AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chambre de Sa Majesté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fardall
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 944
Classe : Chevalier de l'Honneur
Date d'inscription : 04/01/2007

Feuille de personnage
Statut Impérial:
10/10  (10/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Homme

MessageSujet: Chambre de Sa Majesté   Ven 30 Mai 2014 - 18:00

Un fort vent soufflait dans la nuit. L'Empereur, assis sur le bord de la fenêtre de sa chambre, fixait depuis déjà de nombreuses minutes la Cité impériale en contrebas. Celle-ci était éclairée par mille et un feux provenant des échoppes et demeures des citadins. Puis tranquillement, certaines torches furent éteintes et bientôt la ville commençait à sommeiller, à dormir profondément.

* * *

Fardall n'arrivait pas à s'endormir. Il avait toujours eu un peu de difficulté à le faire, mais ces derniers jours furent passablement pénibles pour le vieil homme. Contemplant du coin de l’œil l'impératrice Hadawen rêvant paisiblement, il se mit à penser à l'avenir et aux décisions qu'il aurait bientôt à prendre. Lorsqu'il regardait derrière lui, l'empereur ne pouvait que ressentir fierté et béatitude : il avait parcouru le monde, participer à la découverte de nouveaux territoires, il avait libérer Kalamaï tout entier du joug d'un despote et il avait instaurer la démocratie et de nouvelles institutions. Depuis, les dernières années avaient été bonnes pour lui. Kalamaï jouissait d'une période de stabilité et de prospérité sans précédent. Jamais les populations du monde n'avaient été aussi heureuses.

Hélas, l'ancien célestial affranchisseur avait appris il y a deux semaines qu'il souffrait d'un mal méconnu, surnommé Démon du Cœur glacé par ses médecins.


- Un mal qui touche les âmes pures, les êtres de lumière... et qui châtie ceux qui furent trop bons pour ne pas se rendre compte que leur altruisme les détruisait. philosophait le docteur la veille.

Fardall était le seul à savoir d'où ce mal provenait, mais jamais il n'en parla aux autres. Après tout, cela était sans importance. Il savait cependant qu'il devait urgemment prier les Dieux et réunir sa famille autour de lui.

L'homme finit par cesser d'errer dans sa chambre et alla rejoindre sa douce dans les draps.
Revenir en haut Aller en bas
http://do-roleplay.bbfr.net/Les-Personnages-f69/Fardall-Seigneur
Faraël
Empereur de Kalamaï
Empereur de Kalamaï


Nombre de messages : 659
Classe : Paladin de l'Honneur
Armada : La Ligue Scitopolienne
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Statut Impérial:
7/10  (7/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Homme

MessageSujet: Re: Chambre de Sa Majesté   Mer 11 Juin 2014 - 21:31

[Précédemment]

Le prince de Kalamaï venait d'arriver plus tôt ce matin au port à bord du Nid de l'Aiglon. À ses côtes, une jeune fille et une femme qui lui tenait la main. Il ne s'agissait pas de la princesse Arianthe de Bise ou encore moins l'une des soeurs du seigneur de Zirconie. À l'entrée du palais, aucun garde n'osa poser de questions et ils saluèrent tous gentiment l'héritier de retour en ville.

Il poursuivit sa route jusqu'à la grande cour où il fut accueilli à sa plus grande surprise par le capitaine du Régiment des gardes de la famille impériale. Cet homme, il ne l'avait vu qu'à de rares occasions. Rarement il sortait des sous-sols du palais où se trouvent les bureaux de la Garde. Son travail, il le menait dans la plus grande discrétion. C'était la première fois que celui-ci s'adressait directement au prince.


- Capitaine, bonjour! Est-ce donc pour vous rencontrer que vos gardes m'ont conduit jusqu'ici?

Sans même lui serrer la main, le vieux soldat s'avança d'affilée sur lui et murmura quelques mots à son oreille. Faraël écouta attentivement l'homme, hocha la tête à quelques reprises et chuchota à son tour au capitaine. Ces échanges duraient déjà depuis une bonne minute quand la jeune Andracamille s'approcha pour mieux entendre.

- Oui... bien sûr... Comment donc?... Oh... Mais nous devrons éviter de... Non... Oui, d'accord...

Rien de bien concret n'était audible pour la jeune célestiale. Puis, l'instant suivant, le prince et le capitaine reculèrent chacun d'un pas et se firent un salut militaire. Le capitaine quitta sur-le-champ. Faraël se retourna la mine basse vers ses deux invités.

- Votre Altesse? lança naïvement la fille d'Angelion.

Le fils de Fardall releva la tête et s'adressa doucement aux deux dames.

- Mes amies, je vais devoir vous laisser pour le moment aux bons soins de nos servantes. Elles vous mettront bien à l'aise dans un de nos appartements. Je viendrai vous voir plus tard, hélas je dois m'absenter un moment.

Puis le groupe se divisa aussi rapidement qu'il s'était formé la veille.

* * *
Faraël marchait d'un pas rapide dans le grand couloir menant aux quartiers de Sa Majesté. Derrière lui, un prêtre et deux bureaucrates tentaient tant bien que mal de le suivre. Ceux-ci l'incitaient à ralentir en lui assurant qu'il n'y avait aucune urgence, mais rien ne semblait apaiser l'ardeur du seigneur.

Il arriva enfin près de l'entrée des appartements, là où deux gardes impériaux surveillaient l'entrée. Il trouva ensuite dans le premier vestibule de nombreux dignitaires dont sa mère l'Impératrice Hadawen et son frère Rafaël. Immédiatement, il se lança sur eux pour aller les embrasser.

- Ma mère..., mon frère!

Les trois membres de la famille Barka se prirent dans leur bras. Ils passèrent un bon moment ainsi jusqu'à ce que Rafaël mit sa main sur l'épaule de son frère aîné pour l'entrainer jusqu'à la chambre de leur père. Il le fit entrer sans bruits puis refermât la porte pour laisser les deux hommes seuls.

Faraël n'osait trop approcher dans un premier temps, puis vit son père lever sa main vers lui.

- Père !

Il fit quelques pas jusqu'au lit puis s'agenouilla à ses côtés en lui prenant la main. D'une voix faible et tremblante, Fardall s'adressa à son héritier.

- Faraël! Comme il fait bon de te voir ici... J'ai pensé que le temps pourrait manquer.

Une larme commença a couler sur la joue du prince.

- Que se passe-t-il, mon père? Vous étiez si fort la dernière fois que je vous ai croisé ce printemps. Dites-moi!
Revenir en haut Aller en bas
Fardall
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 944
Classe : Chevalier de l'Honneur
Date d'inscription : 04/01/2007

Feuille de personnage
Statut Impérial:
10/10  (10/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Homme

MessageSujet: Re: Chambre de Sa Majesté   Mer 18 Juin 2014 - 5:09

Fardall tenait fermement la main tendue par son fils. Il le contempla un moment, plein d'admiration. Comme il était devenu fort, juste et intelligent. Ce n'était plus seulement son fils, c'était devenu l'homme qu'il aurait souhaiter devenir. Vingt ans seulement et il avait déjà autant exploré et combattu que lui. Les trois croisades, l'invasion de l'Outre-Mer, la chute du tyran Enguerrand... il était bien jeune, mais même à cet époque, il était là, à ses côtés. Que pourrait-il maintenant accomplir d'encore plus grand, d'encore plus lumineux? Si la destinée du Phénix était d'instaurer l'Âge de Lumière en Kalamaï, celle du dauphin serait d'alimenter les fournaises de l'empire pour faire briller ce feu encore des lustres.

Lorsque son fils demanda la raison de cette funeste rencontre, il prit sa tête dans ses mains et le regarda droit dans les yeux.

- Écoute ce que j'ai à te dire, Faraël. Si tu me vois ainsi allongé dans les draps, que tu entends cette voix fragile qui ne fut jamais mienne et ressens mes doigts flétris te saisir désespérément, c'est que je suis terriblement affligé... Je ne suis pas malade... je ne suis pas vieux, je ne suis pas blessé... Seulement, la vie se retire brutalement de moi depuis peu. J'ai beaucoup donné, tu sais. Seulement, on croit que ma destinée est accomplie et on veut m'emporter loin, très loin... sa voix se mit soudainement à trembler. Je n'y peux rien, Faraël, ce sont les Dieux... On ne négocie pas avec les Dieux...

Asphyxié par les mots de son père, Faraël voulut se relever et reprendre contrôle des circonstances, mais il fallait écouter.

- Fils! Prince de Kalamaï... Écoute.

Il y a quelques décennies, j'ai accepté sans hésitations le défi qu'on m'avait proposer. J'ai aidé le monde à se relever, je l'ai encouragé à se révolter, à ne pas abandonner. Puis, j'ai combattu à ses côtés, nous avons triomphé, et il m'a honoré en me nommant le successeur de Manassé. Aujourd'hui, les problèmes ne sont plus les mêmes. Si les hommes arrivent à s'endormir paisiblement chaque nuit partout en Kalamaï, c'est parce que je faisais le guet à leurs côtés. Mais désormais, moi, je n'arrive plus à dormir car j'ai trop veillé. Je suis usé.

Tu le sais comme moi. Kalamaï a changé depuis mon accession au trône. L'empire n'est plus maintenu dans la pauvreté et la misère comme autrefois. Le peuple n'a jamais été aussi riche et heureux. Je leur ai donné des institutions, une démocratie et des droits. Mais aujourd'hui, ils ont oublié le passé et pensent déjà à l'avenir. Même si je leur tends la main et fais preuve de la plus grande bonté, les nouveaux dirigeants du monde libre me trouvent dépasser. Ils rêvent à plus grand encore.

Un conseiller vient de m'en donner la preuve la plus flagrante peu avant ton arrivée. J'avais demandé au gouverneur de convoquer le Sénat pour pouvoir offrir à ses membres une charte qui aurait augmenté leur pouvoir. Ceux-ci se sont rassemblés de fait plus tôt aujourd'hui. Hélas! Ils auraient collectivement rejeté l'offre. Et, pour comble de malheur, ils discutent maintenant de mon remplacement. Ce sont les représentants des populations, Faraël. Alors que dois-je donc faire, moi, protecteur du peuple, dans cette situation?


Je ne peux transiger avec la Destinée, mon fils. Tu vois, comme moi, que je lutte à contre courant. Les faits sont là, et quoi que je puisse proclamer ou faire, je ne ferai que m'enfoncer encore plus profondément dans la mort.


D'ici quelques minutes, le Gouverneur annoncera au peuple que j'abdique à régner sur Kalamaï et que le prince héritier Faraël Barka et son Altesse Arianthe de Bise gouverneront à présent les terres du Monde. Ce sera à présent à toi et ta femme d'écrire la destinée de l'Empire et de ses sujets.


Le prince le regardait aveuglément, assommé par l'annonce inattendue.

- Tu dois cependant me promettre trois choses. La première est fort simple, tu devras faire adopter la nouvelle charte du Sénat, car la précédente de répond plus à la réalité démocratique. Les préfets et les tribuns n'existent plus, les magistrats non plus. Par ailleurs, cette assemblée ne doit plus jamais refuser d'entendre un des dirigeants kalamaïens, même si ce dernier est hostile à notre confédération. Ensuite, je te demande de rapidement nommer des gens dignes de confiance autour de toi et de rénover les traités et les alliances avec le reste du monde.

Finalement, et c'est là une chose fort importante, je te demande de retourner à la colonie du Nord. Rappelle-toi, tu avais participé à l'exploration de ces terres plus jeune. Adola, Malbrum, Eolia, Ardent et bien d'autres héros impériaux t'avaient secondé dans des combats contre les créatures sauvages qui y vivent. Comme tu le sais, cette expédition nous avait permis de rapporter différentes ressources très rares et fort utiles. Sais-tu pourquoi? C'est là, bien au nord de Vénopole, dans les terres arctiques, qu'eut lieu il y a plus de mille ans la collision de Narsé, celle qui emmena les orques, les hommes et les elfes. Voici pourquoi ce territoire est si riche. Cela étant dit, il y a six semaines jour pour jour, l'agent impérial de la colonie m'a fait part d'une grande découverte. Lui et ses hommes réussirent à retrouver l'emplacement exact de la collision et découvrirent sous la glace un immense cratère combiné à des milliers de galeries sous-terraines. On y a trouvé des gemmes encore jamais découvertes. Surtout, on a aperçu au fond d'un gouffre sans fin une lumière immense. Il pourrait s'agir, selon la légende, du Coeur de Narsé. Si cela s'avère exact, tu dois savoir, mon fils, que cette pierre contient les ingrédients de l'espèce humanoïde. Fais analyser cette roche et tu connaitras le moyen de protéger les tiens.


L'empereur avait parlé trop longuement et il commença à tousser sans pouvoir s'arrêter. Rapidement, le deuxième fils pénétra dans la chambre et vint porter de l'eau à son père. Alors qu'il reprit son souffle, Faraël regarda Fardall à la fois triste et à la fois contemplatif pour l'avenir. Il baisa ensuite son front et lui dit :


- Je vous promets, mon père, de respecter vos volontés. J'accepte votre couronne.
Revenir en haut Aller en bas
http://do-roleplay.bbfr.net/Les-Personnages-f69/Fardall-Seigneur
Faraël
Empereur de Kalamaï
Empereur de Kalamaï


Nombre de messages : 659
Classe : Paladin de l'Honneur
Armada : La Ligue Scitopolienne
Date d'inscription : 31/05/2007

Feuille de personnage
Statut Impérial:
7/10  (7/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Homme

MessageSujet: Re: Chambre de Sa Majesté   Mer 25 Juin 2014 - 23:12

Faraël allait respecter les voeux de son père. Cependant, après l'avoir écouter attentivement et repensé brièvement à la situation politique actuelle, le sage prince voulut émettre quelques recommandations. Cela n'était pas dans ses habitudes de contester directement Fardall, encore moins depuis qu'il régnait, cependant il se devait d'apporter son regard sur les évènements.

- Mon père, je comprends votre douleur et je reconnais la justesse de vos demandes. Je dois néanmoins vous avouer que je ne saurai porter cette couronne avec fierté si je vous sais encore mieux capable que moi d'apporter la lumière sur notre peuple. Vous vous faites plus faible qu'avant et vous voulez préparer votre succession, je peux le comprendre... Mais j'ose croire qu'il est encore de votre force de marcher encore quelques instants aux côtés de vos sujets. Vous ne pouvez abdiquer en ces conditions.

Faraël était un diplomate né. Il avait vu son père faire de la politique toute sa vie et on lui avait concédé l'administration d'un royaume alors qu'il n'était adolescent. Rendu fier par l'honneur que Fardall était prêt à lui faire, il savait toutefois qu'un changement de régime n'était pas un remède absolu à un état déjà affaibli. La santé de l'empereur n'était qu'une des nombreuses problématiques de Kalamaï.

Ainsi, pendant de longues minutes, le jeune prince argumenta tranquillement sur le lit avec l'Empereur. Au bout de deux heures de discussion, un serviteur vint frapper à la porte pour s'assurer que tout allait bien.

- ... Que dites-vous de cette proposition, mon père?

- Mon fils, si tu sais que tu seras en mesure de gérer les répercussions de ta proposition lorsque je devrai finalement partir, je consens à la rédiger. Tu es un homme bon, Faraël...

L'empereur signala qu'on pouvait ouvrir la porte. Il s'adressa ensuite au domestique.

- Sire, pourriez-vous m'apporter du papier et nos sceaux?

- Oui, Majesté!

Le prince Faraël lui souhaita finalement de prendre du repos, l'embrassa une dernière fois et puis quitta la pièce avec l'autre homme.

[Suite]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chambre de Sa Majesté   Aujourd'hui à 23:17

Revenir en haut Aller en bas
 

Chambre de Sa Majesté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Kalamaï :: Cité impériale :: Le Palais Impérial :: Dans le Palais-