtus pour décrocher mais qui avaient été trop brave pour être simplement virer. Il faut reconnaître que Léandre et ses hommes s’étaient diablement empattés ces dernières années mais il avait encore l’esprit vif. L’orsqu’il arriva avec ses hommes sur la grandes places il vit ce qui s’y passait comme au ralentit. Des dizaines d’habitants couraient de partout en criant. Il y avait le vieux boulanger qui marchait lentement en portant dans ces bras le corps sans vie de sa petite fille le regard dans le vide, et puis tout fut finit pour lui lorsque une chose mi-homme mi-rat lui planta son épée dans le dos la faisant ressortir par le ventre de sa victime sans défense. Partout des portes étaient enfoncés, des habitants tirés de la sécurité relative de leurs maisons et exécutés ou assommés. Ceux qui tentaient de fuir étaient le plus souvent criblés de  flèches ou de carreaux ou capturés a l’aide de bolas hérissés de piques.

“Bordel chef on fait quoi ?!” demanda son sergent paniqué  voyant que son capitaine ne répondait pas il le secoua par l’épaule et hurla
“CAPITAINE !!!”
Ce cri fit sortir de sa torpeur le capitaine, il saisit a deux mains sa hallebarde et dit en murmurant:
“On doit arrêter cette horreur”
les articulations de ses doigts blanchissaient alors qu’il serrait fort la hampe de son arme et il chargea le groupe de rats qui se dirigeait vers lui. Ils avaient beau être une quinzaine il ne partirait pas seul, les horribles créatures qui se tenaient devant lui chargèrent aussi.
Badgit fut surpris de voir le vieux et bedonnant soldat trouver le courage d’avancer vers ses hommes et il le fut encore plus lorsqu’il vit le vieil homme embrocher d’un enlevé une des troupes de choc de Rikiit. La mêlée fut violente et sanglante alors que les six gardes humains fonçaient dans les homme-rats. Bien que ces humains se battaient comme des démons l'entraînement et la supériorité numérique pesaient du côté des troupes du Verminarque. Après quatre autres coups furieux portés par le vieux sur Rikiit, le lieutenant réussit a placer une contre attaque, il planta ses crocs dans le bas gauche de l’homme d’arme alors qu’il prenait une parade et profita que son assaillant relâche sa garde pour lui planter sa propre pique sous la mâchoire de son ennemi jusqu'à ce qu’elle ressorte par le haut de son crane. Léandre n’eut pas le temps de souffrir et ses soldats furent vite mis a terre une fois qu’il ne fut plus la pour faire pleuvoir les coups sur le puissant lieutenant.

Une fois la garde vaincu l’escouade de Badgit aida pour la capture des habitants. A peine vingt minutes s’étaient écoulées depuis le début de l’assaut et pourtant le village était conquise. Un groupe alla remonter le chariot et petit a petit toutes les troupes revinrent au centre du village avec les prisonniers attachés ou assommés. Puis le pillage commença. Les affaires ayant appartenues aux paysans s’entassèrent bien vite dans le chariot, il y avait beaucoup de réserves de grains, les affaires du forgeron et du tisseran du village se taillèrent une place de choix dans le chariot et les bêtes furent amenés jusqu’au centre du village. Les cadavres furent débités sur place afin que seuls les morceaux de choix furent à ramener au terrier, beaucoup de skavens en profitèrent pour se restaurer sur place. Et puis la phase finale arriva, Badgit avait d’abord pensé a brûler le village mais si il avait fait faire cela plus aucun humains ne ce serait installé la. Alors Badgit fit tout nettoyer a ses troupes, il ne resta bientôt plus de traces de sang, les tripes et membres des cadavres furent jetés dans la fausse et enterrés, et eut bientôt dit que ce village avait connu une simple transhumance de ces habitants puisque seuls eux et leurs outils ou nourriture avait disparu laissant le village en bon état. Bientôt la récolte d’humain pourrait recommencer.
La colonne se mit alors lentement en route vers le terrier tirant lentement a sa suite les habitants capturés.
Sous peu le peuple Skavens connaîtrait un tout nouvel avènement grâce a ces prisonniers.
Revenir en haut Aller en bas
Badgit



Nombre de messages : 24
Age : 25
Date d'inscription : 17/01/2013

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
2/10  (2/10)
Race: Skaven

MessageSujet: Re: Un nouveau départ    Mer 20 Nov 2013 - 17:47

Spoiler:
 

La pièce était éclairée par la faible lueur d’une petite bougie presque entièrement consommée, ses murs étaient de pierre et elle était meublée de manière assez spartiate. Dans un coin il y avait un vieux lit à côté duquel était posé un coffre entrouvert contenant de vieux livres poussiéreux. Une paillasse sur laquelle dormait Vorace reposait prêt du lit. Il y avait des parchemins un peu partout sur les carreaux fendus qui recouvrait le sol. A côté de la bougie un scriban massif profitait de sa lumière, assis devant se tenait badgit. Il était penché sur le petit bureau et écrivait sur un grand parchemin quelques notes. Il était particulièrement fatigué, de grosses cernes mangeaient ses yeux et ils avaient tendances depuis quelques temps a se fermer tout seuls. Alors qu’il rédigeait ces notes la fatigue l’envahit de nouveau et il sombra dans les bras de morphé. A peine cinq minutes plus tard quelqu’un vint frapper a sa porte. Vorace redressa la tête et Badgit sursauta. Il essuya un filet de bave qui avait coulé sur le parchemin et demanda qu’on entre.
Koumiss fit irruption dans la pièce elle aussi semblait terriblement fatiguée.
-”ça recommence ?” demanda badgit.
-”oui, cette fois ci en  salle quatre Verminarque” soupira Koumiss.
-”j’arrive, préparez l’eau chaude,les linges ainsi que le reste du matériel”
-”c’est déjà fait seigneur”
-”efficace comme toujours ma chère”

Koumiss quitta la pièce. Le techno-mage quitta son peignoir de laine pour enfiler sa robe grise et son tablier de cuir. Il était encore souillé de sang mais cela faisait des semaines que Badgit n’avait eu le temps de le laver… En fait cela faisait des semaines que Badgit n’avait plus le temps de rien, il était juste enseveli sous le travail, mais quand l’effort l'abattait il contemplait le fruit de son travail et y trouvait du réconfort. Il sortit lentement de la pièce mais pris tout de même le temps de caresser Vorace, ce dernier lança a son maître un regard inquiet en percevant la fatigue physique et mentale qui habitait son maître. Une fois passé le seuil de la porte il avança un peu plus rapidement se remémorant que quelques minutes de retard pourrait coûter des vies. Dehors régnait une nuit d’un noir d’encre, de certaines cabanes émanait un peu de lumière mais l’heure était si avancée que la plupart des braises était mortes. Il s’engagea entre les huttes et cabanes et pris la direction des tunnels. Il dépassa un grand batiment érigé récemment, il était fait de pierre et il avait une forme de U, il abritait une large cour et on pouvait voir de nombreuses femelles skavens habillés de robes blanche s'affairer d’une aile du bâtiment a l’autre. Il continua a marcher et quelques minutes plus tard il s’était profondément enfoncé dans le dédale des tunnels, il arriva a hauteur des cellules des prisonniers.

Dans ces cellules croupissaient la plupart des hommes capturés durant le raid, ceux qui n’était plus dans ces geôles étaient morts ou portés disparus enseveli lors des travaux dans les mines. La plupart étaient devenus les fantômes de ce qu’ils étaient par le passé, leur nouvelle vie était rythmée par les coups de pioches et les coups de fouets. Mais toutes idées de rébellion mourrait dans leurs esprits au moment ou ils y pensaient, se rappelant des cinq hommes qui s’étaient retournés contre leurs maîtres tyranniques et qui avait finit démembrés par le gigantesque rat ou bien tranchés de l’épaule au bassin par celui qui commandait au cruels rats en armures.

Mais bien que productifs et hautement rentables ces prisonniers ne s'attirèrent pas l’attention de Badgit, il était concentré sur les humains qui a ses yeux étaient les plus précieux. Les femelles. Le rat pressé finit par passer devant une série de grandes portes portant chacune des numéro. Devant la porte quatre l’attendait Koumiss, elle tenait un grand foulard imbibé d’eau qu’elle tendit a badgit. Elle même en passa un autour de son museau, selon les consignes de son verminarque personne ne devait pénétré dans ces salles sans cette protection élémentaire.

Le maître du clan s'arrêta devant la porte pris une grande inspiration et ouvrit la porte. Immédiatement des vents chargés d’une vapeur verte s’échappèrent de la salle. Elle était plongé dans la pénombre et trois skavens attendaient la venue de leur maître. Ils se tenaient tous penchés sur une grande table de pierre sur laquelle reposait une forme sombre et massive, au dessus de la table courait de nombreux câbles et tuyaux, tous reliés a ce qui reposait sur la table. Les pourtours de la table étaient faiblement éclairés par une multitude de runes vertes qui brillaient en palpitant en rythme.

-”éclairez la salle je n’y vois rien” exigea Badgit.

les skavens allumèrent les torches disposés au coins de la salle et un grand baséro qui surplombait la dalle de marbre. La lumière révéla l’affreux spectacle. Une femme était attachée sur la table ses bras et ses jambes étaient si fins qu’on aurait put croire qu’elle n’était composé que d’os. Sa peau était si fripée qu’on aurait put la croire octogénaire pourtant elle avait a peine vingt-cinq ans.  Mais son ventre lui était énorme et difforme, il était enflée au delà de la raison. On pouvait voir qu’il avait éclaté de nombreuses fois mais a chaque fois il avait été recousu, parfois même des bouts de peaux humaine avaient été greffé pour augmenter sa contenance. Elle ressemblait a une grosses araignée remplie d’oeufs. Son ventre informe et distendu bougeait et on pouvait voir des dizaines de petits membres pousser sur les tissus fragiles. Le visage de la pauvre femme était enserré dans un masque en cuir d'où partait de grands tuyaux, ils plongeaient directement dans son estomac y déposant de la nourriture chargée de malpierre afin de calmer la douleur et de nourrir sa progéniture. D’autres câbles reliés a ses membres injectaient directement le liquide vert dans ses veines. La vapeur de malpierre quand à elle permettait aux tissus qui y étaient exposés de se régénérer plus rapidement, bien que sur un corps sains il n’avait d’autres effets que de provoquer une grave dépendance. Les yeux de la jeune femme étaient écarquillés par la douleur et elle semblait vouloir dire quelque chose.
En s’approchant d’elle Badgit l’entendit réclamer doucement qu’il la tue, le son était ténue a cause du masque de cuir qui l’empêchait d'articuler, mais son regard suppliant et ses larmes en disaient suffisamment. Il fit signe a ses assistants d’augmenter les doses de vapeur. Il ouvrit également la vanne de nourriture et noya les supplications de sa victime sous des litres de viandes liquéfié. Il vit l’esprit de la fille vaciller sous la pression de la folie alors qu’elle ingurgitait la viande issu du corps de ses amis. Voyant qu’elle était proche du point de rupture il se tourna vers ses assistants et dit:
-”elle n’en a plus pour longtemps, il est temps de passer a la récolte en espérant qu’il ne soit pas trop tôt” Il marqua une pause et s’approcha du ventre bouffi et passa ses doigts dessus, la peau était si tendue qu’il sentait chacune des veines palpiter frénétiquement et il pouvait voir par transparence les formes entassés a l'intérieur. “on ne pourras plus l’utiliser celle -ci, apparemment trois accouchement c’est la limite d’une humaine.”
Il réfléchit à la manière de s’y prendre pour  liberer l’engeance de la jeune humaine. Si il tranchait a même le ventre il risquait de blesser sa progéniture, il devrait donc passer par le bassin. Mais ses hanches étaient trop petites. Il devrait donc couper le bassin en deux.
-“Donnez moi ma scie a os.”
Lors du premier coup de scie l’humaine se cambra sur la table de pierre mobilisant ses dernières force pour tenter de s’échapper. Les attaches a ses poignets et se jambes mordirent durement sa chair faisant couler un sang sirupeux et sombre de ses blessures. Le deuxième coup de scie la fit vomir a cause de la douleur, elle commença à s’étouffer a cause de son masque. Et elle se mit a convulser frénétiquement
-”elle ne doit pas mourir avant la fin !” hurla badgit. “tenez la bordel”
Les assistants augmentèrent les doses de malpierres dans ses veines pour compenser la pression sanguine qui chutait et ils la maintinrent fermement.
A l'intérieur de son ventre les formes s’agitaient et commençaient a se bouscule pour sortir en premier. L’un des assistants jeta de la sciure sur le sol rendu glissant par le sang qui gouttait du corps de la femme.
Badgit raffermit sa prise et donna l’ultime coup de scie qui rompit, dans un sombre craquement, le bassin de sa victime. Son ventre se vida sur la table comme un cadavre se vide ses tripes. Les runes qui s’étaient mises a palpiter frénétiquement pendant l’opération s'arrêtèrent brusquement de briller. L’humaine était morte, les poumons remplit de son propre vomi, son sang répandu sur le sol et sa progéniture braillarde enfin réveillée.

Badgit plongea ses mains dans le ventre et en sortit un bébé skaven, ce dernier était englué dans le placenta de sa mère couvert de sang et de bout de chair. Apparemment cette portée ayant manqué d’espace avait fait un peu de place dans le corps de leur hôte en la séparant de quelques uns de ses organes. Badgit coupa, grâce a sa dague, le cordon et compta a haute voix:
-”le premier”
quelques minutes plus tard il sortit le deuxième skaven et dit:
-”le second”
il continua ainsi quarante cinq minutes durant et finit par dire:
-”le dixième”

Koumiss avait fait passer au fur et a mesure les bébés hors de la salle et les avaient fait nettoyer puis amener dans le nouveau bâtiment dirigé par le chaman. Cette crèche géante abritait des centaines de poupons et les vieux avaient la lourde tache de les élever.

Après avoir finit la tache qui lui incombait le Verminarque alla s’adosser contre un des murs de la salle et s’autorisa une bouffée de malpierre.
-”amener son cadavre a la broyeuse, la malpierre qu’elle contient encore servira pour la prochaine porteuse.” Il se leva difficilement fatigué de la longue opération et sortit de la pièce. Au fond du couloir il vit deux skavens en armure amener près de lui une jeune fille, elle ne devait pas avoir plus de quatorze ans et elle avait deux sillons creusés par les larmes dans la crasse de son visage. Il fit signe au garde de mettre les foulards et de la mettre sur la table. il se tourna vers un de ses assistants qui se tenait adossé au mur près de lui
-”celle la elle durera pas longtemps”
-”dois je beaucoup la charger ?” demanda seltak
-”elle ne tiendra qu’un accouchement autant le rentabiliser, montez a quinze pas plus” Sur ces mots Badgit sortit une bourse d'où il tira une quinzaine de morceaux de chair au coeur desquels était glissé un petit éclat du précieux minerai vert. Il avait prélevé il y a quelques semaines de cela quelques échantillons de tissus sur ses meilleurs guerrier et ceux dont le patrimoine génétique était inestimable et avait dupliqué grâce a un vieux sortilège ces petits bouts de chairs. “Et n’hésitez pas à accroître la taille de son ventre, prenez la peau de sa mère je crois qu’elle est en salle sept, le risque de rejet devrait être minime”

Le skaven a bout de souffle commença a revenir lentement vers sa tour et alors qu’il arrivait au bout du tunnel il entendit une voix.
-”VERMINARQUE !!! “
il se retourna lentement et murmura:
-”Koumiss … qu’y a t-il ?”
-”Je suis désolé monseigneur mais la chambre treize arrive a maturation”
Le skaven épuisé pris une grande inspiration et commença à disparaître de nouveau dans la noirceur des tunnels, s’éloignant de sa tour et du repos qu’il attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Badgit



Nombre de messages : 24
Age : 25
Date d'inscription : 17/01/2013

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
2/10  (2/10)
Race: Skaven

MessageSujet: Re: Un nouveau départ    Mer 4 Juin 2014 - 16:02

Cela faisait des années qu'ils se préparaient, et enfin le grand jour arrivait. La semaine dernière encore la cité était plongée en plein préparatifs, les troupes continuaient de s'entraîner, les armuriers battaient le fer et les récoltes touchaient enfin à leurs fins. De nombreux skavens rongeaient leurs freins depuis quelques temps déjà, les dernières portées produites par Badgit étaient sur le point de finir leurs cycles d'entraînements et les premiers qui avaient été crées avaient œuvré au développement de la cité durant les deux dernières années.


La cité Skavens était maintenant forte de près de six mille skavens. Koumiss n'avait pas chaumée, elle et ses subordonnées avait éduquées très rapidement les jeunes rats et avait veillées à ce que la cité ne manque jamais de nourriture. Le sol d'une bonne partie de la cité et tout ses plafonds étaient recouverts de champignons, qui composaient la base de l'alimentation de la population de la ville. Des moulins avaient été bâtis en bordures de la caverne, pour exploiter la petite rivière souterraine. Le soir le grain et les champignons étaint broyés par la grande meule et le matin on pouvait sentir le pain aux champignons cuire dans les grands fours.


Avec l'aide de Samuel clay les matériaux nécessaires pour les construction ou la forge d'armes et d'armures arrivaient toujours a temps.
C'est d'ailleurs Kiven qui avait travaillé le plus dur lors de ces deux dernières années. Lui et ses artisans n'avaient pas ménagé leur peine. Et la cité était maintenant forte de plusieurs dizaines de maisons, de grandes casernes de granges et de silos. De plus la tour de Badgit avait été rénovée et elle s'élevait maintenant haut au dessus du domaine. Les champs de tentes et de cabanons n'étaient plus qu'un mauvais souvenir. Maintenant s'étendait sur une large surface des maisons et tours de pierres. Des pallissades de bois entouraient la cité, afin que si son emplacement tenu pour l'instant secret, vienne à être révélé elle puisse être défendue au mieux. Dans les casernes les hallebardes, épées, arcs et arbalètes se succèdaient sur les rateliers aiguisés et prêts a l’usage. Les armures quand a elles étaient d’un noir de jais.


Ce grand jour tant attendu était celui de la grande épreuve. Aujourd'hui à la tombé de la nuit près de deux milles soldats skavens, entrainés, équipés et surtout motivés partiraient à l'assault de la grande Samothrace. Au cours de ces dernières années tout avait été mis en oeuvre pour permettre au plan complexe de Badgit de fonctionner.
Le fidèle Vornar, lieutenant et conseiller de Badgit avait pris ses meilleurs rangers pour s'assurer qu'aucune oreille et qu'aucun oeil n'entende ou ne voit progresser l'armée a travers les marais et les champs. Du moins jusqu'à ce qu'elle rentre dans les tunnels cachés, qui conduisaient aux égouts de la ville. En effet l'attaque se mènera depuis les égouts. Rikiit avait eu cet idée après avoir passé une longue soirée à discuter avec Segovax, tout deux débâtaient de la meilleure manière d’attaquer et prendre une forteresse ou une ville fortifiée. Le vétéran lui avait expliqué que tout ce qui était fortifié nécessitait une application d'une pression extérieure cinq a dix fois supérieur à celle exercé par les défenseurs pour céder. Mais une force égale pouvait l'emporter si elle était lancée depuis l'intérieur de la forteresse.

Karl ségovax et Samuel clay, s'était avérés être de grands alliés du peuple skavens en définitive, l'un séduit par leur hargne et leur détermination, l'autre par le fait que c'était un peuple qui payait bien.
Samuel avait lui aussi beaucoup travaillé conjointement avec vornar à l'établissement de l'une des phases du plan les plus cruciales. Pendant des mois ils avaient sélectionnées toute l'élite noble la moins appréciée de tout Samothrace et les plus riches marchands des environs. Et ils les avaient tous conviées à la plus grande fête mondaine menée depuis des années, au sein de l'établissement de samuel. De nombreuses figures étaient de ces marchands qui se moquent de la plèbe et dépensent de fortes sommes pour un peu de bon temps dans les vapeurs de malpierre. Aussi son invitation ne souffrit aucun refus. Même le sénéchal de la ville promis de venir y faire un saut quelques heures... pour des intérêts politiques bien entendu.
Suivant les conseils de badgit Samuel avait dépensé sans compter pour étendre son influence auprès du bas peuple de samothrace. Le vieux skaven avait vite compris que les humains pouvaient être utiles si ils se joignaient à sa cause de leurs pleins grès. Aussi s'attirer les bonnes faveurs du peuple en leurs offrant nourriture et logements faisait partie du plan.

Il faudrait deux jours de marche à l’armée silencieuse pour atteindre les tunnels, Car l’armée ne progresserait que de nuit. Puis il faudrait attendre la lune soit à son zénith, afin que la fête de Samuel batte on plein. Quand le signal de Vornar serra donné l’armée s’élancera dans la ville. A peu près six cents gardes stationnent dans la ville et l’objectif de Rikiit sera de parvenir à capturer vivant et silencieusement les gardes et soldats de la ville puis de prendre le palais en faisant le moins de victime possible. Un petit détachement d’une cinquantaine de guerrier d’élite, dans des armures noires comme la nuit armés d’arbalètes et de lances se dirigera vers le bâtiment de samuel afin de capturer toute la noblesse et les autres invités. Et alors tout ces prisonniers gardes soldats et nobles seraient menés sur la place publique. Les citoyens seraient amenés le plus calmement possible et Badgit prendra alors la parole.

Cette partie du plan ne pourrait bien sur avoir lieu que si tout se passait bien en amont. Et c’est pourquoi tant de préparation méticuleuse avait été nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un nouveau départ    Aujourd'hui à 16:33

Revenir en haut Aller en bas
 

Un nouveau départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Kalamaï :: Provinces, dépendances et territoires :: Naxopole :: Les Terres de l'Est-