AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'aile du Corbeau, repaire de l'Elfe Gris.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eldwyn



Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 29/08/2010

Feuille de personnage
Statut Impérial:
2/10  (2/10)
Statut Rebelle:
2/10  (2/10)
Race: Semi elfe

MessageSujet: L'aile du Corbeau, repaire de l'Elfe Gris.   Jeu 4 Avr 2013 - 14:57

L'aile du corbeau, une taverne comme il en existait des dizaines en Perganon. Elle servait une bière infâme, de la bouffe qui l'était encore plus, sans même évoquer la propreté des lieux qui laissait véritablement à désirer. Sauf qu'à la différence de dizaines d'auberge de Perganon, elle abritait à son sous soul, un repère, mon repère. Une salle invisible à celui qui n'y était jamais rentré. Les princes avaient leur château, les prêtres leur temple et moi j'avais cette endroit. Cette immense enchevêtrement de pièce en sous sol, où se mêlait fille de mauvaises vies, mendiants, mercenaires et autres voleurs. Un lieu de perdition dont j'avais fait mon paradis terrestre. L'alcool coulait à flot tout comme le sang, les brutes de mercenaires se battaient sauvagement à mains nues pour prouver à tous qui étaient le plus fort, tout les mendiants éclopés de la ville se trouvait être ici de formidable danseurs, les aveugles de la surface lorgnaient sur les jeunes femmes de petites vertus, pendant qu'à une table à peu plus loin on discutait affaire ou l'on jouait au carte. Au milieu de cette fête permanente, je trônais fièrement. Tel un roi au milieu de ses sujets, je les regardais un à un, les méprisant autant que je les adorais.

Ce jour là, j'avais enfin réussi à remettre la main sur du tabac, cette plante d'outremer qui coûtait affreusement cher. La pipe à la main, j'observais la pièce. J'étais incroyablement bien ce jour là, mais les affaires finirent par me rattraper. Les paladins d'Edhesse s'étaient toujours montré extrêmement favorable à recevoir l'affection de la pègre locale, Ulaguan ou Heimdall s'était toujours montré extrêmement tolérant dès lors qu'on y mettait le prix. Mais le petit nouveau, lui avait changé la donne. Le mage de feu, était arrivé au pouvoir comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Il s'était permis d'augmenter drastiquement les contributions du Milieu au palatinat. Si bien que pour bosser dans le métier sans être constamment emmerder par les gardes, il fallait y mettre un prix de plus en plus important. Ce qui m'était à proprement insupportable, ainsi qu'à mes chers collègues, mais ces derniers étaient beaucoup moins enthousiaste depuis que leurs gros bras s'étaient faits cramé la face. Quelle bande de con. Envoyer des coupes jarrets, assassiner un mage démontrait à quelle point mes concurrents sont stupides, et ramollis d'ailleurs. Ce jeune blanc bec, arrivait en Edhesse que récemment pensait il vraiment pouvoir inverser la donne en quelques instant. Cette province était la mienne et celle de mes frères, ce mage ne la changerait pas tant que j'avais mon mot à dire sur la question. Celui qui s'attaquait à mes revenus, en payait généralement le prix fort. Ce Narses mage ou non n'y ferait pas exception.

J'étais entouré de mes lieutenants. Il y avait d'abord Charogne, un mercenaire humain bardé de cicatrice et qui aurait fait passé un taureau pour une créature chétive. Je l'appelait comme ça parce qu'avant de bosser pour moi s'était un excellent détrousseur de cadavre, puis surtout pour l'odeur, ce type avait un don pour sentir la mort que je n'avais jamais compris. Objectivement ce type était un parfait idiot, le genre de type qui habituellement me donne envie de lui couper la langue, mais il se montrait tout à fait docile et je n'avais pas meilleur homme lorsqu'il s'agissait de rappeler à certaines personnes qu'elles me devaient des services. Mon autre lieutenant s'opposait à Charogne en tout point, Enora était tout ce qu'on faisait de plus raffinée. Non je rigole. Enora à la différence de la quasi intégralité des donzelles présentes, n'avait rien d'un appareil génitale sur patte. C'était une tueuse drow, froide et sans pitié qui avait le bon ton contrairement aux abrutis de mercenaires que je me coltinais au quotidien de ne pas parler trop fort et de qui était dépourvu de cette instinct masculin primaire qui pousse les mâles alpha à toujours vouloir être le chef de meute. Ce qui était d'ailleurs parfaitement ridicule le chef de meute, ne pouvant ici n'être que moi. Elle était au demeurant, plutôt agréable à regarder, même si elle préférait son armure de cuir aux robes. J'aurais pu la prendre si j'en avais eu envie, mais mêler travail et bagatelle c'était absolument pas ma marque de fabrique, bien qu'on aurait vu là une bien belle façon de réconcilier les deux familles elfiques Puis elle était plutôt effrayante quand même, le dernier qui lui avait fait des allusions un peu cavalières avait fini avec les … oh non je raconte pas cette histoire, ça va me gâcher le goût du tabac. Effrayante oui, mais incroyablement fidèle, elle n'aurait pourrait jamais me trahir pas plus que mon arc et mes flèches ne le pourrait, Enora était une arme, et sans doute mon arme la plus efficace. Le dernier, était sans doute le plus important, Ylvain, odieux petit personnage et gnome de son état, possédait un surprenant mélange de l’ingéniosité propre à sa race et d'un fabuleux esprit criminel. Un formidable petit escroc, que j'avais pris à mes côtés et qui s'occupait de ma comptabilité si vous voulez. Un pion de choix que j'avais rencontré il y a des années de cela et sauver d'une fin fort triste dans la bouche d'un ours des montagnes. Le bougre avait retenu la leçon toujours garder son arbalète prêt de soi. En tout cas j'avais bien fait, le petit maniait les chiffres parfaitement et en plus de cela il flairait toujours les bons coups. Du genre me faire former des compagnies de mercenaires avant que la révolte thassopolienne n'éclate. Tout les seigneurs de Kalamai vivait dans la peur et le commerce d’épées louées n'avait jamais été aussi lucratif.

Bon les gars, je vais pas y aller par quatre chemin le Narsès commence à me courir sur le haricot, les pots de vins deviennent de plus en plus important et je préférerais les garder dans mes poches plutôt que le lui refourguait.

C'est vrai que nos contributions commence à peser lourd, et depuis l'envoi de troupes en Zackinthe le palatin nous a fait banquer pour financer l'expédition. Pourquoi ne pas demander l'appui de Thassopole ou des rebelles pour le faire tomber patron ?
Demanda le gnome.

Thassopole est une amante bien trop dangereuse pour que je prenne le risque de l’amener dans mon lit, cette maudite république marchande pourrait bien être notre nemesis plus que notre sauveuse. Non continuons de leur vendre en douce des esclaves ça sera déjà bien.Quant à cette bande de rebelle idéaliste, c'est pareil, ils sont contre l'esclavage et nos autres sources de revenus. Comment allons nous donc nourrir nos lords vampires sans esclaves ? Nous pourrons louer nos compagnies mercenaires aux rebelles ou à Thassopole mais pas plus.

Tuons Narsès alors …

Enora, Enora, nous sommes des gentlemans rappelle toi. Nous ne tuons pas systématiquement même si cette idée radicale me plaît. Si nous tuons le mage, nous serions en position de force sur les autres cartels, nous pourrions même placer un pion sur le siège du palatinat.

Mais ce Narsès, c'est un mage, il se terre au grand manoir, et se livre à d'atroces expériences. C'est un monstre et en plus de cela il est hors d'atteinte. Les autres clans, ont déjà essayé ils ont échoué. Il paraît que les assassins ont été réduits en cendre.

D'un geste vif je retirais mon bandeau, et dévoilait de ce fait la partie difforme de mon visage. Ce n'était ici un secret pour personne, même si l'évoquer en ma présence n'était que très rarement bien reçu.

Qu'est ce que tu vois Charogne ?

Vous chef …

Le brave petit avait bien appris sa leçon apparemment, même si il peinait à masquer le dégoût et la peur que lui évoquer mon visage. Le contraire m'eut presque vexé.

Non, tu vois un monstre, un vrai pour le coup. Tu t'es changé en pierre ou quelque chose comme ça ? Non pauvre abruti. Tout mage qu'est ce type, il est un homme comme les autres,si tu le frappe il aura mal, si tu lui coupe un doigt il criera de douleur, et si tu lui colle un flèche entre les deux yeux il mourra. La seul différence entre ce type et toi, mis à part une odeur sans doute plus supportable et un intellect bien supérieur, c'est qu'il a une affinité avec la mana et qu'en conséquence il peut faire jaillir des flammes de ses paumes tout comme toi tu peux manier une épée. La différence ne va pas plus loin que ça. Mais tu as raison il faut le faire sortir. On va zigouiller un garde tout les jours, et si au bout d'un mois il ne s'est pas montré, on en tuera deux et ainsi de suite. Charogne et Enora faites renforcer la sécurité du repaire. Poster deux trois arbalétriers dans les maisons en face, elles sont sous notre protection … Et préparez ce qu'il faut si jamais on doit évacuer la planque en vitesse. Ylvain quant à toi continue de verser les pots de vins, histoire que le nous soupçonne pas. Nous paierons en or, Narsès paiera en sang. Cela me semble être un deal correct.

Et vous chef qu'est ce que vous faites ?

Remettant mon bandeau en place, histoire de ne pas effrayer la populace avec ma difformité, je me retournais vers lui en souriant.

Je pars en chasse.

Le lendemain, on retrouvait le corps de Lionel, père de trois beaux garçons, et garde de Perganon de son état était retrouvé mort, lui et sa famille avec chacun une flèche en pleine tête. Oui, on avait prévu qu'un mort, mais moi aussi j'avais maintenant la folle envie d'augmenter la contribution du palatinat.
Revenir en haut Aller en bas
 

L'aile du Corbeau, repaire de l'Elfe Gris.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Kalamaï :: Provinces, dépendances et territoires :: Édhesse :: Perganon-