AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quartier mal famé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Mer 26 Sep 2007 - 10:03

Alkimen suivit Elrebrias. Il réfléchit à un moyen de transport rapide et efficace.
Hum... Une idée illumina le visage d'Alkimen. Mais il reprit aussitôt son sérieux.

-Mouais, j'ai peut être une idée. Assez dangereuse mais comme tu m'as dit que tu t'en fichais de la mort... Suis-moi !
Les deux elfes parcoururent les sombres ruelles pendant une petite dizaine de minutes. Ils arrivèrent devant un vieux bâtiment ayant l'air désaffecté. Une vielle pancarte était mal accrochée sur la porte. "N'approchez pas plus, où vous mourrez !" était inscrit sur cette pancarte. Alkimen entra avec l'autre elfe. Une pièce munie d'une seule fenêtre barrée par des planches était dans le mur. Une dizaine d'étagères remplies de fioles, d'allumettes et de vieux bouquins s'installaient collées au mur. Un comptoir à droite, un très vieux drow qui lisait un livre sur les runes se leva aussitôt que les deux elfes entrèrent. L'elfe noir sortit un sabre serti de pierres précieuses.
-Que faites vous là ?, et que voulez-vous ?, demanda-t-il d'une voix chevrotante, mais forte.
-Nous voudrions de la poudre de dragon, répondit Alkimen.
-J'en ai pas. Cassez-vous d'ici, maintenant, ou c'est la mort qui vous attend.
-La ferme, le vieux. Donne-nous immédiatement de la poudre où je t'éclate !
Le drow était désarmé et avait une dague elfique sous la gorge.
-C'est bon, c'est bon...
Il farfouilla dans une étagère et sortit un sachet remplie d'une poudre rouge bordeaux.
-Maintenant, partez !
-Merci, répondit Alkimen d'une voix glaciale avec un rire sans joie. Elrebrias, allons-y ! Prends un peu de cette poudre et répète ce que je dis. EXACTEMENT ce que je dis ! Dès que tu verras des cordes, tiens-les fermement où tu risques de tomber dans...le néant. Bonne chance !
Il toussota avant de réciter une incantation bizarre.
-Вредящими milles, дракон, увези нас в Lotah.
A la fin, les deux disparurent. Ils eurent l'impression de voler, et deux cordes étaient accrochées au néant. Ils les tinrent et eurent une impression désagréable lorsqu'ils "atterrirent".
-Maintenant, tu sais pourquoi on appelle cette poudre la poudre du dragon. Ah ah ah ! Nous sommes à Lotah. Alors ?
Un bourg? Non, une ville. Toutes les races se baladaient. Les rues étaient pleines.
-Qu'est-ce qu'on fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Adola
Spadassin
Spadassin


Nombre de messages : 2496
Age : 31
Classe : Assassin
Date d'inscription : 25/10/2007

Feuille de personnage
Statut Impérial:
5/10  (5/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe Noir

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Jeu 25 Oct 2007 - 21:25

Un elfe noir était adossé à un vieux mur de pierre dans un coin sombre, il avait l'oeil vif et scrutait les moinde fait et geste des passants.
Il portait une longue cape foncé et il avait une main à l'interieur d'une poche que pouvait il tenir?
Il semblait attendre quelqu'un.

En effet il attendait un indicateur, il devait retrouvé un des commanditaire du meurte de ses parents.
Revenir en haut Aller en bas
http://do-roleplay.bbfr.net/les-personnages-f69/adola-patriarche
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Jeu 25 Oct 2007 - 22:21

[ HRP : STOPPPPPPPPPPPPPPPPP


S'il te plait, a moins que ton perso se dédouble, poste qu'a un seul endroit a la fois.


]
Revenir en haut Aller en bas
Adola
Spadassin
Spadassin


Nombre de messages : 2496
Age : 31
Classe : Assassin
Date d'inscription : 25/10/2007

Feuille de personnage
Statut Impérial:
5/10  (5/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe Noir

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Dim 9 Déc 2007 - 17:36

J'attendais un homme de main d'un riche seigneur.
Il devait me donner des indications pour un contrat à remplir, la manière de le faire et quel était la cible à éliminer.

De devait etre un puissant seigneur pour pouvoir payer le prix demandé et la cible a nettoyé devait lui faire peur car on ne m'emploie pas pour eliminer un simple soldat ou un ivrogne

_________________


Nucter, protège-moi de mes amis...
mes ennemis je m'en charge
Revenir en haut Aller en bas
http://do-roleplay.bbfr.net/les-personnages-f69/adola-patriarche
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Lun 7 Jan 2008 - 16:53

Soudain dans les rues noires de la ville basse, Gromrin sortit d'un bâtiment avec deux hommes sur les épaules. Ses compagnons de beuverie n'avaient même pas tenue trois litres de bières alors Gromrin les amenaient à l'air libre avant de remonter dans l'auberge. Après quelques litres de bière noire écoulés, Gromrin s'en retourna à la guilde des combattants ou il se reposera jusqu'au lendemain matin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Dim 27 Jan 2008 - 9:50

Irius chercha et chercha son ami, mais en vain. cela faisait maintenant 3heure qu'il devait le rencontrer. i s'accota sur un mur et it avec découragement.

-Comment ce peut t'il que je me soit perdu, ce n'est quand meme pas ici que j vais me perdre.

Il prit sa lance et frappa une poubelle. le bruit acclama plusieur miaulement de chat qui s'enfuirent. Un bruit attira son attention.

-des chants?

Il partit voir ce qui ce passait. Trois homme dont un soul partait d'une taverne. L'orsqu'il alla les voir, il sentit un autre mouvement. e se retournant vers les hommes , ils avaient disparu. Il prit sa lance et se mit en position de défense. Il aurait pu s'envoller, mais ses ailes toucher au combat lui fesait encore souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
Babka



Nombre de messages : 1725
Age : 33
Classe : Rodeur
Armada : Coalition Marchande
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Statut Impérial:
6/10  (6/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Jeu 8 Mai 2008 - 7:31

Dans les bas fonds de la cité impériale, des mouvements inhabituel commençait à se faire entendre et parfois voir par les malfrats qui sillonnent le mauvais quartiers. Ceux qui était tenté de crier ou de courir recevait simplement un petit coup sur la tête pour les assommer, aucune citadin ne serait tué.

Oengus donna alors ses ordres :
Les archers iront se poster sur les remparts de la cité, vous êtes un peu plus de deux cents, installé vous afin de couvrir un maximum de distance tout en étant en mesure de voir en tout temps les deux collègues à votre droite et à votre gauche. Faites rapidement le tour avec des éclaireurs afin de déterminer les zones les plus à risques. Maintenant foncé !

Puis il se tourna vers la centaine d'amazones qu'il avait choisi pour le suivre, les autres étant rentré en Amphise.


Je garde les trente plus expérimenté d'entre-vous, nous devons conduire ce traître dans les cachots de la prison d'Ocien-Parlat. Le reste, fouillez les environs est trouvez un bâtiment désert suffisamment grands pour y dormir tous ensemble à l'abri tout en y établissant un périmètre bien surveillé..
Revenir en haut Aller en bas
Nosfereatus
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 19/12/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Vampire

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Dim 21 Déc 2008 - 15:46

->> *Ces deux là seraient parfaits.*

Dans la sombre ruelle, sans échappatoire, les deux frêles garçons voyaient avec crainte la menace qu’ils redoutaient s’approcher.
Des yeux rouges sang les contemplaient, un rictus sur le visage renforçant l’aspect terrifiant de leur cauchemar, debout devant eux, grand devant eux, dans l’ombre des bâtisses délabrées.
Etant à présent très proche d’eux, le Lord Nosfereatus entreprit d’assouvir ses desseins ténébreux. Aux deux hommes tremblotants et apeurés il s’exprima ainsi.

Messieurs, n’ayez nulle crainte de…


Se saisissant d’un pavé dégagé, l’un deux, dans un excès de courage futile, lança l’objet en criant « Arrière, Vampire ! » sur le Lord qui l’esquiva sans peine. Ce genre de comportement téméraire mais idiot faisait partie des nombreuses qui l’agaçait. S’il n’avait pas besoin de ces deux idiots, il les aurait volontiers tués.

Allons Messieurs, reprenez-vous ! Si vraiment j’étais animé de noires intentions à votre égard, soyez surs que depuis fort longtemps déjà j’aurais abrégé vos souffrances. En vérité, j’apparais devant vous dans l’espoir que vous acceptiez de m’accorder un service.


Les deux hommes se regardèrent alors, interloqués, béats. Un Vampire ombrageux, très riche à en juger par son apparence détonante au possible avec le reste de ces lieux, se présentait devant eux pour réclamer des services qu’il aurait pu avoir facilement ailleurs…

Feignant d’ignorer l’interrogation des deux sujets, le Comte poursuivit.

Voyez-vous, je suis devenu Comte d’un Royaume Indépendant il y a peu. Par conséquent, je ne suis nullement informé des us et coutumes de cette région. Je sais cependant que nous nous trouvons dans un quartier de la Ville Impériale. J’attends de vous que vous vous rendiez chacun à une adresse différente de cette Ville, afin de m’obtenir certaines informations. Bien entendu, vous serez grassement rémunéré pour le service…

Cette dernière phrase fit l’effet d’un détonateur chez les deux pauvres.
*Ils sont si facilement corruptibles que s’en est désolant de pathétisme…*
Nul besoin d’utiliser l’envoutement, ni même le kandjar. Seuls la prestance et l’argent eurent besoin d’être pour avoir raison d’eux, eux qui, perverti au mieux, ne trouvèrent rien de mieux que de bluffer.

Et qu’est-ce qui nous prouve que vous avez ce qu’il faut pour nous pay…

Une bourse alla s’écraser à terre, s’ouvrant sous le choc, dévoilant d’étincelantes pièces d’or. Les hommes étaient admiratifs, en bavaient même.
Pincé d’une telle impolitesse, le Comte reprit la bourse dans ses mains gantées.

Voici la preuve. L’intégralité de ce sac vous sera remit, moyennant vos services.

Que devons-nous faire ?


Puisque je viens d’être nommé, il me faut me faire une place parmi les Seigneurs. Je voudrais que l’un d’entre vous se rende au Temple Impérial, mande l’Empereur, et lui fasse parvenir un mot. L’autre se rendra à une adresse que je ne connais point. Tout ce que je sais de ce lieu est qu’on y trouve de semblables êtres et qu’il se fait appeler Corporation des Arcanes.

La désignation n’était pas inconnue aux deux hommes. Des lieux trop fréquentés, et largement par les Seigneurs, étaient bien connus dans le bas-monde de la populace affamée.

Si vous voulez je puis me rendre là-bas.


Et moi j’irai au Temple.

A la bonne heure, braves gens.
Vous irez donc à la Corporation. J’attends de vous des explications exactes concernant ce que l’on peut faire, et cætera. Nul doute que vous devrez faire face à une méfiance et une résistance singulière vu votre acabit. Mais je gage que ce billet vous ouvrira les portes.


Le Comte tendait au malheureux un papier cacheté de grande qualité.

Bien

Vous irez au Temple et remettrez ceci à l’Empereur.

Le Comte tendit de nouveau un papier à l’autre homme, papier identique au précédant et toujours cacheté.

Entendu. A quel nom devons-nous joindre ce papier ?


Lord Nosfereatus, Nouveau Seigneur des Terres Indépendantes de Firrhya.
Je compte rester un peu dans ces environs. Je gage que vous saurez me retrouver une fois votre tâche menée à bien.


En effet, le Nouveau Seigneur était affublé si richement qu’on n’aurait aucun mal à le retrouver dans cet océan de misère.
Les deux hommes partirent s’acquitter de leur devoir au pas de course, appâtés, rêvant encore aux milles feux éclatants de l’or, tandis que le Lord s’éloignait dans la direction opposée, plus lentement <<-
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Lun 22 Déc 2008 - 23:56

Malda s'engagea dans la rue, après avoir traversé maintes ruelle sale et poussiéreuse. Elle avançait avec la célérité et l'agilité naturelle de ceux de sa race. Elle chercha tout de même dans sa mémoire où se trouvait le nouveau quartier général de la secte. Ah , oui....à droite. Elle restait tout de même prudente à tout les détails, jetant des regards un peu partout, comme tout bon assassin prudent rejoignant sa secte.

Dans un coin sombre, sans s'arrêter, elle entraperçu un homme de face, bien habillé mais le teint un peu blanchâtre, qui était apparemment en train de faire passer un sale quart d'heure à quelques humanoïdes. Elle passa sa route sans se soucier du sort des deux déjeuners sur patte.

Après encore un petit trajet , elle arriva donc au nouveau lieu de culte voué à algau'rithm, une maison d'apparence banale et rentra dedans discrètement.
Revenir en haut Aller en bas
Nosfereatus
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 19/12/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Vampire

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Mar 23 Déc 2008 - 12:06

->> En ayant terminé avec les deux lascars, le Lord décida de passer à la suite de ses occupations. Le Comte sortit un papier froissé de sa cape. Les mots inscrits dessus avait été écrits par une âme agonisante, un Vampire traître à son rang. Un Vampire ne doit pas interférer dans les affaires des Hommes. Ce sont des déjeuners, uniquement. Le traître n'aura plus jamais l'occasion de trahir...

"1 Allée des Nobles
Démence Vampirique"


Le Lord prit à parti un jeune humanoïde présent non loin de là.

Excusez-moi jeune gens. Auriez-vous l'extrême obligeance de m'accompagner à une adresse ?

Voyant l'indifférence de l'homme, il sortit l'or de tout à l'heure.

Je peux rentabiliser le temps perdu...


Béat de ces quelques pièces qui suffisaient largement à racheter son immonde existence, l'Homme s'empressa de guider le Comte dans un dédale de ruelles similaires.
*De la pire espèce, tous plus dégoutants les uns que les autres....*

L’allée est juste après cette rue…

Le Comte pressa le pas, sortit son kandjar, agrippa l'homme par le front et lui planta l'arme en travers de la gorge. Sans un écoulement sanguin, l'homme s'effondra.

Désolé, mais je ne puis laisser aucun témoin. Aucun.


Le Lord retira alors son kandjar, laissant couler le sang. Il l'essuya sur un chiffon blanc sortit de sa cape.
La tuerie effacée, il mit le corps sous les ordures courantes et se rendit dans la boutique, sombre, sale, délaissée.

Discrètement, le Comte vit que le tavernier, encore un Humain (il n’y avait dans ces bas quartiers que des Hommes, miséreux et affamés) ne quittait pas l'éventuel client des yeux. Faisant semblant de parcourir les rayonnages par pure curiosité, il constata l'arrière boutique... puis un vieux grimoire qu’il ouvrit. *C’est bon*

Ses yeux furent attirés par une gabardine blanche et chaude. Il examina les dentelles, les coutures, tout était impeccable, un vrai trésor, digne des Rois... ici.

Lorsqu'il revint au comptoir, il portait la gabardine, et un ouvrage poussiéreux, intitulé "Démence Vampirique".

Combien pour ces achats ?

150 000 pièces d'or.

Le propriétaire avait si peu de clients qu'il en demandait un prix exorbitant.

Au revoir.


Attendez, il y a moyen de s'arranger...

Mais l'homme ne pouvait pas passer à côté de ce qui pourrait lui éviter de trop lourds endettements. Et puis ces yeux...

Alors combien ?

120 000 pas en-dessous.

Vous vous payez ma tête. 120 000 pour un vulgaire grimoire et une étoffe sans valeur ? C'est pis que du vol! Le tout pèse à bien compter guère plus de 20 000 pièces d'or, et c'est bien payé.

20 000 ? Vous voulez ma ruine ?


Votre ruine, vous vous la construisez seul mon ami. Vos effets personnels entreposés dans l'arrière boutique en témoignent. Vous avez revendu vos appartements pour garder cette échoppe en payant vos dettes. Il me faudrait bien moins que ce que je vous propose pour racheter cet établissement disgracieux.

Le propriétaire déglutit avec difficulté. Il lui fallait vendre, mais à faible prix... que faire ?

Le Comte passa derrière le comptoir.

J'ai peut-être une alternative...


Désignant du doigt le haut des étagères, il le rabaissa vers le sol couvert de poussière. L’Homme, impressionné par les yeux terrifiants qu’il voyait, ne pipa mot et ne comprenait pas.

Une alternative... Vous pouvez bien monter aux Cieux, ou descendre dans les bas-fonds des entrailles de cette Terre, car c'est là-bas que croupissent les énergumènes incapables.

Sortant le kandjar avec rapidité, le propriétaire n'eut que le temps d'ouvrir grandement les yeux, apeuré, avant de mourir, un flot de sang giclant de la jugulaire et inondant le plancher.

Le Comte essuya de nouveau la lame.
A cet instant, un carrosse bien plus large que la normale arriva devant l’échoppe, tiré par quatre étalons noirs, très grands, magnifiques. Le cocher, affublé d’une veste noire et d’un dessous blanc, dont le visage était caché par un vaste chapeau, s’adressa au Lord.

Mylord, me voici, à l’heure où le soleil se fait bas, comme convenu.


Bien, j’apprécie la ponctualité. Monte ce pouilleux dans le carrosse, et prend garde à ne point te salir. Tu feras de même avec celui qui est derrière, sous les ordures. Tu prendras aussi tout ce qui se trouve ici, tout. Je ne veux plus y voir que des rayonnages et des boîtes vides. Et prévois un peu de place encore dans le carrosse, il y en aura d’autres.

Bien Monseigneur.


Tandis que le cocher, prestement, se hâtait de s’exécuter, le Comte ouvrit le livre encore présent sur le comptoir. Il se fichait bien du livre. Seul lui importait la relique à l’intérieur. Un pendentif triangulaire, une croix inversée à l’intérieur du triangle, le tout doré, un saphir au centre de la croix et des rubis à chaque sommet du triangle. Une vraie merveille indigne d’un traître. Une merveille qu’il regardait, qu’il admirait, qu’il caressait comme une Déesse pendant de longues minutes. Une merveille qui permettait d’amplifier les pouvoirs de la Nécromancie… Et cette étoffe, si fine mais si chaude, si douce et si belle, un trésor. Même 150 000 pièces d'or ne valait pas ça.

Monseigneur ? Que Monseigneur ne se fâche point mais qu’il sache que je suis à ses ordres.


Inspectant rapidement le magasin, Lord Nosfereatus ne vit que ce qu’il avait demandé : la boutique, vide. Il passa le pendentif au tour de son cou et mit la gabardine dans la cape.

Très bien. Restez dans le quartier et faites-vous discret. Pour ma part, je dois encore me renseigner sur cette Secte… pourvu que ces deux lourdauds ne trainent point en chemin… <<-
Revenir en haut Aller en bas
Athinoril



Nombre de messages : 5
Classe : Inquisiteur
Armada : Aucune
Date d'inscription : 15/12/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/0  (0/0)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Célestial

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Jeu 25 Déc 2008 - 20:11

A l'intérieur du temple du Dieu Sorenssen dans un couloir Athinoril flânait lisant un livret retracent l'histoire de l'inquisition dans les terres de Kalamaï, c'est alors que son oncle l'intercepta au détour du couloir.

- Ah, mon neveu, je te cherchais justement.
- Qui y a-t-il mon oncle ?
- Pourrais-tu me rendre un service ? Il faudrait aller chercher un document que doit me remettre une personne...
- Pourquoi n'y allez-vous pas vous-même ?
- Justement j'allais y venir. Je ne peux y aller par moi-même, car une réunion de dernière minute avec le conseil vient de m'être annoncé. Alors, peux tu y aller pour moi ?
- Bien sûr mon oncle.

L'inquisiteur Adwerranbeth lui remit alors un morceau de papier indiquant au jeune Célestial les rues à prendre pour trouver le quartier ainsi que le nom de l'établissement et une missive où le sceau de son oncle était apposé qu'il devrait remettre à son contact. Rangeant le livret et la lettre dans sa besace, il partit du temple muni d'un simple morceau de papier pour guide.

Une heure et demie plus tard, après maints détours, Athinoril arriva enfin dans le bon quartier. Interceptant un commerçant, il lui demanda le chemin pour rejoindre l'établissement "Almare ", l'individu regarda le jeune Célestial de bas en haut et sourit avant de lui montrer la ruelle à prendre.

Athinoril emprunta la ruelle et s'arrêta deux maisons plus loin regardant l'enseigne du troisième bâtiment, s'avançant vers la porte il prit le temps avant de rentrer de lire la petite pancarte.


« Établissement Almare, lieu de débauche et d'ivresse. »

Athinoril se mit à rougir violemment.
Revenir en haut Aller en bas
Taïl`Isha



Nombre de messages : 1838
Classe : Voleuse & Assassin
Armada : indep'
Date d'inscription : 02/01/2007

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race:

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Ven 26 Déc 2008 - 19:39

Après s’être rendue à la corporation afin de se renseigner de façon plus claire sur les importants commanditaires du pays et leurs adresses, Isha reprit ses habitudes d’origine, à savoir la tournée des bars. Si une telle tournée était synonyme – pour les poivrots – d’ivresse au prix d’un allègement relatif de leur bourse, dans le cas présent, la choppe de la voleuse se remplissait aussi vite que sa bourse ; sa dague ne chômait pas dans la salle, effleurant une bourse de tissu, délaçant un cordon ici et là …
La vie rêvée reprenait. Elle vivait au jour le jour ; et quelle existence magnifique ! Elle étanchait sa soif, sa faim, ses désirs quand elle le voulait, où elle le désirait. Seule l’aventure et l’exaltation face au danger qu’elle avait pris l’habitude de ressentir au cours de ses missions lui manquaient réellement ; mais avec sa récente blessure aux côtes – qu’on apercevait aisément vu son accoutrement peu … encombrant – il lui était défendu de repartir « à la chasse » comme elle le disait en parlant de ces assassinats.

Entre deux hydromels, au plein centre des quartiers mal-famés, alors que les potentiels victimes semblaient aussi absentes que des oasis dans un désert – et pour cause, les bourses étaient vite vidées avec toutes ces filles de joie qui rôdaient, un jeune céléstial s’approcha de l’établissement. Ses ailes des plus blanches qu’on pouvait voir apportait un contraste si flagrant avec la noirceur des bâtiments, causée par l’humidité, que celles-ci semblaient briller. Le regard de la jeune femme fut attirée par le garçon, bien qu’aucune bourse pendant à sa ceinture ne fut apparente … Encore totalement consciente d’esprit, elle alla l’aborder, d’un pas sûr, audacieux.

- Et bien mon garçon, tu es perdu ? Il faut dire que les quartiers sont vastes …

Voyant qu’il scrutait l’enseigne, dépité, elle se retourna elle-même, avant de comprendre d’où venait son hébètement.

- Ah, je suppose que tu cherchais peut-être quelque chose … Ici tu ne trouveras que boissons et poivrots. Éventuellement deux trois personnes louches, qui recherche du .. personnel.

Elle marqua une pause, le regarda dans les yeux, puis porta sa main à hauteur de ses cheveux qui recouvraient son oreille, laissant glisser son index le long de son jeune visage, tout en amorçant de son corps svelte un retour à l’intérieur. Avant d’être trop éloigné de lui, alors qu’elle profitait toujours de ce toucher de visage, elle termina sa phrase.

- … ainsi qu’une poignée de femmes sensuelles. De quoi satisfaire bien des envies …


Sur ces derniers mots susurrés près de lui, elle s’en retourna dans la salle, lorsque le tavernier cria une énième fois « Un hydromel, Un ! ».
Revenir en haut Aller en bas
Nosfereatus
Disparu/Décédé
Disparu/Décédé


Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 19/12/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/0  (0/0)
Race: Vampire

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Ven 26 Déc 2008 - 22:09

->> Par-ci par là, dans les ruelles sombres de la Ville Impériale, le Lord menait son enquête. Chaque coin obscur où il mandait aux mendiants, source désobligeante mais néanmoins utile, des renseignements sur une Secte d’Elfes Noir se soldait par un meurtre. Un vent de Mort avait frappé ces quartiers tandis que les charniers s’accumulait dans le lugubre carrosse.

Cependant, après maintes utilisations du kandjar dont la lame commençait à s’émousser, le Comte avait enfin eu ce qu’il voulait : l’adresse, le QG, le bâtiment principal de cette Secte. Il fut asse amusé de voir que ce bâtiment était non loin de là où il avait rencontré les deux missionnaires, deux cadavres à présent.

Il avait sourit à la lettre reçue. Il lui fallait se déplacer publiquement finalement bien plus vite que prévu…

Enfin, il regagna le carrosse, déharnacha un étalon, clamant à la putréfaction et au manque de dynamisme à l’intérieur de la locomotion.

Après un dernier regard vers le bâtiment qu’il convoitait, le Comte alla au galop regagner sa contrée de Firrhya, soulevant des nuages de terre et poussière du sol. Il reviendrait ici chaque jour, et mettrait la main sur cette Secte. Parole de Nosfereatus.

En attendant, pour fêter sa découverte, il s’arrêta dans un bouiboui du coin. Un bon petit remontant ne serait que bénéfique au long chemin qui l’attendait.
Il entra donc dans l’établissement, qui à la pancarte, laissait présager à une indifférence totale envers ceux qui ne se faisaient pas trop remarquer. Le Comte s’avança donc, sous une apparence humaine (cheveux bruns, pupilles rondes et iris bleus), limitant ses auras vampiriques au maximum. Il passa devant un Célestial rouge à en faire pâlir un piment, apparemment frappé par les lieux dans lesquels il venait de pénétrer, mais peut-être aussi rougissant d’une pulpeuse créature un peu trop près à son goût.

*Ma foi celui-là découvrira bien un jour les joies du plaisir, et ce jour, il s’y laissera aller sans mot dire* <<-
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Jeu 18 Juin 2009 - 20:06

Morbide visite

Wyleran Gmor avait rejoint la corporation des combattants depuis peu, il y avait fait l'une ou l'autre rencontre, notamment celle de son commandant, le Sieur Ardent. Il décida de faire un plus ample connaissance avec Kalamaï sa nouvelle patrie, et pour débuter il jeta son dévolu sur la Capitale. En quelque sorte une mise en jambe...

Le cavalier parcourait les ruelles des quartiers pauvres nonchalamment installé sur son cheval dont la robe soyeuse brunâtre brillait légèrement sous la pâle lueur du jour. Ce scintillement était en quelque sorte choquant dans ce décors où tout était gris, sale, morne et triste… mortellement triste ! La tête enfoncée dans les épaules, le col de son manteau relevé, le visage inexpressif, mais froid, il parcourait ce décors des yeux s’attardant sur l’un ou l’autre détail. Le claquement lent et régulier des sabots résonnait dans les nombreux coins et recoins des bâtisses délabrées, abandonnées, en ruine, dans un écho inquiétant qui renforçait l’ambiance lugubre de l’endroit.

Il plongea la main dans une des besaces accrochées à la selle pour en sortir une petite chose de forme irrégulière plus ou moins ronde qu’il mit aussitôt en bouche et mâchouilla durant un long moment, chemin faisant, pour finalement la cracher dans un caniveau. Il essuya négligemment du revers de la manche un filet de salive gluante et rougeâtre qui lui dégoulinait au coin de la bouche.

Quelques pas plus loin il replongea la main dans la même besace.

Il ne cherchait visiblement rien de particulier, du moins il n’en donnait pas l’impression. Les badauds, mendiants ne lui prêtaient aucune attention, il eut été invisible ou inexistant que la vie en ce pitoyable endroit n’aurait pas changé. Seuls quelques enfants mal fagotés et crasseux le regardèrent passer impressionnés, admiratifs. Il stoppa sa monture à leur hauteur. Les regarda un moment. Une petite poignée d’entre eux s’approcha craintivement, il leurs lança quelques petits gâteaux secs qui se brisèrent en miettes en touchant terre. Ils se ruèrent visiblement affamés sur ce divin trésor sans adresser le moindre signe de reconnaissance.

Régalez-vous bande de vauriens !

Un rat qui passait par là se précipita en quête d’une miette perdue. Un bruit bref, sec et soudain se fit entendre. *Tchac* Le rat gisait la langue pendante, une fléchette noire en pleine tête et commençait à baigner dans son sang. L’homme rengaina son arme, une petite arbalète, à sa place sur sa cuisse droite et mit pied à terre. Les enfants eurent un mouvement de recul. Il attrapa l’extrémité de la fléchette et souleva le rat qui pendouilla dans le vide dégoulinant de son sang, il le coinça ensuite sous le pied, tira un coup sec pour récupérer la fléchette qui lui arracha la moitié de la tête. Il la remit aux côtés des autres sur la cuisse gauche sans même prendre la peine de l’essuyer.

N’ayez donc craintes tas de froussards ! et ramassez-moi cette charogne vous aurez de la bidoche au repas du soir.

Trois gamins, les plus grands, bondirent et commencèrent à se livrer un véritable pugilat dont l’issue sera un bien maigre butin, s’arrachant des mains la dépouille de ce rat dont le sang les éclaboussait sous le regard amusé de l’homme qui finit par enfourcher sa monture pour continuer sa balade et s’éloigna en marmonnant.

Pitoyables petits vermiceaux !

Une masse sombre et imposante le suivait tapie dans l’ombre, sans se retourner l’homme releva la tête et s’exclama.

Glork ! Mon bon Glork ! Où étais-tu passé ? Crétin ! Combien de fois devrais-je te répéter de ne pas t’éloigner de moi ? Ma patience a ses limites et de ma lame je finirai par réduire ce qui te sert de cervelle en une bouillie qui servira de pitance aux porcs ! N’oublie jamais que tu ne restes en vie que par ma volonté.

Dans un râle rauque et guttural la « chose » répondit.

Ffffaim… Glork.

Je sais ! Tu passes le plus clair de ton temps à avoir faim. Mais nous venons à peine d’arriver sur ces terres et tu ne vas pas te mettre à bouffer tout ce qui bouge.

Au détour d’une impasse isolée l’homme aperçut ce qui avait dû être en son temps un majestueux loup blanc, mais qui ressemblait plus à une bête malade et agonisante, claudiquant sur 3 pattes, respirant avec difficulté, l’œil vitreux, le poil poisseux. L’homme s’assura que personne ne fut présent dans les environs immédiat. Un sifflement fin et aigu brisa la relative quiétude des lieux. La tête du loup roula non loin, l’animal ne vit rien venir et n’eut pas le temps d’émettre le moindre cri. L’homme remis aussitôt son sabre dans le fourreau accroché dans son dos.

Attrappe imbecile ! Voici de quoi te faire patienter. Au moins lui sera crevé pour une bonne
raison.

Des bruissements étranges, craquements, chuintements et autres grignotages malpropres laissèrent présager que la « chose » était occupée à s’affairer sur le cadavre encore bien chaud.

L’homme continua sa route impassible, le visage inexpressif, le regard froid et insensible.
Revenir en haut Aller en bas
Aedric
Palatin
Palatin


Nombre de messages : 513
Age : 23
Classe : Inquisiteur de Brak
Date d'inscription : 24/06/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
7/10  (7/10)
Race: homme

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Ven 26 Juin 2009 - 0:23

La ruelle était sombre et le sol jonché d'ordure, Aedric était arrivé il y a peu de temps dans la cité. On lui avait conseillé de visiter les quartier du culte, mais il n'aimait pas ce genre d'endroit fréquenté par quelques prêtres en soutanes, mais Aedric n'était pas la pour faire du tourisme, il savait que c'était dans ce quartier que se réunissaient brigands, assassins et autres coupes-jarrets. Des personne que la plupart des prêtres jugeraient non fréquentables, mais ce soir là il avait une irrésistible envie de verser du sang et après tout il n'y avait pas énormément de moyen de gagner le respect de ces gens la...

C'est ainsi qu'il fit la rencontre d'un petit groupe de brigand, celui qui paraissait être le chef dégaina son épée, il reconnut alors le symbole de la corporation du culte et dit :
Hé bien mon père que faites vous ici a une heure pareille, c'est un quartier dangereux ! Vous risquez de faire ... des mauvaises rencontres.
Il se mit alors a rire grassement puis se retournant vers ses hommes il dit:
Bon les gars montrer au curé que c'est pas bon de s'aventurer sur notre territoire.

Aedric n'avait pas bougé il n'écoutait même pas, il se lança dans une prière à Brak, priant celui-ci de guider son bras.
Le premier bandit se jeta en avant avec son épée, attaque qui tomba dans le vide et il ne vit pas le lourd marteau de l'inquisiteur s'abattre sur son crâne, le sang éclaboussa le visage d'Aedric et un rire sinistre envahit la ruelle.
Les bandits restaient sur place tétanisés, Aedric prit alors l'initiative il marcha d'un pas déterminé vers les bandits. Ceux-ci s'enfuirent alors laissant leurs chef seul, celui-ci prit alors son épée à deux mains.
Après de longues minutes le résultat du duel restait incertain puis finalement Aedric parvint à frapper la jambe de son adversaire avec son marteau et celle-ci se brisa sur le coup.

Dans un sursaut d'orgueil son adversaire tenta de le frapper a la tête en tombant mais il rata sa cible laissant a Aedric une balafre sur sa joue gauche. Celui-ci accorda donc à son adversaire une mort rapide.
Aedric se senti comme soulagée puis il rentra dans le quartier du culte ou une chambre l'attendait





Edit Babka : Merci d'utilisateur un minimum de ponctuation ainsi qu'un correcteur d'orthographe. De plus, les doubles post sont totalement proscrit. Dans ce cas, il te suffisait d'utiliser la fonction éditer de ton dernier message puisque personne n'avais posté après toi.
Revenir en haut Aller en bas
Aedric
Palatin
Palatin


Nombre de messages : 513
Age : 23
Classe : Inquisiteur de Brak
Date d'inscription : 24/06/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
7/10  (7/10)
Race: homme

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Ven 26 Juin 2009 - 12:12

C'est ainsi qu'il fit la rencontre d'un petit groupe de brigand,celui qui paraissait être le chef dégaina son épée ,il reconnut alors le symbole de la corporation du culte et dit :
Hé bien mon père que faites vous ici a une heure pareille ,c'est un quartier dangereux,vous risquez de faire ... des mauvaises rencontres,il se mit alors a rire grassement puis se retournant vers ses hommes il dit:Bon les gars montrait au curé que c'est pas bon de s'aventurer sur notre territoire.
Aedric n'avait pas bougé il n'écoutait même pas ,il se lança dans une prière à Brak priant celui-ci de guider son bras.
Le premier bandit se jeta en avant avec son épée,attaque tomba dans le vide et il ne vit pas le lourd marteau de l'inquisiteur s'abattre sur son crane,le sang éclaboussa le visage d'Aedric et un rire sinistre envahit la ruelle.
Les bandits restaient sur place tétanisés, Aedric prit alors l'initiative il marcha d'un pas déterminé vers les bandits,ceux -ci s'en fuirent alors laissant leurs chef seul ,celui ci pris alors son épée à deux mains.
Aprés de longue minute le résultat du duel restait incertain puis finalement aedric parvient a frapper la jambe de son adversaire avec son marteau celle-ci se brisa sur le coup.
Dans un sursaut d'orgueil
son adversaire tenta de le frapper a la tête en tombant mais il rata sa cible laissant a Aedric une balafre sur sa joue gauche.
Celui ci accorda donc à son adversaire une mort rapide.
Aedric se senti comme soulagée puis il rentra dans le quartier du culte ou une chambre l attendait
Revenir en haut Aller en bas
Shiro Shin Darkai
Animateur en retraite


Nombre de messages : 191
Classe : Démonologiste
Date d'inscription : 01/11/2006

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
1/10  (1/10)
Race: Elfe Noir

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Mer 29 Juil 2009 - 1:40

Quatre personnes marchaient dans l'artère principale des quartiers mal famés.
A chaque fois qu'ils passaient devant une boutique, un des membres du groupe se séparait des autres et entrait dans l'établissement. Ils avancèrent de cette manière, se dispersant chacun de son côté et se retrouvant au centre de la route jusqu'à arriver à la fin de la voie, face aux rempart de la ville.
Là, ils se rassemblèrent après avoir récupéré chacun de leur côté des bourses, une pour chaque boutique. Les hommes s'échangèrent plusieurs bourses et objets à forte valeur, puis se remirent en marche, passant par une petite ruelle adjacente à la muraille.

Ils arrivèrent enfin devant une bâtisse banale. L'un deux s'avança et frappa à la porte d'un façon peu habituelle. Une visière dans la porte se leva, et une paire d'yeux apparut dans l'espace créé. Quelques secondes après, un homme à forte corpulence, après plusieurs cliquetis métalliques, ouvrit la porte.

Il faisait encore jour, mais les silhouettes portaient toujours leur capuchon noir. Avant d'entrer dans la bâtisse, l'un deux la retira pour laisser des cheveux argentés et des yeux rouges se découvrir, ainsi qu'une peau sombre typique des Elfes Noirs. On pouvait distinguer un signe semblable à un tribal gravé sur le front de l'être, à la couleur du sang. Il rentra ensuite dans la maison, suivi de ses acolytes qui enlevèrent eux aussi leur capuche dans la pénombre de la salle dans laquelle ils venaient d'arriver.

L'homme qui leur avait ouvert leur demanda brièvement comment s'était passé la journée, faisant allusion à leurs "entretiens" à plusieurs fois, tout en les conduisant dans une autre pièce à l'arrière.
Il ouvrit une lourde trappe dans un coin, après avoir déplacé une table bancale. Souhaitant un bon retour au groupe qui s'engouffrait dans le noir, il referma la trappe sur eux, avant de remettre en place le meuble.
Le passeur aperçut déjà une lueur bleutée qui naquit, puis disparut lentement dans les nombreux et anciens dédales de souterrains qui s'ouvraient sur plusieurs endroits de Kalamaï.

Soupirant légèrement, il soupesa la bourse posée sur la table, et quitta la pièce en refermant la porte derrière lui, la plongeant dans le noir.
Revenir en haut Aller en bas
Armori
Bourreau
Bourreau


Nombre de messages : 132
Age : 24
Date d'inscription : 04/11/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
2/10  (2/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe Noir

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Lun 7 Sep 2009 - 21:45

J’étais fier, c’était la deuxième mission qu’Adola me confiant en quelques jours. Il devait penser que j’étais maintenant prêt et il avait confiance en moi, j’espérais ne pas le décevoir. A mission consistait a ramener à la taverne la mère d’un gamin que le Spadassin avait sauvé des griffes d’une milice.
Je marchais au coté d’un agent de l’Ombre, on ne pouvait pas dire qu’il était bavard, il avait uniquement parlé de la mission et de manière très brève.

Bientôt nous nous retrouvâmes devant la porte où devait se trouver la femme que nous devions ramener, le gosse nous avait bien expliqué. Malgré les craintes de mon maitre nous n’avions rencontré aucune embue ni vu quoi que ce soit de suspect. Peut être avaient-ils peur après la démonstration de force d’Adola ? Peut être n’étaient-ils pas au courant ? je n’en savais rien mais je voyais que tout marchait bien, trop bien aurais-je du dire.

Après quelques explications la femme nous laissa rentrer dans sa demeure. Ce n’était pas le luxe des palais ou des demeures des seigneurs de Kalamai, le confort y était plus que rudimentaire et le sol était couvert de poussières.
Avec force de persuasion, la femme nous fit confiance et nous suivi. Elle était visiblement inquiète pour son rejeton. Nous avancions vite, l’agent m’avait dit que c’était lorsque nous étions à l’arrêt que nous étions les plus vulnérable, des proies faciles pour un archer.

Nous entendîmes un rugissement bestial derrière nous.

Arrêter vous chiens galeux.

Nous fîmes aussitôt volte face et primes le soin de mettre derrière nous la femme afin de la protéger.
Quatre hommes armés de gourdins et de lames se tenaient devant nous. A ne pas en douter leur intention n’était pas pacifique.

L’agent de l’Ombre ordonna à la femme de courir se réfugier à la taverne où était son fils pendant que nous retarderions l’ennemi et l’anéantirait.
Rapidement le combat s’engagea. C’était une première pour moi, et je dois bien avouer que bien que je me sentais prêt à ce genre d’événement, le moment venu ce n’était plus la même chose.
Je sortis ma lame, l’épée qu’Adola m’avait offerte, il était temps de lui faire honneur.

Le combat s’engagea à quatre contre deux, je voyais l’agent redoubler ces coups tandis que moi je tentais tant bien que mal de parer ceux de mes adversaires. Une ouverture c’était présenté et je pus du bout de ma lame blessé un de mes ennemi à l’épaule. Mais à cet instant je l’entendis crier et j’entendis également crier mon partenaire. Il venait de s’écrouler, il se tenait le ventre avec ses mains, il essayait d’arrêter le sang mais la blessure paraissait importante. Cette image me glaça le sang. C’est à ce moment que je reçu un violent coup à la jambe gauche qui me fit tomber par terre.

Bientôt les trois hommes restant s’acharnèrent sur moi. Je ne pus dire combien de temps cela dura, mes tous mon corps étant endolorie par les coups de pied et de bâtons que ces brigands avaient. Je n’avais rien d’autre à faire que d’essayer de me protéger et d’espérer que cela cesse vite.


Stop
Que cela lui serve de leçon à lui et à son frelon de chef voila ce qu’il en coute de s’attaquer à la puissance de l’Ombre.


J’étais au bord de l’évanouissement mais je n’en revenais pas de ce que j’entendais. Bientôt ma douleur eu raison de moins et un processus naturelle de lutte se manifesta, je tomba inconscient.

Ce qui m’arriva je le sus par la suite, la femme que nous étions venu secourir arriva dans la taverne. Elle était essoufflée mais arriva rapidement à expliquer. Aussitôt le tavernier envoya des hommes à notre recherche. Je suppose soit qu’Adola n’était pas présent dans les lieux soit qu’il ne fallait pas éveiller de soupçons.
Toujours est-il que je me réveillai dans le repère de l’Ombre. J’étais mal en point mais vivant ce qui m’étonna
Revenir en haut Aller en bas
Anar



Nombre de messages : 179
Classe : Voleur
Date d'inscription : 04/05/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
0/10  (0/10)
Statut Rebelle:
4/10  (4/10)
Race: Homme

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Jeu 10 Sep 2009 - 13:11

Voila le genre de quartier dans lequel Anar se mouvait à la perfection, aussi surement qu'un prédateur dans son environnement naturel. Il avait laissé son cheval dans une des nombreuses écuries de la capitale, ce dernier étant au bord de l'épuisement après le rythme éfreiné avec lequel l'anarchiste l'avait guidé. L'homme n'était pas mieux que la bête. A la fois tourmentés par les affres de son esprit et exténué par un voyage trop intense pour son organisme, Anar marchait d'un pas hésitant, boitillant sur le chemin crasseux du quartier mal famé. L'œil inattentif, il aurait put mille fois tomber dans un guet-apens si les coupe gorges ne l'avait pas considéré avec pitié. Voila donné la réponse à une question que beaucoup se pose: pourquoi les mendiants ne sont pas la cible des voleurs et assassins de ce lieu. Pas d'argent, pas de risque. Anar le savait et l'immense somme récolté était conservée au repaire. Que d'effort et de sacrifice pour avoir la peau d'un seul homme, même pas homme si l'on en croit les rumeurs qui le présumaient d'appartenance maléfique. Cela n'avait pas d'importance pour les parias qui acceptaient toutes les races en leur sein, bien que les humains constituent la majorité de leur nombre. L'animosité qu'Anar pouvait éprouver envers quelqu'un venait de ses actes et non de sa nature ou de sa race. Et les actes du seigneur de Mésomnon avait été assassinat et massacre. D'où la vengeance comme seule solution. Anar s'arrêta devant un mur du quartier, aussi sale et inintéressant que les autres œuvres architecturales du quartier mais qui allaient dans peu de temps subir une attrayante rénovation. Le paria sortit de sa petite sacoche un mastic étrange puis il prit une affiche provenant elle aussi du même sac et la fixa sur le mur avec soin.

Citation :

Nous, parias de Prévèze, offrons la somme de 100 000 pièces d'or à quiconque pouvant occire le dénommé Xanis, patriarche de Draziva se trouvant sur les terres de Mésomnon. Assassins, voleurs, brigants, cette occasion de vous enrichir n'arrivera surement pas deux fois. Après preuve de la chose, vous pourrez récupérer votre butin en Prévèze du Sud. Que cela se sache !


Il prit la peine d'en afficher une dizaine dans tout le quartier car il savait qu'ici sa demande trouverait un écho important.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Armori
Bourreau
Bourreau


Nombre de messages : 132
Age : 24
Date d'inscription : 04/11/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
2/10  (2/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe Noir

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Mer 7 Juil 2010 - 22:21

Nous avions quitté l’antre de l’Ombre en milieu de matinée afin de nous rendre dans le quartier qui était sous notre contrôle.
J’avais revêtu une tenue un peu plus adapté à une sortie et j’avais accroché à ma ceinture l’épée dont m’avait fait cadeau Adola. Maintenant j’avais décidé de sortir armer, j’avais pris cette résolution depuis que je m’étais fais attaquer en ramenant une personne du même quartier.

J’étais en compagnie de Yorg, un assassin expérimenté. J’avais opté par un passage aérien dans le sens où nous ne passions pas par les souterrains aménagés par l’Ombre pour faciliter le passage de ses membres.

Nous arrivâmes rapidement sur les lieux, au sein même du Quartier Mal Famé. C’était un quartier qui avait repris vie, les marchands y prospéraient dans la sécurité mais les habitants ne craignaient plus de sortir.


Les marchands avaient pour beaucoup peur, surtout les riches qui avaient pris l’habitude de prospérer et d’exploiter leurs congénères sous le règne des brigands.
Maintenant ils ont préféré prendre une assurance pour se protéger, et c’est nous les assureurs.
Revenir en haut Aller en bas
Yorg
Bourreau
Bourreau


Nombre de messages : 167
Age : 23
Classe : Assassin
Armada : Corporation de l'Ombre
Date d'inscription : 03/09/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
2/10  (2/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Hommes

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Jeu 8 Juil 2010 - 18:09

Armori guida donc Yorg hors des murs de la corporation pour entrer dans le quartier mal famé. Le voyage fût relativement rapide et il se passa silencieusement. Arrivé a la sortie, Armori guida Yorg vers les étales des marchants et dit :

" - Les marchands avaient pour beaucoup peur, surtout
les riches qui avaient pris l’habitude de prospérer et d’exploiter leurs
congénères sous le règne des brigands. Maintenant ils ont préféré
prendre une assurance pour se protéger, et c’est nous les assureurs. "



Cette dernière phrase fit rire Yorg.


- En effet, ils sont au moins sur de ne pas être importunés ! Mais pourquoi de riche marchands voulais en exploiter des plus petit ??? Tout est donc dominer par l'or ? Tant de changements ont-il eu lieu depuis mon départ....
Mais je vous en prit, continuons la visite !
Revenir en haut Aller en bas
Armori
Bourreau
Bourreau


Nombre de messages : 132
Age : 24
Date d'inscription : 04/11/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
2/10  (2/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Elfe Noir

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Dim 11 Juil 2010 - 12:07

Yorg semblait surpris. Je m’arrêtai un bref instant afin de lui compter très succinctement l’histoire du changement.

Ici les lois de Kalamaï n’avaient pas cours, et la loi du plus fort y régnait. Le Spadassin s’est rendu dans ce lieu pour la Corporation. Il est tombé sur des hommes qui semblaient faire la loi ici, ils voulaient couper la main d’un gosse qui avait piqué un morceau de pain.
Il est bien sûr intervenu et ne voulant pas perdre la face ils ont sorti leurs lames. Je vous laisse imaginer la fin.

Adola a ensuite appris que ces brigands regnaient ici d’une main de fer en se faisant passé pour l’Ombre dont tout le monde a entendu parler mais que personne ne connait. Son sang n’a fait qu’un tour.
Moi et un agent sommes ici même tombés dans une embuscade, lui est mort et j’ai été gravement blessé. Et là les hostilités ont été ouvertes car ces lâches ne désiraient point partir.
La bataille a semble-t-il été violente mais nous avons gagné.


A la suite de cela Altarian a été nommé Maitre et en charge de ce quartier qui fait maintenant parti des arrières bases de l’Ombre.

Des riches commerçants s’étaient alliés aux brigands et les plus pauvres étaient écrasé et rançonné. Ils voulaient simplement s’enrichir, mais l’Ombre a mit un bon coup de pied dans cette fourmilière.
La tendance s’est inversée.


J’étais assez satisfait de cela, la justice avait triomphé bien que beaucoup de sang avait coulé. Mais les ennemis ne furent pas de taille. Je ne pense pas qu’il savait ce qu’ils faisaient et cela a causé leur perte.

Même le marché du quartier a repris vie, nous pouvons aller y faire un tour si vous le souhaitez.
Revenir en haut Aller en bas
Yorg
Bourreau
Bourreau


Nombre de messages : 167
Age : 23
Classe : Assassin
Armada : Corporation de l'Ombre
Date d'inscription : 03/09/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
2/10  (2/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Hommes

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Lun 12 Juil 2010 - 10:13

Yorg écouta le récit avec attention. Il semblait en effet que l'ombre est rétablit le bon déroulement des affaires des commerçants.

-Je vous félicite pour se travail de nettoyage. En effet, les commerçants semblent serins, chose rare. Il est cependant dommage que ses bandit ne savaient pas reconnaitre plus fort qu'eux. L'orgueil mène souvent a notre perte...

" Même le marché du quartier a repris vie, nous
pouvons aller y faire un tour si vous le souhaitez. "

-Oui je pense allé jeté un œil du côté des armurier... mon armure a besoin de quelques soins que je ne peut pas lui procurer faute de savoir faire. Que ferez vous en attendant ?
Revenir en haut Aller en bas
Haeg



Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 31/01/2009

Feuille de personnage
Statut Impérial:
1/10  (1/10)
Statut Rebelle:
0/10  (0/10)
Race: Hybride

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Jeu 12 Aoû 2010 - 7:19

Je marche, cela fait déjà plusieurs jours, à la recherche d'une ville. Un endroit où je pourrai me coucher, je ne connais rien à ce monde, ayant été toute ma vie dans une foire, je ne sais pas où allez. Je monte une petite colline pour enfin arriver au sommet de celle-ci. D'ici je vois une ville au loin, elle est aussi grosse qu'un cube de sucre. Je m'approche tranquillement, je ne suis point pressé, mais j'ai quand même besoin d'un peu de repos. Des cernes sous mes yeux ce sont même formés par le manque de confort dans un bon lit douillet. Je dormais sur le sol même depuis près d'une semaine. Inconfortable, vous voyez je suppose. Plus je m'approche de ce si minuscule village, de loin, plus il grossit, plus je m'aperçois que cette immense forteresse est la capitale. La capitale Impériale, je ne peux pas mieux tombé. L'endroit rêvé pour quelqu'un qui a besoin de socialisé et de confort.

Arrivé aux portes massives, un garde m'accosta et me demanda pourquoi je suis là. Je lui répondis très franchement , que je suis un ancien esclave en recherche d'une nouvelle vie. N'insistant point, il me laissa passé. Je rentrais dans cette forteresse, me rendit compte de quelque chose. Le monde que j'ai vécu, est carrément une vie de merde, ces gens qui marchent dans cette ville sans se soucier de rien, que j'en tombe presque sur mon derrière. Je me promène dans les quartiers envahis par la diversification. Je cherche une auberge pouvant m'abriter pour une journée, mais ceci ne fut point possible. Je n'aie pas d'argent, je suis pauvre. Aucune auberge ne veux de moi, car je ne peux pas les payer. Désespérant, dans mon malheur, je tombe dans le quartier mal famé. Un espoir apparut, ici, beaucoup de monde sont comme moi, sans logis, ni argent. Peut-être que je trouverai un bon samaritain?

L'espoir que j'avais, disparu très rapidement. Le vol, l'arnaque, est très présent ici, pourtant comme je l'ai prédit, il y a beaucoup de clodos. Quelque chose dois être fait dans ce lieu. Je ne suis pas non plus le bon type de personne. Je tuerai pour avoir quelque chose, ça ,avec honneur. Je ne me bat pas à la déloyale. Un combat, doit être fait par deux personnes les deux pieds sur terre, un en face de l'autre. Il n'y a aucune règle dans ces lieux, mais moi j'ai les miennes. J'entend des cris de bagarre, j'aime me battre. Je me dépêche donc d'arriver sur les lieux de ces hurlements barbares. Un club de combat? est-ce vraiment ce que je vois? J'accoste un type au hasard et lui demanda, si c'était bien ce que je pensais. Il m'affirma, l'hypothèse que je me suis faite.

« Mesdames, Messieurs. Si vous connaissez quelqu'un d'assez braves et de si déterminé à gagner de l'argent, alors dites-lui de venir ici. Personne n'a jamais réussis à battre notre champion, Elrut le Gorille.»

Le type était juste devant moi dans le cercle de combat, l'opposant était ensanglanté giclant au sol. Elrut le gorille? Je sais pourquoi il l'appelle comme ça, il est tellement poilu. Le champion, il était coriace, j'ai vu le combat qui vient de se finir il y a peu. Le poing faible de cet humain, dois être identique à celui de tout homme: Son équilibre. Quelqu'un qui n'a aucune équilibre ne peux être un vrai combattant. J'ai été acrobate et funambule durant mes années d'esclaves. Mon équilibre est à un stade très élevé. Je n'avais rien à perdre, alors je répondis:

« Moi! Haeg, je défie votre Gorille!»

Le combattant est en colère, c'était bien le but visé aussi. Quelqu'un en colère est plus facile à distraire que quiconque. Je rentre dans le cercle et m'étire. La cloche sonne , alors que je ne me suis pas totalement étiré. L'adversaire fonce sur moi pour me frapper de toutes ses forces. Je fis une roulade pour esquive cet affront. Un serment soudain me frappa. L'homme m'attrape par derrière et me serre le plus possible. Cet acte était tout simplement un acte de faible. J'allais enfin me mettre au sérieux. Me soulevant dans les airs, je ne pouvais pas le toucher aux pieds, alors je lui assène un coup de tête sur sa mâchoire. Il me relâche net. Je me retourne, lui envoie une droite, sur le début de la mâchoire, juste avant l'oreille. Celle-ci ce disloqua un peu, mais pas assez. Elrut me lança un coup aussi , mais l'esquiva en me pencha simplement. Il est en déséquilibre. Le moment rêvé pour contre-attaqué. Je lui donne un coup de mains sur les deux oreilles, une des parties les plus sensibles de l'homme. Celui-ci, perdant connaissance, avait perdu. La foule était bouche bée. Je m'avance voir le type , et lui demande le prix. Mais m'annonce que je n'avais pas payé, alors pas de prix. Un étrange homme venu me voir, me donne de l'argent et me dit:

«Dans l'échoppe de Ethard, le borgne, se trouve une corporation, nommé l'ombre. Va s'y et un homme du nom de Armori, viendra te voir.»
Revenir en haut Aller en bas
Ardent



Nombre de messages : 1034
Classe : Chevalier
Date d'inscription : 26/03/2008

Feuille de personnage
Statut Impérial:
4/10  (4/10)
Statut Rebelle:
4/10  (4/10)
Race: Homme

MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Lun 10 Oct 2011 - 11:09

Ses souvenirs revenaient, et plus brutalement qu’il l’aurait pensé. La grandeur et la beauté de la capitale impériale l’écrasait, l’impressionnait au plus haut point. Les majestueux murs blancs qui ceignaient la cité renfermaient en son sein un certain équilibre entre la beauté et la laideur, l’ordre et l’absurde, la richesse et la pauvreté. Du palais et des institutions impériales jusqu’aux quartiers mal famés, l’on pouvait voir le crescendo de la déchéance. Pourtant, l’ensemble était d’une grande beauté.

Le plus étrange était surement qu’il s’y sentait chez lui, qu’il sentait la ville vibrer et qu’il en connaissait le chant et la musique. Même si le soleil l’horripilait, le brulait et l’affaiblissait même au travers de l’épaisse bâche de caravane qu’il avait gardé pour se protéger, il pouvait sentir la ville qui l’appelait, et le sentiment que tout allait lui revenir le poussait à entrer le plus vite possible à l’intérieur de la cité.

La raison lui indiqua d’attendre plus tard, que les portes d’un endroit aussi achalandé seraient encore ouvertes à la nuit tombée, et qu’à ce moment il pourrait y rentrer sans problèmes. Il passa donc la journée debout, à attendre impatiemment que l’astre solaire termine sa course en fixant le but de son voyage. Une fois le crépuscule arrivé, il s’activa et commença à réduire la bâche dont il se servait pour se protéger des rayons mortels du soleil en morceaux. Ne voulant pas être obligé de répondre à des questions, ou même être obligé de s’inventer un nom puisqu’il ne connaissait pas le sien, il commença à se déguiser.

Ayant recouvert son corps en entier de lambeaux pouvant passer pour des pansements, il commença à frotter son corps de morceaux de chair en décomposition de sa dernière victime, qu’il avait gardé dans ce but unique. Sentant la mort à plein nez, s’appuyant de tout son poids sur un long bâton, il se dirigea lentement vers une des portes de la capitale. Lorsqu’il arriva à la portée des gardes, ceux-ci ne lui posèrent aucune question et ne prirent pas le risque de s’approcher tant la ressemblance avec un lépreux était frappante, lui indiquant même le chemin vers le quartier des cultes et la maison de la guérison. Il les remercia d’un murmure rauque et presqu’inaudible, puis s’engouffra entre les portes.

Les quartiers mal famés étaient le meilleur endroit où il pouvait aller. À cet endroit, personne ne lui poserait de questions, et il ne faisait pas tache aux milieux des pauvres et sans abris, de la petite racaille et des mendiants. Dans une ruelle sombre il se débarrassa de son costume, mais il garda quand même quelques morceaux de tissus pour se faire un bandage qui lui cacherait la moitié du visage. D’un pas assuré, il se dirigea vers son but, un endroit mieux connu comme les bureaux de la corporation des combattants.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quartier mal famé   Aujourd'hui à 7:35

Revenir en haut Aller en bas
 

Quartier mal famé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Kalamaï :: Cité impériale :: En Ville ou dans ses alentours :: Quartier mal famé-